Colorado Train – Thibault Vermot

Éditeur : Sarbacane / Exprim’
Nombre de pages : 362
Date de parution : 6 septembre 2017
Prix : 16,00€
Acheter : Amazon

Résumé : Durango, 1949.
La poussière rouge. Les sombres rocheuses. L’Amérique profonde, tout juste sortie de la Deuxième Guerre mondiale.
C’est dans ce monde-là que grandissent Michael et ses copains: le gros Donnie, les inséparables Durham et George, Suzy la sauvage.
Ensemble, ils partagent les jeux de l’enfance, les rêves, l’aventure des longs étés brûlants…
Jusqu’au jour où un gosse de la ville disparaît. Avant d’être retrouvé, quelques jours plus tard… à moitié dévoré.
Aussitôt, la bande décide d’enquêter.
Mais dans l’ombre, le tueur- la chose? – les regarde s’agiter.
Et bientôt, les prend en chasse…

Mon avis : Les livres de la collection Exprim chez Sarbacane me déçoivent rarement. Si en plus celui-ci est un policier : je fonce les yeux fermés ! (ou presque, vous m’avez comprise hein !)

Suzy, Mickael et son petit frère Calvin, Don, Durham et Georges sont une bande de copain qui « complotent » dans leur cabane. Un ado de leur ville disparait un jour, l’occasion pour eu de mener l’enquête.

Ce livre commence doucement. Un été des ados qui le passent à trainer ensemble, ont des projets… puis c’est la rentrée des classes. On découvre alors chaque personnages de la bande, son histoire, son caractère, sa famille… Cela permet de prendre ses marques doucement. J’ai beaucoup apprécié les découvrir, voir leur dynamique de groupe, leur humour et j’ai été touché par leur histoire personnelle.
Puis tout bascule, un de leur camarade de classe disparait et leur petit monde si tranquille vacille. L’auteur n’épargne pas ses personnages dans leur enquête. Ils ne les ménage pas, les confronte à la dure réalité des crimes et de la vie dans la campagne profonde des États-Unis d’après guerre. Je dirais même qu’il y va un peu fort, surtout quand on voit le lectorat visé, certaines scènes sont dignes des thrillers destinés aux adultes. Je me suis d’ailleurs un peu interrogée à savoir si ce n’était pas trop. Je n’ai pas été choquée, mais je n’ai plus 15 ans depuis belle lurette ! Ou alors c’est que je connais mal les ados d’aujourd’hui…
Toujours est-il que j’ai beaucoup aimé ma lecture. Que l’intrigue est bien ficelée, qu’il y a de très bon rebondissement et que le livre n’a rien à envier à d’autres classés en polar. Le petit bémol viendrait peut-être de la fin que j’aurais aimé plus développée, surtout parce que je suis curieuse, parce qu’elle est parfaitement claire sur le dénouement.

Je remercie Exprim et les éditions Sarbacane pour cette lecture.

73/80

Publicités

Hunkeler et l’affaire Juvius – Hansjörg Schneider

Éditeur : Le verger éditeur / Mes enquêtes rhénanes
Nombre de pages : 277
Date de parution : 24 mars 2017
Prix : 9,00€

Résumé : Le corps d’un homme est découvert le jour de l’an dans un jardin des faubourgs de Bâle, dans un territoire sous juridiction française. Le mort a été abattu, mais a été suspendu à un croc de boucher aux solives de son cabanon de jardin, comme un quartier de viande.

Mon avis : Je ne connaissais pas la maison d’édition avant qu’elle ne me contacte et j’ai de suite étais séduite par la 4ème de couverture : l’enquête avait l’air gore et c’est ce que je cherche en ce moment.

Un homme a été tué puis accroché à un crochet de boucher comme une vulgaire carcasse. Aider de la police française Hunkeler enquête. Mais il ne s’attendait surement pas à découvrir tout ça.

Tout commence tranquillement. On découvre un personnage, notre enquêteur principal soit Hunkeler, après le réveillon de nouvel an. Comme tout le monde il a fêté ce changement d’année, mais pour lui le réveil est doublement difficile : il doit dessaouler et partir travailler. Oui, les morts ne font aucune trêve. Cette façon de faire connaissance avec Hunkeler m’a beaucoup plu et plus j’ai avancé dans ma lecture plus je me suis aperçue que ça collait avec le personnage. C’est quelqu’un de tranquille et posé, qui fait les choses les unes après les autres sans se presser car il est sûr que c’est la meilleure façon de les faire. Et il le prouve tout au long de ces pages.
L’enquête était moins gore que je ne l’espérais et plutôt historique. Mais ça ne m’a pas gênè parce que ce n’est pas l’essentiel de l’intrigue.
L’auteur nous fait son enquête principalement autour des rencontres, entretiens, interrogatoires que mène Hunkeler. On découvre alors toute une galerie de personnages plus atypiques les uns que les autres mais j’ai aimé faire la connaissance de chacun ou presque.
Le rythme est loin de thriller endiablé ou le personnage principal doit sauver sa peau à chaque page. Ici Hunkeler prend son temps, joue avec les susceptibilités de chacun pour réussi à avancer et découvrir le coupable.
J’ai été agréablement surprise par ce livre et charmé par son rythme. On n’a pas toujours besoin d’un héro super musclé et prêt à tout pour trouver le coupable pour prendre plaisir à lire un policier. Parfois, prendre le temps de parler aux gens peut suffire.

Je remercie le verger éditeur pour cette lecture.

La cave – Natasha Preston

Éditeur : Hachette romans
Nombre de pages : 397
Date de parution : 19 avril 2017
Prix : 18,00€

Résumé : Trèfle, un homme à la folie maniaque et meurtrière, séquestre Rose, Iris et Violette, trois filles, dans sa cave. Un jour, Summer croise la route de cet homme et ne rentre pas chez elle : il l’enferme dans sa cave et la rebaptise Lilas. Mais contrairement aux autres, Lilas ne compte pas accepter son sort jusqu’à faner.

Mon avis : Ce n’est pas nouveau (ça devient même répétitif), j’aime les policiers et en ce moment, j’en lis pas mal. Alors pourquoi pas celui là.

Summer a été enlevée. Elle est séquestrée dans une cave avec 3 autres jeunes filles. Mais elle a un but : elle veut sortir de cet enfer.

Le résumé m’avait fait très envie, c’est totalement le genre de roman policier que j’aime lire. J’ai donc commencé ce livre confiante et je ne l’ai pas regretté par la suite !
On commence doucement en faisant connaissance avec le personnage de Summer. Une ado lambda, qui a très peu confiance en elle et en son physique, mais qui est certaine qu’il ne lui arrivera jamais rien dans une petite ville comme la sienne. Un peu trop confiante quoi… Elle est également attachante, sa façon de ne pas baisser les bras tout en craquant de temps en temps. On sent un subtile mélange de force et de fragilité.
Je n’ai pas réussi à cerner Trèfle, le méchant. Malgré une « présentation-explication » sur quelques chapitres qui lui sont consacrés, je ne suis pas sure d’avoir bien saisi le personnage.
L’intrigue est bien trouvée. Même si je lui ai trouvé quelques failles. J’aurai aimé avoir plus de détails sur certains passages, plus d’explications, et j’ai trouvé que parfois l’auteure utilisait trop facilement certains raccourcis. Un peu frustrant pour la fan de thrillers que je suis.
Dans l’ensemble l’histoire tient bien la route, c’est juste mon côté perfectionniste qui en demande un peu trop. J’ai découvert qu’il y a une suite en VO, je serais heureuse qu’elle soit traduite et de pouvoir la découvrir.

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

52/65

La brigade de l’ombre tome 2- Ne te fie à personne – Vincent Villeminot

Éditeur : Casterman
Nombre de pages : 350
Date de parution : 5 avril 2017
Prix : 15,90€

Résumé : Le type tressaillit en sentant le métal froid des menottes.
– Capitaine Jobert… Brigade des goules.
Elle vit les épaules se raidir, il commença à trembler.
– Tu comprends de quoi je te parle ?
– Je… Je…
Il se mit à pleurer, comme un môme.
– C’est la première fois ? demanda Diane.
– J’ai… j’ai blessé quelqu’un ?
Elle éprouva soudain un profond sentiment de pitié et de colère mêlées.
« Blessé ? si tu savais… Tu n’imagines même pas. »

Mon avis : J’avais adoré le premier tome : La prochaine fois ce sera toi (dont vous trouverez l’avais ICI), et j’avais hâte de découvrir la suite des aventures de la brigade de l’ombre.

Et si dans notre monde, certaines personnes atteinte d’une maladie, se transformaient parfois en goule ? Comment gérerions nous ça ? En créant la brigade des goules, chargée de la canaliser et de les protéger.

J’ai retrouvé avec plaisir toute la clique de la brigade de l’ombre, même s’il est vrai que la fin de l’aventure précédente les avait laissés assez secoués. Il faut dire que l’auteur ne ménage pas son public et qu’il reste fidèle à lui-même dans ce tome.
J’aime toujours autant l’univers qu’il a crée. Certes, il est plutôt noir, mais la vie (la vrai hein) peut l’être aussi parfois. Il n’est pas toujours juste, mais, et je me répète mais c’est également notre lot à chacun.
Ces personnages sont tous torturés, d’une manière ou d’une autre, plus ou moins fortement et ceux-là j’ai toujours envie de les prendre sous mon aile. Même si pour ceux-là, je ne suis pas sure de pouvoir faire quelque chose. Ma curiosité a été satisfaite sur les origines et la vie de chacun des personnages, le voile est levé sur beaucoup de mystère. Certains même que je n’avais pas vu venir dans le premier opus.
J’ai apprécié suivre l’enquête de cet « épisode », elle est bien menée et Vincent sait doser le suspens. Je me suis laissée porter par la course folle de Diane de Moitié et son équipe. Je n’aurais pas pensé à ça. Mais je reste sur ma faim concernant l’origine de cette « maladie ».
Je n’ai pas réussi à trouver s’il y a un autre tome… La fin de celui-ci pourrait très bien constituer une fin globale… Si vous savez, je prends !

Je remercie Casterman pour cette lecture.

50/65

La fille dans le rétroviseur – Linwood Barclay

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 570
Date de parution : 5 avril 2016
Prix : 8,00€

Résumé : État de New York, près de la frontière canadienne, de nos jours C’est la nuit, il pleut, et Cal Weaver n’a qu’une envie : rentrer chez lui. Mais à un stop, l’ex-flic hésite : Claire Sanders, la fille du maire, cherche désespérément une bonne âme pour la ramener chez elle. Bien sûr, prendre une adolescente en stop n’est jamais très prudent. Les rumeurs vont vite dans les petits patelins. Mais quand cette dernière l’implore en lui disant qu’elle était amie avec Scott, son fils décédé tragiquement quelques semaines plus tôt, Cal craque. Quel mal y a-t-il à aider cette gamine ?
Quelques kilomètres plus loin, Claire est malade et Cal s’arrête dans un bar. Dix minutes plus tard, la jeune fille qui s’installe dans la voiture n’est pas Claire Sanders… Où est-elle ? Que fuit-elle ? Dans quel piège Cal vient-il de se fourrer ?

Mon avis : Cela ne vous étonnera pas de me voir lire à nouveau un thriller, c’est le genre qui me donne envie en ce moment.

Cal, détective privé, prend un soir une ado en stop. Le lendemain la police lui annonce qu’elle a disparu. Il sait qu’il parait suspect, ajoutez à ça un peu du culpabilité, Cal n’a pas d’autre choix que de mener l’enquête pour retrouver la jeune fille.

Je connais Linwood Barclay de nom, il fait parti des auteurs de policiers très connu. Cela faisait un moment que je voulais lire un de ces romans : voilà qui est chose faite ! Et si je dois donner un avis général rapide, je peux dire que je n’ai pas été déçue. Ce livre rempli tous les critères d’un bon thriller.
Dès les premières pages on fait la connaissance de Cal. Ce détective privé un peu aigri par la perte de son fils 2 mois plus tôt. D’emblée il m’a paru sympathique. Il arrive à toucher le lecteur sans lui faire pitié. On perçoit toute la peine de Cal mais également toute sa détermination à faire la lumière sur le décès de son fils. J’ai aimé sa façon de voir la vie, de ne pas baisser les bras et de vouloir continuer, même si ce n’est qu’à moitié.
L’enquête est également très bien menée. Ou du moins l’auteur arrive à mener son lecteur par le bout du nez. Il nous balade d’une piste à l’autre très facilement. Je suis une férue de policier, même si j’en lis moins en ce moment, mais là l’auteur à réussi à m’étonner. Quand je pensais avoir trouvé la solution, il m’envoyait sur une autre piste. Je ne sais pas si tous les romans de Linwood Barclay sont aussi bons, mais j’ai envie d’en lire d’autres.
J’ai passé un super moment avec ce roman, et je sens que je ne vais pas tarder à lire un autre policier…

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.