Les dossiers Blackwood tome 1 – Les avides – Guillermo Del Toro et Chuck Hogan

♦Éditeur : J’ai lu
♦Nombre de pages :  382
♦Date de parution : 12 janvier 2022
♦Prix : 8,90€
♦Acheter : Amazon

Résumé : Après une enquête qui a mal tourné, Odessa Hardwicke est mise à pied. Dévastée, la jeune agent du FBI n’est pourtant pas en cause.Sur la piste d’un meurtrier avec son collègue, elle s’est en effet vue obligée de commettre l’irréparable. Mais ce qui la choque le plus n’est pas d’avoir fait usage de son arme : elle pense avoir vu une présence ténébreuse quitter le corps de sa victime.En attendant des jours meilleurs, Odessa accepte une mission à New York. Cette affectation a priori sans intérêt la met sur la piste d’un personnage mystérieux, Hugo Blackwood.Qui est cet homme ? Un simple fou, ou le meilleur espoir de l’humanité face à un mal indicible ?

Mon avis : Guillermo Del Toro est un auteur qui m’intrigue depuis que j’ai eu envie de lire La forme de l’eau (qui est d’ailleurs dans ma PAL depuis peu). Le résumé de ce livre a fini de me convaincre : une enquête paranormale c’est mon dada !

Odessa a  été témoin, lors d’une enquête, d’un meurtre avec événement étrange. Elle était loin de penser qu’elle ne faisait qu’effleurer tout un monde qu’elle ne soupçonnait même pas.

J’ai été complétement happée par cette histoire ! Je suis grande fan des enquêtes paranormales et je me rends compte que je n’en lis pas assez pour me faire plaisir. Tout ce que j’aime est réuni ici : des meurtres « anormaux », une femme de tête même si elle doute (souvent), un mentor autant agaçant que mystérieux, un univers étrange et magique bien glauque. Bref, tout ce qui me permet d’apprécier une enquête hors-norme. Le côté étrange mêlé à l’enquête m’a toujours séduite. Savoir que des forces occultes peuvent flirter avec notre monde, sans qu’on s’en aperçoive ou sans qu’on le soupçonne, m’a toujours fascinés autant que frissonner.
L’enquête est bien construite, je me suis laissée portée par les 3 époques qui nous présente ces forces noires dans leur ensemble : qui elles sont, comment elles sont arrivées ici et qui les pourchasse. Tout s’emboite petit à petit pour nous amener à la fin qui n’est finalement qu’un début, enfin je l’espère.
J’ai beaucoup aimé le personnage d’Odessa. C’est une femme qui veut connaitre la vérité même si elle sait qu’elle ne lui plaira surement pas. Elle a des doutes, mais veut quand même continuer à chercher, à trouver des réponses même si elles s’ouvrent sur un monde qu’elle préférerai ignorer et ne surtout pas connaitre.
J’ai vraiment passé un très bon moment lecture avec ce livre et j’espère que la suite sera vite publiée. Même si j’ai des doutes, je n’ai rien trouvé concernant un autre tome en VO… À suivre…

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

The lives of Saints – Leigh Bardugo

♦Éditeur : Milan
♦Nombre de pages :  128
♦Date de parution : 3 novembre 2021
♦Prix : 18,950
♦Acheter : Amazon

Résumé : Un recueil magnifiquement illustré pour découvrir le panthéon du Grishaverse.
Sankt Grigori des bois
Accusé de sorcellerie après avoir sauvé un malade, Grigori est exilé dans une dangereuse forêt avec une lyre comme seul moyen de défense.
Sankta Lizabeta des roses
Une jeune femme fait tout pour prévenir les sages de son village qu’ils sont sur le point de se faire attaquer. Ignorée de tous, elle intercepte les soldats au milieu des champs de roses alentours, qui abritent ses ruches.
Sankt Egmond, saint patron des architectes
Alors qu’il est enfermé dans la prison royale pour ne pas avoir respecté ses engagements, Egmond sauve le roi et la reine d’un déluge en faisant pousser un frêne gigantesque depuis sa cellule.
Sankt Koh et Sankta Neyar
Koh et Neyar s’affrontent sur le champ de bataille. Pour faire face aux soldats mécaniques de Koh, Neya forge une épée à nulle autre pareille.

Mon avis : Comme beaucoup, j’adore l’univers créée par Leigh Bardugo. Cette autrice a une imagination débordante, et a réussi à construire un univers très complet où tout a été pensé.
Tellement bien réfléchit qu’elle a même créer une religion complète, avec ces règles et ses saints. Rarement un monde imaginaire a été aussi complet.
C’est dans cette optique d’être complet que l’autrice a créer un recueils de tous les saints qui composent cette religion. Plutôt que nous créer un grand livre de la religion, elle nous en présente tous les saints avec leur histoire en détails.
Je ne sais pas vous mais je trouve que tous ces saints ont des noms à connotation russe. Depuis les premiers livres lus, j’ai trouvé que tout cela avait une résonance russe.
Chaque présentation de Saint est accompagnée d’une superbe illustration faisant de ce livre un très bel objet à offrir aux fans de la série pour Noël. C’est le cadeau tout trouvé !

Amari tome 1 – Amari et le bureau des affaires surnaturelles – B. B. Alston

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages :  525
♦ Date de parution : 22 septembre 2021
♦ Prix : 15,90
♦ Acheter : 

Résumé : Amari Peters sait trois choses :
1. Son frère Quinton a disparu.
2. Personne ne semble s’en inquiéter.
3. La disparition de Quinton est liée à son travail.

Quand elle trouve dans le placard de son frère une invitation à se rendre au mystérieux Bureau des affaires surnaturelles, Amari n’hésite pas. Et voilà qu’elle est reçue par un ascenseur parlant et rencontre une dragon-garou qui devine ses émotions !
Dans l’espoir de retrouver Quinton, Amari accepte de travailler pour le Bureau, dont la mission est de réguler le monde surnaturel. Elle fait alors une découverte qui va bouleverser sa vie. Son frère était un célèbre agent chargé de traquer les magiciens, considérés comme les ennemis du Bureau. Désormais, c’est à la jeune fille de prendre la relève.

Mon avis : Vous allez me dire que je commence encore une série. Oui, mais celle-ci me donner envie, parce que j’adore les enquêtes surnaturelles et que si, en plus, elles sont éditées en jeunesse, je sais que je vais le lire vite que je vais surement beaucoup aimé.

Amari part en roue libre depuis que son frère a disparu sans laisser de trace. Un peu perdue, sa mère espère qu’elle va pouvoir reprendre pieds dans la colonie de vacances où allait son frère. Elles ne pouvaient pas savoir qu’Amari allait voir l’autre face de notre planète.

Comme je le présentais, j’ai passé un très bon moment lecture avec ce livre. Il regroupe tout ce que j’aime : des créatures fantastiques, de l’action, une enquête, des appareils technologiques extra-ordinaires, de la magie, des gamins débrouillards, des sentiments qui font du bien, d’autres qui font moins plaisir, et une fin qui donne envie d’en savoir plus, toujours plus !
Parce que oui, ici on découvre un monde qu’on ne pouvais soupçonner, mais j’ai eu l’impression que je ne faisais que l’effleurer. J’ai envie d’en savoir plus et de découvrir d’autres créatures magiques et fantastiques.  Et surtout d’en apprendre plus sur l’histoire de ces créatures.
Amari est une gamine attachante. Débrouillarde, elle arrive à se servir autant de ses neurones que de son agilité pour se sortir de toutes les situations. Elle garde toujours espoir et maintient sa bonne humeur quelque soit la situation. J’ai été impressionnée par sa détermination malgré les obstacles qui s’accumulent sur son chemin. Elle sait que pour y arriver, elle ne doit pas baisser les bras et surtout ne compter que sur elle-même.
C’est une jolie histoire, avec une jolie morale entourée d’une aura de magie qui donne envie de plonger encore et encore dans l’univers d’Amari !
Vivement la suite !

Je remercie Bayard et Page Turner pour cette lecture.

2/35

Black blade tome 1 – Froid brûlant – Jennifer Estep

♦ Éditeur : Alter Real
♦ Nombre de pages :  372
♦ Date de parution : 24 septembre 2021
♦ Prix : 19,90
♦ Acheter : Amazon

Résumé : « Visitez Cloudburst Falls, la ville la plus magique d’Amérique ! »
Cloudburst Falls est le seul endroit au monde où les magicks – des gens dotés de pouvoirs –, et les êtres surnaturels peuvent vivre au grand jour. Des Familles rivales, véritables mafias aux facultés redoutables, dirigent la cité, assurant la protection des quartiers qu’ils se sont octroyés.
Et moi dans tout ça ? J’essaie d’éviter les ennuis. Après tout, squatter le sous-sol de la bibliothèque municipale et ne jamais sortir sans l’épée en sang-fer qui a appartenu à ma mère sont des risques suffisants. Mon CV parle pour moi : voleuse hors pair, rien ne me résiste. Pas le choix, je dois me faire discrète. Et s’il n’y avait que ça… J’ai un autre don, très convoité, qui pourrait me mettre en danger.
Un jour, j’assiste à un règlement de comptes. Le sexy Devon de la Famille Sinclair est sur le point de se faire tuer, et je n’ai que deux options : rester dans l’ombre et le laisser mourir, ou m’exposer pour lui sauver la vie. Bon, ben, j’ai dû me planter. Les Familles ont assassiné ma mère, et on dirait bien que je vais finir comme elle…

Mon avis : Un peu d’urban fantasy à la sauce young adult pour varier un peu les plaisirs… Pourquoi pas ? Encore plus quand c’est écrit par Jennifer Estep.

Lila vit seule depuis le décès de sa mère. Elle n’a que 17 ans mais elle s’est prise en charge depuis quelques années et elle vit très bien comme ça ! Mais le destin met la famille Sinclair sur son chemin. Et même si elle s’est juré d’éviter les familles de Cloudburst Falls, elle n’a pas vraiment le choix…

Lila est un personnage atypique. Aussi tendre que dure. Aussi décidée de naïve. Aussi déterminée que paumée. C’est une contradiction vivante. La vie ne l’a pas épargnée et c’est vrai qu’elle a dû apprendre à faire face à la dure réalité du monde. Grandi trop vite, elle a dû faire des choix d’adulte mais a parfois encore des réactions d’enfant. C’est tout ce qui fait son charme et je m’y suis attachée facilement.
L’intrigue est plutôt classique, des familles ennemies qui ne pense qu’à elles et se battent pour avoir plus de pouvoir et de territoire. Une vengeance sous-jacente qu’on sent tout le long de la lecture. Et Lila au milieu de tout cela qui essaye de s’en sortir vivante en comptant les points.
Ce qui fait l’originalité du roman, c’est l’univers dans lequel est planté l’histoire. Une ville particulière, un peu hors du temps où se côtoient humains et créatures magiques, les premiers étant fascinés par les seconds qui eux les méprisent. Et des monstres cachés, qu’on ne fait qu’apercevoir mais qui titille notre imagination.
Le tout donne une histoire qui m’a beaucoup plu. Même si certains personnages sont un peu stéréotypés (c’est ce qui arrivent aussi lorsque l’ont lit beaucoup de livre de ce genre), le tout tient la route et permet de passer un bon moment. Le suspens est présent et le premier tome permet de poser les bases d’une série que que j’ai envie de continuer.

Ce livre entre dans le cadre du blog tour organisé par Méliane.

36/35

 

La nuit des reines – Alex Bell

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 379
♦ Date de parution : 25 août 2021
♦ Prix : 14,90€
♦ AcheterAmazon

Résumé : Jude Lomax, jeune musicienne, vit dans les bas-fonds de Baton Noir, ville où la magie est au service des puissants.
Chaque année, lors de la Nuit Cojoue, une reine est élue, bénie par les dieux. Pendant un an, elle aura la possibilité de faire régner le calme ou la terreur dans la ville. Dotée de pouvoirs infinis, elle est d’une puissance sans égal. Ivory Monette gouverne depuis plus de cinquante ans quand elle est sauvagement assassinée. Assoiffée de vengeance, elle prend possession du corps de Jude et la force à l’aider à retrouver son meurtrier. En échange, elle aidera son père, infirme depuis huit ans.
Jude, que la magie rebute par-dessus tout depuis qu’elle a détruit sa famille, lors du terrible accident qui lui a coûté la vie de son frère, va devoir aller au-delà des préjugés qu’elle a sur les pratiques cojoues. Elle n’a pas d’autre choix que d’accepter de faire partie des manigances de l’ancienne Reine.
Face à l’adversité, Jude va trouver des alliés inattendus, dont Le Fantôme, propriétaire du manoir hanté de Moonfleet et dont personne n’a jamais vu le visage…

Mon avis : De la magie dans la ville mythique de la Nouvelle-Orléans ? Rien ne pouvait me tenter plus !

Jude a une vie misérable avec son père handicapé depuis la mort de son petit frère. Mais le jour où la dernière reine de la ville, qui vient de mourir, décide de se réincarnée en elle, tout pourrait bien changer…

Bon tout d’abord, je vais un peu vite en besogne. La ville du roman n’est pas la Nouvelle-Orléans, mais s’en inspire grandement. Et l’autrice réussi vraiment à nous transporter dans ce côté mystique de cette ville à la renommée internationale. En quelques mots on se retrouve au cœur de l’atmosphère moite de cette ville, où la magie est omniprésente.
Mais même si Baton-noir empreinte les traits de la Nouvelle-Orléans, elle a ses propres caractéristiques. Elle est totalement hors du temps, impossible de savoir à quelle époque se passe l’histoire. Ce qui a permis à l’univers créé par l’autrice de m’emporter encore plus facilement.
Jude est un personnage attachant, qui fait face à une situation difficile en essayant de garder la tête haute tout en aidant son père au mieux. Quand sa vie minable est chamboulée, elle espère juste arranger un peu le quotidien. Elle ne s’attend pas à tant de changement et surtout elle n’est pas préparée a autant de perfidie, de tromperie… Pourtant la vie ne l’a pas épargnée depuis quelques années. Elle est juste admirable dans ses réactions et dans son évolution.
En refermant le livre, je me suis dit que j’avais adoré et que la fin laissait encore plein d’interrogations. J’avais hâte de lire les autres tomes. Sauf… qu’il n’y en a pas ! C’est le seul bémol de ce roman. La fin est définitivement trop ouverte, lançant le lecteur dans une nouvelle quêté… qui n’aura jamais lieu.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

34/35