Violette Hurlevent et le jardin sauvage – Paul Martin & J-B Bourgois

Éditeur : Sarbacane / Pépix
Nombre de pages : 496
Date de parution : 15 mai 2019
Prix : 19,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Le jour où Violette Hurlevent doit fuir la maison de sa mère, elle pénètre dans le Jardin sauvage, un lieu dont personne ne connaît l’origine. Elle découvre un univers immense, caché aux autres humains et peuplés d’êtres aux coutumes étranges, où les loups parlent et les pierres s’animent. Mais l’endroit recèle également de nombreux périls que la fillette affronte avec son chien Pavel.

Mon avis : Je n’avais pas prévu de lire ce livre, un peu trop jeunesse pour moi, mais l’occasion m’a été donnée et je l’ai saisie.

Violette vient d’emménager dans une maison qu’elle n’aime pas :  vielle et moisie ! Mais le jardin lui, bien que laissé à l’abandon, lui promet de belles découvertes…

Ce livre est un concentré d’histoires magiques et héroïques pour les enfants. Et comme elles se passent dans un jardin tout ce qu’il y a de plus normal, elles sont accessibles à tous. Ce qui est beau c’est ce fantastique au milieu de toute cette normalité. Et de ne pas savoir si ce que vit Violette est dû à son imagination débordante ou à un monde fantastique, à portée de tous, mais que peu ont le plaisir de découvrir. J’aime à croire que la 2ème solution est la bonne, c’est mon cœur d’enfant qui parle.
L’intrigue est bien menée, pleines de rebondissements. Les chapitres sont courts et rythment l’histoire. Les « minis aventures » de Violette s’enchainent sans laisser le temps au lecteur de se poser. On n’a pas le temps de s’ennuyer.
Les illustrations sont simples mais très jolies, le trait est rapide à l’image des aventures de Violette. Elles donnent une autre dimension à l’histoire, nous permettant de nous représenter les personnages fantasques de la même manière que l’auteur et de dessinateur les ont imaginés.
L’ensemble donne un livre addictif et palpitant pour les plus petits comme pour les plus grands.

Je remercie Sarbacane pour cette lecture.

28/65

Ce qui ne te tue pas… – Georgia Caldera

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 319
Date de parution : 20 mars 2018
Prix : 13,40€
Acheter : Amazon

Résumé : Quand la haine est aux prises avec l’amour…
Le bac en poche, les années lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page. C’est par un déménagement et l’intégration d’une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie. Artiste dans l’âme, Violette espère se révéler et s’épanouir au sein de Arte-Sup. Or son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu’insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par-dessous tout. Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation…

Mon avis : J’avais aimé la série Nos chemins de travers (Avis tome 1 ICI et tome 2 LÀ), je n’ai donc pas hésité longtemps avant de commencé se premier tome.

Violette réemménage avec sa mère pour faire ses études dans un école de dessin de Tour. Sa mère s’est remariée et Violette n’est pas sure se d’entendre avec son beau-père et son fils…

J’aime les personnages torturés et je pense que dans ce romans, encore une fois, Georgia Caldera, nous a bien servie ! Chacun de nos deux héros transporte un passé trop lourd pour ses frêles épaules. On le découvre petit à petit et c’est un vrai plaisir.
Bon, dis comme ça, je fais un peu sadomasochiste, mais ce n’est pas ça du tout. Je m’identifie plus aux personnages qui pont soufferts qu’aux autres. C’est comme ça. Donc j’ai vraiment apprécié suivre leur histoire, voir comment elle évolue et où elle va les mener tous les deux. Même si j’ai bien une petite idée, mais je vais attendre de voir ce que dévoile le tome suivant. Si jamais vous voulez échanger là-dessus, vous pouvez toujours me joindre par mail.
L’histoire est bien construite, les personnages riches et complets, même si l’autrice ne dévoile pas tout rapidement, au fil des pages, on comprend mieux pourquoi ils réagissent comme ça dans certaines situations. On s’attache à eux et, bien souvent, j’ai eu envie de les prendre dans mes bras pour les consoler et leur assurer que tout aller bien se passer.
Bref, j’ai passé un très bon moment avec ce livre et j’ai hâte de lire la suite qui doit normalement sortir le 15 mai.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

27/65

Will you play ? – Alicia Garnier

Éditeur : &H
Nombre de pages : 320
Date de parution : 6 mars 2018
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Les règles sont faites pour être brisées…
Alors que sa carrière de galeriste démarre à peine, Dawn rencontre l’homme idéal. Celui qui va l’aimer, la faire se sentir unique et combler toutes ses attentes. Sauf qu’en trouvant l’amour, elle a l’impression d’avoir perdu Garrett, son meilleur ami. Celui qui a grandi à ses côtés, qui partageait avec elle le goût du danger, des paris insensés, et qui apportait le brin de folie qui donnait du sens à sa vie…
Garrett n’en revient pas. Dawn en couple ? Avec ce type ? Monsieur Parfait a beau cocher toutes les cases, il n’a pas la moindre idée du diamant brut qu’est sa meilleure amie… Mais si Dawn ne voit pas que ce type est fade et banal, que peut-il y faire ? Rien. À part trouver, lui aussi, une copine. De préférence une qui causera à Dawn la même peine que celle qu’il ressent… Car tout ça n’est qu’un jeu, non ?

Mon avis : Je connais Alicia depuis plusieurs années. Quand j’ai commencé mon blog exactement. J’ai été contente de voir qu’elle publiait un premier roman et j’ai voulu le découvrir.

Garrett et Dawn ce connaissent depuis tout petit. Ils sont inséparables et se lancent continuellement des défis.  Mais arrivé à l’âge adulte, leur relation se nuance et se complique un peu.

J’ai commencé le livre pleine d’entrain mais je me suis vite aperçue au bout de quelques pages que je n’accrochais pas avec les personnages. Je ne me suis pas attachée à Garrett et Dawn, il m’a manqué quelque chose sans que j’arrive vraiment, à mettre le doigt dessus. J’ai trouvé les deux protagonistes un peu trop « enfants gâtés », sans réelles autres préoccupations que leur vie personnelle.
Pourtant l’histoire est belle et très bien écrite, mais je suis restée détachée toute ma lecture. Je n’ai pas réussi à être touchée par l’émotion. Bon, d’accord, il est maintenant de notoriété publique que je ne suis pas une grande fan de romance, mais j’aime bien en lire de temps en temps, et j’espérais faire mouche avec celle-ci.
La fin est plutôt originale, je ne m’y attendais pas vraiment, elle a même réussi à me captiver plus que le début du roman, j’ai donc terminé ma lecture sur bonne impression, même si l’avis général est plutôt mitigé.
Je pense que c’est un bon roman que je n’ai pas réussi à rencontrer. Je suivrai donc les prochaines parutions d’Alicia avec curiosité.

Je remercie &H pour cette lecture.

 

Esprits maléfiques tome 2 – Les dévoreurs d’âmes – Ellen Oh

Éditeur : Nathan
Nombre de pages : 246
Date de parution : 13 mars 2018
Prix : 8,30€
Acheter : Amazon

Résumé : Harper, sa famille et sa meilleure amie Dayo partent pour Halloween sur une île des Caraïbes. L’apprentie chasseuse d’esprit sent dès son arrivée que l’île est hantée par des créatures très différentes de ce qu’elle a pu rencontrer jusqu’à ce jour. Avec ses pouvoirs de plus en plus puissants, elle tente de comprendre de quoi les fantômes du coin ont peur… et d’où viennent les traces de morsure sur le cou des enfants. Grâce à sa grand-mère, Harper réalise que des dévoreurs d’âmes sont prisonniers de l’île. Ces créatures se nourrissent des âmes des fantômes mais aussi de celles des vivants… Pour se libérer, ils vont procéder, le soir d’Halloween, à de nombreux sacrifices humains. Á charge d’Harper et de ses amis de les arrêter !

Mon avis : J’avais beaucoup aimé le tome 1, La maison des possédés, et j’avais envie de découvrir la suite des aventures d’Harper face aux fantômes et autres créatures surnaturelles.

Après avoir fait fuir le fantôme qui hantait sa nouvelle maison, Harper part en vacances sur une île des Caraïbes, mais ces vacances ne sont pas de tout repos, puisqu’elle est habitée par des esprits maléfiques.

J’ai tout de suite repris mes marques avec Harper et ses amis. Il faut dire que le premier tome ne date que d’octobre, je l’ai lu en janvier donc mes souvenirs étaient encore frais.
Le décor change mais les difficultés restent les mêmes pour Harper. Elle doit apprendre à dominer ses nouveaux pouvoirs et les utiliser pour aider ses proches.
Le changement de décor permet de découvrir une autre sorte d’esprit maléfiques et de voir comment lutter contre eux. Harper, malgré ses douze ans, fait preuve de beaucoup de maturité et de sang froid. Je ne sais si j’en aurai été capable au même âge. L’histoire tient la route et les personnages sont vraiment attachants. J’aime beaucoup Michael le petit frère d’Harper qui permet souvent d’alléger la situation parfois pesante.
Bref, c’est une petite série qui se lit bien, et dont j’ai hâte de découvrir la suite. Je n’ai trouvé que 2 tomes publiés en VO pour l’instant, mais je ne désespère pas d’en lire d’autres.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

26/65

Féroce – Danielle Thièry

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 540
Date de parution : 13 mars 2018
Prix : 8,30€
Acheter : Amazon

Résumé : Un inconnu suit une petite fille. Il l’observe comme un animal. Il la veut, il l’aura.
Des ossements sans têtes sont découverts au zoo de Vincennes dans l’enclos des lions. Des enfants. Alix de Clavery, la criminologue de l’OCRVP, fait immédiatement le lien avec la jeune Swan, dont la disparition au zoo de Thoiry six ans auparavant continue à l’obséder. S’agit-il du même prédateur ? Alors que les forces de l’Office sont mobilisées pour démanteler une filière pédophile, les voilà atteintes en plein coeur : l’adjoint de la commissaire Marion est retrouvé inconscient, les mains en sang, et une brigadière a disparu. Mais le pire est encore à venir. Une alerte enlèvement est déclenchée : il s’agit d’une petite fille…
De l’homme ou l’animal, on ne sait qui est le plus féroce.

Mon avis : J’ai découvert Danielle Thiéry il y a peu, et je dois avouer qu’à chaque nouvelle lecture je suis de plus en plus fan. (Retrouvez mon avis Des clous dans le cœur ICI et ce lui de Tabous ).

Alors que des ossements sont découvert dans un zoo lors d’une rénovation, ressortent de vieilles histoires non classées et un commissaire est impliqué dans une histoire louche. Encore du fil à retordre pour l’équipe d’Edwige Marion.

Bon, si ça continue comme ça Danielle Thiéry va devenir une de mes autrices françaises de polar préférée ! J’ai dévoré ce livre en un week-end et une fois bien entrée dedans impossible de le lâcher ! Cela m’arrive rarement mais là j’ai hésité jusqu’à la fin sur l’identité du grand vilain. Oui, parce qu’il y en a plusieurs dans l’intrigue. Je me suis faite balader une bonne partie de l’histoire, allant d’un suspect à l’autre. Ayant une idée puis non. Pensant à un personnage et impasse… Jusqu’à la fin que je n’avais vraiment pas vu venir. Et c’est ce que je préfère dans les romans policier : être surprise.
J’ai aimé retrouver les personnages des romans précédents, même si je me suis aperçue que j’avais sauté pas mal de tomes entre ceux que j’ai déjà lu et celui-ci. Chacun a son caractère et sa particularité essentielle au déroulement de l’enquête. Ils sont complémentaires et c’est leur façon de réfléchir, de travailler ensemble qui fait que tout fonctionne très bien. Que le coupable est démasqué à la fin et que tout fini, presque, bien.
J’ai vraiment tout apprécié de ce roman, j’ai passé un excellent moment et je sens que je vais vite me replonger dans les histoires de l’équipe d’Edwige Marion.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.