Virgin river tome 7 – Robyn Carr

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  704
Date de parution : 8 janvier 2020
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : ATTENTION SPOILER
Rien ne va plus à Virgin River. La belle Muriel est partie à Hollywood tourner un film, et Walt se morfond entre ses chiens et ses chevaux. Abby, enceinte de jumeaux, se débat avec ses ennuis financiers et la ténacité de Cameron, qui refuse de n’être qu’un géniteur pour elle. Dan, un nouveau venu plutôt mystérieux, cherche la rédemption et la trouvera peut-être auprès de Cheryl, que la vie n’a pas épargnée. Et surtout, Rick, le jeune marine, rentre d’Irak où il a perdu une jambe, profondément changé par cette épreuve. Mais au milieu de tous ces drames humains, l’espoir survit grâce à l’amitié, l’amour et l’énergie des jeunes générations…

Mon avis : Ayant lu les 5 premiers tomes, j’avais envie de retrouver les personnages que je commence à bien connaître et me replonger dans l’univers de Virgin river.

Je ne ferais pas de résumé personnel de ce tome, pour éviter de vous en dévoiler encore plus que le résumé précédent ^^.

Les tomes passent et nous prenons des nouvelles des personnages précédents. Nous voyons comment évoluent leur histoires et leur vie. Mais surtout nous en découvrons de nouveaux. Des personnages secondaires deviennent personnages principaux et vice versa.
Cette petite ville de Virgin river est de plus en plus réelle à mes yeux et me donne envie de la visiter, de croiser Mélinda et Jack et de discuter un peu avec eux. De m’assoir au coin du bar local pour pouvoir voir de mes yeux tous ses habitants que j’ai l’impression de connaitre depuis toujours. De imprégner de l’ambiance et surtout d’y rester. Mais cela n’est pas possible, alors je me contente de tourner les pages et de lire les tomes qui suivent… D’ailleurs il va falloir que je me renseigne pour savoir si la suite va également être éditée en double tome où si je vais devoir fouiner pour trouver les anciennes éditions.
Bon, j’ai un petit bémol à ajouter tout de même. Les personnages n’ont pas toujours eu des vies faciles, mais tout s’arrange parfois vraiment trop bien et trop vite… Mon côté trop réaliste surement.
Je recommande vraiment ce livre pour les fans de romances douces et des fans de séries télé.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Personne n’a peur des gens qui sourient – Véronique Ovaldé

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  254
Date de parution : 5 février 2020
Prix : 7,20€
Acheter : Amazon

Résumé : Gloria a choisi ce jour de juin pour partir. Elle file récupérer ses filles à l’école et les embarque sans préavis pour un long voyage. Toutes trois quittent les rives de la Méditerranée en direction du Nord, la maison alsacienne dans la forêt de Kayserheim où Gloria, enfant, passait ses vacances. Pourquoi cette désertion soudaine? Quelle menace fuit-elle? Pour le savoir, il faudra revenir en arrière, dans les eaux troubles du passé, rencontrer Giovannangeli, qui l’a prise sous son aile à la disparition de son père, lever le voile sur la mort de Samuel, le père de ses enfants – où était Gloria ce soir-là ? -, et comprendre enfin quel rôle l’avocat Santini a pu jouer dans toute cette histoire. Jusqu’où peut-on protéger ses enfants? Dans ce roman tendu à l’extrême, Véronique Ovaldé met en scène un fascinant personnage de mère dont l’inquiétude face au monde se mue en un implacable sang-froid pour l’affronter.

Mon avis : J’ai déjà vu le nom de l’autrice passer sur les réseaux sociaux mais je n’avais pas eu l’occasion de la découvrir. Le résumé de cette édition poche m’a plu et j’ai voulu la connaitre.

Gloria fuit avec ses filles un matin de juin. Sans explication elle traverse la France pour les mettre à l’abri. C’est petit à petit qu’on découvre les raisons de cette fuite obscure…

Gloria est une femme mystérieuse. Dès les premières pages on est intriguée par cette aura sombre qui l’entoure. Elle n’a pas eu une vie facile mais on sent bien sa détermination, celle d’être heureuse malgré tout et de protéger sa famille à tout prix. Elle est obstinée et sait ce qu’elle veut. Si au départ on la trouve un peu faible et dépendante des autres, en tournant les pages et en apprenant sa vie on s’aperçoit qu’il n’en est rien. C’est un personnage véritablement complexe, une véritable palette de gris qui donne à réfléchir sur la nature humaine. Sur ces gens qu’on sous-estime parfois et qui nous surprennent lorsqu’ils réagissent et avancent malgré tout.
L’intrigue est très bien construite. Il y a certes peu de dialogue mais la narration permet une lecture facile et rapide. C’est un réel plaisir de découvrir la plume de Véronique Ovaldé. De voir comment elle manie habillement les flashback et nous fait petit à petit marcher dans les pas de Gloria.
Je ne m’attendais pas à un tel dénouement. La fin arrive doucement, sans se presser et quand elle arrive les dernières pièces du puzzle se mettent en place logiquement. On se dit que parfois ce ne sont pas toujours les autres dont il faut se méfier. Que les gens ne sont pas toujours ce qu’ils laissent paraitre. Le petit bémol réside pour moi sur certaines incohérences ou facilités qui m’ont un peu dérangée. Et c’est avec plaisir que j’échangerai avec vous dessus si vous le désirez.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

 

Virgin River tome 4 – Robyn Carr

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  442
Date de parution : 6 novembre 2019
Prix : 14,90€
Acheter : Amazon

Résumé : ATTENTION SPOILER
Quelques mois avant d’accoucher, Vanessa Rutledge a perdu son mari, Matt, qui servait en Irak. Dans ce moment de désespoir, c’est Paul, le meilleur ami de Matt, qui l’a épaulée et consolée. Elle qui pensait ne plus pouvoir aimer est troublée par la loyauté et le charme de Paul. De son côté, ce dernier aime Vanessa en silence depuis des années. Mais une de ses ex vient de lui annoncer qu’elle est enceinte de ses oeuvres. Et un homme d’honneur ne se dérobe pas à ses responsabilités. Au bout du chemin, Vanessa et Paul auront-ils droit à la deuxième chance qu’ils méritent ?

Mon avis : J’ai beaucoup aimé les 3 tomes précédents. Cette série de Robyn Carr a été une vraie belle découverte de 2020. Je continue donc ma lecture.

Je ne vous ferais pas de résumé personnel puisque le résumé de la 4ème de couverture en dévoile suffisamment.

J’ai apprécié de me replonger dans le petit monde de Virgin River. J’adore retrouver des personnages que j’ai aimé. Savoir ce qu’ils deviennent, comment ils évoluent, ce que leur réserve l’avenir. Et avec cette série, je suis comblée.
À chaque tome nous savons ce que deviennent les personnages des tomes précédents mais nous faisons également connaissance avec de nouveaux arrivants. Ce qui apporte toujours un petit coup de fraicheur. C’est un des points forts de cette série.
Il y a toute fois quelques éléments qui m’agacent… Si l’intrigue est bonne, les histoires de couples originales, je trouve que tout se solutionne un peu trop facilement. On est comme dans le monde des bisounours où rien de vraiment mal ne peut vous arriver. Bien sûr, il y a des coups du sort, mais aucun qui ne soient surmontables.
Les personnages sont trop de bons sentiments, ça dégouline un peu trop. Tout le monde s’entend bien et la jalousie  l’envie, la colère, la haine n’existent pas ou ne font que passer très brièvement. Et Surtout cette manie que les bébés arrivent comme ça à chaque fois. Comme si l’aboutissement d’une vie était d’être en couple et d’avoir des enfants.
Les hommes sont tous des anciens militaires ou le deviennent. Comme si c’était une obligation pour tous les personnages du roman s’ils veulent rester dans l’histoire.
Pourquoi je continue à les lire me direz-vous ? Parce que j’aime beaucoup l’ambiance retranscrite par l’autrice. En quelques lignes elle arrive parfaitement à retranscrire l’ambiance d’une réunion familiale ou entre amis, et j’adore vraiment ça ! Je lirais surement rapidement les tomes 5 et 6 qui sont déjà dans ma PAL.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Bienvenue au motel des pins perdus – Katarina Bivald

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  702
Date de parution : 8 janvier 2020
Prix :8,20€
Acheter : Amazon

Résumé : l y a une minute, Henny Broek traversait la rue, maintenant elle est plantée sur le trottoir et regarde son cadavre. Elle est donc décédée dans un accident de la route et devrait rejoindre le royaume des morts. Mais elle a passé toute sa vie dans la même petite ville, elle a toujours travaillé dans le même motel décati et elle ne compte pas leur dire adieu de sitôt. Alors qu’elle regarde ses amis et ses proches réunis pour son enterrement, Henny est confrontée à un nouveau défi : les aider à retrouver leur joie de vivre, malgré leur apparente détermination à rester isolés et malheureux. Henny décide de raviver les vieilles amitiés et de réunir les anciens amants. Pendant ce temps, son cher Motel des Pins perdus reprend vie lui aussi et se peuple d’étrangers pas forcément bienvenus. Les habitants de la ville ne sont pas ravis du changement et la tension monte entre le personnel du motel, les clients et les riverains. Est-ce que Henny aide vraiment ses amis et sa ville en restant parmi eux ? Le bonheur se révèle bien vite plus compliqué qu’elle ne pensait, mais pour elle, tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir.

Mon avis : Même si j’ai un peu de mal à lire depuis quelques temps, je lis un peu quand même, le plus dur étant ensuite d’écrire mon avis. En cette période de confinement, j’espère réussi à rattraper mon retard. Voici un premier avis avec cette petite lecture qui fait du bien.

Henny meurt bêtement et subitement. Elle n’était pas prête à mourir et s’attarde près de ses proches quand elle décide de les aider à être heureux avant de partir définitivement.

J’ai passé un très bon moment lecture avec ce roman. Certes il est long mais on ne voit pas les pages défiler. L’écriture et simple et l’autrice ne nous abreuve pas de descriptions indigestes. Au contraire, elle arrive à nous plonger dans le quotidien de cette petite ville d’Amérique avec beaucoup de justesse et de réalisme. J’ai apprécié le temps passer avec cette petite communauté.
J’ai également beaucoup aimé le personnage de Henny, la suivre et voir le monde, son monde à travers ses yeux. Elle est parfois très consciente de ce qui l’entour, des qualités et des défauts de chacun, mais aussi un peu naïve. C’est très agréable de découvrir chaque personnage, son histoire, ses secrets, ses aspirations, sa façon de voir la ville et l’avenir. Petit à petit on apprend à connaitre tout le monde et comment chacun en est arrivé là où il est aujourd’hui.
C’est une très jolie lecture que je conseille pour passer un bon moment.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Virgin river tome 1 & 2 – Robyn Carr

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  729
Date de parution : 6 novembre 2019
Prix : 14,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Que diriez-vous d’un changement d’horizon, d’un dépaysement total ? Destination : une petite ville du nord de la Californie, un endroit pittoresque, avec des habitants chaleureux et attachants. Vous croiserez Melinda, qui vient justement de s’y installer comme infirmière, avec quelques projets. Si vous prolongez votre séjour, allez déjeuner dans le restaurant où Vic, un ancien marine, travaille. Il vous racontera pourquoi il a décidé de poser ses valises au pied de ces montagnes. Et bien d’autres personnages hauts en couleur… Bienvenue à Virgin River !

Mon avis : J’ai découvert cette série comme pas mal de monde grâce à la série adaptée par Netflix. J’ai eu envie de la lire avant de regarder les épisodes, ce qu’il ne faut pas faire je sais. Mes copinautes de blog m’ont avertie que c’était de la romance et que j’étais moyennement fan, mais je me suis entêtée. Et j’ai bien fait !

Melinda a décidé de quitter Los Angeles et la tristesse qu’elle traine pour repartir de zéro. Elle ne s’attendait pas à trouver une bourgade si loin de tout et si décrépie. Un incident fait qu’elle y reste et qui sait ce que cela lui réservera…

Dès la première cinquantaines de pages j’ai été sous le charme de Virgin river. De ses habitants, de son calme, de sa sérénité, de son air pur (bon ok, là j’imagine beaucoup), de ses grands espaces… Tout cela est décrit tellement parfaitement qu’on a envie d’y vivre (peut-être pas longtemps pour ma part, citadine convaincue), de pousser la porte du bar de Jack et de se mettre au comptoir pour boire un verre. On a envie de se balader dans on unique rue et de parcourir la nature.
L’autre chose que j’ai beaucoup aimé également, ce sont les personnages. D’accord nous suivons essentiellement Melinda et Jack, mais il a y énormément de personnages secondaires que l’auteur nous fait rencontrer. Cette bourgade est peu peuplée, mais nous en connaissons tous les habitants au fil des pages. Et on s’aperçoit très vite qu’ils seront également présent dans les autres tomes (la série initiale fait 10 tomes ) et c’est justement ce que je préfère dans les longues sagas : retrouver tous les personnages que j’ai aimé. Je pense que dans celle-ci je suis gâtée.
En plus, même s’il y a de la romance, elle n’est pas omniprésente. Elle est plutôt discrète. Bon, cela reste de la romance, mais qui ne m’a pas trop fait lever les yeux au ciel.
Ce début de saga est très prometteur et j’ai hâ te de me mettre aux 4 tomes suivants qui sont déjà dans ma PAL.
Melinda est restée à Virgin river, j’ai quand même voulu lire cette romance, et nous avons bien fait toutes les deux !

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.