Tout est sous contrôle – Sophie Henrionnet

Éditeur : Charleston
Nombre de pages : 380
Date de parution :  18 mars 2016
Prix :  18,00€ Notepaillons3

51J2XYGe6NLRésumé : Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de 12 ans bien plus mature qu’elle, une famille déjantée, des copines délurées et un ex-mari, Bertrand, qui l’appelle chaton. Lorsqu’elle perd son job, elle supplie son meilleur ami Hugo, qui tient une agence de détectives spécialisée dans les arnaques aux assurances de l’embaucher. Faisant valoir son expérience de photographe, elle réussit à intégrer l’équipe de détectives à une condition : elle ne devra s’occuper que des affaires les plus simples. Bien entendu, Olympe n’est pas assez raisonnable pour respecter les consignes et l’appel des commissions versées à chaque résolution d’affaires est trop fort pour qu’elle garde ses fesses confortablement posées sur le siège de sa voiture… Mais que va-t-il se passer quand les cadavres commencent à s’accumuler et que l’on cherche à l’éliminer à son tour ?

Mon avis : Le résumé m’a séduite, d’autant plus que pour une fois l’héroïne est très près de mon âge. J’aime les policiers et la chick-lit, donc souvent je succombe au mélange des deux.

Olympe a perdu son travail et décroche un boulot de détective dans la boite de son meilleur amis. Seulement quand on est un peu (beaucoup) poissarde et qu’en plus on n’est pas formée au métier, il peut y avoir des couacs…

J’ai commencé ce livre très enthousiaste et les premières pages m’ont de suite plu. Le personnage d’Olympe et d’entrée sympathique et on ne peut que l’apprécier. Bon, évidement, dès les premières pages il lui arrive une tuile (comme il lui en arrivera plein dans le roman) et ceci donne le ton du récit.
Olympe est une femme dynamique avec pas mal de défaut. Un peu comme nous toutes quoi. Et c’est grâce à ça qu’on s’attache rapidement à elle. Si vous ajoutez sa fille avec laquelle elle forme un super duo, on peut être sur que la mayonnaise va prendre.
L’intrigue est elle aussi prenante. J’ai bien aimé suivre Olympe dans son enquête et ses déboires. Elle a des réactions qui l’entrainent souvent dans des histoires sans queue ni tête.
Mais au fil de ma lecture un gros bémol est apparu. Je suis une grande fan de Stéphanie Plum de Janet Evanovich et ce livre comporte pas mal de similitude avec les romans de Stéphanie Plum. Pas tant dans l’intrigue, il est facile d’en inventer des nouvelles, mais dans les personnages : la famille, les collègues de travail… Même si Sophie Henrionnet en introduit de nouveau comme le cercle d’amies et la fille d’Olympe, le reste est pas mal similaire. Ça a un peu gâché mon plaisir de lecture. Je me doute qu’il est difficile d’innover dans ce genre de « littérature » mais quand même, découvrir des personnages beaucoup différents m’aurait plu.
Dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment lecture avec Olympe. J’ai lu le livre très vite et j’ai souvent souri. L’auteure parle même de faire une suite, je pense que je la lirai aussi, parce qu’elle pose des interrogations auxquelles j’aimerais avoir des réponses. C’est juste un peu dommage que ce livre ressemble à un autre…

Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture.

Publicités

Superglu pour cœur brisé – Julie Grède

Éditeur : La boite à pandore
Nombre de pages : 145
Date de parution :  13 août 2015
Prix :  13,90€ Notepaillons3.5

419fKUDZxCLRésumé : Un chagrin d’amour t’a brisé le cœur, tu aimerais qu’on te foute la paix et que l’on cesse de te dire qu’il serait temps de  » passer à autre chose « . Oui, en gros, tout le monde te fait ch… Et comme si ça ne suffisait pas, juste la nuit où tu parvenais enfin à dormir un peu paisiblement, tu te réveilles en sentant une présence dans ta chambre. Une espèce de nana-spectre affublée d’une tablette Apple rose fuchsia à paillettes se tient près de toi et prétend qu’elle va te guérir de ton chagrin d’amour en t’emmenant, portée par  » les ailes du vent [ !]  » dans des histoires sensées te guérir…

Mon avis : L’auteure m’a séduite par son mail d’accroche avec lequel j’ai déjà beaucoup ri, je me suis dit que si le livre était aussi drôle que le mail je n’allais pas m’ennuyer.

Imaginez que suite à votre rupture, un esprit de la rupture vienne vous faire la leçon. Et bien c’est ce qui arrive à notre personnage.

Je réalise au moment d’écrire mon avis qu’on ne connait pas le nom de notre personnage principal, enfin de celle qui est visitée par superglu, cet esprit de la rupture en charge de recoller le cœur brisé de notre héroïne.  Mais cela ne gène en rien la lecture puisque je ne m’en étais même pas aperçu.
À travers plusieurs histoires connues de la littérature et du cinéma l’auteur nous donne des exemples pour reprendre espoir après une séparation. Les éléments qu’elle présente tiennent la route, mais je me suis posée la question de savoir si j’aurais aimé lire ce genre de livre au moment de ma lecture, et ma réponse à été non. Parce que ça m’aurait mise en colère qu’on me fasse la leçon alors que mon cœur est en miette. Par contre, je pense que le lire une fois que le plus gros de la douleur est passée peut permettre de remettre un pied à l’étrier avec le sourire.
Je m’attendais à plus d’humour au vu du mail envoyé par l’auteure mais, même s’il y en a eu, ce n’était pas le point le plus important du livre. Ce n’est pas nous plus un roman, plutôt une analyse des histoires connues pour en tirer des exemples applicables à une rupture. J’ai donc été un peu surprise mais j’ai quand même passé un très bon moment lecture. Je ne suis pas concerné par le thème du livre puisque (je touche du bois) ma vie de couple se passe bien, mais je vais le garder au cas où j’aurais besoin d’une relecture plus tard ou de le passer à une copine.
Toutefois même si vous n’êtes pas concerné par une rupture, vous pouvez lire ce livre, il vous montre des aspects d’histoires, telle que celle de Roméo et Juliette, que vous n’avez peut-être pas perçu à la première lecture/visionnage, avec un esprit de légèreté.

Je remercie l’auteure de m’avoir proposée cette lecture.

L’homme idéal existe. Il est québécois – Diane Ducret

51DrkcebKwLRésumé : Bonne nouvelle : l’homme idéal existe ! Il ne parle pas : il jase. Il n’embrasse pas : il frenche. Il ne se déshabille pas : il se criss à poèlle. Vous l’aurez deviné : il est Québécois. Diane Ducret rhabille le mythe du Prince Charmant. L’homme idéal ? Satisfaite ou remboursée !

Mon avis : Fan de chick-lit de la première heure, quand je suis tombée par hasard sur Le journal de Bridget Jones, et même si depuis mes goûts littéraires ont changé, je ne résiste pas, de temps en temps, à retourner vers mes premières amours.

Que faire lorsqu’un québécois que vous connaissez à peine vous invite à passer une semaine dans son beau pays enneigé ? Bein y aller pardi !

C’est donc ce que fait notre héroïne pour le plus grand bonheur de la lectrice. En tout cas du mien ! J’ai passé un excellent moment avec ce livre. J’ai passé une bonne partie du temps à me retenir de pouffer de rire au boulot pour ne pas qu’on m’interne. J’ai également fait profiter toutes mes amies et collègues des bons mots qui me faisaient mourir de rire (rassurez-vous, vous ne serez pas en reste je vais vous en mettre une petite sélection un peu plus bas).
Je connais peu le Canada, si ce n’est ce qu’on peut en voir à la télévision dans les séries TV et documentaires, et ce malgré que j’y ai une amie qui y vit depuis plus d’un an. Mais je sais quand même que leurs expressions différent quelques peu des nôtres. Ce livre est un bon exemple des quiproquos que cela peut engendrer et j’ai purement adoré ! La répartie de l’héroïne et son phrasé en sont aussi pour quelque chose. C’est une femme que j’adorerai avoir comme amie. Je me suis contentée de la suivre dans ses aventures et j’adorerai pouvoir la suivre dans d’autres aventures.

Voici quelques citations qui m’ont particulièrement plu :

J’avais avant Gabriel, rencontré plusieurs exemplaires du parfait prototype du Parisien […]. Celui qui porte des sous-vêtements à l’effigie de superhéros – à quels moments il a pensé que vous craqueriez sitôt son Batman sorti, celui-là ?

Je connais Gabriel depuis à peine 3 semaines – j’entretiens une relation de plus longue durée avec un yaourt dans mon frigidaire.

-Il va s’habiller tout seul, t’inquiète pas.
À l’âge de cinq ans c’est là un concept à géométrie variable.

Je remercie Albin Michel pour cette lecture.

Lola. Petite, grosse et Exhibitionniste – Louisa Méonis

Éditeur : Harlequin / &H
Nombre de pages : 486
Date de parution :  3 juin 2015
Prix : 12,90€ Notepaillons4

51cqktPsLTLRésumé : Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (no comment). Et exhibitionniste (mais jamais exprès !).

Auteur de romans érotiques la nuit et, le jour, assistante d’une chef aussi tyrannique que botoxée pour une grosse boîte new-yorkaise : jusque-là, je ne m’en sortais pas trop mal – enfin, si on oublie le désert de ma vie sentimentale qui se résumait à de ponctuels tête-à-tête romantiques avec Jeannot-le-vibro.
Mais il a fallu que mon P-DG décède (l’égoïste !) et que son fils débarque dans nos bureaux pour le remplacer. Joseph Hamlish n’est plus, vive Jérémy Hamlish ! Alias M. l’héritier-et-fier-de-l’être, alias M. JE SUIS UN DIEU VIVANT – ou « gare à vos culottes » pour les intimes.
Et c’est là que tout s’est compliqué. Parce que moi, j’ai beau être une fille bien sous tous rapports, le jour où je me suis retrouvée dans un ascenseur avec l’incarnation de mes fantasmes, forcément, j’ai dépassé les bornes. Et le pire c’est qu’aujourd’hui, je n’ai qu’une envie : recommencer.

Mon avis : Harlequin a sorti une nouvelle collection rafraîchissante. Des romans actuels avec des héroïnes qui ne s’en laisse pas compter. Comme je suis faible, j’ai succombé et j’ai voulu les découvrir.

Lola est une jeune femme qui vit et travaille à New-York. Sa vie lui plaît et même si elle a quelques kilos en trop elle les assume voire même les revendique ! Elle suit sa petite routine jusqu’à ce que son entreprise change de patron…

J’ai dévoré Lola ! Le livre hein, pas la demoiselle ! Non, elle et moi n’avons pas ces mœurs (enfin pour moi je suis sûre avec elle tout est possible !). Et j’ai passé un excellent moment en sa compagnie (je sais, je rajoute à votre trouble mais c’est fait exprès !).
Lola est complètement loufoque et l’assume complètement puisque c’est sa marque de fabrique. Dans notre société où l’image fait la loi, elle tire son épingle du jeu en affichant ses rondeurs. Elle n’est pas non plus obèse hein, mais elle a des formes là où il faut. Elle adore manger, gras et sucré, et n’a pas l’intention de s’arrêter. Elle a aussi un humour et une répartie qui m’ont largement fait sourire. C’est le genre La fille avec laquelle on doit passer une excellente soirée autour d’une carafe de Mojito bien fraîche.
Ce qui fait la force de ce livre c’est Lola et l’intrigue. Parce que ce qui commence comme une romance chick-lit classique se révèle au fil des pages un peu plus compliqué, je dirais même subtile. Je comparerai bien Lola à Stéphanie Plum. Lola est la Stéphanie Plum française et j’adore ça !
Par contre j’ai un peu été déçue par la romance. Le « héros » Jérémy est un peu trop beau pour être vrai. Alors oui, ça fait fantasmer à mort, mais j’aurais aimé qu’il soit un peu plus « normal », pour moi il aurait encore été plus accessible et limite ça m’aurait rendu l’histoire plus réelle. C’est le seul petit reproche que j’aurai à faire, parce que le reste est déjanté à souhait comme je l’aime et c’est ce qui permet vraiment de se vider la tête et de passer un bon moment détente.

Je remercie les édition Harlequin et le collection &H pour cette lecture.

 

Je peux très bien me passer de toi – Marie Vareille

Éditeur : Éditions Charleston
Nombre de pages : 315
Date de parution : 8 juin 2015
Prix : 19,90€ Notepaillons5

51qk+AaOOzLRésumé : Chloé et Constance sont bonnes copines, bien qu’elles n’aient en commun que leurs vies sentimentales catastrophiques. Un soir, les deux jeunes femmes décident de prendre leur vie en main en concluant un pacte. Chloé, séductrice dans l’âme et Parisienne jusqu’au bout des ongles, devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme pendant six mois. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. Des vignobles du Sauternais à Londres en passant par Paris, cet étrange pacte entraînera les deux amies bien plus loin que prévu…

Mon avis : Une fois que j’ai lu le titre de ce livre, j’ai eu la chanson des Mano negra pendant plusieurs heures. Cela a suffit à m’intriguer et me donner envie de lire le nouveau livre de Marie Vareille. Le premier m’ayant particulièrement plu.

Constance et Chloé sont deux femmes que tout oppose mais qui sont devenues amies via leur club de lecture. Elles partagent leur peine de cœur et s’entraident à surmonter leur mauvais coups.

J’ai commencé ce livre en me disant que je le lirais en 3 ou 4 jours, puisque c’est mon rythme actuellement, mais finalement en 24h il était lu ! Je me suis même couchée un peu tard le dimanche soir pour le terminer alors que je bossais le lendemain. Et ceux qui me connaissent bien savent que pour moi le sommeil est sacré ! Mais là, je m’étais trop attachée à Chloé et Constance. Ces deux femmes si différentes, avec des défauts qu’on ne peut qu’aimer !
Constante est un peu rêveuse et tête en l’air, elle rêve d’un prince charmant qui viendra la sortir de la grisaille de son quotidien. Malgré tout elle a un sens de l’humour à tout épreuve et beaucoup d’auto-dérision, le tout pour mon plus grand plaisir ! Chloé est plutôt la femme active dynamique qui enchaîne les conquêtes mais qui cache une plus grande blessure.
Ce duo improbable ne peut que séduire. On alterne les chapitres de Chloé écrit à la 1ère personne, et ceux de Constance où elle écrit son journal intime. Rien qu’au style d’écriture on perçoit que les personnages sont différents.
Les histoires d’amours sont assez classiques, mais l’humour, le ton et les personnages principaux ou secondaires donnent beaucoup plus de profondeur aux sentiments, ils sont l’âme du récit.
J’ai passé vraiment un très bon moment avec ce roman, et je pense qu’il aurait vraiment trouvé sa place sur une serviette allongé sur une plage ou près d’une piscine. Mais même sans ça, c’est un livre idéal pour les vacances !
Je lis de moins en moins de romance mais parfois je fais exception, et avec la lecture de son second livre je pense que je vais faire systématiquement exception pour les livres de Marie Vareille.

Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture et surtout l’adorable Marie.