Darkdeep tome 1 – L’infinoir – Ally Condie et Brendan Reichs

Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages :  267
Date de parution : 10 octobre 2019
Prix : 14,95€
Acheter : Amazon

Résumé : La Crique stagnante est l’endroit le plus redouté des habitants de Timbers. Et lorsque Nico, Tyler et Emma n’ont d’autres choix que de s’y aventurer, l’un d’entre eux disparaît dans un mystérieux tourbillon de brume.
Aussitôt, ses amis partent à sa recherche et découvrent un portail d’accès à l’Infinoir. Dans ce monde parallèle, tout ce que l’on imagine devient possible.
Ce qui semblait être un rêve éveillé va vite se transformer en cauchemar quand de dangereuses créatures s’échappent de l’Infinoir pour semer la terreur dans la ville.

Mon avis : Je connais Brendan Reish par la série Viral qu’il a écrite avec sa mère et Ally Condie est dans ma PAL depuis plusieurs année avec Promise, sans que j’ai réussi à l’en sortir. L’occasion m’a donc été donnée de découvrir l’une et de continuer avec l’autre.

Quand une bande d’amis, à la recherche d’un drone perdu, découvre une maison bizarre au milieu d’une île cachée par le brouillard, vous pouvez être sûrs que les aventures ne sont pas loin !

Ce roman est très jeunesse, mais je l’ai tout de même beaucoup apprécié.
L’écriture est simple et rythmé, sans trop de descriptions longues, ce qui ne peut que séduire le jeune public. Il y a tout pour leur plaire : des personnages au caractère bien trempé, qui n’ont pas froid aux yeux, mais qui sont également loin d’être bêtes et qui prennent le temps de réfléchir.
L’intrigue est bien menée et originale. Moi qui lis beaucoup de fantastique et paranormal, je n’avais jamais été confrontée à ce genre de « bizarrerie » (je ne vois pas comment l’appeler d’autre sans trop vous en dévoiler). Et j’ai beaucoup aimé découvrir tout cela, me poser des questions, avancer à petits pas avec les personnages… D’ailleurs le ce tome est plus une introduction, on effleure à peine le mystère de l’infinoire, on sent bien qu’il y a plein d’autres choses à découvrir, qu’il faut encore creuser pour tout savoir et qu’on risque de creuser assez profond. Je suis très curieuse de découvrir la suite ! Surtout que j’ai bien aimé tous les personnages et leur dynamique entre eux. Personne ne se démarque vraiment mais c’est un petit groupe qui tourne plutôt bien.
En résumé c’est un premier tome qui sert d’introduction à un mystère bien profond mais qui donne surtout envie d’en apprendre plus.

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

4/50

Lou après tout tome 2 – La communauté – Jérôme Leroy

Éditeur : Syros
Nombre de pages :  421
Date de parution : 3 octobre 2019
Prix : 17,95€
Acheter : Amazon

Résumé : Épuisée, Lou revient vers la mer afin de se laisser mourir sur la plage où Guillaume lui a appris à nager. Marchands d’esclaves, pillards, Entre-Deux… avec son lot d’horreurs, la vie d’après le Grand Effondrement mérite-t-elle que l’on se batte encore pour elle ?
Plusieurs rencontres inattendues amènent Lou à continuer, malgré tout. Chez les Wims, elle découvre une communauté harmonieusement organisée sous l’autorité d’un Délégué. Et puis, il y a Amir… Une promesse d’apaisement, enfin.
Lou le savait pourtant bien : c’est au moment précis où l’on baisse la garde que surviennent les pires dangers.

Mon avis : J’avais adoré le premier tome des aventures de Lou. Et après une telle fin il me fallait absolument la suite. Je suis contente de ne pas avoir attendu trop longtemps.

Pour une fois (encore) je vais éviter le résumé personnel, ou vous aurez toute la fin du premier tome de dévoilé. Mais je peux vous dire que la vie dans le monde après la grande panne, n’est toujours pas facile, loin de là !

Le personnage de Lou a continué son jeu de séduction avec moi. J’ai encore craqué. J’aime cette jeune femme forte, qui a grandi trop vite, mais qui garde une partie de sa fragilité. Elle est devenue adulte trop vite et la vie l’a bien souvent malmenée, mais elle garde quand même espoir. Enfin, le plus souvent. De toute façon, sans espoir, elle n’irait pas loin…
Le monde dans lequel elle évolue est le plus difficile que j’ai jamais lu. Et ce qui fait froid dans le dos, c’est qu’on se dit que tout cela pourrait arriver, qu’on n’est vraiment pas loin d’arriver à cette situation et cela fait réfléchir. Vraiment parfois je n’ai pas envie de vivre vieille…
L’histoire traine parfois en longueur mais dans l’ensemble j’ai passé un excellemment moment avec la narration de l’auteur. D’habiles flash-back nous font faire des allers-retours entre passé et présent et rapidement on sait que l’histoire de Lou ne s’arrêtera pas à ce tome.
Je ne sais pas vous mais moi, pour la première fois, je ne suis pas sure que le 3ème livre nous donnera une fin heureuse. Je ne suis pas sure que le bonheur existe encore dans ce monde créé par Jérôme Leroy, et ça fait vraiment peur…
Je ne sais pas quand sortira le 3ème tome, mais c’est sûr qu’il finira vite vite dans ma PAL et qu’il n’y restera pas longtemps.

Je remercie Syros pour cette lecture.

3/50

Tiny Pretty Things tome 2 – Shiny Broken Pieces – Dhonielle Clayton et Sona Charaipotra

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  380
Date de parution : 18 septembre 2019
Prix : 18,00€
Acheter : Amazon

Résumé : June, Bette et Gigi ont tout sacrifié pour la plus prestigieuse école de danse de New York : leur santé, leur corps, leur gentillesse. Tout. Voilà le prix à payer pour être une étoile.
C’est leur dernière année. Celle de tous les enjeux ; celle des ultimes sélections pour les compagnies professionnelles. Elles n’ont plus rien à perdre, sont plus déterminées que jamais, et aucune n’est disposée à respecter les règles du jeu.
Laquelle remportera cette dernière danse ?*

Mon avis : J’ai lu le premier tome il y a quelques mois (mon avis ICI), et j’avais hâte de connaitre la suite et fin de cette série bientôt adaptée sur Netlfix.

Après une première année pèrieuse  au sein de l’école de danse Gigi a décidé que les choses allaient changer. Elle veut reprendre son destin en mains. Mais il y a encore des obstacles entre elle et son objectif.

Comme avec le premier tome, j’ai été effarée de voir ce dont sont capables des jeunes filles d’à peine 18 ans pour arriver à leur fin. Prêtes à tout pour écraser les autres et pour certaines prêtes à tout pour se venger. Je me rends compte que j’étais bien naïve à leur âge, ou alors bien protégée par mon entourage.
Le monde de la danse est difficile, il est fait d’heures interminables d’entrainement, de rigueur, de sacrifices, de choix et de lutte sans fin. Il a y beaucoup d’appelées et très peu d’élues, pour la plupart d’entre elles les sacrifices et les efforts ne suffiront pas pour atteindre leur but. Le rêve de toute une vie. Ces sacrifices ont de lourdes conséquences sur leur vie et leur santé : éloignement de la famille, drogue, anorexie…
L’intrigue est un peu longue à force. On continue celle du livre précédent et parfois, j’ai trouvé que cela trainer un peu en longueur. Sans parler que certains personnages m’ont un peu agacée. Heureusement la fin relève un peu le tout car l’autrice nous joue un petit tour à sa façon.
Je pense que la série devrait être pas mal et je pense que je la tenterais sur Netflix.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

2/50

Un peu plus près des étoiles – Rachel Corenblit

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  176
Date de parution : 25 septembre 2019
Prix : 7,90€
Acheter : Amazon

Résumé : La fille qui se trouvait en face de moi n’avait plus de visage.
Mon père m’avait prévenu : si tu rencontres les patients d’ici, tu ne fais pas de commentaires, tu réagis le plus poliment possible. Tu risques d’être surpris, mais surtout tu es diplomate, tu ne montres rien à ces pauvres gens. Ils ont déjà tellement souffert. Tu vas en croiser pas mal, ici, des abîmés, des malheureux et il y a même un secteur pour les enfants et les grands ados.
Hé, cache ta joie, Machin. C’est super romantique comme rencontre. Manque plus que les violons, non ?

Mon avis : Il est des romans ados qui laissent des traces. Cela faisait un moment que je n’en avais pas lu, et celui-ci avait l’air de remplir le contrat.

Le père de Rémi est médecin remplaçant dans les hôpitaux et de ce fait ils ne font que déménager. Et à 14 ans Rémi commence à en avoir marre et aimerait bien enfin se poser. Mais leur arrivée dans un hôpital s’occupant de grands blessés devrait changer leur vie.

Rémi a réussi à me toucher dès le début. C’est un ado sympa plutôt sympa mais très solitaire à cause de ses nombreux déménagements. Son isolement et sa tristesse m’a séduite rapidement. J’ai autant eu envie de le secouer que de le consoler. Bon, d’accord sa vie n’a rien eu de facile et cela très tôt et je dirais même qu’il s’en sort pas trop mal. Sa rencontre avec ces enfants plus qu’abimés va changer sa vie et sa vision du monde (oui carrément).
C’est vraiment une très jolie histoire qui m’a touchée. Ces enfants à la gueule cassée véhiculent vraiment un message d’espoir et surtout une leçon de vie. Ce n’est pas parce que la vie a été dure avec eux qu’ils baissent les bras. Ils continuent à vivre et essayent de tirer le meilleur de ce que la vie a à leur offrir. Tous à leur façon, avec leur faiblesse et leur espoir ont réussi à me faire sourire autant que pleurer.
L’histoire est très simple, mais a la particularité de nous plonger dans les années 80 au début de chaque chapitre qui porte le non d’une chanson des années 80. Je n’ai pas été dépaysée parce que j’écoute encore beaucoup ces chansons qui ont bercées mon enfance. Ça c’était vraiment chouette.
C’est vraiment un joli roman qui se lit très vite et qui laisse comme une petite bulle d’espoir autour de soi.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

1/50

Time bomb – Joelle Charbonneau

Éditeur : Milan
Nombre de pages :  280
Date de parution : 28 août 2019
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : En ce samedi précédant la rentrée, le lycée devrait être vide. Pourtant, six ados y sont : Diana, la fille du sénateur, qui veut s’occuper de l’annuaire des élèves ; Rachid, qui cherche à se fabriquer une nouvelle carte de lycéen qui ne le stigmatiserait pas ; Z, parce qu’il est à la rue suite au décès de sa mère quelques semaines auparavant ; Tad, qui entend remettre à leur place ses coéquipiers de l’équipe de foot ; Cassandra, victime de bullying et bien déterminée à faire bouger les choses. Chacun a une bonne raison d’être là ; chacun a quelque chose à cacher.
Soudain, deux bombes explosent, et les ados se retrouvent confinés dans le lycée. Chacun jauge l’autre, se méfie. Les peurs et les vieux démons redoublent lorsque les lycéens comprennent que le poseur de bombes est parmi eux, et qu’une troisième bombe menace d’exploser. Aussitôt, les soupçons se tournent vers Rachid, parce qu’il est musulman. Mais le véritable poseur de bombes, bien sûr, a un tout autre motif pour agir…

Mon avis : Même si j’en lis beaucoup moins que les années précédentes, j’aime les livres jeunesses. Et plus particulièrement ceux qui parlent de la jeunesse américaine qui me fascine autant qu’elle me fait peur. Ce roman rentrait alors bien dans ce style.

Alors que quelques lycéens sont venus régler des détails administratifs avant la rentrée des bombes explosent dans l’établissement. Ils sont quelques uns prisonniers des décombres à essayer de s’en sortir en se serrant les coudes.

Tout d’abord on fait connaissance avec les personnages principaux, ces six adolescent qui restent coincés dans l’effondrement du lycée. Ces six adolescents que tout opposent et qui se côtoient à peine lors de l’année scolaire. Ils ont chacun une bonne raison d’être présent ce jours là, chacun une bonne raison de vouloir poser des bombes. Parce qu’on sait qu’un des gamins est le poseur de bombes, on ne sait juste pas lequel. Et nos soupçons vont de l’un à l’autre au fur et à mesure que l’on découvre leur passé et les raisons pour lesquelles ils sont présents ce jour dans le lycée. C’est la dessus que repose toute l’histoire : qui est assez désespéré, ou motivé, c’est selon, pour avoir posé ces bombes ?
À travers cette intrigue l’autrice nous peint différents portraits adolescents mal dans leur peau pour différentes raisons : celui qui a perdu ses parents, celle qu’on moque pour son poids, celui qui est mis de côté à cause de sa religion, la demoiselle parfaite qui ne doit jamais faire un faux pas, celui qui doit cacher son homosexualité, celui qui doit toujours mener les autres… On s’aperçoit qu’être jeunes aux États-Unis est loin d’être facile (c’est le cas partout je pense) et que les ados sont loin d’être tolérants et compréhensifs les un envers les autres.
J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman et les différentes problématiques qu’il aborde.

Je remercie Milan pour cette lecture.

49/65