Let it snow – Maureen Johnson, John Green, Lauren Myracle

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  346
Date de parution : 13 novembre 2019
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : 24 décembre. Nuit des miracles ? Ou des catastrophes ? Une terrible tempête, un train bloqué dans la neige. Gracetown : tous les voyageurs descendent ! Gracetown… Bourgade perdue au milieu de nulle part qui vous ferait presque regretter le traditionnel et soporifique repas de Noël. Pourtant Jed, Jubilé, et les autres vont partager le réveillon le plus insolite de leur vie. Dans un café bondé de pom-pom girls ou au détour d’une route enneigée, les rencontres inattendues se multiplient. Les couples se font, se défont et se refondent. Louvoyant entre les flocons, les flèches de Cupidon qui pleuvent sur la ville ne laisseront personne de glace ! John Green, Maureen Johnson, Lauren Myracle : les plumes de trois grands auteurs s’allient pour vous faire rire et rêver d’amour, créant un univers où les anges de Noël ne chôment pas !

Mon avis : Cela fait des années que je vois passer ce roman « Flocon d’amour ». Son adaptation sur Netflix et sa réédition m’ont permis, enfin, de le lire !

Trois auteurs nous livres des romances de Noël légères qui se recoupe, afin de profiter au maximum des personnages.

Je connais John Green, bien évidement en fan de lecture jeunesse/young adut, et Maureen Johnson, dont j’ai déjà lu une série, mais pas du tout Lauren Myracle. Une occasion de la découvrir…
J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Elle est légère et sincère, c’est le mot qui me vient après avoir fermé le livre. On sent la pureté qui entoure la magie de Noël. Attention, ce n’est pas mièvre pour autant. On est loin des histoires trop édulcorée. Des personnages non-sincères, il y en a, limite un peu tordu même, mais on reste sur une note positive. De toute façon, c’est clairement le but du roman : que le lecture passe un bon moment avec une lecture facile qui met du baume au cœur, et ce but est très bien atteint.
Ce qui est également intéressant c’est que les histoires se passent au même endroit et que les personnages principaux de chaque nouvelle se croisent, sans savoir ce que vivent les autres. Chaque personnage m’a touchée à sa manière et je me suis attachée à tous, même aux personnages secondaires, je pense que j’aurais facilement passé plus de temps avec eux… Certes ils sont un peu naïf et tout se passe peut-être un peu trop bien à la fin, mais c’est justement ce qu’on attend de ce genre de lectures à l’arrivée de Noël.
Je n’ai pas encore regarder le film sur Netflix, mais ça ne saurait tarder…

Je remercie Hachette pour cette lecture.

9/50

 

Un bruit sec et sonore – Jean M. Firdion

Éditeur : Didier Jeunesse
Nombre de pages :  224
Date de parution : 4 septembre 2019
Prix : 15,00€
Acheter : Amazon

Résumé : Quelques coups de feu, et la vie de Jérôme, 14 ans, bascule. Une balle lui perfore l’abdomen, et la voiture de ses parents s’écrase sur l’autoroute. L’adolescent déclare ignorer l’identité de ses agresseurs. Pourtant, il s’estime responsable du drame. Confié à une famille d’accueil, il se lie d’amitié avec leur fille Zoé. Seul témoin survivant, il craint pour sa vie. Les gendarmes piétinent, mais la disparition d’un autre adolescent relance l’enquête. Aidé par son psychiatre, Jérôme devra affronter une vérité redoutable.

Mon avis : Le résumé et la couverture rouge vif m’ont intriguée. Il ne m’en faut souvent pas plus pour commencer la lecture d’un livre.

Jérôme se réveille dans un hôpital. Il sait qu’on lui a tiré dessus et que c’est ce qui l’a conduit là, mais il ne sait plus exactement comment cela est arrivé. Il est parfois difficile de se souvenir et d’affronter la réalité.

J’ai beaucoup aimé l’intrigue de ce roman, mais j’ai eu plus de mal avec le personnage principal. Surtout au début. C’est en progressant dans ma lecture que j’ai compris certaines choses et que mon point de vue a changé.
Jérôme m’a paru naïf et colérique et ce n’est pas ce qui a aidé à ce que je m’attache à lui. Surtout qu’au début on ne comprend pas la raison de cette colère. Bon, d’accord se réveiller dans un hôpital inconnu sans avoir ses parents autour de soi peut être perturbant, mais tout de même ! En plus, il est possible que j’ai oublié comme c’était quand j’avais 14 ans, j’avoue.H
Heureusement tout s’éclaire petit à petit et j’ai même réussi assez vite à savoir où voulait en venir l’auteur. Même si je n’ai pas pu m’empêcher d’émettre des théories alternatives.
Le plus frustrant était de tout avoir du point de vue de Jérôme et de suivre son raisonnement de gamin de 14 ans. Il est évident qu’à cet âge là on n’a pas la même compréhension du monde et de son entourage et des choses évidentes pour lui ne l’était pas pour moi, et vice versa.
J’ai quand même adoré la fin qui éclaire tout ce qu’on a lu auparavant d’un nouvel éclairage et que l’on passe son temps à se dire « Ah bah oui, maintenant c’est évident ! ».
Je suis une lectrice aguerri mais ce roman remplira parfaitement son office auprès du jeune public.

Je remercie Didier Jeunesse pour cette lecture.

8/50

Like a love story – Abdi Nazemiam

Éditeur : Milan
Nombre de pages :  355
Date de parution : 1er octobre 2019
Prix : 16,90€
Acheter : Amazon

Résumé : New York, 1989.
La ville est tapissée de posters d’Act Up, et la communauté homosexuelle vit sous la menace du sida.
C’est dans ce climat que Reza, Judy et Art vont se rencontrer, s’aimer et vivre l’année la plus décisive de leur vie.

Mon avis : De puis peu, j’ai découvert des romans jeunesses qui parlent des difficultés qu’elle rencontre. Même si ces histoires sont des fiction, elles sont aussi réalistes.

Dans un monde qui découvre les ravages du sida, trois jeunes apprennent à se découvrir et trouvent qui ils sont. Ils s’aperçoivent qu’il est difficile d’être soi-même dans un pays où la tolérance n’est pas toujours de mise.

Il va m’être difficile de donner un avis construit après cette lecture tellement je suis tout en émotions après avoir refermé le livre.  Je ne suis ni gay ni queer mais le sida est toujours un sujet qui m’a touché de près et ici l’auteur ne nous ménage pas sur les ravages que cette maladie fait. Autant sur ceux atteints par cette maladie que sur leur entourage.
Plus précisément nous suivons trois adolescents touché de près par cette maladie mais qui les impacte différemment. Soit parce qu’une personne de leur famille en est atteint, soit parce que leur sexualité va les y confronter. Cela permet de se rendre compte que cette épidémie était très mal perçue au départ et qu’il a fallu que beaucoup de gens se battent pour que les choses bougent et évoluent dans le bon sens. Et qu’encore aujourd’hui tout n’est pas gagné. Il était très intéressant de voir à quel point les gens investis dans l’association Act Up ont mené leur premier coups d’éclats. De voir qu’il n’y avait pas que des homosexuels concernés par l’impact de cette maladie.
J’étais plus jeunes que nos héros à l’époque où se déroule le roman, mais j’ai compris toutes les références et compris pas mal de choses sur l’évolution de cette maladie et sur le monde queer.
Je pense que ce livre, bien qu’un peu édulcoré, permet aux jeunes de connaitre une partie de notre histoire pas très glorieuse et comment l’ont vécu les premières personnes qui y ont été confronté. Le monde n’est pas toujours rose, et même s’il évolue consentement il y a encore pas mal de trajet à faire avant d’arriver à quelque chose de correcte.
C’est une lecture très émouvante et instructive que je recommande aux plus jeunes comme aux plus âgés.

Je remercie Milan pour cette lecture.

7/50

Le visage de la sorcière – Lisa Childs

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  312
Date de parution : 1er octobre 2019
Prix : 6,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Descendante d’une lignée de sorcières persécutées à travers les siècles, Ariel n’a jamais révélé à quiconque l’existence de ses pouvoirs. Pas même à David Koster, l’homme riche et puissant dont elle partage la vie et qui vient de lui demander de l’épouser. Depuis l’enfance, en effet, elle a appris à taire son dangereux secret. Sauf qu’aujourd’hui, il semblerait que la chasse aux sorcières recommence… Terrifiée, Ariel décide de dire la vérité à David. Mais à peine s’est-elle confiée à lui qu’il change d’attitude à son égard ; secret, distant, il semble s’éloigner d’elle un peu plus chaque jour. Comme s’il était son ennemi…

Mon avis : J’aime les histoires fantastiques où les femmes sont fortes et avec des pouvoirs. Si en plus vous ajoutez une couverture mauve, vous avez le combo gagnant !

Ariel a été séparée de ses sœurs très jeunes. Elle a vécu de foyer en famille d’accueil et a appris à cacher son secret. Elle est une sorcière et les gens ne le comprennent pas. Jusqu’au moment où sa vie et en danger et où elle doit avouer son secret à l’homme qui partage sa vie.

J’attendais beaucoup de se livre et au final j’en ressors un peu déçue…
J’ai apprécié le personnage d’Ariel, elle est lucide et logique. Un peu naïve mais elle sait affronter les épreuves que la vie met sur son chemin la tête haute.
L’idée de départ sur les 3 sœurs sorcières n’est pas vraiment nouvelle, mais elle tient souvent ses promesses. Sauf qu’ici j’ai trouvé qu’elle n’était pas assez exploitée. On nous parle d’histoire familiale mais on n’apprend peu de choses la concernant. Peut-être que cela sera fait dans les tomes suivants… Parce que je suis réellement restée sur ma faim.
L’intrigue est bien, mais sans plus. On reste encore dans le vague, puisque la fin arrive réellement au dernier tome. Le plus intriguant étant que nous savons qu’il y a un ennemi mais nous ne savons pas qui il est… Rien que pour cela je pourrais avoir envie de continuer cette série.
En revanche, je suis passée totalement à côté de l’histoire d’amour d’Ariel. Je n’ai rien ressentie, elle ne m’a pas fait vibrer. Pour moi David était complètement insipide je ne lui ai trouvé aucun relief… Dommage, j’aurais bien aimé ressentir un petit quelque chose…
Bref, j’en ressors un peu mitigé, je verrais si je lis la suite.

Je remercie Harlequin pour cette lecture.

Bilan 2019

Cette année 2019 a été un peu atypique pour moi. J’ai moins lu quand j’ai eu du mal à m’organiser. J’ai eu pas mal de changement au boulot, un peu dans ma vie privée et j’ai eu du mal à organiser mon quotidien. Mais heureusement tout cela va changer en 2020.
C’est parti pour le bilan de 2019

Quels sont les moments marquants de 2018 ?
* Plein de changements au boulot : une nouvelle équipe, un nouveau service, de nouvelles responsabilités, la découverte du fonctionnement d’un CE et de la vie syndicale…
* Un homme partiellement à la saison et aussi plus à la maison.
* Beaucoup de soirée entre amis.
* Quelques passages à Toulouse.
* Les 40 ans de ma petite sœur, et la premier sortie en boite avec ma nièce.
* Une journée du 15 août entre blogueuses francophones, avec Azilis, Mylène, Karine et Frankie.
* Un salon de Montreuil que j’aime toujours autant et dont j’ai profité à fond cette année. Avec le traditionnel repas entre blogueuses. Cela fait toujours plaisir de les revoir : Francesca, Tessa, Evenusia, toujours la fidèle Mylène et j’ai fait la connaissance d’autres…. J’ai aussi discuté avec beaucoup d’auteurs et j’en ai découvert un tas d’autres. De quoi alimenter ma PAL ad vitam æternam ! Vivement l’a fin de l’année que je recommence !

Niveau lectures…
J’ai encore lu moins de livres qu’en 2018, je vous dis, j’ai eu un soucis d’organisation. Pourtant j’ai retenue la leçon Netflix et je n’y retourne qu’avec parcimonie. Mais certains livres m’ont demandé plus de temps que d’autres. Pour 2020, je mettrais une nouvelle organisation en place.

Rapidement ça donne ça (Merci goodreads)
*J’ai lu 88 livres pour 28906
* Le plus petit livre faisait 214 pages
* Le plus gros 631 pages
* En moyenne mes livres faisaient 338 pages
* Le plus populaire sur Goodreads est L’ombre de la menace de Rachel Cain
* Le moins populaire est Collé de Sophie Laroche, que nous sommes 2 à avoir lu 😛

Je vous mets les couvertures et les avis des romans qui m’ont le plus plu (il faut cliquer sur l’image pour avoir l’avis).

Ma PAL finit à 452, c’est ça quand on lit moins et qu’on dévaste un salon jeunesse ! Mais ça va, je le vis bien ! Même si elle a pris 42 livres de plus, elle grandit bien et se plait comme ça.
Je ne fais plus aucune prévision pour 2020, si ce n’est celle de faire de jolies découvertes !