Toxic girls – Kit Frick

Éditeur : Bayard
Nombre de pages :  368
Date de parution : 21 août 2019
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : AVANT. Elles sont quatre, Bex, Jenni, Ellory, et Ret. Quatre filles populaires, survoltées, volontaires, à l’avenir étincelant ; le système solaire dans lequel Ellory a enfin trouvé sa place, juste derrière Ret, leur soleil.
MAINTENANT. Ellory est seule. Le groupe d’amies autrefois soudé a explosé, déchiré par les secrets, les trahisons, la déception, et l’événement qui a bouleversé leurs vies.
AVANT. Des jours d’été ensoleillés. Des fêtes. Une en particulier, où Ellory rencontre Matthias. Le début d’une histoire d’amour incroyable et lumineuse.
MAINTENANT. Ellory, de retour au lycée après deux mois d’exclusion doit survivre à la terminale. Plus de petit ami, plus d’amies. Pas de retour en arrière possible. Tourmentée par certains, recherchée par d’autres, elle est troublée par de mystérieux mots, déposés dans son casier par quelqu’un qui ne la laissera pas oublier. Consumée par la culpabilité, Ellory comprend que, même dans le présent, le passé est partout.

Mon avis : Plus je lis de roman jeunesse et plus les ados me fascinent et plus particulièrement les ados américains et leur mode de fonctionnement. C’est tout naturellement que le résumé de ce roman m’a alors intrigué.

Après plusieurs mois d’exclusion Ellory retourne au lycée. Elle a décidé d’affronter le passer et de rester dans son lycée malgré son exclusion et tout ce qu’il s’est passé l’année précédente. Mais au premier jour de cours ses résolutions sont mises à mal, le passé ne lâche pas prise comme ça…

J’ai fait connaissance petit à petit avec Ellory. C’est assez difficile de la cerner parce qu’elle se dévoile petit à petit et avec beaucoup de réserve. Mais malgré ça on sent l’ado qui a souffert et qui a tout de même décidé de ne pas baisser les bras. On sent la battante derrière la fragilité apparente. C’est ce qui me la rendu attachante.
Bizarrement, on sait qu’elle est la « pestiférée » du lycée mais à aucun moment on ne la prend en grippe. On se doute qu’elle a dû « faire quelque chose de mal » mais on la sent également tellement fragile et brisée à l’intérieur.
L’autrice alterne passé et présent. Elle prend tout son temps pour nous expliquer comment Ellory en est arrivée a passer son année de terminale seule. Elle qui avait 3 amies et un petit ami se retrouve à raser les murs du lycée sans qu’on sache vraiment pourquoi. Ce n’est vraiment qu’à la fin qu’on découvre ce qu’il s’est passé et pour une fois j’ai mis du temps à comprendre ce qu’il en était, malgré les indices distillés ici et là.
Cette histoire m’a beaucoup touchée. Elle est écrite avec justesse sans se laisser aller à trop jouer avec notre corde sensible. Et je suis toujours autant étonnée de voir ce que les adolescents peuvent faire subir aux autres…

Je remercie Bayard pour cette lecture.

47/65

L’ombre de la menace – Rachel Caine

Éditeur : L’Archiel
Nombre de pages :  332
Date de parution : 11 septembre 2019
Prix : 20,99€
Acheter : Amazon

Résumé : Quatre ans que sa vie a explosé en vol. Quatre ans qu’elle a découvert que son mari était un tueur en série. Gina a survécu aux soupçons et à la honte, aux menaces venues de toute part. Stillhouse Lake, c’est la petite ville tranquille dont elle n’osait plus rêver. Jusqu’au jour où un cadavre de femme est repêché dans le lac. Le cauchemar recommence… Mais loin de la naïve mère de famille qu’elle était autrefois, Gina est désormais prête à tout pour sauver sa vie et celle de ses enfants.

Mon avis : Je connais la série d’urban fantasy de Rachel Caine et j’étais curieuse de découvrir son livre policier. Et ça tombait plutôt bien, je suis en pleine période où j’ai envie de lire des policiers !

Depuis 4 ans Gina vit cachée avec une fausse identité. Elle doit fuir depuis que son mari a été arrêté et condamné pour plusieurs meurtres. Elle pense avoir enfin trouver l’endroit où se poser avec ses deux enfants à Stillhouse Lake mais encore une fois son passé semble la rattraper.

Dès le début j’ai été « captivée » par l’histoire de Gina et ses enfants. Cette épouse un peu naïve obligée de se réinventer pour survivre. Son monde vole en éclats et elle arrive à trouver les ressources en elle pour continuer. C’est souvent au pied du mur qu’on découvre en soi qu’on est plus fort qu’on ne pensait.
J’aime ce genre de personnage : cette femme obligée de devenir forte pour continuer, pour elle et ses enfant. Je l’ai parfois trouvé un peu trop parano, mais l’intrigue prouve plusieurs fois qu’elle a raison. Que le monde dans lequel elle vit désormais ne lui fera plus jamais de cadeaux.
Cette paranoïa est d’ailleurs contagieuse parce que j’ai fini par suspecter tout le monde ! Dès que quelqu’un s’approchait de la famille de Gina, j’imaginais le pire. C’est là où l’autrice est très forte puisque nous passons le temps de notre lecture à soupçonner tout le monde. Et pour une fois, je dois bien avouer que je me suis laisser mener par le bout du nez. Mais c’est un réel plaisir de lire ce genre de roman où l’on ne sait pas vraiment où l’on va.
La fin annonce clairement qu’il y a une suite (oui, je n’avais pas vérifié avant) et j’ai vraiment hâte de la lire, parce que cette fin est vraiment très surprenante !

Je remercie l’Archipel pour cette lecture.

Les âmes perdues tome 2 – Les terres du haut – Jeff Giles

Éditeur : Bayard
Nombre de pages :  378
Date de parution : 12 juin 2019
Prix : 16,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Pour Zoé, bien des choses ont changé après les mystérieux évènements qui l’ont rapprochée de X. Depuis leur baiser d’adieux, la jeune fille pense au chasseur de prime dont elle est tombée amoureuse au point d’être prête à risquer sa vie et à le rejoindre dans les Terres du Bas.
X, quant à lui, a fait le plus grand des sacrifices : pour sauver Zoé et sa famille, il a renoncé à sa liberté et perdu tous ses pouvoirs. Désormais emprisonné aux enfers, il est pourtant déterminé à briser ses chaînes afin de rejoindre Zoé. Pour s’affranchir du joug des Seigneurs du Bas, X va devoir affronter des ennemis dont la malfaisance dépasse tout ce qu’il aurait pu imaginer. Il découvre alors l’impensable sur son passé et sa mère…
Les secrets peu à peu révélés pourraient enfin réunir Zoé et X… ou les séparer à jamais.

Mon avis : Le tome 1 lu l’année dernière (mon avis ICI) avait mis du temps à me séduire mais j’étais tout de même curieuse de connaitre la suite et fin des aventures de Zoé et X.

La quatrième de couverture étant déjà assez complète, je vais éviter de trop vous spoiler avec un résumé personnel.

Je me suis plongée dans ma lecture beaucoup plus vite qu’avec le premier tome. J’ai récupéré l’histoire de Zoé et X facilement, pour une fois, je n’avais pas de trou de mémoire. Chaque événement évoqué me revenait en mémoire rapidement.
Zoé est restée la même avec ses hoquets de cerveau qui m’ont fait beaucoup rire, mais son impétuosité, ses réactions virant parfois à l’inconscience m’ont vite fatiguée. C’est comme si elle en retenait rien des leçons passées et ne voulait qu’en faire à sa tête, encore et toujours. Quitte à mettre la vie des autres en danger. Je n’avais pas souvenir qu’elle était comme ça… ou le personnage a pris en assurance et cela allait parfois jusqu’à la bêtise.
X aussi a évolué, mais dans le bon sens. Il est moins naïf, il s’affirme plus et comprend pas mal de choses… Petit à petit il se fait à l’idée qu’il n’est responsable de rien mais plutôt le jouet de faits qui le dépassent et qui souvent ne le concernaient même pas.
On en apprend également plus sur les autres personnages : leur passé, comment ils sont arrivés dans les terres du bas et j’ai beaucoup aimé faire ces retours dans le passé.
L’intrigue se déroule toute seule. Tous les événements s’enchainent avec fluidité et pas une fois je ne me suis ennuyée. J’ai également beaucoup aimé la fin en demie teinte.
J’ai passé un très bon moment lecture avec de second et dernier tome.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

46/65

Le manoir du mystère – Heather Graham

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  378
Date de parution : 1 septembre 2019
Prix : 4,99€
Acheter : Amazon

Résumé : Quand l’agent Angela Hawkins accepte de devenir la coéquipière du brillant enquêteur Jackson Crow, elle est loin d’imaginer ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que la femme d’un sénateur est morte en tombant du balcon de l’une des plus belles demeures du quartier français de La Nouvelle-Orléans. Et que, pour presque tout le monde, elle s’est jetée dans le vide, désespérée par la mort récente de son fils. Mais à peine Angela commence-t-elle son enquête avec Jackson que l’hypothèse du suicide lui semble exclue. Guidée par son intuition et par des visions inquiétantes où elle voit la jeune femme en danger, Angela est en effet persuadée que dans l’entourage du sénateur, chacun est moins innocent qu’il n’y paraît. Mais de là à tuer ? Décidés à dévoiler la sombre vérité, Angela et Jackson vont non seulement risquer leur vie… mais, aussi, leur âme.

Mon avis : Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai du mal avec la romance. En vieillissant c’est de moins en moins ma tasse de thé. Mais si l’intrigue principale est basée sur une maison hantée, je peux me laisser tenter.

Alors qu’un suicide a lieu dans une maison hantée, une brigade un peu spéciale est créé pour prouver que la maison est bien hantée. Six personnes complémentaires constituent cette brigade un peu spéciale.

Je me suis plongée assez facilement dans l’histoire qui se déroule à la Nouvelle-Orléans. Cette ville m’a toujours fascinée et c’était un plaisir de la découvrir à travers les yeux des personnages.
De plus, l’intrigue m’a plu. J’aime les histoires paranormales et de fantômes. L’idée de créer une brigade spécialisée dans les enquêtes paranormales avait également tout pour me plaire. Bon bien sûr, on n’échappe pas à la petite dose de romance, nous sommes quand même dans un livre édité par Harlequin, mais ici elle passe vraiment au second plan et je ne l’ai pas trouvée trop guimauve non plus.
Mais revenons à l’enquête. Je l’ai trouvé bien menée. Distillant habillement le doute entre fantastique et arnaque. A-t-on réellement affaire à des esprits ou est-ce une machination qui a poussé la pauvre malheureuse au suicide ? Bien souvent on oscille entre les deux. C’est exactement tout ce que j’apprécie. Le tout est un savant dosage entre les deux qui nous fait douter à chaque page.
Les 6 personnages composant le groupe d’enquêteurs sont aussi atypiques que complémentaires. Mais tous ont le point commun d’avoir un lien avec le paranormal et de n’être fermé à rien tout en gardant les pieds sur terre. De quoi étudier toutes les possibilités lorsqu’un phénomène un peu hors-norme se produit.
Bref, j’ai passé un bon moment avec ce roman. J’ai découvert qu’il fait partie d’une série de 11 tomes que je me ferai un plaisir de découvrir.

Je remercie Harlequin pour cette lecture.

Ton monde vaut mieux que le mien – FM Santucci

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  345
Date de parution : 10 juillet 2019
Prix : 7,60€
Acheter : Amazon

Résumé : Amy Saint, jeune et brillante ingénieure, a quitté Paris pour s’installer à Los Angeles, où elle développe une application de réalité virtuelle. Une application qui pourrait révolutionner notre quotidien, et rapporter des fortunes. Mais au fil de ses rencontres, Amy découvre qu’à Hollywood, c est l’immobilier qui tient la ville. L’immobilier et ses scandales, qui la rapprochent peu à peu de son but secret. Car Amy n’est pas là par hasard. Elle a rejoint la Californie pour se venger d’un terrible drame qui remonte à son enfance. Tiraillée entre son défi professionnel, ce passé qui revient la hanter et une histoire d’amour naissante, Amy arrivera-t-elle enfin à surmonter ses démons, le temps d’un été au bord du Pacifique ?

Mon avis : En ce moment ma préférence va vers les livres policiers. Le résumé de celui-ci m’a intrigué et il a vite atterri dans ma pile à lire pour combler ma curiosité !

Le roman commence doucement, mais c’est souvent le cas dans les romans policiers. Avec celui-ci on apprend assez vite qu’une sombre histoire de vengeance est au cœur de l’intrigue, même si on en sait pas de quoi il retourne. Ce qui en soit n’est pas gênant c’est souvent le cas dans les livres policiers où l’auteur aime jouer avec les nerfs du lecteur. Ce qui l’est plus, gênant, c’est que tout ça se perd dans une exploration du monde de l’immobilier de Los Angeles.
L’autrice ne nous épargne rien : les trajets en voiture en citant toutes les autoroutes empruntées, la descriptions des rues, des quartiers, des maisons… La moitié du temps il m’a semblait lire un catalogue sur la ville de Los Angeles. Ce qui en soit peut-être intéressant, mais du coup l’intrigue passe en second plan et on en perd presque notre intérêt. Puis il est difficile de s’attacher à des personnages quand on en sait plus sur la ville qu’ils habitent que sur eux-mêmes.
Bon d’accord, j’exagère un peu. On découvre petit à petit la vie d’Amy et pourquoi elle est à Los Angeles aujourd’hui. Mais je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Je n’ai réussi à voir en elle qu’une gamine trop gâtée qui n’en fait qu’à sa tête. Alors que je ne pense pas que ce soit l’image que voulait en donner FM Santucci.
C’est dommage, l’idée de départ était bien, mais je pense que je suis totalement passée à côté.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.