Toi + Moi + Lui – Tijan

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Nombre de pages : 135
Date de parution : 24 mai 2017
Prix : 7,00€

Résumé : Summer Stolz est amoureuse de Kevin Matthews depuis le collège. Qui ne le serait pas ? Toutes les filles du campus en sont folles, et il reste rarement célibataire très longtemps…
Alors, quand une liaison naît entre leurs père et mère respectifs, et que Summer se retrouve en cohabitation avec son coup de cœur 24 heures/24, la situation prend un tournant… épicé.
Mais c’était sans compter sur sa rencontre avec le mystérieux Caden Banks. Un jeune homme rebelle, insoumis, dangereux… mais, surtout, terriblement sexy. Summer va alors devoir répondre à son cœur : peut-il battre pour deux garçons à la fois ?

Mon avis : J’ai beaucoup Tijan dernièrement sur les réseaux sociaux et je n’en ai lu que du bon. J’ai donc voulu découvrir ce roman.

Summer est amoureuse de son « frère par alliance » mais ce n’est visiblement pas réciproque. Puis en rencontre Caden, ce jeune homme mystérieux et ténébreux qui pourrait bien chambouler toutes ses certitudes.

Dès les départ j’ai adoré Summer. Je ne sais pas comment l’expliquer l’alchimie a pris de suite. J’ai apprécié son humour, sa façon d’être, de réagir, d’inter-agir avec son entourage… C’est typiquement le personnage qui me séduit de suite. Elle est fragile à l’intérieur mais ne montre rien à l’extérieur. Elle tourne tout en dérision et j’ai beaucoup aimé lire ses répartie et ses apartés.
Je pourrais dire que tout mon attrait pour ce roman repose sur Summer, et ça serai vrai, mais il n’y a pas que ça. J’ai aussi aimé le personnage de Caden, même s’il est vrai qu’il fait un peu stéréotypé. J’ai aimé détester Kevin, c’est vraiment le petit con à qui on a envie de donner une paire de claque. Le petit groupe dans lequel évolue Summer et également très attachant. Donc, en fait ce sont les personnages qui porte le livre. Parce que pour ce qui est de l’histoire, même si elle est très jolie, elle n’est pas vraiment originale.
C’est ça, l’auteur a réussi à faire d’une histoire banale quelque chose qui marque les esprits grâce à des personnages qui sorte du communs et qui sont très attachant. J’ai passé un excellent moment avec Summer et j’aurais vraiment aimé l’avoir en amie à la fac.

Je remercie Hugo roman pour cette lecture.

 

58/65

 

Amies à vie – Pierre Bottero

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Nombre de pages : 135
Date de parution : 24 mai 2017
Prix : 7,00€

Résumé : Brune à quatorze ans et partage son temps entre le collège et ses copines. Et pourtant, il lui manque une véritable amie. Enfin Sonia arrive, mais elle cache un lourd secret. Brune va devoir lui donner la plus grande preuve d’amitié : se battre pour la vie !

Mon avis : Je connais Pierre Bottero de nom. Je sais qu’il écrit des livres jeunesse et qu’ils doivent être très bon puisque je connais plein de blogueurs qui sont fans. J’ai donc voulu moi aussi le découvrir.

Brune est au collège et, même si elle a de bonnes copines, elle se cherche une meilleure amie. Et si c’était Sonia, cette nouvelle si mystérieuse.

Pour un premier « contact » avec Pierre Bottero, j’ai été charmée par sa plume simple et direct. Il n’est certes plus enfant ou ado depuis quelques années lorsqu’il écrit ses romans, mais il les comprend toujours très bien et sait retranscrire leurs émotions, leurs pensées, leurs attentes, leurs émois, ces petites choses qui nous paraissent sans importance à nous adultes mais qui peuvent chambouler la vie d’une ado. Je ne crois pas que j’en serais capable. C’est agréable de lire genre de livre.
Brune est une ado sans histoire, qui obéit à ses parents et a de bons résultats au collège. Elle n’est pas particulièrement rebelle et mène une vie tranquille même s’il y manque quelque chose à ses yeux. Sa rencontre avec Sonia va tout changer et redonner du peps à tout ça. Bref la vie est belle ! Sauf qu’il y a toujours un petit grain de sable et qu’il faut faire face. Brune apprend qu’être une amie, une vraie, ce n’est pas que partager des bons moments, des rires et des confidences, mais que c’est aussi faire front ensemble quand la vie s’amuse à vous mettre des battons dans les roues.
C’est une très jolie histoire, sans chichi que j’ai apprécié de lire.

Je remercie Flammarion jeunesse pou cette lecture.

56/65

La loi du cœur tome 2 – Le chant du cœur – Amy Harmon

Éditeur : Hugo roman
Nombre de pages : 386
Date de parution : 13 avril 2017
Prix : 17,90€

Résumé : Pour moi, le paradis, c’est la cloche qui annonce le début d’un match de free fight, l’adrénaline qui monte, la sueur qui me brûle les yeux et le feu qui coule dans mes veines. C’est la foule indistincte qui scande mon nom et l’adversaire du jour qui veut verser mon sang. Pour moi, le paradis se résumait au ring octogonal. Jusqu’à ce que je rencontre Millie.
Jusqu’à ce que je change. Si l’octogone était mon paradis, alors Millie était l’ange en son centre, la fille pour laquelle je voulais me battre, celle qui m’a appris que les batailles les plus importantes sont parfois celles que l’on ne pense pas gagner.

Mon avis : J’avais beaucoup aimé le tome 1, La loi du cœur (Dont vous trouverez l’avis ICI). J’avais envi de retrouver Moïse et Georgie, de découvrir un peu plus Tag, dont je me suis vite plongée dans ce roman.

Amy Harmon avait réussi à me toucher dans le 1er tome et ses autres romans et j’espérais bien qu’elle réussirait avec celui-ci également. Ce tome est plus accès sur Tag, le meilleur ami de Moïse. Cette tête brûlée qui fait des combats de free fight pour se sentir vivant. Il a aussi la tête sur les épaules puisque même s’il est jeune il est à la tête de plusieurs sociétés qu’il gère d’une main de maître. C’est clairement une tête brûlée qui aime avoir le dernier mot mais en vieillissant il prend du plomb dans la tête. On sent très bien que derrière cette grande gueule se cache un grand cœur qui a également beaucoup de blessures qu’il cache tant bien que mal. C’est typiquement le genre de personnage que j’apprécie.
Il rencontre Millie. On la découvre petit à petit, mais j’ai trouvé que ce n’était pas assez, j’aurais bien aimé en savoir plus. mais c’est aussi normal puisque le roman est écrit du point de vue de Taf, dont il ne nous transmet que ce qu’il sait. Mais cela m’a un peu frustrée parce que c’est un personnage auquel on s’attache également.
Le 3ème personnage important dans cette histoire c’est Moïse, qui nous raconte ce qu’il pense de cette rencontre Tag / Millie.
Et justement cette histoire parlons-en. Elle est simple, elle est jolie, elle est touchante… bon, pas autant que celle de Moïse et Georgie mais tout de même, elle fait sont petit effet. Je suis tout de même restée sur ma faim, je m’attendais à plus. De mon point de vue j’aurais aimé que les 20/30 dernières pages soient plus développées. Pis j’ai trouvé la fin trop vague… On peut s’imaginer ce qu’on veut, et là j’aurais aimé que l’auteure prenne une décision, mais je vous laisse juge…

Je remercie Hugo roman pour cette lecture.

Gloria -Martine Pouchain

Éditeur : Sarbacane
Nombre de pages : 267
Date de parution : 3 mai 2017
Prix : 15,50€

Résumé : « Une lueur rase les sommets au loin. Quelques phares croisés les éblouissent.
– Ca m’étonnerait beaucoup que t’es ma mère, déclare Jamie.
– Pourquoi ?
– Une mère a pas le temps de se balader. Elle travaille.
– Qu’est-ce que t’en sais ? T’en connais beaucoup, des mères ?
– Tu vois, ça, une mère le dirait pas.
– Moi aussi je travaille. Là, je suis en vacances.
– Et tu fais quoi comme travail ?
– Actrice. »

Mon avis : Les livres des éditions Sarbacane arrivent toujours à me « parler », le résumé de celui-ci, bien que succinct m’a fait le même effet que les autres : j’ai eu envie de le lire.

Gloria a un rêve : devenir actrice depuis qu’elle a commencé les cours de théâtre au lycée, mais elle n’avait pas prévu de tomber enceinte.

L’histoire de Gloria est plutôt banale. Des ados qui tombent enceinte et doivent abandonner leur bébé, ça arrive tous les jours. C’est après que ça devient plus atypique. Beaucoup veulent aussi devenir actrice et débarquent tous les jours à Los Angeles des étoiles plein les yeux, des rêves plein la tête. Très peu y parviennent. Alors là aussi, on est sur du commun. Ce qui l’est beaucoup moins c’est le personnage de Gloria. J’aime beaucoup sa façon de voir la vie. Ça façon déterminer d’avancer coûte que coûté, de toujours garder son objectif premier en ligne de mire. Ça la rend parfois égoïste, mais qui ne l’est pas un minimum ? Elle est tout simplement humaine. Avec peut-être un côté gamine plus prononcé que chez les autres. Je ne pense pas que j’aurais réagit comme elle face à cette nouvelle qui chamboule sa vie à 25 ans, mais je ne peux pas en être certaine puisque ça ne m’est pas arrivé.
Gloria rencontre une galerie de personnages parfois limite caricatural : le producteur de série TV, la baby-sitter, la patronne d’hôtel… mais tous l’ont marqué à leur façon, lui on permis de changer, d’évoluer, d’accepter la vie comme elle est. Certes nous n’est pas toujours rose, mais chacun a droit à sa part de bonheur. C’est ce qui ma plu dans ce livre : sa fin pleine d’espoir qui donne envie de croire en la vie et en la nature humaine.

Je remercie les éditions Sarbacane pour cette très jolie lecture.

55/65

50 jours avant mon suicide – Stace Kramer

Éditeur : Macha édition
Nombre de pages : 588
Date de parution : 1er mars 2017
Prix : 19,00€

Résumé : L’histoire d’une jeune fille désespérée qui se laisse 50 jours pour décider si la vie vaut la peine d’être vécue. Les lecteurs suivent cette période avec elle, jusqu’au retournement final.

Mon avis : Comme tout le monde j’ai eu une adolescence où le mal être a été très présent pendant cette période où l’on se demande à quoi sert la vie et plus précisément la mienne. Bref le suicide chez les ados est un sujet qui m’a toujours touché. J’étais donc curieuse de découvrir ce livre.

Gloria a décidé de se suicidé dans 50 jours. Ce roman raconte ces 50 jours et les raisons de sa décision.

J’ai eu beaucoup de mal à accrocher avec ce livre. Tellement que je l’ai abandonné après une centaine de pages. J’ai trouvé l’héroïne inintéressante, impossible de m’attacher à elle. Je ne l’ai pas trouvé crédible. J’ai eu beaucoup de mal avec l’écriture en majuscule quand l’auteure voulait mettre l’accent sur quelques choses. Je n’avais jamais vu faire ça dans un roman et je ne vois pas l’intérêt de le faire.
De plus j’ai relevé beaucoup d’incohérence. L’auteure est russe et situe son roman en Floride. Soit. Mais je ne suis pas sure qu’elle se soit documentée sur le climat de la région, je sais que la Floride peut être humide mais là j’ai trouvé qu’il y pleuvait beaucoup quand même. Je ne suis même pas sure qu’elle sache le situer sur une carte… parce qu’un lac et une forêt à quelques heures de route pour un week-end, j’ai trouvé ça assez bizarre. Je ne pense pas non plus qu’elle connaisse le système éducatif américain, c’était très différent des romans que j’ai l’habitude de lire. Tout ça mis bout à bout et le fait que je levais les yeux beaucoup trop souvent pour qu’ils restent droit après ma lecture, m’a fait abandonner le livre. Je ne me sentais d’aller jusqu’au bout.
Je trouve admirable d’écrire un livre à 17 ans, mais il faut qu’il reste cohérent tout de même.

Je remercie les éditions Macha pour ce livre.

55/65