Midnight club – Christopher Pike

♦ Éditeur : Hachette
♦ Nombre de pages :  288
♦ Date de parution : 24 février 2021
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Dans un hôpital réservé aux adolescents atteints de pathologies graves, cinq jeunes malades se retrouvent chaque soir à minuit pour partager des histoires effrayantes. Des histoires inventées, des histoires réelles, et parfois un peu des deux. Une nuit, ils décident de faire un pacte. Ils se promettent qu’après leur mort, ils donneront un signe aux autres depuis l’au-delà. La plus incroyable des histoires peut alors commencer. Guérison, départ soudain, histoire d’amour, révélations extraordinaires… La vie – ou bien la mort ? – n’en a décidément pas terminé avec ces adolescents.

Mon avis : Un livre qui raconte des histoires qui font peur avec des jeunes adultes qui se retrouvent dans un lieu clos  dans une situation particulière, cela a de quoi m’intriguer…

Cinq ados qui ne sont pas au mieux de leur forme , et c’est un euphémisme, ont une manière bien a eux de se remonter le moral. Le meilleur moyen d’affronter ses peurs, n’est-ce pas en parler sous forme d’histoire pour les apprivoiser ?

Ce livre avait tout pour me plaire. Sur le papier. En vrai , j’ai eu un peu de mal à m’accrocher. Le début ne pas pas séduit… Les personnages n’ont pas réussi à me toucher.
C’est peut-être parce que je suis dans une période peu propice à l’empathie, mais l’histoire personnelle de chaque personnage n’a  pas réussi à faire vibrer la corde sensible en moi.
Pourtant l’idée de départ est vraiment très bonne. Des jeunes gens qui au départ ont une vie ordinaire : le lycée, les premiers petits amis, les futures études, se retrouvent à devoir affronter le pire : la fin probable de leur vie. Je dois quand même admettre que j’ai admiré leur force. Leur façon de prendre chaque jour comme il vient, tout en croyant à des jours meilleurs.
J’ai plus été déçue par les histoires racontées. Je pense être passée totalement à côté. Peut-être parce que je ne fais pas partie du public visé… Ou parce que j’aurais préféré que ces histoires soient plus développées…
Bref, j’ai l’impression d’être passée complétement à côté de ce roman. Pourtant j’ai toujours hâte de découvrir la série sur Netflix. Ne cherchez pas à comprendre, même moi j’ai abandonné !

Je remercie Hachette pour cette lecture.

 

26/35

La ferme des animaux – George Orwell

♦ Éditeur : Le livre de poche jeunesse
♦ Nombre de pages :  144
♦ Date de parution : 6 janvier 2021
♦ Prix : 4,50€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Un beau jour, dans une ferme anglaise, les animaux décident de prendre le contrôle et chassent leur propriétaire. Les cochons dirigent la ferme comme une mini société et bientôt des lois sont établies proscrivant de près ou de loin tout ce qui pourrait ressembler ou faire agir les animaux comme des humains. De fil en aiguille, ce microcosme évolue jusqu’à ce qu’on puisse lire parmi les commandements :  » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres.  »
Le parallèle avec l’URSS est inévitable quand on lit cette fable animalière. À travers cette société, c’est une véritable critique du totalitarisme d’état que développe Orwell.

Mon avis : Je voulais découvrir George Orwell depuis quelques temps. Bon d’accord je pensais plutôt à 1984, mais la ferme des animaux c’est bien aussi.

Et si les animaux se rebellaient et prenaient le pouvoir dans la ferme ? C’est ce que font ceux du livre de George Orwell et ça donne un résultat décapant !

Ce livre parait dans la collection le livre de poche jeunesse mais c’est un classique de la littérature moderne. Il n’est d’ailleurs pas réservé aux enfants, loin de là. Je dirais même qu’il faut avoir un certain âge et une connaissance en histoire contemporaine pour en saisir toute la subtilité. À travers une ferme et ses animaux l’auteur nous expose comment s’est déroulé la mise en place du communisme en URSS. Comment en partant d’une idée qui prône l’égalité et le bien être pour tous, une petite partie de la population s’enrichit au détriment de la majorité. Le mécanisme est clairement expliqué. C’est certes plutôt simpliste mais cela permet de comprendre grossièrement l’histoire de cette période. J’ai vraiment aimé avoir le point de vue de George Orwell sur cette période qui l’a vécue. On sent d’ailleurs parfaitement l’aigreur que tout cela lui a laissé. Il est clairement amère de voir cette idée qui était idéale pour lui au départ, fini en eau de boudin pour ne servir qu’une infime partie.
C’est un roman à mettre entre toutes les mains pour les gens qui veulent une analyse simple mais pertinente de cette période de la mise en place du communisme au début du 20ème siècle.

Je remercie Le livre de poche jeunesse pour cette lecture.

21/35

Les dossiers du voile – Adrien Tomas

♦ Éditeur : Fleurus
♦ Nombre de pages :  415
♦ Date de parution : 8 janvier 2021
♦ Prix : 16,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : « Les maisons sorcières sont au bord de l’explosion, la Guerre de la Nuit fait rage plus violemment que jamais et les trolls et les fées sont bien partis pour transformer les bas-fonds de Paris en champ de bataille… »
Bienvenue dans le monde du Voile !
Lieutenant de police au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, Tia Morcese a beaucoup de mal à faire respecter l’ordre et la sécurité… et surtout à éviter que druides, nécromanciens, loups-garous et autres espèces méta-humaines révèlent leur existence au reste du monde.
À côté de son impressionnante grande sœur, Mona pourrait presque passer pour une ado normale. Pourtant, l’apprentie sorcière est loin d’avoir les yeux dans sa poche ! Et quand elle tombe sur des informations clés qui pourraient faire avancer les affaires en cours de Tia, elle n’hésite pas une seconde à suivre ses propres pistes.
Mais le monde du Voile n’est pas sans danger…

Mon avis : J’adore les créatures fantastiques. Dès que j’ai lu le résumé de ce livre il fallait absolument que je le découvre : une enquête paranormale, c’est tout ce que j’aime.

Tia est enquêtrice dans une unité spéciale cachée qui s’occupe d’enquêter sur toutes les affaires incluant des créatures fantastiques, qui vivent dans l’ombre de notre société. Quand la piste qu’elle suit se rapproche dangereusement de sa famille, elle va tout mettre en oeuvre pour les protéger.

J’ai tout bonnement passé un très très bon moment avec ce livre que j’ai lu en quelques heures (même si c’était sur plusieurs jours). D’emblée les personnages ont réussi à attirer ma sympathie. Tous sont très bien décrits et les personnalités sont affirmées. La famille de Tia est complètement atypique mais elle fonctionne très bien avec toutes ses différences. Ils se complètent tous et surtout sont solidaires entre eux.
Le monde féérique est très complexe, avec des rivalités millénaires qui perdurent à travers les âges et malgré leur dissimulation au sein de notre société. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir et la palette de gris est infinie. Même ses créatures qu’on pense douce depuis des siècles, comme les fées, sont en fait un peu perverses et profiteuses. C’est cette nuance que j’ai aimé, découvrir ces êtres fantastiques différemment à l’image des hommes qui ne sont pas toujours parfaits.
L’enquête est un peu « facile ». On devine très vite où veut en venir Adrien Tomas, mais ce n’est pas elle qui fait la richesse de l’histoire. C’est la complexité des liens entre hommes, mages, nécromanciens, vampires, loups-garous, Trolls, fées et autres gnomes. On sent la réflexion et on a envie d’en apprendre plus.
Pour moi cette histoire n’est que le début. C’est comme un premier tome qui pose les bases d’un monde beaucoup plus riche qu’on a envie de découvrir encore et encore dans d’autres tomes.
Bref, vous comprenez que j’ai adoré et que j’aimerai beaucoup retrouver les personnages et cet univers dans d’autres romans.

Je remercie Fleurus et Netgalley pour cette lecture.

19/35

Bureau fédéral de la magie tome 1 – Une furie en ville – Annabel Chase

Éditeur : Alter Real
Nombre de pages :  240
Date de parution : 29 janvier 2021
Prix : 17,00€
Acheter : Amazon

Résumé : Une famille exaspérante mais aimante ? Check. Une petite ville pittoresque et un chef de police sexy ? Check. Un chien des Enfers abandonné, un chat noir au sale caractère, et un python de compagnie qui se prend pour un chiot ? Triple check. Mon histoire vous rappelle un conte de fée un peu cul cul la praline ? Raté ! Il y a un léger détail… Je suis maléfique. Ma nature et mon éducation devraient faire de moi quelqu’un de mauvais, mais je lutte contre cette facette de ma personnalité de toutes mes forces. Tout ce que je désire, c’est vivre une vie normale. J’ai même rejoint le FBI et non le Bureau Fédéral de la Magie, comme j’aurais dû le faire. Mais mes pouvoirs en ont décidé autrement, et l’Agence m’a renvoyée dans ma ville natale pour combattre les crimes magiques. Me voilà de retour à Chipping Cheddar, au milieu de ma famille – maléfique, bien entendu -, un nouveau job sur les bras, et les casseroles de mon passé derrière moi. Oh, j’ai oublié, en plus, il y a un cadavre. Et il ne s’agit pas d’un accident. Donc, bienvenue dans mon monde !

Mon avis : J’adore les histoires de sorcières, anges, démons et autres créatures fantastiques, si à cela vous ajoutez une enquête policière, vous réunissez deux de mes genres favoris !

Après une petite « boulette », Eden est mutée dans sa ville natale qu’elle avait pourtant fuit il y a quelques années. Elle retourne vivre dans la maison de sa mère et retrouve sa famille « bizarre ». Mais même pas le temps de reprendre ses marques, qu’une des meurtres suspects réclament son aide.

Que dire de ce livre ? J’ai tout bonnement adoré ! Je l’ai dévoré en quelques heures et c’est dire vue mon rythme de lecture ces derniers temps. Il faut dire qu’il se lit également très facilement. Il a peu de pages et le rythme est fluide est rapide. Pas de descriptions inutiles et l’autrice va droit au but. J’ai beaucoup aimé Eden et son caractère bien trempé. Elle a la tête sur les épaules et c’est un peu le mouton noir de la famille. Elle a une famille complètement loufoque, qui m’a rappelée celle de Stéphanie Plum dans la série du même nom, saupoudré de famille adams, dans la série du même nom également.  J’ai bien souvent souris voire franchement ris en lisant leur élucubrations familiales.
L’enquête est légère, pas de scène gore ni de descriptions morbides à outrance. Juste des faits. On découvre vite aussi qui est le tueur, mais je pense que ce premier tome est surtout une introduction à la série qui nous présente  tous les personnages et plante le décor. Il faut dire qu’il est typique d’une petite ville où tout le monde connait tout le monde et en découle également pas mal de personnages.  J’ai adoré découvrir cette ville et tous ses habitants. Je pense qu’il y a matière à avoir des tomes suivant hauts en couleurs !
Bref, c’est surement une série qui deviendra une de mes préférées dans les mois qui suivent.

Je remercie Alter Real et Méliane pour ce blog tout qui a permis cette lecture.

Si vous avez envie d’en découvrir plus, voici un extrait :

Je me retournai et tombai nez à nez avec un mec magnifique en uniforme. Il me dominait du haut de son mètre quatre-vingt. À la vue de ses yeux verts et de sa mâchoire carrée, mes jambes flageolèrent. Son menton avait beau être recouvert d’un voile de barbe, j’aperçus sa fossette.
Je toussotai en essayant de répondre.
— C’est bien moi, croassai-je.
— Je suis le chef Fox, commença-t-il.
Je me mis à rire.
— Fox ? Oh, bien joué. Qui vous a demandé de faire ça ? Sassy ?
Leur virée aux toilettes était sans doute un mensonge. C’était une ruse pour me faire une blague.
Il fronça les sourcils.
— Qui est Sassy ?
— Non, je parie que c’est un coup de ma grand-mère.
Elle m’avait accusée d’être tendue tout à l’heure. Le chef Fox devait être sa façon d’essayer de me détendre. J’agitai un doigt sous son nez.
— Qui que ce soit, dites-lui qu’il ne peut pas me leurrer. Je suis agent fédéral.
Je me tapotai la tempe.
— Ça me rend intelligente.
Il inclina la tête, apparemment perplexe.
— Vous leurrer ? De quelle manière ?
J’enfonçai un doigt sur sa fossette et le poussai doucement.
— Sous ces vêtements, je parie que vous êtes nu.
Il sourit.
— En général, c’est comme ça que les vêtements fonctionnent.
— Ha-ha. Vous allez les enlever quand ?
— Pardon ?
Le chef Fox, ou quel que soit son vrai nom, fit semblant d’être déconcerté par ma question.
— Vous avez un visage innocent, Foxy. Je vous l’accorde.
Je lui tapotai la joue.
— Par contre, ces yeux…
Je vidai le reste de mon verre d’une traite.
— Tout ce que j’y vois est vilain, très vilain, ajoutai-je.
Ses vilains yeux brillèrent d’amusement.
— Je crois que j’ai choisi le mauvais moment pour vous aborder. J’ai entendu dire que vous étiez ici, et comme vous êtes sur ma liste de personnes à rencontrer, je me suis dit que c’était l’occasion.

 

Blue moon, l’esprit de la lagune – Laia Lopez

♦ Éditeur : Hachette
♦ Nombre de pages :  212
♦ Date de parution : 12 novembre 2020
♦ Prix : 13,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Diana et ses amis pensaient savourer des vacances bien méritées. C’était sans compter qu’une nouvelle série de dangers surgiraient. Tandis qu’un dragon menace de tout détruire sur son passage, une puissante créature tapie dans les eaux obscures de la lagune s’apprête à sceller un pacte aux conséquences terribles. Comme si cela ne suffisait pas, d’étranges journalistes se mettent à enquêter sur le campus.
Pour les sirènes, cela devient impossible de garder secrète leur identité… De son côté, Eiden est en proie à des cauchemars de plus en plus nombreux, et sa sœur Liv se trouve aussi en mauvaise posture. Diana en est chaque fois plus sûre : une terrible malédiction plane sur leur famille. Alors que le compte à rebours jusqu’à la prochaine pleine lune a commencé, Diana est bien déterminée à sauver ses amis…
quelles qu’en soient les conséquences.

Mon avis : Les dessins et l’histoire du premier tome m’avaient beaucoup plu, j’avais hâte de connaitre la suite et fin des aventures de Diana la sirène (mon avis ICI).

Vivre en tant que sirène dissimulée parmi les humains n’est pas facile tous les jours, encore moins quand votre ami humain est menacé par une puissance obscure.

Je dois avouer que j’ai trouvé les dessins de ce tome encore plus beaux que ceux du livre précédent. Je ne pensais pas que cela était possible mais ici nous avons des pages et des doubles pages magnifiques ! J’apprécie beaucoup le travail de Laia Lopez, que l’on peut retrouver sur Instagram. Si mon homme n’était pas retissant, j’en mettrai une dans mon nouveau logement, mais je m’éloigne du sujet.
L’histoire trouve son dénouement dans ce tome et l’autrice réussi à mêler habillement différents mythes, tout est parfaitement équilibré et tient la route. J’ai tout particulièrement aimé le monde aquatique des sirènes. Il n’est pas basique mais plutôt tout en nuance. Tellement qu’il mériterait d’être repris dans d’autres livres. J’aimerai vraiment découvrir plus de choses sur cet univers.
Le petit reproche que j’aurai à faire est sur les personnages. Je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. Diana est peut-être celle que j’ai préféré, qui se démarque un peu mais sans plus… Ils leurs manquent de la profondeur. Il faut dire que c’est difficile de leur en donner en 200 pages de livres ponctués de dessins.
Dans l’ensemble, j’ai passé un très bon moment lecture qui a eu le mérite de me faire voyager à travers de jolies illustrations.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

16/35