La brigade de l’ombre tome 2- Ne te fie à personne – Vincent Villeminot

Éditeur : Casterman
Nombre de pages : 350
Date de parution : 5 avril 2017
Prix : 15,90€

Résumé : Le type tressaillit en sentant le métal froid des menottes.
– Capitaine Jobert… Brigade des goules.
Elle vit les épaules se raidir, il commença à trembler.
– Tu comprends de quoi je te parle ?
– Je… Je…
Il se mit à pleurer, comme un môme.
– C’est la première fois ? demanda Diane.
– J’ai… j’ai blessé quelqu’un ?
Elle éprouva soudain un profond sentiment de pitié et de colère mêlées.
« Blessé ? si tu savais… Tu n’imagines même pas. »

Mon avis : J’avais adoré le premier tome : La prochaine fois ce sera toi (dont vous trouverez l’avais ICI), et j’avais hâte de découvrir la suite des aventures de la brigade de l’ombre.

Et si dans notre monde, certaines personnes atteinte d’une maladie, se transformaient parfois en goule ? Comment gérerions nous ça ? En créant la brigade des goules, chargée de la canaliser et de les protéger.

J’ai retrouvé avec plaisir toute la clique de la brigade de l’ombre, même s’il est vrai que la fin de l’aventure précédente les avait laissés assez secoués. Il faut dire que l’auteur ne ménage pas son public et qu’il reste fidèle à lui-même dans ce tome.
J’aime toujours autant l’univers qu’il a crée. Certes, il est plutôt noir, mais la vie (la vrai hein) peut l’être aussi parfois. Il n’est pas toujours juste, mais, et je me répète mais c’est également notre lot à chacun.
Ces personnages sont tous torturés, d’une manière ou d’une autre, plus ou moins fortement et ceux-là j’ai toujours envie de les prendre sous mon aile. Même si pour ceux-là, je ne suis pas sure de pouvoir faire quelque chose. Ma curiosité a été satisfaite sur les origines et la vie de chacun des personnages, le voile est levé sur beaucoup de mystère. Certains même que je n’avais pas vu venir dans le premier opus.
J’ai apprécié suivre l’enquête de cet « épisode », elle est bien menée et Vincent sait doser le suspens. Je me suis laissée porter par la course folle de Diane de Moitié et son équipe. Je n’aurais pas pensé à ça. Mais je reste sur ma faim concernant l’origine de cette « maladie ».
Je n’ai pas réussi à trouver s’il y a un autre tome… La fin de celui-ci pourrait très bien constituer une fin globale… Si vous savez, je prends !

Je remercie Casterman pour cette lecture.

50/65

La fille dans le rétroviseur – Linwood Barclay

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages : 570
Date de parution : 5 avril 2016
Prix : 8,00€

Résumé : État de New York, près de la frontière canadienne, de nos jours C’est la nuit, il pleut, et Cal Weaver n’a qu’une envie : rentrer chez lui. Mais à un stop, l’ex-flic hésite : Claire Sanders, la fille du maire, cherche désespérément une bonne âme pour la ramener chez elle. Bien sûr, prendre une adolescente en stop n’est jamais très prudent. Les rumeurs vont vite dans les petits patelins. Mais quand cette dernière l’implore en lui disant qu’elle était amie avec Scott, son fils décédé tragiquement quelques semaines plus tôt, Cal craque. Quel mal y a-t-il à aider cette gamine ?
Quelques kilomètres plus loin, Claire est malade et Cal s’arrête dans un bar. Dix minutes plus tard, la jeune fille qui s’installe dans la voiture n’est pas Claire Sanders… Où est-elle ? Que fuit-elle ? Dans quel piège Cal vient-il de se fourrer ?

Mon avis : Cela ne vous étonnera pas de me voir lire à nouveau un thriller, c’est le genre qui me donne envie en ce moment.

Cal, détective privé, prend un soir une ado en stop. Le lendemain la police lui annonce qu’elle a disparu. Il sait qu’il parait suspect, ajoutez à ça un peu du culpabilité, Cal n’a pas d’autre choix que de mener l’enquête pour retrouver la jeune fille.

Je connais Linwood Barclay de nom, il fait parti des auteurs de policiers très connu. Cela faisait un moment que je voulais lire un de ces romans : voilà qui est chose faite ! Et si je dois donner un avis général rapide, je peux dire que je n’ai pas été déçue. Ce livre rempli tous les critères d’un bon thriller.
Dès les premières pages on fait la connaissance de Cal. Ce détective privé un peu aigri par la perte de son fils 2 mois plus tôt. D’emblée il m’a paru sympathique. Il arrive à toucher le lecteur sans lui faire pitié. On perçoit toute la peine de Cal mais également toute sa détermination à faire la lumière sur le décès de son fils. J’ai aimé sa façon de voir la vie, de ne pas baisser les bras et de vouloir continuer, même si ce n’est qu’à moitié.
L’enquête est également très bien menée. Ou du moins l’auteur arrive à mener son lecteur par le bout du nez. Il nous balade d’une piste à l’autre très facilement. Je suis une férue de policier, même si j’en lis moins en ce moment, mais là l’auteur à réussi à m’étonner. Quand je pensais avoir trouvé la solution, il m’envoyait sur une autre piste. Je ne sais pas si tous les romans de Linwood Barclay sont aussi bons, mais j’ai envie d’en lire d’autres.
J’ai passé un super moment avec ce roman, et je sens que je ne vais pas tarder à lire un autre policier…

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Une fille dangereuse – Teresa Toten

Éditeur : Hachette romans
Nombre de pages : 412
Date de parution : 15 mars 2016
Prix : 14,90€

Résumé : La loi du plus fort ?
Il n’y a que ça de vrai. Dès que j’ai vu Olivia, j’ai su qu’elle était l’amie dont j’avais besoin. La fille à papa par excellence. Isolée. Vulnérable. Et pleine de secrets inavouables. Moi, c’est Kate. Je ne suis partie de rien, mais je suis prête à tout pour atteindre mes objectifs. Y compris l’utiliser, elle. Car, dans ce monde, il faut être le prédateur.
Et non la proie.

Mon avis : Le résumé promettait un polar psychologique et ça tombait bien, c’est ce que j’avais envie de lire après quelques romans jeunesses.

Kate s’est fixée pour objectif d’aller faire ses études à Yale et rien ne pourra l’en éloigner. Elle s’est fixée un plan et le suit à la lettre. Elle est même prête à écraser qui il faudra.

Bon, je vous l’accorde, ce roman est aussi un roman jeunesse mais il n’a rien à envier aux romans policiers « pour les adultes ». L’auteure mène drôlement bien la danse avec cette intrigue. Je ne vais pas vous dire qu’elle réinvente le genre ou le révolutionne mais elle arrive à maintenir son public.
Dans ce roman, il y une fille dangereuse, mais je vous mets au défit de deviner laquelle c’est ! Teresa Toten joue habillement avec nos doutes et j’ai adoré qu’elle joue au ping-pong avec mes suspicions : faisant balancer mes doutes de Kate à Olivia. Elle a aussi rajouté un autre personnage dans ce micmac qui parfois nous détourne de notre intrigue première. C’est ça : il y a deux intrigues dans ce roman. Et à force de basculer de l’une à l’autre, on ne voit pas arriver la fin ! Elle était pourtant prévisible finalement, si on sait lire entre les lignes.
J’ai aussi beaucoup aimé les personnages. Kate : déterminée, qui réfléchit avant d’agir, qui donne l’impression que rien ne la touche alors qu’elle cache un terrible secret. Et Olivia, la fragile, qu’on doit aider et surveiller. Les deux se complètent mais auraient-elles vraiment dues se rencontrer ?
Je m’attendais à passer un bon moment avec ce livre et cela a été bien plus ! C’est une très jolie découverte.

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

49/65

Le matin en avait décidé autrement – Salomé Vienne

Éditeur : Mnémos / Naos
Nombre de pages : 336
Date de parution : 21 octobre 2016
Prix : 14,90€

Résumé : Éda et Théo avaient tout pour être heureux. Des gamins comme les autres, qui jouaient à se faire peur en se racontant des histoires au pied du grand châtaignier. Un jour pourtant, Éda disparaît sans laisser de traces. Et tout le monde oublia l’arbre, Éda et ses rêves étranges. Tous, sauf Théo… Commence alors pour lui l’expérience du doute, l’adolescence puis l’âge adulte. Mais de l’autre côté des mondes, prisonnière de la cellule 222 du Centre de tests génétiques de l’Empire, Éda vit encore et lutte, chaque matin, pour un fol espoir : retrouver Théo et lui confier sa dernière histoire, celle de sa survie… Salomé Vienne nous entraîne aux confins des mondes, là où l’impossible et le merveilleux se rencontrent pour forger un récit hypnotique.

Mon avis : Il va m’être difficile de vous écrire un avis sur ce livre. Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé. Je ne peux pas dire non plus que je n’ai pas aimé. J’ai surtout l’impression de n’avoir pas tout saisi… et ça m’agace ! 😉

Éda et Théo ont passé leur enfance ensemble. Ils partagent tout, surtout leur monde imaginaire dans lequel ils s’évadent des heures. Jusqu’au jour ou Éda disparait et où Théo dépéri. Alors Théo décide de la retrouver. Mais ce n’est pas aussi simple que ça.

Lorsque j’ai commencé les premières pages de ce roman, je me suis dit que je ne le terminerai pas. L’écriture était trop poétique pour mon esprit terre à terre. Souvent je me suis demandée où j’étais et si je comprenais bien les métaphores. Mais j’ai voulu persévérer et quelques pages plus loin j’ai beaucoup plus accroché. On retombait dans un monde à ma portée.
La richesse de ce livre, ce sont les différents mondes créés par l’auteure. Je ne sais pas où elle a trouvé tout ça, elle dit qu’elle les tire de ses rêves, ils sont bien inspirés les siens. Mais, même si j’ai compris qu’il y avait différent monde, j’ai eu du mal à comprendre le principe, le fonctionnement. Mon esprit cartésien demandait plus d’explication. Cela ne gène pas la compréhension de l’histoire, et je pense que ça a suffit à pas mal d’autres lecteurs, mais moi ça à manqué à mon plaisir de lecture.
J’ai trouvé qu’il y avait aussi parfois trop de monde qui se superposaient, que certains n’étaient pas indispensable, qu’on en savait trop peu sur eux, abordés en quelques pages, et que je voulait en savoir plus sur ceux dans lesquels évoluaient Éda et Théo… Oui, je suis une lectrice insatisfaite et exigeante. Attention, l’auteure écrit très bien, on sent tout le travail et l’amour qu’elle y a mis, mais sa construction est atypique et peut-être un peu trop pour moi.
Bref, j’ai tout de même passé un très bon moment lecture avec ce livre. J’ai aimé suivre Éda et Théo, je me suis attachée à eux, mais j’aurais aimé en apprendre plus sur eux. Vous voyez ? Il y avait un peu trop de… et pas assez de… Non ? Vous ne voyez pas ? Alors lisez-le et vous saurez 😀

Je remercie Mnémos pour cette lecture.

48/65

Opération pantalon – Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 260
Date de parution : 23 mars 2017
Prix : 14,90€

Résumé : Liv Spark, 11 ans, est un garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit. Avoir deux mamans, c’est vraiment le pied, et Liv est impatient de commencer le collège et de s’y faire de nouveaux amis. Garçon ou fille, la question ne s’est jamais posée pour le moment, ses parents le laissant s’habiller et s’exprimer comme il le souhaitait. Mais tout va basculer lorsqu’il découvre qu’il lui faudra porter une jupe. Liv n’a aucune envie de se plier à la politique stricte de son école concernant l’uniforme, mais il n’est pas encore prêt non plus à partager son secret, il lance alors l’Opération Pantalon, une campagne qui vise à permettre aux filles de porter un pantalon. Si tout le monde pense qu’il est une fille, eh bien, il fera semblant…pour le moment. Pendant cette campagne, Liv va être victime de harcèlement scolaire, d’un deuil familial et des remarques désagréables du proviseur. Après s’être fait jeter par son meilleur ami, Liv va devoir réapprendre à faire confiance. Trouvera-t-il le courage de partager son secret, et de dire à sa famille et à ses amis qui il est vraiment ? Opération Pantalon est un livre plein d’humour et de tendresse qui parle d’amitié et de comment rester fidèle à soi-même.

Mon avis :

47/65