Le matin en avait décidé autrement – Salomé Vienne

Éditeur : Mnémos / Naos
Nombre de pages : 336
Date de parution : 21 octobre 2016
Prix : 14,90€

Résumé : Éda et Théo avaient tout pour être heureux. Des gamins comme les autres, qui jouaient à se faire peur en se racontant des histoires au pied du grand châtaignier. Un jour pourtant, Éda disparaît sans laisser de traces. Et tout le monde oublia l’arbre, Éda et ses rêves étranges. Tous, sauf Théo… Commence alors pour lui l’expérience du doute, l’adolescence puis l’âge adulte. Mais de l’autre côté des mondes, prisonnière de la cellule 222 du Centre de tests génétiques de l’Empire, Éda vit encore et lutte, chaque matin, pour un fol espoir : retrouver Théo et lui confier sa dernière histoire, celle de sa survie… Salomé Vienne nous entraîne aux confins des mondes, là où l’impossible et le merveilleux se rencontrent pour forger un récit hypnotique.

Mon avis : Il va m’être difficile de vous écrire un avis sur ce livre. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé. Je ne peux pas dire non plus que je n’ai pas aimé. J’ai surtout l’impression de n’avoir pas tout saisi… et ça m’agace ! 😉

Éda et Théo ont passé leur enfance ensemble. Ils partagent tout, surtout leur monde imaginaire dans lequel ils s’évadent des heures. Jusqu’au jour ou Éda disparait et où Théo dépéri. Alors Théo décide de la retrouver. Mais ce n’est pas aussi simple que ça.

Lorsque j’ai commencé les premières pages de ce roman, je me suis dit que je ne le terminerai pas. L’écriture était trop poétique pour mon esprit terre à terre. Souvent je me suis demandée où j’étais et si je comprenais bien les métaphores. Mais j’ai voulu persévérer et quelques pages plus loin j’ai beaucoup plus accroché. On retombait dans un monde à ma portée.
La richesse de ce livre, ce sont les différents mondes créés par l’auteure. Je ne sais pas où elle a trouvé tout ça, elle dit qu’elle les tire de ses rêves, ils sont bien inspirés les siens. Mais, même si j’ai compris qu’il y avait différent monde, j’ai eu du mal à comprendre le principe, le fonctionnement. Mon esprit cartésien demandait plus d’explication. Cela ne gène pas la compréhension de l’histoire, et je pense que ça a suffit à pas mal d’autres lecteurs, mais moi ça à manqué à mon plaisir de lecture.
J’ai trouvé qu’il y avait aussi parfois trop de monde qui se superposaient, que certains n’étaient pas indispensable, qu’on en savait trop peu sur eux, abordés en quelques pages, et que je voulait en savoir plus sur ceux dans lesquels évoluaient Éda et Théo… Oui, je suis une lectrice insatisfaite et exigeante. Attention, l’auteure écrit très bien, on sent tout le travail et l’amour qu’elle y a mis, mais sa construction est atypique et peut-être un peu trop pour moi.
Bref, j’ai tout de même passé un très bon moment lecture avec ce livre. J’ai aimé suivre Éda et Théo, je me suis attachée à eux, mais j’aurais aimé en apprendre plus sur eux. Vous voyez ? Il y avait un peu trop de… et pas assez de… Non ? Vous ne voyez pas ? Alors lisez-le et vous saurez 😀

Je remercie Mnémos pour cette lecture.

47/65

Opération pantalon – Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 260
Date de parution : 23 mars 2017
Prix : 14,90€

Résumé : Liv Spark, 11 ans, est un garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit. Avoir deux mamans, c’est vraiment le pied, et Liv est impatient de commencer le collège et de s’y faire de nouveaux amis. Garçon ou fille, la question ne s’est jamais posée pour le moment, ses parents le laissant s’habiller et s’exprimer comme il le souhaitait. Mais tout va basculer lorsqu’il découvre qu’il lui faudra porter une jupe. Liv n’a aucune envie de se plier à la politique stricte de son école concernant l’uniforme, mais il n’est pas encore prêt non plus à partager son secret, il lance alors l’Opération Pantalon, une campagne qui vise à permettre aux filles de porter un pantalon. Si tout le monde pense qu’il est une fille, eh bien, il fera semblant…pour le moment. Pendant cette campagne, Liv va être victime de harcèlement scolaire, d’un deuil familial et des remarques désagréables du proviseur. Après s’être fait jeter par son meilleur ami, Liv va devoir réapprendre à faire confiance. Trouvera-t-il le courage de partager son secret, et de dire à sa famille et à ses amis qui il est vraiment ? Opération Pantalon est un livre plein d’humour et de tendresse qui parle d’amitié et de comment rester fidèle à soi-même.

Mon avis :

46/65

À la place du cœur saison 2 – Arnaud Cathrine

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 291
Date de parution : 23 mars 2017
Prix : 16,50€

Résumé :  » La fin de l’année 2015 arrive à grands pas. Je me suis souvent demandé ces derniers mois : j’ai quoi à la place du cœur ? À la place du cœur, j’ai toi.  »
Cette saison est celle de l’éprouvant retour de Caumes à la vie. Il est raconté par son cousin, Niels, depuis la côte Atlantique : tout un été à tenter de sortir Caumes de sa torpeur muette et rageuse. Puis c’est Esther qui prend la parole : elle dont Caumes s’est peu à peu éloigné ; elle dont l’amour ne lâche pas ; elle qui, faute de pouvoir tourner la page, s’est persuadée qu’un après était possible dans ses bras. Mais ces jeunes adultes sont aussi les enfants de novembre, les enfants du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge. La vie n’a pas fini d’être mise à l’épreuve. La vie n’a pas fini d’être à réinventer.

Mon avis : Le premier tome m’avait beaucoup touché (vous pouvez retrouver mon avis ICI ) et j’avais hâte de retrouver les personnages d’Arnaud Cathrine.

Il est difficile de faire un résumé de ce roman. Parce qu’il est tout en émotions et que j’aimerai que vous puissiez les découvrir par vous même. Et surtout, puisque c’est un second tome, je n’aimerai pas trop vous en dévoiler sur le premier par mégarde.

Comme vous l’avez compris dans les lignes précédentes, ce livre m’a beaucoup touché. Au même titre que le premier. L’auteur réussi l’exploit de faire plus fort dans le 2ème tome que dans le 1er.
Il y a les grands événements qui touchent la France et les plus petits, qui touchent beaucoup moins de personnes mais qui font tout aussi mal, si ce n’est pas plus. Le point commun avec ces événements ? L’incompréhension de l’autre, la peur de l’autre, le manque de tolérance… Ces maux qui existent depuis la nuit des temps et que l’homme, malgré sa soi-disant grande intelligence, n’arrive pas à vaincre. C’est dommage, si on se souciait plus de l’autre quelque soit ses convictions on ne s’en porterait que mieux.
Arnaud Cathrine ne donne pas de solution à ce « problème », il montre comment une bande d’ami à réussi à surmonter la douleur. Ce que l’on fait tous à longueur d’année, sans même s’en apercevoir parfois. Malgré les souffrances, on avance, on est programmé pour. On ne le fait seulement pas tous à la même vitesse. C’est un très joli roman, au même titre que le premier, à mettre entre toutes les mains.

Je remercie la Collection R pour cette lecture.

45/65

Autopsie tome 1 – Whitechapel – Kerri Maniscalco

Éditeur : Milan
Nombre de pages : 353
Date de parution : 18 janvier 2017
Prix : 15,90€

Résumé : 1888, quartier Est de Londres. Depuis quelque temps, des meurtres sanglants et horribles touchent les femmes de petite vertu de Whitechapel. Une jeune femme, de bonne famille, en avance sur son temps, enquête au côté de son oncle, médecin légiste.

Mon avis : Un livre sur les crimes de Jack l’éventreur ? Ah bah bien sûr que je prends ! Si en plus l’héroïne est une femme je suis comblée !

Audrey Rose étudie la médecine légale. Rien de bien folichon. Sauf qu’on est à la fin du 19ème siècle et que ça ne se fait pas pour les jeunes filles de cette époque. Et quand elle décide de traquer Jack l’éventreur,  y’a de quoi faire hausser les sourcils de la Reine Victoria.

J’aime beaucoup ces romans dont l’action se déroule à l’époque victorienne. Les usages de l’époque, certes désuets me font toujours sourire. Je crois que jamais je n’aurai survécu à cette époque. Mais j’aime lire comment cela se passait et je me réjouis surtout de notre évolution.
Audrey Rose aurait pu faire partie des Suffragettes, elle « milite » essentiellement pour elle, pour pouvoir faire ce qu’elle a envie sans être chapeautée par un homme, mais elle aurait surement adhéré au mouvement. C’est un personnage attachant parce qu’elle ne baisse jamais les bras, quand elle a un objectif en tête elle s’y tient, même si pour ça elle doit tenir tête aux hommes et à leur machisme. Bien sûr elle n’a pas les mêmes libertés de mouvement que celles que nous avons actuellement, mais elle arrive à se faire respecter et faire son petit bout de chemin.
J’ai beaucoup aimé également faire toutes ses découverte sur la médecine légale, même si tout reste plutôt soft, il y a quand même quelques détails sanglants. Ce qui nous amène à l’enquête. Je l’ai parfois trouvé un peu tiré par les cheveux mais l’auteure arrive à retomber sur se pattes et à nous tenir en haleine une bonne partie du livre. Elle détourne nos soupçons pour ensuite mieux créer le doute (même si j’avais ma petite idée de « qui » passé les 3/4 du livres, oui je me la pète un eu 😉 )
Malgré une enquête originale, j’ai relevé quelques incohérence de temps qui m’ont fait revenir en arrière pour être sure d’avoir bien lu… Je ne sais pas si ça vient de la traduction, mais je suis assez étonnée de « l’erreur ». Enfin, passé quelques instant d’agacement, je me suis vite replongé dans ma lecture.
J’ai passé, somme toute, un très bon moment avec ce livre.

Je remercie Milan pour cette lecture.

44/65

Les filles bien ne tombent pas amoureuses des mauvais garçons – Emily Blaine

Éditeur : &H
Nombre de pages : 270
Date de parution : 22 mars 2017
Prix : 7,50€

Résumé : Je m’appelle Abby Harper et je suis celle qui sauvera votre carrière. Mon job ? Enjoliver, camoufler, désamorcer. En bref : effacer vos faux pas, gommer vos erreurs et vous coller une auréole sur la tête. Dans mon domaine, je suis assez douée. Enfin, c’est ce que je croyais jusqu’à ce qu’on me confie le cauchemar de tout attaché de presse : Garrett McIntyre. Une gueule d’ange à la réputation démoniaque : alors qu’il était sur le point de devenir l’enfant chéri d’Hollywood, il a insulté tout le gratin pendant la cérémonie des oscars et a taillé la route, abandonnant sa carrière prometteuse. Aujourd’hui, on me demande de le faire revenir. Et comme j’ai l’impression que convaincre monsieur « j’ai été élu deux fois l’homme le plus sexy de l’année » ne sera pas si simple …..

Mon avis : Je n’avais jamais lu de roman d’Emily Blaine et à force de la voir un peu partout sur la toile de mon réseau, j’ai voulu la découvrir.

Abby s’occupe des relations avec la presse. Lorsque vous êtes une star et que vous faites une bêtise c’est elle qui peut vous sauver la mise. Jusqu’au jour où son patron lui propose un dossier explosif, celui de Garrett McIntyre.

Je ressors très mitigée de ma lecture. Je suis incapable de dire si j’ai aimé ou détesté. Il y a des choses que j’ai appréciées et d’autres qui m’ont agacées. Vous le savez surement, je ne suis pas très romance. J’aime en lire de temps en temps pour me vider la tête mais pas trop souvent (quoique j’ai l’impression de me répéter depuis quelques avis, donc je dois en lire pas mal en ce moment). Donc, quand je commence un livre de romance je suis toujours assez critique et la pauvre Emily n’y a pas échappé…
Le personnage d’Abby est sympathique mais sans plus. Elle a son petit caractère mais abdique facilement face à la difficulté. J’aime les filles plus têtues (un peu comme moi quoi 😉 ) et Abby ne l’était pas assez. Quant à Garrett… il m’a laissé froide. Je ne lui ai trouvé aucun charme, il ne m’a pas fait rêver. Leur histoire ? Pareil… Il y avait du potentiel, mais tout arrive trop vite et trop facilement (oui encore plus que d’habitude dans ce genre de roman).
Le petit plus c’est qu’on voit que l’auteur à fait des recherches sur le métier d’attachée de presse et que le côté professionnel est 100% crédible.
Dans l’ensemble le roman n’est pas mauvais. Mais pour ce qui est de la romance, j’attends un peu plus. Bon, j’ai encore un roman d’Emily Blaine dans ma PAL et je ne vais pas m’arrêter à un seul essai, je laisserai sa chance à Colocs (et plus) dès que j’aurais le temps de le lire 🙂

Je remercie &H pour cette lecture.