Lise et les hirondelles – Sophie Adriansen

Éditeur : Nathan
Nombre de pages : 233
Date de parution : 1er février 2018
Prix : 14,95€
Acheter : Amazon

Résumé : À treize ans, Lise a une passion pour les hirondelles. Mais lorsqu’elle les voit revenir à Paris en cet été 1942, les oiseaux ne parviennent pas à lui faire oublier les effets de l’Occupation : le rationnement, les sirènes, la fermeture de l’atelier de confection familial, l’attitude de ses amis depuis qu’elle porte une étoile jaune sur ses vêtements.
Le 16 juillet, Lise assiste à l’arrestation de toute sa famille. Elle se précipite au commissariat où on les a emmenés et parvient à sauver ses deux petits frères de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Mais elle n’a plus aucune nouvelle de leurs parents. Commence alors pour eux le long parcours des enfants cachés, parsemé d’angoisse et de dangers, de moments de doute et d’espoir.

Mon avis : Le sujet de la déportation est délicat, surtout à expliquer aux enfants, difficile de donner du sens à autant d’horreurs gratuites. Sophie Adriansen aborde le sujet et je voulais voir ce que cela donnait.

Sous le Paris occupé de 1942 Lise vois ses parents enlevés au petit matin. Restée avec ses deux petits frères, elle se cache et essaye de comprendre, depuis ses 13 ans, la folie des hommes.

Ce livre sur cette période difficile de l’histoire, est très bien écrit, très soft. On découvre l’histoire par les yeux de Lise et, à 13 ans, même si l’on comprend beaucoup de choses, on n’a pas conscience de tout, surtout quand les adultes font en sorte que toutes les informations ne vous parviennent pas.
Pour des enfants ou près ado qui connaissent très peu ce fait de l’Histoire, il est à découvrir, il apprend plein de choses sur la France de cette époque et un peu sur les faits historiques. Ceux-ci sont atténués par le fait que la narratrice n’a que 13 ans, mais ce n’est pas plus mal, c’est très difficile à appréhender je pense.
J’ai beaucoup aimer suivre Lise et ses frères, ce sont des personnages très attachants qui prouvent, une fois encore, la facilité d’adaptation des enfants. Par contre, j’ai trouvé les descriptions parfois un peu trop longues et inutiles.
Ce livre est vraiment à mettre dans les mains des jeunes, car en plus de parler de l’Histoire, il parle aussi d’espoir et que, malgré tout, la vie continue.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

19/80

 

Publicités

Sombres étoiles – Malorie Blackman

Éditeur : Milan
Nombre de pages : 416
Date de parution : 27 septembre2017
Prix : 16,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Nous sommes au xxiie siècle. Dans l’espace, les guerres de clans font rage, et le danger est partout. Pourtant, même perdue dans les étoiles, l’étincelle de l’amour peut naître…
Depuis qu’un virus a terrassé l’ensemble de l’équipage, dont leurs parents, les jumeaux Vee et Aidan vivent seuls à bord de leur vaisseau spatial. Jusqu’au jour où ils reçoivent un message de détresse provenant de la planète Barros 5.
Là vivent Nathan, sa mère Catherine, et d’autres drones, rejetés de la Terre et envoyés sur la planète Callisto pour travailler dans des mines.
Tous se sont sauvés, mais, échoués en plein territoire mazon, une espèce qui hait les humains, ils sont en danger de mort. Les jumeaux les secourent, et, malgré sa méfiance envers les drones – caste considérée comme inférieure  –, Vee ne tarde pas à tomber sous le charme de Nathan.
Mais leur amour a-t-il une chance dans ce contexte où tout les oppose, où le seul avenir possible pour Nathan est de rejoindre Mendela Prime tandis que la jeune fille n’a qu’un désir : revenir sur Terre ? D’autant que, à bord du vaisseau, les hommes meurent mystérieusement les uns à la suite des autres…

Mon avis : J’avais beaucoup aimé la plume de l’auteure lors d’un précédent roman et j’avais hâte de lire ce livre dont le résumé m’avait séduite.

Les jumeaux Vee et Aidan sont seuls sur leur vaisseau depuis 3 ans, depuis qu’un virus à décimé l’équipage. Un jour ils répondent à un appel de détresse et sauvent une vingtaines de personnes. Mais l’entente sur le vaisseau n’est pas facile et la vie devient compliquée…

J’étais très enthousiaste en commençant ce livre et j’ai vite accroché aux premières pages. On entre vite dans le vif du sujet, après un petit prologue qui plante le décor.
J’ai aimé découvrir les personnages de Vee et de Nathan. Ils avaient l’air vrais et surtout, il était évident qu’ils cachaient des secrets. L’intrigue est vite plantée : deux univers qui se percutent et qui doivent cohabiter, rajoutez à ça des meurtres étranges et vous aurez l’ambiance. Là où je n’ai pas du tout accroché et qui fait que je n’ai plus aimé le roman, c’est sur la romance entre Vee et Nathan. Elle est trop rapide et donc pas crédible à mes yeux. Ça m’a carrément gâché mon plaisir de lecture. Du coup, même l’intrigue principale a commencé à m’agacer. Et je me suis vite aperçu que mes doutes étaient fondés et que j’avais trouvé le pot aux roses. Enfin, soyons honnête, une partie et pas la totalité de l’intrigue quand même. Cette romance a rendu ma lecture fastidieuse et j’y ai pris du coup beaucoup moins de plaisir. C’est dommage parce que le début m’avait beaucoup plu…
La fin est bien, mais pas très originale (ça se sent quand même que la romance a un peu tout noircit pour moi non ?). Bref, une gentille lecture mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable…

Je remercie Milan pour cette lecture.

18/80

54 minutes – Marieke Nijkamp

Éditeur : Hachette roman
Nombre de pages : 290
Date de parution : 2 novembre 2017
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.
Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Mon avis : Je suis fascinée par les tueries dans les lycées américains. Je ne comprends pas comment on peut en arriver là. J’ai donc eu très envie de lire ce roman pour, peut-être en apprendre un peu plus.

Je ne vais pas vous faire de résumé personnel non plus. Je pense que celui fourni par l’éditeur que j’ai trouvé est largement suffisant, je l’ai même tronqué d’une partie.

Je me suis plongée avec curiosité dans ce livre et je l’ai lu très vite. J’étais vraiment plus que fascinée par les événements. Je ne comprends pas comment on peut en arriver là… C’est là où va ma fascination. Je sais, ça fait un peu « voyeuse » et curiosité mal placée, c’est le côté de moi qui aime les faits divers, mais on ne se refait pas.
Le sujet est abordé avec beaucoup de pudeur. Pas de descriptions gores qui remplissent les pages, mais ce n’est pas pour autant que Marieke Nijkamp nous épargne l’horreur de la situation. Parce qu’une telle histoire ne peut être qu’horrible.
L’autrice a choisi de nous faire partagé l’événement à travers le regard de 4 personnes proches de l’adolescent tueur. Sur le moment j’ai été un peu déçue de ne pas savoir ce qu’il se passait vraiment dans la tête du forcené mais je pense que, la plupart des ados ayant eu cet accès de rage étant décédés, il est difficile de savoir ce qu’il se passe réellement en eux et ce qui les mène à un tel excès.
J’ai pleuré en lisant ce roman. L’absurdité de la situation n’épargne personne. Des gens meurent sans aucune raison valable et c’est cela qui est le plus difficile.
Je n’en ai pas plus appris sur ce qu’il se passe dans la tête d’un ado qui « pète un câble » mais j’en ai beaucoup plus appris sur ceux qui ont vécu cette situation et qui ont survécu. C’est un livre a mettre dans toutes les mains des ados et des plus grands.

Je remercie Hachette roman pour cette lecture.

17/80

Maudits soient-ils – Courtney Alameda

♦ Éditeur : Milan
 Nombre de pages : 410
 Date de parution : 4 octobre 2017
♦ Prix : 16,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Malicia Helsing est la descendante d’Abraham Van Helsing, le célèbre chasseur de monstres (créé par Bram Stoker dans son roman « Dracula »). Cet héritage génétique fait d’elle une tétrachromate : elle a le don de voir l’aura des morts. Armée de son appareil photo, elle capture l’essence des démons qui s’attaquent régulièrement à San Francisco. Jusqu’au jour où l’horreur s’abat sur elle. Un démon, qui semble en savoir long sur la famille Helsing, jette sur Malicia et ses trois meilleurs amis, spécialistes comme elle en exorcisme, une malédiction qui les tuera en sept jours. Dès lors commence un terrible contre-la-montre… Chaque jour, une chaîne grandit sous leur peau, menaçant de rompre leurs organes pour finir par les étrangler. Et ce n’est pas tout : son propre père, directeur de l’académie Helsing, la pourchasse, craignant que cette malédiction contamine tous les habitants de la ville. Pour sa survie, Malicia n’a d’autre choix que de combattre la créature la plus puissante qu’elle ait jamais rencontrée. Courtney Alameda est américaine. Avant de se consacrer exclusivement à l’écriture de thrillers et de romans d’horreur, elle a été libraire et bibliothécaire.

Mon avis : J’aime les histoires de fantômes, même si ça fait bien longtemps que je n’en ai pas lu. Et quand celle-ci est liée à la famille Van Hielsin, je n’allais surement pas la rater !

Malicia fait partie de la dernière génération des Hielsin. Elle doit reprendre le flambeau de son père et sera donc à la tête de leur organisation chasseuse de fantômes et d’esprits en tout genre. Et cela, malgré le drame familiale qui l’a frappé il y a quelques mois…

Je me suis plongée rapidement dans ce roman. Le contraire aurait d’ailleurs été difficile puisque l’action commence dès les 10 premières pages lues ! Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer !
Le caractère de Malicia m’a plu de suite : elle est battante, fonceuse mais tout de même assez réfléchie pour ne pas foncer tête baissée, ou alors pas tout le temps. Elle a également ses doutes et de grosses blessures pas si bien enfouies au fond d’elle.
La « mythologie » Helsin/Stocker exploitée par l’auteure (que je vous laisserai découvrir) est très originale, mais surtout très crédible ! J’ai accroché de suite ! Je suis toujours sur les fesses face à l’imagination de certains auteurs !
L’intrigue est elle aussi très recherchée. On sent que l’auteure y a beaucoup réfléchit et elle tient la route du début à la fin. Même lors des rebondissements, que je n’avais pas vu venir pour une fois, on sent que tout colle et que tout a été bien pensé. Tout se tient, même quand on repense aux événements et aux détails des pages précédentes.
J’ai passé un très bon moment avec ce roman. La fin n’est pas bâclée et reste surtout ouverte, comme si l’auteure se laisser la place pour écrire d’autres tomes. Malheureusement après quelques recherches, il semblerait que ce live soit un one shot… Dommage…

Je remercie Milan pour cette lecture.

16/80

La brigade de l’ombre tome 3 – Ne compte que sur les tiens – Vincent Villeminot

♦ Éditeur : Casterman
 Nombre de pages : 347
 Date de parution : 11 octobre 2017
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Adé, la première fois, avait entendu les coups sourds de la goule se jetant avec fureur, de tout son poids, contre la porte. Depuis, elle s’arrangeait pour ne plus rien savoir, pour feindre d’ignorer. Elle se mettait des bouchons d’oreille, écoutait de la musique très fort dans sa chambre. Elle essayait de ne penser à rien pendant sept heures, d’oublier qu’une fois par mois, derrière une porte renforcée de sa propre maison, il y avait une créature susceptible de la déchirer, la massacrer, lui arracher un membre avant de fouailler, à coups de dents, son thorax et son abdomen. Et que cette créature était son père.

Mon avis : J’avais adoré les deux premiers tomes (dont vous trouverez les avis ICI et ) et il m’était impossible de rater le troisième et dernier tome !

Je vais faire l’impasse sur le résumé perso, pas parce que j’ai la flemme (quoique) mais surtout pour éviter de trop vous en dévoiler si vous n’avez pas lu les deux tomes précédents. Le topo habituel quoi !

J’ai adoré me replonger dans l’univers un peu glauque de la brigade de l’ombre. Et je pense que ce dernier tome est le plus stressant des trois ! Peut-être parce qu’il touche plus directement les personnages auxquels je me suis attachée. Je pense que c’est dans ce tome qu’ils frôlent tous le plus la mort. Dans les tomes précédents, ils flirtent avec elle, jouent avec elle, la déjouent… Dans celui-ci, on n’est pas sur de qui sera le gagnant. D’ailleurs, je ne suis même pas sure qu’il y en aie un au final… Il peut être considéré comme un match nul.
Nous retrouvons tous les personnages pour ce final. Les filles de Markowicz prennent en maturité. Les événements les y obligent, Adélaïde grandit trop vite et Fleur perd définitivement son innocence. Dans ce monde où l’on peut croiser des goules au coin des ruelles sombres, les enfants grandissent parfois plus vite que prévu. Malheureusement les goules ne sont pas les créatures les plus dangereuses… Comme dit le dicton : « l’homme est un loup pour l’homme », et ce tome l’illustre très bien !
Toute la brigade est malmenée et ressort complétement meurtrie de cette ultime confrontation avec le Mal. La fin laisse un goût doux amer. On n’a pas vraiment l’impression d’avoir « gagné », ou le prix à payer était vraiment trop élevé !
Je vous recommande vraiment cette série de Vincent Villeminot, si vous aimez les enquêtes saupoudrées de fantastiques, et que vous aimez frissonner en lisant.

Je remercie Casterman pour cette lecture.

15/80