Anita Blake tome 15 – Arlequin – Laurell K. Hamilton

Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 523
Date de sortie : 17 février 2012
Prix : 25,00€

Résumé : Anita Blake doit se tenir à carreau : les Arlequins la surveillent. Elle a beau être l’exécutrice des vampires, eux ont le pouvoir de la juger et de l’exécuter. Elle aura grand besoin du soutien de ses amants pour faire face à ce qui l’attend. Elle pourra compter sur Jean-Claude et Richard qui s’avèreront être de solides et puissants alliés. Et pour espérer sauver sa peau et celle de ses amies, Anita devra faire appel à Edward, le tueur impitoyable.

Mon avis : Après quelques temps d’hésitation, dus aux déceptions suite à la lecture des 4 tomes précédents, je me suis quand même décidée à lire ce tome 15. J’ai découvert l’urban fantasy avec cette série, et même si certains tomes me déçoivent, je pense qu’elle restera quand même ma préférée et que je continuerais malgré tout à la lire.

Attention, pour ceux qui commencent à peine la série, ou n’en sont pas encore arrivé au tome 15, ce résumé et cet avis, pourraient vous dévoiler certaines choses.

Anita se retrouve dans ce tome face à une demande d’aide d’un personnage pour le moins surprenant : Malcom, le dirigeant de l’église de la vie éternelle. Deux de ses membres sont, selon lui, accusées à tort de meurtre, Anita a même reçu les ordres d’exécution. Connaissant Malcom, Anita sait qu’il ne serait pas venu demander son aide s’il ne pouvait faire autrement, elle a alors tendance à croire sa thèse du complot… Sauf qu’en creusant, il s’avère qu’il n’y a pas que Malcom qui est visé par ce complot et que la politique vampirique n’est pas loin de tout ça…

Sans y aller par 4 chemins, je peux vous dire que j’ai bien fait de lire ce tome, il m’a aidé à renouer avec la série qui était en déperdition à mes yeux. L’arrivée de l’ardeur et des scènes de sexe de 50 pages m’avaient vraiment refroidie, je n’ai rien contre, mais bâtir les ¾ d’un livre dessus au détriment de l’intrigue n’est vraiment pas ma tasse thé.
Dans ce tome, on renoue avec les problématiques propres au triumvira formé par Anita, Jean-Claude et Richard. L’incompatibilité des 3 caractères est remis sur le devant de la scène et malgré ses efforts, Richard reste Richard et freine des 4 fers au bon fonctionnement de ce trio qui devrait être le plus puissant jamais créé. Avec ça, on reparle aussi de la politique vampirique, on en découvre un peu plus sur son fonctionnement et sur celle à l’origine de la création de tous les vampires : marmée noire. Et surtout on voit revenir Edouard, bon on ne le voit pas beaucoup, mais j’ai aimé retrouvé cette complicité qui le lie dans l’action à Anita.

Pour moi, ce livre m’a permis de renouer avec la « presque » Anita des débuts. Presque, parce que le personnage a évolué, depuis les débuts, elle a vieilli, a vécu des choses qui l’ont changée et est ressortie de certains événements profondément chamboulée, une partie de ses convictions a volée en éclat, et l’Anita du tome 15 est bien éloignée de l’Anita du premier livre. Je ne suis pas toujours d’accord avec elle, je regrette parfois son humour mordant, et si l’auteure ne me « pourri » pas les pages de scènes de sexe, je pense que j’apprécie aussi l’Anita qu’elle est devenue. D’ailleurs je pense que je vais rempiler avec plaisir avec le tome 16.

Je remercie beaucoup la librairie dialogue qui m’a permis de faire cette lecture.

Auteur nord américain vivant

Publicités

Le sang du rock tome 1 – Wicked games – Jeri Smith-Ready

Éditeur : Milady
Nombre de pages : 466
Date de sortie : 17 février 2012
Prix : 8,70€ 

Résumé : Arnaqueuse depuis le biberon, Ciara Griffin a décidé de mettre ses talents commerciaux au service d’une radio dont les émissions nocturnes diffusent de vraies pépites. Le secret des DJ : ce sont des vampires, à tout jamais retenus dans l’époque à laquelle ils ont été convertis.
Quand un géant des médias tente de racheter WMMP Radio pour en faire un robinet à tubes, c’est la santé mentale des DJ vampires qui est menacée : sans la musique qui les lie à leur époque, ils risquent de faner. Ciara a alors une idée de génie : révéler l’identité des stars de la radio qu’elle a rebaptisée « WVMP : le sang du rock ! »

Mon avis : Milady a décidé cette année de nous ressortir des séries pure bit-lit, parce que perso, je n’adhère pas trop à la romance paranormale, mon cœur guimauve barricadé derrière son armure en a la nausée. Après La fille du soleil noir (dont vous trouverez mon avis ) paraît ce mois le premier tome du Sang du rock que j’attendais de pied ferme.

Ciara est une étudiante à rallonge, entendez par là qu’elle met du temps à finir son cursus, essentiellement parce qu’elle doit travailler à côté pour les financer. C’est pour cela qu’elle se retrouve à postuler dans une radio pour le poste d’assistante marketing. Rien de bien banal en soit. Sauf que Ciara traine un passé d’arnaqueuse de haut niveau, et que la radio abrite de drôles de DJ. En effet ceux-ci sont des vampires. Là où tout se complique c’est quand Ciara décide de dévoiler leur secret pour sauver la station du rachat par une station concurrente.

J’ai de suite été séduite par la couverture en rouge et noir, des couleurs que je trouve dynamiques et en total adéquation avec le thème du livre. J’ai aussi accroché au personnage qui y figure qui pour moi (après lecture) représente parfaitement Ciara, autant dans l’attitude que dans les vêtements. Malgré le débat entamé avec Tima, qui trouve la fille trop garçon manqué, j’aime beaucoup cette couverture. Donc même sans avoir décortiqué les parutions susceptibles de me plaire, ce livre aurait surement fini dans ma (gigantesque) PAL !

Et j’ai bien fait de céder à la tentation, j’ai beaucoup aimé ce livre ! Oh ! Il ne révolutionne pas le genre, on retrouve les mêmes ingrédients que dans les autres ouvrages dit « bit-lit » : une héroïne forte, un peu rebelle sur les bords avec un courage qui frise parfois l’inconscience, des vampires beaux comme des dieux, dont un plus attirant que les autres et un chouilla artiste maudit, et bien sûr une intrigue policière comme je les affectionne. Voilà ce qui pourrait résumer sommairement le livre.
Ciara est un personnage très attachant, j’ai pu de suite m’attacher à elle. Derrière une assurance et un côté grande gueule, on sent chez elle de profondes failles qui ne nous sont dévoilées qu’au compte goutte, faisant d’elle un personnage très réel, très crédible. Les vampires qui l’entourent sont aussi très proches de ceux que j’ai eu l’habitude de côtoyer dans ce genre de livres : ils ont une partie obscure, sont parfois violents réagissant à leurs instincts et surtout craignent la lumière du jour (même si celui-ci ne les plonge pas dans un profond sommeil) ! Sans oublier le personnage masculin principal, Shane, qui est une âme torturée comme je les aime. Là où l’on trouve une légère différence, c’est que les vampires n’évoluent pas avec le temps, ils restent bloqués dans l’époque où ils sont mort, ayant énormément de mal à s’adapter aux changements, surtout ceux ayant rapport avec la technologie. Mais c’est aussi ça qui en fait des DJ exceptionnels, ils connaissent la musique de leur époque sur le bout des doigts.
Ajoutez à ça la menace de rachat qui plane sur la station et vous avez l’intrigue du roman toute trouvée : sauvons la radio et les vampires qui en dépendent ! Bon évidement, il n’y a pas que ça, on sent qu’il se passe quelque chose entre Ciara et Shane, une histoire naissance, tout en ayant conscience des freins à celle-ci. Ainsi que l’auteur qui nous réserve quelques surprises que je n’avais absolument pas vu venir et qui tiennent en haleine jusqu’à la fin du livre.

Le style de l’auteur est très fluide, j’ai adoré le ton du livre et l’humour de Ciara, cette petite n’est pas née de la dernière pluie et ne s’en laisse pas compter ! Les chapitres s’avalent facilement et la lecture est un vrai plaisir. Je vous conseille d’ailleurs de lire avec un PC pas loin, en effet, chaque chapitre a comme titre celui d’une chanson qui colle parfaitement au sujet de celui-ci. J’ai ainsi découvert quelques titres/interprète et pris plaisir à en réécouter d’autres.

Vous aurez donc compris que j’ai beaucoup aimé ce livre et que je me plongerais dans la suite avec grand plaisir ! Je remercie Livraddict et les éditions Milady pour cette lecture.

Le petit plus : la sortie du tome deux est prévu pour 22 juin 2012. Une playliste est aussi disponible sur le net , à écouter en lisant le livre sur http://www.WVMPradio.com et plein d’anecdotes sont disponibles en VO sur le site de l’auteure, http://www.jerismithready.com

Auteur nord américain vivant


Cliquez si vous souhaitez acheter.

La fille de braises et de ronces – Rae Carson

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 400
Date de sortie : 9 février 2012
Prix : 14,90€ 

Résumé : Princesse d’Orovalle, Élisa est l’unique gardienne de la Pierre Sacrée. Bien qu’elle porte le joyau à son nombril, signe qu’elle a été choisie pour une destinée hors normes, Élisa a déçu les attentes de son peuple, qui ne voit en elle qu’une jeune fille paresseuse, inutile et enveloppée. Le jour de ses seize ans, son père la marie à un souverain de vingt ans son aîné. Élisa commence alors une nouvelle existence loin des siens, dans un royaume de dunes menacé par un ennemi sanguinaire prêt à tout pour s’emparer de sa Pierre Sacrée. Délaissée, humiliée, la princesse devra s’affirmer au milieu des intrigues de la cour, du grondement d’une guerre inévitable et des mirages de l’amour. Il lui faudra puiser en elle le courage nécessaire à sa survie et à celle de son peuple. Accepter enfin d’être l’Élue de son propre destin.

Mon avis : La collection R a été lancée par Robert Laffont et est adressée à un public d’adolescent et jeunes adultes. Ce qui n’empêche nullement les adultes de les dévorer ! Ce livre est le premier de cette collection que je lis et je dois dire qu’il m’a charmé.

Élisa a vient d’avoir 16 ans et, elle est l’Élue du destin, celle qui porte la pierre sacrée au nombril et qui est investie d’une mission sacrée, bien qu’encore inconnue pour elle. Pour une histoire l’alliance entre deux royaumes, se retrouve mariée avec le Roi de Joya d’Arena, de vingt ans son aîné, le jour de son anniversaire. Elle doit alors quitter le palais de son enfance pour un pays qu’elle ne connait pas. Elle arrive comme un cheveux sur la soupe, son mari n’ayant pas annoncé leur mariage à son peuple. Entre perfidie et trahison, la voilà embarquée malgré elle dans une aventure palpitante, ou elle est la clef de la réussite de la lutte contre l’envahisseur.

Nous faisons d’entrée la connaissance d’Élisa, elle est le narrateur de l’histoire, je suis de suite tombée sous le charme de cette anti-héroïne. C’est une fille banale, un peu ronde qui compense son manque affectif avec la nourriture. Si nous n’étions pas dans un royaume imaginaire, elle aurait tout d’une ado actuelle, pleine de doute et de questions. Sa fragilité fait d’elle un personnage particulièrement attachant, mais l’on soupçonne toutefois des ressources cachées et un caractère bien trempé. Elle est entourée d’une myriade de personnages sympathiques et d’ennemis qu’on adore détester. Mais la subtilité de l’auteur réside aussi dans l’évolution de ces personnages tout le long du récit. Chacun change et nous présente des facettes différentes suivant l’avancée de l’intrigue.
Parlons-en de l’intrigue ! J’ai adoré ! Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Les événements s’enchainent sans nous laisser le temps de souffler. Lorsqu’on pense qu’on va enfin avoir une accalmie dans le récit, nous revoilà plongé au milieu de l’action. Cela pourrait paraître trop, mais pas du tout, tout a un enchainement logique et les réactions d’Élisa sont tellement naturelles que le tout est extrêmement fluide.

J’ai aussi beaucoup aimé le monde créé par l’auteur, il ne diffère pas énormément de ceux que l’on peut croiser habituellement, mais l’utilisation d’un mélange d’espagnol, d’italien et peut-être de latin pour parler d’objet propre à ce monde m’a ravi en tant qu’ancienne étudiante linguistique ! Sans oublié que cela donne encore plus de cachet à ce monde imaginaire.

Je suis assez lente en lecture, surtout quand je travaille, mais là le livre ne m’a pas fait 3 jours, je l’ai dévoré ! Je suis plus axée Urban Fantasy que Fantasy en ce moment, mais là, j’ai complétement adhéré ! De la fantasy comme ça, sans description à outrance, j’en redemande. J’ai vraiment hâte de lire la suite de cette trilogie. Je remercie donc Robert Laffont pour cette découverte.

Le petit plus : La collection R a sa page Facebook

22/24

Auteur nord américain vivant


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Queen Betsy T1 – Vampire et célibataire – Mary Janice Davidson

Éditeur : Milady
Nombre de pages : 243
Date de sortie : 18 février 2011
Prix : 7,00€ 

Résumé : Elle voulait juste être la reine du bal…
Elle va devenir la reine des vampires !
La série de bit-lit pour toutes celles qui dévorent de la chick-lit !
À son réveil à la morgue, Betsy Taylor découvre qu’elle est un vampire. Même si sa nouvelle condition possède de nombreux avantages, elle a bien du mal à s’habituer à son régime à base de liquide. Et même si sa mère est ravie d’apprendre que la mort ne lui empêchera pas de lui rendre visite, ses nouveaux amis nocturnes, eux, ont la conviction ridicule qu’elle est la reine annoncée par la prophétie.

Mon avis : Ma sœur a décidé de se lancer dans cette série à mon grand étonnement (et au soulagement de mon porte-monnaie puisqu’elle me les prête:p ) parce qu’elle ne lit pas beaucoup et encore moins ce genre de livre, mais pour le coup je ne vais pas m’en plaindre.

Besty, Élisabeth Taylor de son nom entier (ça ne s’invente pas, enfin si, mais vous m’avez compris!) mène la vie lambda d’une célibataire presque trentenaire, partagée entre boulot, mode et vie sentimentale inexistante. Jusqu’au jour ou tout bascule, elle perd son emploi et meurt le même jour ! Sauf qu’elle se réveille vampire quelques jours plus tard, et ça là que nous, lecteurs, on commence à se régaler !

J’ai beaucoup aimé cette lecture, Betsy est vraiment un personnage rafraichissant et plein de pep’s ! On n’a jamais l’occasion de s’ennuyer avec elle. Sa vie, qu’elle qualifie d’inintéressante, nous entraine de rebondissement en rebondissement. J’ai trouvé Besty très attachante et sa répartie à mourir de rire, j’aimerais avoir la même pour clouer le bec certaines personnes IRL.
Bien sûr certaines situations sont abracadabrantes, tirées par les cheveux, mais c’est ce comique de situation qui fait tout le charme du livre, comme un vieux vaudeville !
Les autres personnages du roman sont aussi limite caricaturaux, mais tous s’accordent merveilleusement avec l’histoire, et ceux qui gravitent dans le cercle proche de Betsy sont aussi hilarant qu’elle.
L’histoire n’aurait d’ailleurs pas été complète sans la présence d’un beau brun ténébreux entouré de mystère. Donc oui, il est là et s’appelle Saintclair, bien sûr il est beau, costaud, intelligent et drôle ! Ah bah oui ! Faut bien ça ! Mais s’il en avait été autrement cette comédie n’aurait pas été aussi savoureuse.

L’intrigue ne casse pas 3 pattes à un canard, elle est assez cossue de fil blanc, mais ce n’est pas ce qu’on demande à ce roman. Non, on lui demande d’être divertissant, de nous faire passer un bon moment en déconnectant de la réalité.

Vous l’aurez compris, Queen Besty ne révolutionne pas le genre, mais permet de passer un bon moment.
Livre lu en lecture commune avec Miss Pomme !

Le petit plus : Les tomes 2, 3, 4 et 5 sont déjà disponibles et le tome 6 sort le 17 février. La fille qui illustre les couvertures c’est Diglee (clique pour découvrir son blog) et son blog est vraiment très très sympa ! Je suis fan !

Les questions de Pomme :
Qu’as tu pensé de la plume de l’auteur ?
J’ai bien aimé, le style est léger et se lit très vite, ce n’est pas du Zola ou du Balzac (et heureusement !) mais son style concis et acéré m’a beaucoup plu. C’est le style idéal pour une lecture passe-temps.

Et de la mythologie vampirique ?
On découvre ici une nouvelle mythologie vampirique, j’ai parfois l’impression qu’il y en a autant que d’auteurs ! 😀 Mythologie qui m’a séduite. Les vampires ont grosso modo les mêmes pouvoirs et contraintes que ceux des autres livres, mais cette histoire de reine prophétique à la sauce Betsy m’a bien fait rire.

Quel personnage t’as le plus touché ? Et qu’as tu pensé de Betsy ?
Je dirais que c’est justement le personnage de Betsy qui m’a le plus touché, peut-être parce que c’est le personnage principal et que c’est sur elle qu’on en apprend le plus… mais j’ai adoré sa répartie, et ça bêtise qui n’en aie pas, elle a sa logique bien à elle, commune à pas mal de filles au final, dans la lignée des héroïnes de Sex in the city, même si je n’en fais pas parti, je n’ai jamais compris qu’on puisse mette autant d’argent dans une paire de chaussure.

Comptes-tu poursuivre la saga ? Si oui, pourquoi ?
Je pense effectivement continuer la saga, tout bonnement parce que j’ai déjà les tomes 2 et 3 à la maison (c’est ma sœur qui les achète, les lis et me les prête ensuite) et aussi parce que je suis un peu curieuse de la suite. Je voudrais voir de quelles bêtises est capable Betsy en tant que Reine. Par contre je ne les lirais peut-être pas tous, tout dépendra de comment j’accroche avec les tomes suivants.

Et enfin, trouves ce mélange de genre harmonieux ?
J’ai trouvé ce mélange pas déplaisant du tout. Je n’avais pas lu de chick-lit depuis longtemps et ça met un peu de fraicheur dans l’urban fantasy. Un très bon genre pour se vider la tête, comme peut l’être Stephanie Plum dans le genre policier/chick-lit.

Vous pouvez lire les miennes et ses réponses ICI.

4/20 auteurs Nord américains vivants


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Les étoiles de Noss Head tome 2 – Rivalités – Sophie Jomain

Éditeur : Rebelles éditions / Collection lune de sang
Nombre de pages : 352
Date de sortie : 10 octobre 2011
Prix : 18,50€

Résumé : Pour moi, une nouvelle vie commençait : l université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait. Il fallait qu ils se fassent la guerre, c était plus fort qu eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J étais dépassée. Je n en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s affronter allaient au-delà de tout ce qu on peut imaginer. J étais au moins sûre d une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m en sortirais pas indemne.

Mon avis : J’ai découvert le premier tome de ce livre quand l’illustratrice de la couverture a eu la bonne idée de s’inscrire sur un forum où j’étais aussi pour en faire la promo. J’ai de suite été emballé par le résumé et ensuite par le livre, sans oublier par son auteure Sophie qui est disponible et accessible.

Nous retrouvons Leith et Hannah à leur arrivée à l’université, premier jour de cours. Rien de plus normal, la fac, les cours, la colocation, leur couple qui « s’enracine »… s’il n’y avait cette rivalité entre la meute et ce cercle qui intrigue tant Hannah…

Je ne vais pas vous mentir, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. Je l’ai commencé dimanche dernier et terminé hier. Cela s’explique par le fait que j’ai du mal à lire en début de semaine à cause du travail et que Sophie prend son temps pour nous installer l’intrigue. Elle prend le temps de nous présenter chaque protagoniste, de mettre en place chaque petit détail, mais passé la moitié du livre, je n’ai pu le lâcher et l’ai lu d’une traite ! Tout s’enchaine alors, et ce qu’on ne présentait pas du tout au début nous tiens en haleine.
Mais je m’égare et mets la charrue avant les bœufs ! La première partie du livre nous présente donc le quotidien d’Hannah entre cours, petit ami et colocation, rien de bien révolutionnaire, c’est la vie de plein d’étudiants à travers le monde. À côté de ça nous sont présentés les membres de la Meute à laquelle appartient Leith à St Andrews, et ceux du cercles ennemis jurés de la Meute.
La deuxième partie passe la vitesse supérieure, les petits événements précédent les grands, jusqu’à une fin que personne n’aurait pu prévoir. Je ne vous en dirais pas trop pour vous laisser le plaisir de le découvrir par vous-même.
J’ai apprécié retrouver le style d’écriture de Sophie, simple et concis, pas de longues descriptions qui ralentissent la lecture, mais au contraire des paragraphes pas trop long qui permettent une lecture fluide. J’ai surtout adoré retrouver le personnage d’Hannah qui a toujours autant d’humour et je dois avouer que je me retrouve en elle, dans sa façon de toujours se faire l’avocat du diable et d’accorder le bénéfice du doute au premier venu. J’aime aussi beaucoup le couple qu’elle forme avec Leiht, mon côté « je barricade mon cœur » a parfois du mal avec leurs sentiments dégoulinants, mais il est aussi très crédible.

En résumé, après un début un peu difficile, dû peut-être aussi à une semaine fatiguante, ce livre tient ses promesses et nous tient en haleine jusqu’à sa fin époustouflante !

Le petit plus : d’autres livres écrits par Sophie Jomain ont aussi été publiés Pamphlet contre un vampire et Les anges mordent aussi chez Rebelles Éditions.

19/24

Auteur français vivant


Cliquez si vous souhaitez acheter.