My best friend’s exorcism – Grady Hendrix

♦ Éditeur : Milan
♦ Nombre de pages : 398
♦ Date de parution :  17 octobre 2018
♦ Prix : 16,90€
Achat: Amazon

Résumé : Suite à une soirée qui tourne mal, Gretchen est… différente. Instable. Irritable. Abby, sa meilleure amie, se demande surtout pourquoi des catastrophes aux terribles conséquences arrivent toujours quand Gretchen est dans les parages. Quand Gretchen commence à menacer et humilier Abby, cette dernière a une certitude : sa meilleure amie est possédée par le diable.

Mon avis : J’aime les histoires avec du surnaturel dans le dedans. Et celle-ci avait l’air prometteuse. En plus, elle se déroule pendant les années 80, une de mes décennies préférées, si ce n’est LA préférée !

Gretchen et Abby sont BBF. Elles ne se quittent pas depuis 6 ans et font tout ensemble. Jusqu’au jour où Gretchen change. Elle qui était si gentille devient méchante et manipulatrice… Sans oublié l’odeur qu’elle dégage à ne plus se laver…

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Cette plongée dans les années 80 que l’auteur arrive très bien à retranscrire. Il ne nous omet rien : des coiffures à l’habillement en passant par la musique (ce que je préfère) et bien sûr les moyen technologique qui nous font hausser les sourcils à nous personnes du 21ème siècle !
Abby est un personnage très attachant et aussi très mûre pour son âge. J’ai aimé sa personnalité et son style. Très kitch pour notre époque mais aussi très réaliste même si je lui laisse son maquillage et sa coiffure bien volontiers. Ces amies sont aussi très « typiques » des années 80. Il n’y a même pas besoin de l’image tellement les descriptions sont bonnes. Et bien sûr la musique ne pouvaient que me parler. Bon, j’avoue que j’ai dû faire quelques recherches sur Spotify pour découvrir quelques chansons. Oh ! J’allais aussi oublier toutes les séries TV présentes, elles aussi je les connaissais toutes.
J’ai bien évidement beaucoup aimé l’histoire (oui, parce que parler des années 80 c’est bien mais du livre c’est mieux). Elle est bien menée et pas une fois je me suis ennuyée. J’ai suivi Abby et découvert avec elle tous les éléments qui la pousse à croire à l’impensable. Tout est amené très subtilement, petit à petit le doute s’insinue et on ne sait plus quoi croire… De plus en plus l’idée du surnaturelle, de puissances obscures se font évidentes même si on aimerait y échapper.
Bref si vous voulais frissonner avec un livre et aussi faire un come back dans les années 80, ce livre est pour vous !

Je remercie Milan pour cette lecture.

11/65

Héros – Livre 1 : le réveil – Benoît Minvile

♦ Éditeur : Sarbacane / Exprim’
♦ Nombre de pages : 306
♦ Date de parution : 3 octobre 2018
♦ Prix : 17,00€
Achat: Amazon

Résumé : Ils grandissent au pied du Morvan entre ville et village. Matéo, diamant à l’oreille, Richard, la tête rentrée dans les épaules, et l’inénarrable, intarissable, insupportable José, duvet au menton et hygiène douteuse.
Leur passion : la légendaire BD Héros, dont ils attendent chaque mois le nouveau numéro. Leur rêve : éditer un jour leur propre série, inspirée de cet univers fascinant et occulte qui domine les records de ventes. Après tout, la série a bien été créée dans leur région, il y a plus de 80 ans : alors, pourquoi pas eux ?
Mais un soir, alors qu’ils planchent dans leur Q.G., un homme apparaît comme par magie, blessé à mort ; juste avant de s’effondrer, il tend à Richard une étrange fiole… une fiole dont le contenu vibre et scintille, comme s’il était vivant.

Mon avis : J’ai découvert Benoît Minville avec Je suis sa fille, et depuis je ne rate aucune de ses parutions (même si je dois bien avouer que je n’ai pas encore lu Rural noir), je n’allait donc pas passer à côté de ce premier tome.

Matéo, Richard et José sont trois potes fan de BD qui se connaissent depuis l’enfance. Leur BD de référence c’est Héros, ils n’en ratent aucun numéro depuis qu’ils ont eu la chance de la découvrir. Mais leur vie bascule quand l’imaginaire de la BD rencontre leur réalité.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre : 3 semaines. C’est un recors pour moi ! Je ne lis jamais aussi lentement. Mais n’allez pas penser que cette lenteur est dû au livre. Non, il n’est pas mauvais, c’est moi qui ai eu une vie compliquée à côté (ça devrait d’ailleurs aller mieux). Parce que le livre est vraiment très très bien !
Malgré ma lecture décousue, je me suis replongée à chaque fois avec plaisir dans ma lecture. Les trois personnages principaux sont très différents, autant physiquement que de caractère, mais ils s’entendent bien et sont complémentaires. Certes, ils forment un trio hétéroclite mais leur amitié puissant sa force dans l’enfance, ils sont inséparables. Et même si les événements qu’ils traversent la mette à rude épreuve, leur amitié perdure, ils restent soudés. Bien sûr, en grandissant on fait de mauvais choix, les goûts changent mais ils font face.
Ils font face à quoi me direz-vous ? À des forces qui les dépassent, même s’ils les côtoient tous les jours à travers les images de leurs héros préféré. C’est une chose que de rêver devenir un super héros de BD, s’en est une autre de le devenir et de devoir affronter des forces maléfiques.
J’ai beaucoup aimé l’univers créé par l’auteur, il se réfère beaucoup à Lovecraft (auteur américain de fantastique, que je connais de nom mais que je n’ai pas encore lu -oui, je sais honte à moi / Il m’a d’ailleurs donné envie de le découvrir) et réussi à retranscrire une ambiance noire et angoissante qui m’a séduite.
Bref, j’ai hâte de lire la suite !

Je remercie Sarbacane pour cette lecture.

7/65

Les âmes perdues tome 1 – Les terres du bas – Jeff Giles

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 473
♦ Date de parution : 29 août 2018
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Zoé, 17 ans, vient de vivre la pire année de sa vie : son père est mort dans un accident de spéléologie et ses voisins, qu’elle aimait énormément, ont été enlevés. Un soir, alors qu’une terrible tempête de neige fait rage, Zoé et son petit frère sont attaqués par un homme dans les bois à côté de chez eux. Ils sont sauvés de justesse par un mystérieux chasseur de primes.

Mon avis : Le résumé et la couverture du roman m’ont totalement séduite. Et quand je l’ai reçu je l’ai encore trouvé plus beau ! Il ne me restait plus qu’à le lire.

La vie de Zoé bascule lors d’une tempête où elle fait la connaissance de X. X est mystérieux, il vient d’un monde qu’elle ne connait pas et il pourrait totalement changer le sien.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman, pas parce qu’il ne me plaisait pas, mais parce que j’avais tellement de choses à faire à côté, tant personnellement que professionnellement, que j’ai parfois eu du mal à me plonger dedans. C’est hier que je me suis décidée et je ne l’ai pas regretté.
Je me suis vite attachée à Zoé et à sa famille. Son petit frère a beau être agaçant, il est surtout très attendrissant. Sa mère est peu présente dans l’histoire mais elle s’intègre parfaitement à l’intrigue. J’ai aussi beaucoup aimé l’humour de Zoé et sa répartie. J’aurais aimé avoir la même à son âge. X quant à lui est plutôt insignifiant. Loin du héros sûr de lui, il est surtout craintif et j’ai souvent eu envie de secouer ! Heureusement qu’il y a aussi pas mal de personnages secondaires, avec des caractères bien trempés qui ont réussi à remonter tout ça !
L’univers est lui aussi très bien planté. Je m’y voyais très clairement. Mais l’histoire qui se répète déjà pour un premier tome m’a aussi un peu agacé. J’ai un peu peur de ce que donnera le tome suivant…
Dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment avec Zoé et X et je suis vraiment très curieuse de voir ce que va donner la suite.

Je remercie Bayard et Pages turners pour cette lecture.

1/65

Amalia, chasseuse d’âmes – Gala de Spax

♦ Éditeur :Milady / Emma
♦ Nombre de pages : 324
 Date de parution : 13 juin 2018
♦ Prix : 5,99€ (Numérique) 20,00€ (broché)
♦ Acheter : Amazon 

Résumé : Auteure le jour et chasseuse d’âmes la nuit ? Si seulement cela pouvait être aussi simple… Je m’appelle Amalia Brandine et je suis « une auteure à succès ». Vivre de sa passion, que demander de plus ? Un peu de tranquillité, peut-être ? Pas facile quand on commence à voir des esprits. Parce qu’un second boulot vient de me tomber dessus : il paraît que je suis une chasseuse d’âmes et que je dois éliminer des mauvais esprits retenus sur terre par le poids de leurs péchés. Et parler à des gens qu’on est la seule à voir ou être persuadée de porter une tenue qui n’existe pas, ça écorne vite une image… Comme si ça ne suffisait pas, Casanova, revenu d’entre les morts, m’en veut personnellement ! Enfin, si je veux mettre toutes les chances de mon côté pour l’affronter et survivre, il va d’abord falloir que je parvienne à convaincre mon entourage de ne pas m’interner… et c’est pas gagné.

Mon avis : Comme vous le savez, je lis très peu de livres numériques, je n’adhère pas trop aux liseuses. Mais celui-ci a réussi me faire passer outre.

Amalia est une écrivaine, ce qu’elle ne sait pas c’est qu’elle peut voir les fantômes et que ce don lui confère des pouvoirs hors du commun.

J’ai vraiment eu du mal à entrer dans l’univers et la vie d’Amélia, je n’ai pas réussi à m’attacher à elle et à éprouver de l’empathie pour elle. Pourtant elle est drôle et bien souvent elle m’a fait rire, mais il m’a manqué le petit truc qui fait qu’on accroche de suite à un roman et à son héroïne. Je l’ai trouvé bien souvent naïve et limite idiote et je préfère les personnages avec un caractère fort.
L’univers créé par l’auteure est pourtant original et j’adore les fantômes, mais j’ai trouvé qu’il manquait des éléments, que ça manquait de précision et d’explication. Certaines choses sont restées dans l’ombre et j’aurais aimé en savoir plus. D’autres éléments m’ont paru trop faciles et c’est dommage parce qu’il y avait du potentiel…Quant au personnage principal masculin il m’a paru bien fade, il n’avait aucun relief, la seule chose qu’il avait pour lui, c’est son physique.
En fait, quand j’y réfléchi, j’ai trouvé que le roman y avait beaucoup de similitudes avec une autre série américaine que j’aime beaucoup. Ça a dû coup un peu gâché mon plaisir.
Je m’attendais à une héroïne forte, à un univers qui me séduirait et je suis vraiment déçue du livre qui ne tient pas toute ses promesses. Il aura au moins eu le mérite de me réconcilier avec le numérique.

Je remercie Milady et la collection Emma pour cette lecture.

Jackaby tome 1 – William Ritter

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 343
 Date de parution : 13 juin 2018
♦ Prix : 14,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Abigail Rook, 17 ans, débarque en Amérique. La tête pleine de rêves d’ailleurs, elle espère vivre l’aventure avec un grand A.
Elle fait la connaissance d’un étrange personnage, Jackaby, qui lui offre un emploi. Détective doué de facultés de médium, il est capable de voir les phénomènes surnaturels.
Pour sa première mission, Abigail accompagne son nouveau patron sur les lieux d’un crime particulièrement sanglant. Jackaby soupçonne l’assassin de ne pas être humain, ce que la police refuse de croire. Mais les meurtres s’enchaînent et confirment les soupçons du détective…

Mon avis : J’ai découvert ce livre pas hasard et le résumé m’a donné envie. Alors pourquoi pas ?

À peine arrivée en Amérique Abigail cherche du travail, elle doit bien se loger. Elle trouve un emploi d’assistante auprès d’un détective plutôt hors-norme qui va l’emmener dans des enquêtes plus que rocambolesques !

Dès les premières pages Abigail m’a entrainée avec elle ! Elle est certes jeune mais surtout vive d’esprit et ne se laisse pas impressionnée par la nouveauté. J’ai aussi beaucoup apprécié son ouverture d’esprit malgré une éducation plutôt stricte. L’autre personnage principal de l’histoire, Jackaby est un détective du paranormal qui n’a rien à envier au fameux Sherlock Holmes ! Il lui est juste rajouté des dons extraordinaires mais il a surtout le même caractère et la même faculté à s’enfermer dans ses pensées et déductions, aussi loufoques soient-elles.
Mais ce que j’ai préféré c’est de retrouver tout cet univers fantastique composé de Trolls, Pixies et autres fantômes, j’avais oublié à quel point j’aime cette ambiance qui baigne dans la magie et qui me pousse à croire qu’il y a de la magie dans notre monde. J’ai retrouvé des créatures que je connaissais déjà et d’autres que j’ai pris plaisirs à découvrir.
J’ai aussi beaucoup aimé l’enquête, même si elle était assez prévisible pour moi, elle tient la route et nous fait tout de même palpiter.
Ce premier tome a totalement réussi à me séduire, et j’ai hâte d’en lire la suite !

Je remercie Bayard et Babelio pour cette lecture.

45/60