Les wonderwomen aussi mettent une culotte gainante – Mathou

♦ Éditeur : J’ai lu
♦ Nombre de pages : 144
♦ Date de parution :  16 janvier 2019
♦ Prix : 6,90€
Achat: Amazon

Résumé : Des dessins qui font du bien au corps, au coeur et à l’âme pour les gourmandes, les femmes pas parfaites, les working girls, les filles qui s’assument, les mamans rigolotes. Derrière le vernis de la perfection, toutes les femmes et toutes les mères sont en réalité juste normales : elles font ce qu’elles peuvent. Elles mangent du chocolat (et pas seulement du noir 70 %), chantent (trop) fort après trois apéros, plantent à l’occasion leurs enfants devant la télé, se mettent de l’anti-cernes et parfois même une culotte gainante !

Mon avis : De temps en temps, une petite BD humoristique fait du bien ! Histoire de se dérouiller les zygomatiques.

Mathou nous fait part ici des joies de la vie de jeunes parents, mais pas que !

J’ai passé un très bon moment avec ce livre qui a rempli son office de me faire passer un bon moment. Bon, par contre il m’a pas mal découragé pour avoir un enfant 😛 😀
Mathou arrive à nous partager ses expériences avec beaucoup de justesse et ce qu’il faut d’auto-dérision pour que rire d’elle ne sont pas méchant. D’ailleurs, même sans être parent, pas mal des situations qu’elle relate arrivent à grand nombre d’entre nous.
C’est toujours difficile pour moi de faire un avis sur une BD, surtout quand elles sont humoristiques. Elles sont très courtes et n’ont pas d’histoire… à part dire que j’ai bien aimé et que j’ai passé un bon moment (et ça je l’ai déjà dit) je suis un peu démunie…
Bref, si vous voulez sourire, n’hésitez surtout pas ! 🙂

Je remercie j’ai lu pour cette lecture.

Nos éclats de miroir – Florence Hinckel

♦ Éditeur :Nathan
♦ Nombre de pages :175
♦ Date de parution :  17 janvier 2019
♦ Prix : 8,40€
Achat: Amazon

Résumé : Je m’appelle Cléo, et j’aurai bientôt 15 ans, 1 mois et 20 jours? Cette date est importante pour moi, car c’est à cet âge-là que tu es morte, ma chère Anne Franck. Tu es mon écrivaine préférée ! Alors j’ai décidé de m’adresser à toi dans ce nouveau carnet. Je vais te raconter ce qui m’interroge, me fait rire ou bouleverser.

Mon avis : Ce livre est arrivé un matin dans ma boite aux lettres. Je n’avais pas spécialement d’envie de le lire, mais comme il n’était pas épais, je me suis laissée convaincre par la douceur de la couverture.

Chloé a décidé de tenir un journal où elle s’adresse à Anne Franck. À travers les pages on la voit changer et grandir.

C’est une lecture toute douce, qui se dévore en 2h à peine. Chloé est un personnage qui ne fait pas de vague, qui voit toujours la vie du bon côté et qui estime qu’elle n’a pas lieu de se plaindre. Alors elle prend les jours les uns après les autres, en observant autour d’elle et en gardant tout ce qu’elle peut penser pour elle. Ou presque. Puisqu’elle confie tout à son journal. Jusqu’au jour où elle s’affirme, doucement, sous nos yeux, comme une deuxième naissance.
Ce livre est très poétique, j’ai parfois été étonnée de ce que pouvais écrire une ado de 14 ans, mais nous n’avons pas tous la même sensibilité et certains arrivent à jouer très tôt avec les mots. Je ne suis pas très sensible à la poésie (et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayer en cours de français pendant des années !) mais ce livre se lit très bien et très vite.
C’est une jolie histoire toute douce avec une jolie note d’espoir en l’avenir.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

15/65

Les enquête de Lexi Carmichael tome 1 – On ne vit qu’une fois – Julie Moffett

♦ Éditeur : Collection Infinity
♦ Nombre de pages : 450
♦ Date de parution :  28 janvier 2019
♦ Prix : ebook : 5,99€ – Broché : 23,00€
Achat: Amazon

Résumé : Moi, c’est Lexi Carmichael, super geekette. Je passe mes journées à arrêter les pirates informatiques à la NSA, l’Agence pour la Sécurité nationale. Mes nuits ? J’essaie d’éviter ma mère et j’avale des céréales en guise de dîner. J’ai beau travailler pour une agence ultra confidentielle, je n’ai jamais participé à des courses-poursuites infernales, jamais siroté de martini ( mélangé à la cuillère, et non pas au shaker, contrairement à James Bond) ni décoché de flèche empoisonnée avec un parapluie. Jusqu’à aujourd’hui, en tout cas, car deux voyous armés de revolvers ont fait irruption dans ma vie et ma meilleure amie a disparu. J’ai donc demandé un coup de main aux jumeaux Zimmerman – les mystérieux créateurs des réseaux électroniques les plus sensibles d’Amérique – pour naviguer dans un labyrinthe déconcertant et tâcher de retrouver sa trace. Sur ma route, je vais croiser un agent secret sexy et un avocat riche et séduisant qui, ma foi, ont bien l’air de craquer tous les deux pour moi. Piratage informatique, espionnage, espions canon, voilà le rêve d’une geekette qui devient réalité. Mais c’est sans compter sur ces deux brutes armées jusqu’aux dents.

Mon avis : En lisant le résumé, ce livre m’a fait pensé à Stéphanie Plum et comme cela fait longtemps que je n’ai pas lu ce genre de roman, je me suis facilement laisser tenter.

Lexi est une gentille geekette qui travaille à la NSA, elle même une vie tranquille entre ses amis et sa mère qui essaye de la marier à tout prix, jusqu’au jour où sa vie dérape avec l’arrivée d’un courrier et qu’elle a bien du mal à la reprendre en main.

Dès les premières pages, je me suis attachée à Lexi. Je ne m’y suis pas vraiment identifiée, vu que c’est une grande blonde et que je suis plutôt petite brune et que je suis loin de toucher ma bille en informatique, mais son côté Gaston Lagaffe un peu rêveur a suffit. J’ai aussi beaucoup aimé son entourage, sa voisine, les jumeaux, ses parents… Toute cette galerie de personnages atypique mais un peu caricaturale m’a souvent fait sourire.
L’enquête est bien menée, et jamais je n’aurais eu l’audace de l’autrice dans ces théories, mais ça tient la route et je me suis laissée porter, frémissant à chaque rebondissement. Pas une fois je ne me suis ennuyée.
Il y a pourtant deux petits « hic ». On retombe, encore une fois, sur le traditionnel triangle amoureux, où la fille qui ne se trouve pas belle n’en revient pas de plaire à deux hommes canons totalement différents. Ça fait malheureusement un peu trop déjà vu. Et j’ai trouvé que l’autrice ne mettait pas assez l’accent sur le côté geekette de Lexi. J’aurai aimé qu’il soit un peu plus mis en avant.
J’ai tout de même passé un excellent moment avec ce roman et j’ai hâte de découvrir la suite. La série en version originale fait 11 tomes et j’espère qu’on pourra tous les avoir traduits en français.

Je remercie Collection Infinity pour cette lecture.

Les nouveaux voisins – Catherine McKenzie

♦ Éditeur : J’ai lu
♦ Nombre de pages : 474
♦ Date de parution :  9 janvier 2019
♦ Prix : 8,40€
Achat: Amazon

Résumé : Méfiez-vous des apparences… Julie Prentice et sa famille emménagent dans un quartier résidentiel de Cincinnati pour échapper à un corbeau qui harcèle Julie depuis la publication de son polar à succès des années auparavant. Mais la présidente de l’association de quartier ne facilite pas leur intégration : en vrai tyran, elle régit la vie de tous et oppresse Julie qui doit faire face à la curiosité du voisinage. Lorsque celle-ci reçoit de nouvelles menaces, elle prend peur : sont-elles le fait du corbeau, de voisins malveillants ou tout simplement le fruit de son imagination trop fertile ? Alors que la tension monte et que Julie perd pied, le calme apparent d’une rue sans histoires se transforme bientôt en cauchemar.

Mon avis : Étant dans une période où les polars trouvent particulièrement grâce à mes yeux, je me suis laissée séduire par le résumé de ce roman.

Je préfère vous le dire de suite, l’intrigue est assez particulière. Cela arrive rarement, mais ici, nous ne savons pas qui est la victime. On apprend assez vite qui est le suspect, mais on n’apprend que lors des toutes dernières pages qui est la victime et pour une fois on se creuse la tête à savoir qui est mort plutôt que qui est l’auteur du crime. J’ai beaucoup aimé cette particularité.
l’histoire est écrite à deux voix et sur 2 périodes, maintenant et dans le passé. On découvre la vie de ce quartier dans lequel emménage Julie et sa famille, plutôt calme mais sous la coupe de la présidente de l’association de quartier, les drames qui s’y déroulent… Et on voit le déroulé d’une journée où se passe un procès… On sait que tout ça va se rejoindre à un moment donné, mais c’est vrai que sans victime, on avance un peu à l’aveuglette. Et franchement c’était plaisant. Pour une fan de policier comme moi, cette narration un peu particulière était rafraichissante.
J’ai vraiment aimé ma lecture et j’ai aussi envie de découvrir les autres romans de l’auteure.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

S.T.A.G.S. tome 1 – Partie de chasse – M. A. Bennett

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 379
♦ Date de parution :  21 novembre 2018
♦ Prix : 17,90€
Achat: Amazon

Résumé : Meurtrière. Mais sans avoir l’intention de tuer.
J’ai donc des circonstances atténuantes.
Et avant que vous ne perdiez toute compassion, je n’ai pas donné la mort de mes propres mains. Nous étions en groupe. Comme dans une chasse à courre.
D’abord, je dois vous parler de mon lycée. Tout part de là. STAGS est la plus vieille école d’Angleterre. La partie la plus ancienne date de 683…
Et puis, bien sûr, il y a Henry de Warlencourt.
Vous avez peut-être entendu parler de lui sur le Net ? Ou alors vous avez vu sa photo aux infos ? Personne n’aurait pu imaginer quel monstre il était.
Moi non plus.
Jusqu’à ce que je reçoive l’Invitation…

Mon avis : Le résumé m’a intrigué, l’atmosphère avec quelques mots avait déjà l’air très pesante et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Greer est boursière dans une école privée très guindée dans laquelle a du mal à se faire des amis. Mais tout pourrait changer après la réception de cette mystérieuse invitation à une partie de chasse.

Je me suis assez vite laissée porter par l’histoire de Greer (même si je dois avouer que j’ai eu du mal avec son prénom – je ne sais d’ailleurs toujours pas comment cela se prononce). C’est un personnage simple, actuel auquel on s’attache vite. Son (début) d’histoire est plutôt classique, mais c’est ensuite que cela devient assez fou !
L’école est vraiment glauque, je pense que j’aurais eu beaucoup de mal à m’y faire, mais avec un petit effort, je m’y serais habituée. Par contre, j’aurais eu beaucoup plus de mal avec les autres élèves. J’ai beaucoup de mal avec le genre ados hautains et suffisants grâce à l’argent de papa-maman. J’ai admiré la patience de Greer.
Pour ce qui est de l’histoire elle est très oppressante. Rien n’est vraiment étonnant, on s’attend à tout ce qui arrive à Greer et ses futurs amis, mais ce qui est marquant c’est l’ambiance décrite par l’auteure. On navigue toujours avec un degrés de malaise plus ou moins important.
J’ai toutefois été un peu déçue par la fin de l’histoire que j’avais vu venir… Je l’ai donc trouvé un peu facile. Heureusement tout cela a été rattrapé par les toutes dernières pages qui mènent au tome suivant que j’ai hâte de découvrir.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

14/65