Bilan défit lecture V&S et ABFA

Voici le bilan du défit lecture proposé en 2011 par le site Vampires et Sorcière et le forum ABFA. Défit que je n’ai pas su relever jusqu’au bout… parce que je l’ai perdu de vue à un moment donnée… Pas bien, je devrais être plus vigilante avec celui de 2012. Pour vous rafraichir sur les règles cliquez sur le logo ci-dessous

Lectures de l’imaginaire :

Succubus Shadows de Richelle Mead
Rêves d’incube de Laurell K. Hamilton
Sous le souffle de Mistral de Laurell K. Hamilton
De guerre, d’amour et de sang de Kyrian Malone et Jamie Leigh
Jane Yellowrock de Faith Hunter
Guerrière de Marie Brennan
Sans âme de Cail Garriger
Le cri du loup de Patricia Briggs
Traquée de Cassandra O’Donnell
La voix des rois de Olivier Peru & Patrick McSpare
Le roi vampire de Patrick Mc Spare & Olivier Peru
Murmures d’Outre-tombe de Charlaine Harris
Le sang des anges de Nalini Singh
Soeurs de sang de Richelle Mead
Chronique du soupir de Mathieu Gaborit

BD/ Mangas

Autobiographie d’une fille gaga – Diglee
Retour aux sources – Patricia Briggs
Bloody Kiss – Kazuko Furumiya

J’ai donc lu 18 ouvrages sur le 26 que devaient comporter le challenge, j’en suis assez loin, mais ça ne pourra être que mieux l’année prochaine ^^

Publicités

[Manga] Bloody Kiss tome 1 de Kazuko Furumiya

Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 190
Date de sortie : 27 janvier 2010
Prix : 6,90€

Résumé : Kiyo a été choisie comme fiancée par Kuroboshi, un garçon moitié vampire, moitié humain. Un jour, Kuroboshi débarque au lycée en compagnie de son serviteur Arche, ce qui provoque une belle pagaille dans la vie de Kiyo !! Alors qu’elle commence enfin à apprécier la vie scolaire avec eux, un rival apparaît pour Kuroboshi ! Voici le dernier volume de cette histoire d’amour peuplée de vampires !!

Mon avis : J’avais repéré ce manga parce qu’il entrait dans le cadre du challenge lancé fin 2010 par le site Vampire et Sorcière et le forum des fans d’Anita Blake.

Kiyo (je vous préviens de suite j’ai énormément de mal avec les prénoms japonnais) vient d’hériter d’une maison de sa grand-mère qu’elle ne connaissait pas. Elle pense que c’est une aubaine et que sa vente va lui permettre de financer ses études d’avocate. Sauf qu’il y a un soucis (bein oui sinon y’aurait pas d’histoire) cette maison est habitée par deux vampires amis de ladite grand-mère. Kiyo hésite brièvement puis décide de les laisser vivre là et d’emménager avec eux. C’est là que les ennuis commencent !

J’ai été un peu déçue par ce manga. L’histoire ne casse pas 3 pattes à un canard, et même si la présentations des vampires est intéressante, elle ne relève pas le niveau de l’histoire. Je l’ai trouvé gentillette et plutôt adressée à un jeune, voire très jeune publique.
De la même manière j’ai été déçue par la qualité des dessins. J’ai lu très peu de mangas, mais je pense que celui-ci est celui qui avait les dessins les moins jolis (pour rester correcte:p)

Le seul atout de ce manga c’est son personnage principal. Kiyo est une jeune fille un peu naïve mais pleine de courage et de bonne volonté. Prête à travailler le soir pour payer ses études et subvenir aux besoins des deux vampires oisifs qui squattent la maison de sa grand-mère depuis des années. Le duo de vampires, le maitre et son serviteur, est aussi assez drôle même si pas toujours très compréhensible… C’est peut-être aussi parce que je me suis ennuyée lors de cette lecture, je n’ai vraiment pas accroché du tout, si ça n’avait pas été un manga, qui demande à peine une heure de lecture, je crois que j’aurais abandonné la lecture en cours de route. Ce manga est en deux tomes, et je ne sais toujours pas si je vais lire le second…

Ce livre est vraiment une déception, je l’avais repéré depuis quelques mois et de pouvoir enfin le lire et de ne pas accrocher est vraiment frustrant.

Chronique du soupir – Mathieu Gaborit

Éditeur : Le pré aux clercs
Nombre de pages : 298
Prix : 19,00€

Résumé : Lilas, une naine flamboyante, a choisi de prendre sa retraite de chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l’endroit même où Frêne, son époux, s’est « ancré » pour l’éternité. Entourée de quelques amis et de son amant Errence, un elfe, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût. Alors qu’elle s’interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l’auberge. Il serre dans ses bras une jeune fille de seize ans, Brune, qui est à l’agonie. Après quelques heures d’hésitation, et bien que pressentant l’immense danger qui émane de façon indicible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous. Dans un monde dominé par les fées, nains, elfes et sirènes affrontent leur destin. Arriveront-ils à conquérir leur liberté ? C’est tout l’enjeu de leur quête.

Mon avis : Allez un peu de fantasy pour changer, ça ne fait pas de mal ! ^^ Et de la fantasy française s’il vous plaît !

Nous sommes ici dans un monde où le cœurs des hommes et des autres créatures fantastique, nains, elfes et autres, est remplacé par une fée. Ce monde était régi par des fées vivants chacune sur une planète et reliées entre elles, jusqu’au jour où celle de la terre trouvant ses habitants trop avides a décidé de couper ce lien et de remplacer nos cœurs par des fées. À cela s’ajoute une histoire de souffle et de soupir que je n’ai pas bien saisi…

J’ai beaucoup aimé le livre, son ambiance, les personnages, l’intrigue… mais je n’ai malheureusement pas tout compris malgré tous mes efforts… Mathieu Gaborit a fait le choix de dévoiler son monde au fur et à mesure de notre lecture, et je pense que c’est ça qui m’a perdu. J’ai compris l’histoire des fées-cœurs (qui est dévoilée assez vite) mais pas cette magie autour du souffle (d’où elle venait et comment elle était « créée »). Ça n’a heureusement pas gêné ma lecture, et j’en ai compris un gros 90%.

 Le style de Mathieu Gaborit est simple et efficace. Sans détour il va droit à l’essentiel n’alourdissant pas le récit de descriptions trop longues. Je dirais même que parfois il va un peu vite, quelques éclaircissement, voire des explications supplémentaires n’auraient pas été de refus. Les personnages sont aussi bien campés, loin des clichés de la fantasy. Le personnage principal, Lilas, est une naine que rien n’impressionne, ancienne chef de la garde de la Haute-fée. Elle est décidée et courageuse et mettra tout en œuvre pour protéger sa famille lorsque son fils Saule viendra demander son aide. Les autres personnages sont du même acabit, avec un caractère affirmé et très tranché les uns des autres.
L’univers crée est cohérent, j’ai apprécié le découvrir page après page, m’étonnant à chaque fois de l’imagination sans borne de l’auteur.L’intrigue est bien menée, même si je l’ai trouvé parfois un peu rapide. Le rythme de l’histoire est vraiment différent de ce que l’on trouve dans les autres livres de fantasy qui sont souvent à « rallonge » ou à tiroirs. Ici tout est concis mais rien n’est oublié. L’histoire a un point de départ et une fin.

En bref, une histoire rapide que j’ai beaucoup aimé lire, même si je n’aurais pas été contre quelques descriptions et explications supplémentaires.

Merci aux éditions du Pré aux clercs et à Livraddict pour cette lecture.


Cliquez si vous souhaitez acheter.

[Lecture commune] Vampire Academy tome 1 – Sœurs de sang – Richelle Mead.

Éditeur : Castelmore
Nombre de pages : 314
Prix : 12,90€

Résumé : Peut-on vraiment garder des secrets au sein de la Vampire Academy ?
La Vampire Academy est en émoi. Dans ce lycée pour les vampires, les rumeurs les plus folles courent sur les raisons de la fugue de Lissa et Rose.
Lissa et Rose ont toujours été inséparables : Rose doit repousser les attaques des Strigoïs, vampires féroces et immortels, à l’encontre de son amie Moroï, une race de vampires mortels qui puisent leur magie de la terre. Qu’a-t-il bien pu leur arriver avant d’être ramenées de force ?

Mon avis : Je me suis enfin décidée à lire ce livre dont tout le monde parle depuis 7 mois en criant au génie ! Vous pensez que j’exagère ? Oh ! Si peu 😉
Moody m’a proposée de faire une lecture commune et après inspection de nos PAL respectives, nous nous sommes mises d’accord sur « Sœurs de sang ». Ça m’allait très bien puisqu’il était dans ma PAL depuis sa parution et que je n’avais pas encore réussi à le lire, pas par manque d’envie mais parce qu’il faut bien faire un choix parmi tous ces livres qui la « peuplent ».

Rose et Lissa sont les meilleures amies du monde. Elles ne se quittent pas et se comprennent à demi-mot. C’est donc à deux qu’elles ont fui l’école où Lissa apprend à être vampire et tout ce que ça implique, et où Rose apprend à être son gardien, à la protéger. Elles ont fui un danger et sont rattrapées après deux ans de fuite. Retour à la case départ. Retour dans cette académie où les embrouilles politiques côtoient les jalousies adolescentes… Rose reste sur ses gardes et veut protéger Lissa des autres, mais pas facile quand on est condamnée à garder sa chambre en dehors de cours et des entrainements donnés par ce Dimitri si troublant…

 Si je reculais tant à lire ce livre, c’est aussi parce que j’ai tellement lu d’avis méga-supra-positif dessus que j’en suis devenue septique. Quand un livre a autant de retours positifs, j’ai toujours peur d’être déçue en le découvrant. C’est donc méfiante que je l’ai commencé, limite à l’affut.
Cependant, c’était sans compter le talent de Richelle Mead. Je connais déjà les séries Succubus et Cygne noir, que j’apprécie beaucoup, et j’ai donc retrouvé avec plaisir le style de cette auteure.
Après avoir lu la bonne moitié du livre, la trame n’a rien de révolutionnaire, non, la différence réside dans la mythologique vampirique qu’à su créer Richelle, totalement innovante par rapport à celle déjà lue (pour ma part) mêlant vampires morts et vampires vivants (je vous laisse découvrir les subtilités), et dans les personnages qui, comme toujours avec Madame Mead, sont subtilement attachants. Rose est un personnage principal qu’on pourrait trouver commun, avec son côté rebelle et j’agis avant de réfléchir, mais sa façon de protéger Lissa et de faire tout ce qu’elle peut pour elle, lui donne une profondeur humaine qui la démarque des autres personnages à connotations rebelles.
De plus, je n’ai pas vu arriver le dénouement de ce tome, même si avec le recul, j’aurais pu interpréter certains signes, mais j’ai foncé tête baissée de la même manière que Rose.
Enfin, la tension sous-jacente entre Rose et son entraineur Dimitri laisse supposer une histoire assez intense pour les autres tomes qui me donnent évidement envie de continuer la série.

 Bref, je ne serais peut être pas aussi enthousiaste que mes amies blogueuses concernant ce livre, mais je peux vous affirmer que j’ai aimé puisque je me suis déjà procurée le tome suivant, et les autres ne devraient pas tarder… *sifllote*

Questions croisées :
Voici les questions que j’ai posée à Moody.

1/ Tu serais plutôt proche de Rose ou de Lissa niveau caractère ?
Je serais beaucoup plus proche de Rose de par son impulsivité… Je suis très implusive et c’est mon plus gros défaut ( enfin un de mes plus gros… ^^) Elle réagit exactement de la même manière que je l’aurai fait.
Je ne me suis pas sentie proche  de Lissa car elle est trop lisse pour moi, ce n’est pas en personnage haut en couleur comme Rose.

2/ Quels sont les atouts de Dimitri qui font pour toi qu’il est un personnage masculin marquant ?
Sa part mystérieuse… Comme Patch de la saga Hush hush. On ne sait pas quoi penser de lui, ni comment le prendre. Je n’ai pas réussi à savoir si oui ou non il avait une attirance pour Rose … Bref j’aime les hommes qui gardent une part de mystère, et qu’il soit super canon aide !!

3/ Avais-tu prévu la fin ?
Sincèrement non… J’avais un doute sur  la cousine mais vraiment très léger… Richelle Mead m’a amenée là où elle le devait et j’étais surprise de cette fin, très sombre quand même pour un livre Y.A.

4/ Qu’est-ce qui rend VA différent des autres livres YA selon toi ?
La part un peu sombre du livre comme je le disais un peu plus haut.  Et puis l’écriture de Richelle Mead je me rappelais que je lisais un Y.A quand Rose parlait de cours ou à certaines réactions de Lissa, mais sinon je n’aurai eu aucun problème à croire que je lisais un livre autre que pour des jeunes.

Merci à toi Muti pour cette lecture commune !

Moody m’a aussi poser quelques questions, vous pouvez lire mes réponses sur son blog (si pas aujourd’hui demain).

Cliquez si vous souhaitez acheter.

Mercy Thompson Tome 1 – Retour aux sources – Patricia Briggs.

Éditeur : Milady Graphic
Nombre de pages : 112
Prix : 12,90€

Résumé : « Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. » Mercy Thompson n’est pas une fille ordinaire. Mécanicienne, dure à cuire, elle n’hésite pas à mettre les mains dans le cambouis. Et si vous la cherchez, elle se change en coyote. Un pouvoir bien pratique quand elle se retrouve plongée en pleine guerre des meutes de loups-garous, mais inefficace contre sa mère !

Mon avis : Je ne suis pas une adepte des comics, je connais, j’ai des amis autour de moi qui aiment beaucoup et qui m’en parlent souvent sans que j’ose passer le pas jusqu’à celui-ci. Oh ! Bien sûr, j’attends impatiemment la sortie du comics d’Anita Blake depuis plus d’un an, mais aucun ne m’avait poussée à franchir le cap.

Retour aux sources est sorti alors que Patricia Briggs était de passage en France en mars, en marge du salon du livre de Paris. Je ne pouvais rater ni le passage de l’auteur, ni la sortie du comics. Le premier lu et possédé. J’ai beaucoup aimé la première prise en main, la couverture est belle est brillante et les pages toutes douces, sans parler de cette odeur d’encre, entêtante mais que j’adore sentir !

J’aime beaucoup le personnage de Mercy et j’étais curieuse de découvrir ses traits nés sous la plume d’un dessinateur. Je n’ai pas été déçue, elle ressemble assez à l’image que je m’en suis faite, je la vois peut-être un chouilla plus jolie, mais l’ensemble reste cohérent. Le graphisme est typique des comics (de ce que j’en connais), les dessins sont nets et les couleurs sombres, totalement en accord avec l’univers dans lequel évolue Mercy.

L’histoire nous narre l’arrivée de Mercy au Tri-Cities, comment elle en est arrivée à travailler dans un garage, ses premiers contacts avec la meute locale, et l’on découvre ainsi tout un pan de sa vie qui nous était inconnu, même si son absence ne gênait en rien la compréhension de l’histoire comme elle est plantée dans les romans. J’ai beaucoup apprécié découvrir Mercy plus jeune, et donc un peu différente, en apprendre plus sur elle et sur sa première rencontre avec Adam, le chef de la meute locale.

J’aime vraiment l’univers de Patricia Briggs (pour ceux qui ne l’auraient pas encore saisi ^^) et ce nouveau format ne fait que le confirmer. C’était mon premier contact avec un comics et je crois que l’expérience est vraiment concluante et que je vais essayer de la retenter le plus vite possible !


Cliquez si vous souhaitez l’achetez