L’héritage maudit – Heather Graham

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  400
Date de parution : 18 mai 2020
Prix : 7,50€
Acheter : Amazon

Résumé : A peine arrivé à La Nouvelle-Orléans, dans la plantation dont il est l’un des héritiers, le détective privé Aidan Flynn découvre des ossements humains. Des crimes récents, selon Aidan. Rien qui nécessite une enquête, selon la police. Décidé néanmoins à percer ce mystère, Aidan se résout à faire appel à Kendall Montgomery, une jeune femme qui a vécu dans la demeure auprès de sa grand-tante et affirme être en contact avec les fantômes qui hanteraient la propriété. Bien que sceptique face à ce qu’il attribue d’abord à l’imagination de la jeune femme, Aidan finit par admettre qu’il n’a pas seulement hérité d’une propriété au charme étrange, mais également d’un sombre secret de famille, enfoui depuis plusieurs générations. Grâce à l’aide de Kendall, Aidan va peu à peu lever le voile sur un mystère qui fait resurgir les fantômes de la famille Flynn… et se délivrer de la fatalité de cet héritage maudit.

Mon avis : J’ai déjà lu un livre de la même autrice, Le manoir du mystère, et j’avais apprécié son style. Il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de lire cette nouvelle histoire de fantômes.

Aidan et ses frères viennent d’hériter d’une propriété à La Nouvelle-Orléans. Mais leur arrivée ne se fait pas discret lorsqu’il découvre des ossement de jeunes femmes disparues.

J’ai autant aimé ce livre que le premier de Heather Graham. J’y ai retrouvé la même ambiance de Nouvelle Orléans mystérieuse. J’avais déjà envie de visiter cette ville et l’autrice à réussi à l’augmenter. On en ressent tous les mystères et les histoires dont elle regorge. Rajoutant du mystère à l’intrigue.
L’intrigue est également bien construite. Mélangeant habillement enquête policière et paranormal.  Tout ce que j’aime !. Les personnages cherchent un tueur et trouvent également une aide inattendue auprès des forces paranormales. J’ai vraiment apprécié faire des découvertes surprenantes sur l’histoire de la propriété et sur la progression de l’enquête.
Les personnages sont très bien décrits de suite je me suis attachée à eux. Kendal est une femme forte qui sait où elle va et qui, même si elle pratique des activités occultes, a bien la tête sous les épaules. Elle conserve un petit côté fragile qui la rend plus attendrissante. Aiden et l’archétype de l’homme ténébreux qui a souffert et s’est refermé sur lui. Bon d’accord, lui est un peu plus caricatural, mais il reste attachant. Le petit bémol réside pour moi dans un vouvoiement qui dure un peu trop à mon goût, mais leur histoire, certes commune, n’est pas pour autant inintéressante. Elle a au moins l’avantage, pour une fois de ne pas tourner autour du pot !
C’est un roman que j’ai lu très vite et avec lequel j’ai passé un très bon moment.

Je remercie Harlequin et Netgallery pour cette lecture.

Au royaume des menteurs – Kiersi Burkart

Éditeur : Fleurus
Nombre de pages :  442
Date de parution : 12 avril 2019
Prix : 17,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Sam est aux anges : elle vient d’obtenir une bourse pour intégrer la prestigieuse Académie Edouard. Très vite, Sam se lie d’amitié avec Gracie, sa camarade de chambrée, et tombe sous le charme du riche et beau Scully.
Mais, derrière le faste et les jolies dorures, se cache une réalité bien plus noire, et Sam déchante rapidement… alors qu’elle se refuse à Scully, ce dernier la viole sans états d’âme.
La jeune fille, bouleversée mais résolue à ne pas laisser le jeune homme impuni, ose poursuivre en justice son agresseur. Mais briser la loi du silence n’est pas si facile…
Au lycée, personne ne la croit. Tous prennent la défense du « pauvre Scully », si apprécié et populaire, en criant à la diffamation.
Sam doit alors faire face à toute une communauté unie par le mensonge et les faux-semblants qui ne reculera devant rien pour l’empêcher de faire éclater la vérité : mensonges, hypocrisie, menaces, harcèlement…
C’est une lutte sans merci qui commence. Mais Sam doit se faire entendre ! D’autant qu’elle n’est peut-être pas la seule victime…

Mon avis : Comme j’ai du temps en ce moment, je me ballade sur le net en recherche de nouvelles lectures. J’ai découvert ce livre et je me suis vite laissée tenter par le résumé.

Sam a été accepté dans une école privée prestigieuse en internat. Elle est contente car cette école c’est la possibilité de réaliser son rêve d’être avocate. Mais tout ne se passe pas comme elle l’avait espéré.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Il comporte tout les éléments pour faire un excellent polar. On a une ado un peu perdue mais décidée, un beau gosse premier de la classe pourri jusqu’à la moelle et une belle zone d’ombres qu’on voit s’éclaircir petit à petit pour découvrir toute la vérité.
De suite Sam a réussi à me séduire. Elle est fraiche, a le côté rêveur d’une ado qui pense au premier amour mais sait tout de même où elle veut aller et ce qu’elle souhaite pour son avenir. Dans l’ensemble elle a la tête sur les épaules et est juste un peu naïve.
L’école privée ressemble a toutes les écoles privées à la recherche de perfection et on y retrouve les « clans » et la pression sociale si particulière aux écoles américaines. L’ambiance est parfaitement restituée.
Il flotte tout au long de la lecture une impression malsaine que l’on n’arrive pas particulièrement à définir, mais qui nous colle à la peau.
La fin du roman m’a totalement désappointée. J’avais bien compris qu’il y avait anguille sous roche mais je n’avais pas pensé à ça du tout. Il y avait bien des indices disséminés ici ou là, mais je ne les avais pas vu du tout. D’ailleurs, j’ai même relu le début du roman pour essayer de voir ce que j’avais raté (là je vous donne un indice l’air de rien).
Bref, j’ai adoré ma lecture que j’ai dévoré rapidement.

Je remercie Netgalley et Fleurus pour cette lecture.

 

19/50

Victime 55 – James Delargy

Éditeur : Harper Collins Noir
Nombre de pages :  448
Date de parution : 8 janvier 2020
Prix : 20,00€
Acheter : Amazon

Résumé : Une petite ville perdue en Australie. Un officier de police habitué à régler des petits problèmes de vie domestique et querelles de voisinage.
Un jour de canicule débarque un homme, couvert de sang. Gabriel déclare avoir été séquestré dans une cabane par un serial killer. Le dénommé Heath a déjà tué 54 personnes. Gabriel est sa prochaine victime.
Quand la chasse à l’homme commence, ce même jour de canicule, débarque un deuxième homme. Heath est couvert de sang. Heath déclare avoir été séquestré dans une cabane par un serial killer, un certain Gabriel. Gabriel a déjà tué 54 personnes. Heath est sa prochaine victime.
Qui est le numéro 55 ?

Mon avis : En période de confinement, j’ai du mal à lire autre chose que des livres policiers. Alors j’écluse ma PAL et je lis des polars bien noirs.

Une petite bourgade au milieu du bouche australien. Tranquille, peu d’habitant et un service de l’ordre restreint. Tout vol en éclats lorsque deux hommes se présentent à commissariat racontant la même histoire d’enlèvement, sauf que chacun accuse l’autre de l’avoir enlevé…

Dès les premiers pas dans cette petite ville australienne, je me suis sentie chez moi. L’auteur a parfaitement réussi à retranscrire l’ambiance et la chaleur accablante qui assaille tout le monde. J’avais même parfois l’impression de la subir également.
Le personnage de Chandler m’a plu également de suite. Il est simple, ce contente des petits bonheurs de la vie (et ce n’est pas dit au sens péjoratif), et vie entouré de sa famille. Sa vie n’est certes pas palpitante, mais je pense que c’est ce qu’il aurait préféré vivre toute sa vie, sans que cela ne change jamais. Mais le destin en a voulu autrement. Son pendant négatif est Mitch à qui j’aurai adoré donner une paire de baffes bien sentie ! Et pas qu’une fois ! C’est là qu’on voit que les amitiés ne sont pas éternelles.
L’intrigue est très bien trouvée, et c’est même innovent par rapport à tout ce que j’ai lu dernièrement. J’ai vraiment douté du coupable tout le long du roman et j’ai eu du mal à discerner ses motivations. On ne découvre tout cela vraiment qu’à la toute fin.
D’ailleurs je n’ai pas aimé la fin. Je l’ai trouvé vraiment trop ouverte. J’aurais aimé que l’auteur fasse un choix et qu’il l’assume plutôt que de laisser cette décision au lecteur.

Je remercie Harper Collins Noir et Netgalley pour cette lecture.

 

Sex doll – Danielle Thiéry

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  442
Date de parution : 4 mars 2020
Prix : 8,50€
Acheter : Amazon

Résumé : À Paris, l’ouverture d’un hôtel de passe 2.0, dont les pensionnaires sont des poupées de silicone, ne fait pas l’unanimité. Son jeune propriétaire, précurseur sur le marché du sexe, n’avait pas imaginé les réactions violentes que sa start-up provoquerait… Dans le même temps, l’Office, dirigé par la commissaire Marion, est confronté à une série de meurtres atroces. Trois femmes sont retrouvées mutilées, des parties de leur corps trafiquées afin d’en faire des créatures parfaites. La psycho-criminologue Alix de Clavery, dont l’expertise est indispensable sur ce dossier, a mystérieusement disparu. Si Marion devine que ces affaires sont liées, elle n’imagine pas à quel point. De Paris au Japon, elle traque ce Docteur X qui l’obsède depuis quinze ans.

Mon avis : J’ai découvert Danielle Thiéry l’année dernière et depuis je suis devenue fan. Je n’allais donc pas passer à côté de cette nouvelle sortie, même si je n’ai pas encore rattrapé mon retard sur les premiers tomes…

Après trois corps découverts dans des circonstances similaires, les indices récoltés mènent vers une histoire vieille de 15 ans et tout point vers le commissaire Marion.

Comme d’habitude ma curiosité a été piquée des les premières pages de ma lecture. J’ai de suite accroché au mystère. J’ai retrouvé avec plaisir toute la brigade du commissaire Marion. C’est toujours agréable de retrouver des personnages qu’on apprécie et de voir ce qu’ils deviennent. Même s’il faut admettre que la richesse de l’intrigue laisse peu de place à la vie privée des personnages.
J’ai eu un peu de mal avec le personnage d’Edwige Marion dans ce tome. Elle est un peu trop casse-cou, un peu trop « je-sais-tout »  et les rebondissements, surtout vers la fin sont un peu tirés par les cheveux. Il faut admettre qu’il y en a beaucoup sur peu de pages.
L’intrigue est bien menée, saupoudrée d’un peu de paranormal, juste ce qu’il faut, pour donner une autre dimension au récit. De quoi emmener le lecteur sur des pistes diverses et variées qui le font douter de tout.
J’ai vraiment beaucoup aimé suivre les indices semer par le docteur X, mais c’est un peu dommage que la fin regorge de rebondissements qui sont un peu de trop à mon goût.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Se taire ou mourir ? – Karen M. McManus

Éditeur : Nathan
Nombre de pages :  390
Date de parution : 12 mars 2020
Prix : 17,95€
Acheter : Amazon

Résumé : Ellery et Ezra, sœur et frère jumeaux de 17 ans, s’installent à Echo Ridge pour vivre avec leur grand-mère.
La petite ville est connue pour avoir été le théâtre de deux meurtres inexpliqués en 20 ans, dont la tante des jumeaux. À Echo Ridge, chacun semble avoir ses secrets… C’est ce que découvre Ellery lorsqu’une de ses amies disparaît à son tour. Elle décide de mener l’enquête, déterrant par mégarde des indices sur les précédents meurtres…

Mon avis : J’avais beaucoup aimé le premier roman de l’autrice Qui ment ? (cliquez ICI pour avoir mon avis) et j’avais hâte de découvrir celui-ci.

Ellery et Erza arrivent dans une nouvelle école dans des circonstances pas faciles pour eux. Mais c’est aussi une occasion pour eux de découvrir la ville natale de leur mère. Sauf que cette ville renferme des secrets qu’il est parfois dangereux de découvrir.

Un petit policier par les temps qui courent ça fait du bien. Cela permet de se changer les idées et de déconnecter.
Ce roman possède tout ce qui fait un bon policier : une intrigue qui tien la route, des rebondissements, un doute persistant sur e coupable au fur et à mesure des découvertes de notre petite bande.
Cette bande elle est bien sûr composée des jumeaux, mais aussi des deux amis qu’ils se sont faits en arrivant au lycée. C’est avec eux 4 que nous menons l’enquête et que nous découvrons les éléments qui font avancer notre raisonnement.
J’ai beaucoup aimé l’intrigue qui se passe sur plusieurs semaines et pas sur plusieurs jours comme bien souvent. Cela donne une plus grande vision d’ensemble et permet de voir évoluer les personnages avec plus de cohérence, à mon avis. J’ai surtout été baladée par l’autrice qui ma fait douter sur tous les suspects possibles… D’ailleurs je n’avais même pas vu arriver le coupable à la fin.
Bref, un policier qui remplit parfaitement son office.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

14/50