The rain tome 1- Virginia Bergin

 Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 384
 Date de parution : 20 septembre 2017
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Ruby passe la soirée avec ses amis quand le monde bascule. La radio diffuse en boucle un message d’alerte : « Protégez-vous de la pluie, c’est une question de vie ou de mort ». La petite bande court se mettre à l’abri, mais l’un d’entre eux décide d’affronter les gouttes. Aussitôt, les parties de son corps exposées à l’eau sont en sang. Ruby réussit à rentrer chez elle et retrouve Rebecca, sa mère, Simon, son beau-père et Henri, son petit frère. Malgré toutes leurs précautions, Rebecca et Henri meurent. Simon décrète une interdiction totale d’utiliser l’eau.La pluie ne cesse de tomber. Il n’y a plus de téléphone ni d’internet. Selon les informations, un nuage de poussière porteur d’un virus se serait abattu sur la terre. Une pluie acide brule la peau et fait exploser les cellules. Un matin, le ciel est bleu. Ruby et Simon s’aventurent dans la ville et découvrent des scènes de pillages, cadavres, voitures entassées. Le temps de revenir à la maison, Simon crache le sang… Désormais, Ruby est seule et décide de rejoindre son père à Londres. Un long périple commence. Quand elle arrive enfin, la maison est vide mais Ruby découvre un mot de son père daté du 23 juin disant qu’il reviendra le 26. Sept semaines plus tard, Ruby a organisé sa survie et elle attend toujours…

Mon avis : J’aime beaucoup les dystopies. Bien souvent leurs histoires se passent après « la catastrophe » très peu racontent « la catastrophe » en elle-même. C’est le cas de The rain et j’avais hâte de le découvrir.

Un soir la pluie se met à tomber, mais elle n’est plus anodine : elle tue ! Comment survivre dans ces cas-là quand on a 15 ans et qu’on ne peut plus conter sur personne.

Ça commence par une soirée comme les autres : musique, alcool (même si c’est défendu),des couples qui se forment… et ça finit comme un film catastrophe qui fait froid dans le dos. Passé les 20 premières pages, on plonge dans l’horreur. Oui, l’horreur parce que c’est l’effet que ça m’a fait. Cette pluie que Ruby connait depuis qu’elle est née est devenue son ennemie jurée. Au départ la menace vient du ciel mais au final elle se retrouve dans toute l’eau qui entoure Ruby et elle, comme les autres survivants, doivent faire preuve d’ingéniosité pour survivre. Ça c’est pour vous donner une idée de l’intrigue sans trop vous en dévoiler.
Pour ce qui est des personnages, je me suis vite attachée à Ruby, elle est très franche et elle a beaucoup d’humour : tout ce que j’aime. Elle est très vite obligée de grandir et j’ai trouvé qu’elle faisait face avec beaucoup de dignité et de courage. Elle rencontre toute une série de personnages allant du plus loufoque au plus sensé. On découvre alors tout ce que le monde fait de meilleur et de pire. Mais, somme toute, elle s’en sort plutôt pas trop mal.
Ce livre est très bien écrit et je l’ai lu très vite, ne pouvant plus m’arrêter, emporté que je l’étais par les aventures de Ruby.
La fin pourrait suffire même si j’aurais bien passé plus de temps avec Ruby, mais j’ai découvert qu’il y avait un second tome que j’ai hâte de découvrir.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

10/80

Publicités

Cell.7 tome 2 – Kerry Drewery

 Éditeur : Hachette romans
♦ Nombre de pages : 392
 Date de parution : 30 août 2017
♦ Prix : 18,00€
♦ Acheter : Amazon 

Résumé : Attention aux spoilers sur le1er tome !! Vous avez été 21 millions à assister en direct aux aveux d’Isaac Paige : c’est lui qui a tiré sur son père, lui qui avait d’abord laissé sa petite amie s’accuser à sa place. Isaac Paige est un meurtrier que vous, chers téléspectateurs, devez punir. Grâce au système Chacun sa voix, vous allez décider de son sort, et de la sécurité de notre ville. Chaque jour, il avancera d’une cellule dans le couloir de la mort, jusqu’à la cellule 7. Là, c’est votre vote qui décidera.
La vie ? La mort ? À vous de juger !

Mon avis : Le premier tome (dont vous trouverez l’avis ICI) m’avait étonnée et sa fin m’avait laissé sur ma faim (c’est le cas de le dire) ! J’avais donc très envie de connaitre la suite.

J’ai hésité un peu, mais je ne vais pas vous faire de résumé de ce tome, ça vous en dévoilerait trop sur le premier volume. Ça serait dommage si vous ne l’avez pas lu.

Le premier livre m’avait assez déstabilisée. Qu’un pays décide de la culpabilité d’un « prétendu criminel » par un vote des citoyens par téléphone me laisse pantoise ! Surtout que la peine ne se traduit pas en année d’emprisonnement mais par la mort. Surtout quand les informations sur le prévenu sont manipulé par les médias. Cela m’a révoltée ! C’est tout bonnement inconcevable pour moi. Je ne sais pas où l’auteure à trouvé son inspiration mais elle fait froid dans le dos !
Dans ce roman les personnages sont malmenés, allant d’espoir en désespoir. Ils espèrent que leur monde va changer, ils veulent le faire changer, sans savoir comment faire exactement. Ils ont des moyens limités et le moins qu’on puisse dire c’est qu’en plus on leur met des bâtons dans les roues. Je me suis souvent sentie aussi frustrée qu’eux si ce n’est plus puisque je n’avais pas la même « vision » qu’eux.  Bien sûr ils avancent lentement, mais ce sont les retours en arrière qui sont agaçants !
Je pensais que ce tome serait le dernier (mais il faut dire que je n’avais pas vérifié) mais il y aura bien une suite et j’espère qu’elle arrivera vite parce que vu la fin de ce tome, je l’attends avec impatience !

6/80

 

 

L’empire de Sable – Kayla Olson

 Éditeur : Collection R
♦ Nombre de pages : 378
 Date de parution :  21 septembre 2017
♦ Prix : 17,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Il suffit d’un grain de sable pour faire s’écrouler un empire. Une page s’est tournée dans l’histoire de l’humanité depuis que les dérèglements climatiques ont rendu la plus grande partie du globe inhabitable. Puis a eu lieu la révolution orchestrée par les Loups, un puissant groupe armé. Ce jour-là, ils ont pris le pouvoir. Ce jour-là, ils ont tout pris à Eden, qui n’a rien vu venir. La voilà désormais détenue dans un camp de travail sous haute sécurité. Son seul espoir ? Gagner l’île de Sanctuary dont lui a parlé son père, le dernier territoire encore neutre. Mais quand Eden parvient finalement à y accoster avec d’autres évadés, l’île se révèle encore plus dangereuse que leur précédente prison…

Mon avis : Grande fan de la Collection R et de dystopie, je n’allais pas rater ce roman qui avait l’air prometteur.

Les « pauvres » d’Amérique se sont soulevés. Ils ont décidé qu’ils ne seraient pas sacrifiés par la classe des riches face à la montée des eaux. Les riches sont parqués dans des goulags pendant que ceux qui se font appeler les Loups tentent le tout pour trouver la solution qui les sauvera.

Je suis entrée facilement dans l’intrigue. En même temps le contraire aurait été difficile vu que des les premières pages ont est emporté par l’action. Une action qui ne s’arrêtera que très rarement. C’est un des atouts forts de ce roman : on ne s’ennuie jamais. Je ne sais pas où l’auteure à trouver l’inspiration mais je salue son imagination ! Tout ce qu’elle a imaginé fonctionne très très bien, tellement que ça fait froid dans le dos quand on pense que ça pourrait arriver. Parce qu’il ne faut pas oublier que l’avenir de la planète n’est pas tout rose et que c’est maintenant qu’il faut agir avant que tout ne soit irrémédiable.
Les personnages sont très bien décrit également. On s’y attache et j’ai bien aimé voir comment les liens se sont liés, comment ils sont devenus forts sans que rien ne puissent les distendre et cela en très peu de temps. À situation exception, relations humaines exceptionnelles. Certaines vont parfois un peu vite, mais je suis bien incapable de dire comment j’aurais réagit dans de telles circonstances.
D’après mes recherches (mais je n’ai peut-être pas chercher où il faut) ce livre n’aura pas de suite. Dans ce cas-la je trouve la fin un peu trop rapide. Cela donne l’impression que l’auteure s’est aperçue qu’elle en avait déjà trop écrit et qu’elle devait écourter tout ça. C’est un peu dommage. Cela reste toutefois une lecture plus qu’agréable où j’ai passé un très bon moment.

Je remercie la Collection R pour cette lecture.

4/80

Destiny tome 1 – Cecelia Ahern

Éditeur : Hachette roman
Nombre de pages : 394
Date de parution : 18 mai 2017
Prix : 17,00€

sumé : Parfois, il faut choisir l’imperfection pour être Parfait. Dans le monde de Celestine North, chaque citoyen doit être Parfait. Quiconque commet la moindre erreur se voit marqué du sceau de l’Imperfection.
Pour qui a pris une mauvaise décision : c’est sur la tempe.
Pour qui a menti : la langue.
Pour qui a commis un vol : la paume de la main droite.
Pour qui s’est montré déloyal : le cœur.
Pour qui s’est écarté du droit chemin : la plante du pied droit.
Celestine mène une vie parfaite au sein d’une famille parfaite et au bras du petit ami parfait. Elle pense incarner l’idéal de la société.
Et si Celestine s’était trompée ? Si c’était le système lui-même qui était Imparfait ?

Mon avis : Cette fois-ci j’ai plus me plongée dans une dystopie comme je les aime. Ça faisait un petit moment…

Celestine vit dans un monde où les imparfaits sont marqués. Pour qu’ils n’oublient jamais qu’ils ont fauté et surtout pour que les autres n’essayent même pas de fauter. Elle a été élevée avec cette idée et y adhère parfaitement : tout cela est normal pour elle. Jusqu’au jour où sa logique tombe sur une « anomalie » et que tout son univers éclate.

De suite j’ai été emportée par l’univers de Célestine. L’auteure nous plante vite le décors, nous explique très vite comment fonctionne ce monde et c’est très vite que j’ai tourné les pages du roman pour connaître l’histoire en entier.
On fait tout d’abord la connaissance de tous les personnages autour d’un repas de « fête » et ensuite plus précisément de Célestine. C’est le genre de personnage que j’affectionne beaucoup : honnête et sincère qui ne pense pas que pour elle. Elle ne fait pas de bruit et est plutôt une élève sérieuse. C’est justement son esprit de la justice qui va lui portée préjudice, mais qui sera également le grand de sable qui fera dérailler le mécanisme de la société dans laquelle elle vit. Malgré ça elle restera fidèle à elle même et aux siens. J’ai beaucoup aimé la cohésion de sa famille, c’était très touchant.
Par contre ce qui m’a fait froid dans le dos c’est cette société qui ne donne aucun droit à l’erreur. Où tout le monde doit être parfait et rentrer dans le moule sans jamais remettre en cause les autorités les règles appliquées depuis des décennies. Moi qui suis typiquement imparfaite, je n’aurai pas fait long feu 😉 Mais rien ne dit que nous n’allons pas vers ce genre de société avec le règne de l’image et le poids des réseaux sociaux… C’est peut-être justement pour ça qu’il m’a paru si crédible.
J’ai passé un excellent moment lecture et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

60/65

La faucheuse tome 1 – Neal Shusterman

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 493
Date de parution : 16 février 2017
Prix : 18,90€

Résumé : Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Mon avis : Le résumé est certes court mais il a réussi à me donner envie et cette envie s’est confirmer avec la lecture des premières pages.

Dans un monde où l’homme est devenu immortel, des faucheurs sont désignés pour tuer certaines personnes pour réguler la population. Quand Citra et Rowan, 17 ans, sont désignés pour devenir apprentis, toute leur vie va changer.

Dès les premières pages j’ai été happée par ce roman. L’auteur plante le décor et le style de vie des hommes devenus immortels afin que l’on comprenne vraiment le rôle et l’importance des faucheurs. C’est vrai que pour moi tout ça c’est vraiment de la science fiction, je ne me vois pas du tout vivre pour toujours, je crois que je n’arriverai pas à vivre si longtemps. Mais l’auteur a réussi vraiment à m’immerger dans ce monde. J’en aurai presque changé d’avis sur l’immortalité.
Les deux personnages principaux sont diamétralement opposés et bizarrement on n’est pas étonné de les voir bien s’entendre et se compléter. Ce qui les unis ce  sont tout de même quelques points communs : leur empathie et leur humanité. Parce que c’est la grande question de ce roman : garderions-nous notre humanité si nous ne risquions plus de mourir ? Dans ce nouveau monde, on est plutôt devenu individualiste et les faucheurs sont le seul véritable danger devant lequel on doit frémir.
Ce livre est double. Il raconte l’histoire de Citra et Rowen, leur expérience différente d’apprentis faucheurs. Les problèmes qu’ils doivent affronter. Leur évolution qu’ils doivent apprivoiser et leur avenir qui est loin d’être doré. Ils doivent affronter ces faucheurs si différents savoir quelle sera leur façon de faucher. Il raconte aussi l’histoire d’une humanité qui ne prend pas forcément le bon chemin. Notre salut n’est pas forcément dans l’immortalité…

J’ai vraiment adoré ce premier roman et j’ai hâte de connaître la suite des aventures de Citra et Rowan.
Je remercie la Collection R pour cette lecture.

38/65