Strawberry moon tome 1 – La fille de la lune – Laia Lopez

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  192
Date de parution : 24 juin 2020
Prix : 13,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Sur un campus universitaire situé au bord d’une lagune, des événements inquiétants se succèdent. Des étudiants disparaissent pendant plusieurs heures, puis réapparaissent, hagards, comme vidés de leur âme. Il n’en faut pas plus pour que la rumeur se propage : le campus est hanté. Diana, elle, a fait sa rentrée universitaire comme tous les autres étudiants, mais elle cache un secret. C’est une sirène. Elle vient de la lagune et a choisi, à ses 18 ans, de venir vivre sur la terre ferme pour échapper à la solitude de sa condition aquatique, d’autant plus qu’étant une espèce rare et puissante de sirène, elle a grandi à l’écart des autres. Grâce à d’autres étudiants sirènes, elle essaie de s’intégrer à la vie étudiante et de passer inaperçue, comme l’exigent les règles du monde aquatique. Mais ce n’est pas si simple. Un garçon nommé Eiden attire son attention et les deux se rapprochent beaucoup, alors que les relations entre humains et sirènes sont très mal vues par le Conseil de la lagune…

Mon avis : J’ai été attiré par ce livre pour deux raison : sa couverture et ses couleurs que j’adore, et pour son titre qui me rappelle une chanson apprise en cours d’espagnol au collège (oui ça date !). Et vous connaissez maintenant ma faiblesse légendaire…

Diana est une sirène qui vient t’intégrer le monde des humains. Elle apprend à vivre dans ce monde qu’elle ne connait pas. Et ce n’est pas facile tous les jours de garder ses secrets.

Je vais d’abord parler de ce qui saute aux yeux : les dessins qui sont tout bonnement magnifiques ! J’adore les couleurs et le trait. Cela permet également de se faire une idée des personnages. Puis, ça égaille la lecture.
L’histoire est plus gentillette au début. Pas vraiment transcendante et un peu classique. Les personnages sont un peu fades et j’ai eu du mal à m’y attacher. Mais plus on tourne les pages plus on s’intéresse à eux et plus on s’y attache. L’intrigue prend aussi en profondeur et elle a réussi peu à peu à capter mon attention. J’ai pris de plus en plus de plaisir à tourner les pages, et j’ai voulu en savoir plus.
Diana est délicieusement naïve lorsqu’elle découvre l’univers des humains, mais c’est agréable de découvrir le monde à travers ses yeux. Eiden n’a rien du héros romantique conventionnel, mais sa douceur et sa timidité ont également de quoi charmer.
Bref, j’ai passé un très bon moment avec ce livre et j’espère vite lire la suite.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

32/50

L’héritage maudit – Heather Graham

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  400
Date de parution : 18 mai 2020
Prix : 7,50€
Acheter : Amazon

Résumé : A peine arrivé à La Nouvelle-Orléans, dans la plantation dont il est l’un des héritiers, le détective privé Aidan Flynn découvre des ossements humains. Des crimes récents, selon Aidan. Rien qui nécessite une enquête, selon la police. Décidé néanmoins à percer ce mystère, Aidan se résout à faire appel à Kendall Montgomery, une jeune femme qui a vécu dans la demeure auprès de sa grand-tante et affirme être en contact avec les fantômes qui hanteraient la propriété. Bien que sceptique face à ce qu’il attribue d’abord à l’imagination de la jeune femme, Aidan finit par admettre qu’il n’a pas seulement hérité d’une propriété au charme étrange, mais également d’un sombre secret de famille, enfoui depuis plusieurs générations. Grâce à l’aide de Kendall, Aidan va peu à peu lever le voile sur un mystère qui fait resurgir les fantômes de la famille Flynn… et se délivrer de la fatalité de cet héritage maudit.

Mon avis : J’ai déjà lu un livre de la même autrice, Le manoir du mystère, et j’avais apprécié son style. Il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de lire cette nouvelle histoire de fantômes.

Aidan et ses frères viennent d’hériter d’une propriété à La Nouvelle-Orléans. Mais leur arrivée ne se fait pas discret lorsqu’il découvre des ossement de jeunes femmes disparues.

J’ai autant aimé ce livre que le premier de Heather Graham. J’y ai retrouvé la même ambiance de Nouvelle Orléans mystérieuse. J’avais déjà envie de visiter cette ville et l’autrice à réussi à l’augmenter. On en ressent tous les mystères et les histoires dont elle regorge. Rajoutant du mystère à l’intrigue.
L’intrigue est également bien construite. Mélangeant habillement enquête policière et paranormal.  Tout ce que j’aime !. Les personnages cherchent un tueur et trouvent également une aide inattendue auprès des forces paranormales. J’ai vraiment apprécié faire des découvertes surprenantes sur l’histoire de la propriété et sur la progression de l’enquête.
Les personnages sont très bien décrits de suite je me suis attachée à eux. Kendal est une femme forte qui sait où elle va et qui, même si elle pratique des activités occultes, a bien la tête sous les épaules. Elle conserve un petit côté fragile qui la rend plus attendrissante. Aiden et l’archétype de l’homme ténébreux qui a souffert et s’est refermé sur lui. Bon d’accord, lui est un peu plus caricatural, mais il reste attachant. Le petit bémol réside pour moi dans un vouvoiement qui dure un peu trop à mon goût, mais leur histoire, certes commune, n’est pas pour autant inintéressante. Elle a au moins l’avantage, pour une fois de ne pas tourner autour du pot !
C’est un roman que j’ai lu très vite et avec lequel j’ai passé un très bon moment.

Je remercie Harlequin et Netgallery pour cette lecture.

La fin et autres commencements – Veronica Roth

Éditeur : Nathan
Nombre de pages :  297
Date de parution : 6 février 2020
Prix : 16,95€
Acheter : Amazon

Résumé : Six univers. Dans chacun de ces mondes futuristes parfois proches du nôtre et parfois si différents, la technologie transforme les êtres et façonne de nouvelles possibilités. Pourtant, chacun reste confronté à des problématiques profondément humaines. Plongez dans ces futurs, et explorez des histoires de mort et de renouveau, de haine et d’amour, de vengeance et de pardon… dont la fin n’est qu’un nouveau commencement.
6 histoires émouvantes et futuristes, qui chacune à leur manière explorent les thèmes de la mort (celle que l’on inflige, celle qui nous frappe), l’amitié, la famille, la résilience.
Des récits d’anticipation dans la veine de Black Mirror.

Mon avis : J’avais beaucoup aimé Divergente comme beaucoup d’entre vous, j’ai lu également Marquer les ombres que j’ai moins aimé, d »ailleurs je n’ai lu que le 1er tome pour l’instant. Et je voulais connaitre ces nouvelles.

Ce livre regroupe 6 nouvelles fantastiques dont certaines sont tirées de l’univers de marquer les ombres.

J’ai bien aimé ce roman. Au moins 4 nouvelles sur 6 ont réussi à me séduire.
Les quatre premières sont issues de mondes totalement nouveaux et j’ai apprécié les découvrir. Pour ces quatre là, j’aurais même aimé y passer plus de temps. Cela dit, l’autrice arrive parfaitement à nous faire comprendre tout l’univers en quelques lignes. Chaque nouvelle fait environs 50 pages et à chaque fois j’ai réussi à m’immerger dans les différents univers. C’était même avec beaucoup de curiosité que j’avais envie de commencer une nouvelle suivante après en avoir terminée une. C’est très dépaysant et ça donne envie d’en savoir plus.
Le point fort c’est que les mondes ont l’air possibles, avec des similitudes avec le notre et des technologies différentes.
Les deux dernières nouvelles sont issues de la série Marquer les ombres. On y retrouve même des personnages, mais comme je n’ai pas tout lu, j’étais un peu perdue. L’une d’elle m’a même donné l’impression qu’elle n’avait pas de fin… Peut-être trouve-t-elle un échos plus précis quand on a lu la saga en entier.
J’ai tout de même passé un très bon moment avec ce livre et c’est tout ce qui compte.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

21/50

La vie rêvée de Noah Oakman – David Arnold

Éditeur : Milan
Nombre de pages :  400
Date de parution : 5 février 2020
Prix : 17,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Dernière année de lycée pour Noah Oakman et ses deux meilleurs amis, un frère et une soeur avec lesquels il forme le « Triangle fragile ».
L’année des choix, des nouveaux horizons, des chemins qui se cherchent, se séparent ou se retrouvent.
Lors d’une soirée arrosée, Noah se laisse hypnotiser et se réveille dans un monde parallèle. Des détails de sa vie sont modifiés : sa mère a une cicatrice sur la joue, ses amis ont changé de goûts et de projets, son chien a rajeuni. Rien de très grave, mais il va, en réaction, tenter de s’accrocher à ce qui n’a pas changé, pour sortir de ce mauvais rêve et ne pas se noyer. Rien de très grave, et pourtant..

Mon avis : J’ai déjà lu des livres de David Arnold,  Mosquitoland et Libres et affamés, et j’ai beaucoup aimé. Je ne me suis donc pas fait prier pour lire celui-ci.

Noah est un lycéen normal pour ne pas dire banal. Sa vie n’est pas vraiment folichonne, d’ailleurs il ne sait même pas où il va et ce qu’il veut faire plus tard. Jusqu’à cette soirée où il a trop bu et où il se réveille et sa vie a changé sensiblement. Pas franchement mais des détails l’interroge…

J’ai eu trois phases en lisant ce roman.
La première a été la découverte et la prise de connaissance avec les personnages et leur monde. Noah est un ado de 16 ans et c’est notre personnage principal. Nous faisons connaissance avec ses meilleurs amis, des jumeaux, et sa famille : ses parents et sa petite sœur. Il a somme toute, une vie normale. Tous le monde est normal.
Enfin, c’est ce que pense le lecteur. Parce que Noah trouve que les gens ont changé, pas totalement mais de légers détails qui le perturbent. Voilà une intrigue qui me plaisaient pas mal.
Mais voilà, phase suivante, j’ai trouvé ça un peu long. L’auteur tourne un peu en rond et tout ce côté « poétique » a pesé sur ma lecture. Certains passages auraient pu être raccourcit, sans que l’histoire en pâtisse. Je me suis même demandée si j’allais continuer ma lecture par moment…
Puis la dernière phase, où l’auteur nous dévoile plein de choses qui donnent envie de connaître l’épilogue de tout cela. Cette partie là je l’ai dévoré et vraiment apprécié.
C’est vraiment dommage pour cette partie un peu longue qui gâche un peu le plaisir de lecture.

Je remercie Milan pour cette lecture.

17/50

La fille des deux mondes tome 3 – Trois derniers soupirs – C. C. Hunter

Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages :  347
Date de parution : 6 février 2020
Prix : 15,95€
Acheter : Amazon

Résumé : Depuis le réveil d’Hayden, Riley se retrouve seule pour affronter ses nouvelles apparitions et aider les défunts à rejoindre l’autre monde. Le pire dans tout ça, c’est que le jeune homme n’a aucun souvenir de sa période passée dans le coma – et donc, aucun souvenir de celle qui l’aime, et qu’il semblait pourtant aimer lui aussi.
L’adolescente doit faire face à des défunts pas toujours coopératifs et, malgré le soutien de sa meilleure amie Kelsey, elle est souvent bien démunie. Jusqu’à ce que l’apparition inattendue d’une figure de son passé vienne chambouler la vie de Riley et lui fasse oublier tous ses autres problèmes…
De l’autre côté de la lumière.

Mon avis : J’ai beaucoup aimé les tomes précédents et j’avais hâte de connaitre la suite et fin de cette trilogie ! (Retrouvez mes avis des tomes 1 et 2 ICI et )

Je ne ferais pas de résumé personnel pour évite de vous spoiler. Surtout que la 4ème de couverture s’en charge souvent.

J’ai autant aimé ce troisième tome que les deux précédents. C’est le tome qui termine la trilogie et il le fait haut la main ! Il clôture la série comme j’en avais envie et j’ai pris beaucoup de la plaisir à le lire.
Riley apprend enfin les secrets de sa famille et je dois bien avouer que c’est le seul bémol de l’histoire, je m’attendais à quelque chose de plus poussé. C’est, je trouve, le seul point un peu bâclé de l’histoire. J’aurais aimé en savoir plus et que cela continue un peu…
Pour ce qui est des fantômes, là tout est bon ! J’adore les histoires de fantômes et celle-ci est géniale ! J’aime l’univers créé par l’autrice et la façon de Riley les perçoit, interagit avec eux, les aides… Je dirais même que d’être arrivé sur le dernier tome me chagrine un peu, j’aurais bien vécu d’autres aventures avec Riley et ses fantômes. Bon peut-être que l’autrice nous réserve des surprises qui sait ?
La romance n’est pas trop présente non plus, même si parfois elle est un peu tirée par les cheveux… Heureusement elle n’a pas gâché mon plaisir de lecture. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié aussi les liens d’amitié qui se font dans le roman.
Bref, un roman qu’il m’a été agréable de lire et qui m’a fait passé un bon moment.

Merci à Michel Lafon pour cette lecture.

15/50