Textrovert – Lindsey Summers

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Nombre de pages : 135
Date de parution : 24 mai 2017
Prix : 7,00€

Résumé : Non seulement Keeley a accidentellement échangé son téléphone avec celui d’un autre, mais en plus elle va devoir attendre une semaine avant de pouvoir le récupérer car Talon, le garçon qui a pris son portable, a quitté la ville. Les deux lycéens vont coopérer pour se transférer leurs messages et, à force d’appels et de SMS, apprendre à se connaître. Jusqu’à leur rencontre fatidique où Talon n’a d’autre choix que de révéler sa véritable identité. Et un secret qu’il cachait jusque-là. Maintenant qu’elle connaît la vérité, Keeley peut-elle encore lui faire confiance ? Et comment leur relation, née du mensonge, peut-elle survivre à la trahison ? PEUT-ON AIMER UNE PERSONNE QUE L’ON N’A JAMAIS RENCONTREE ?

Mon avis : Je n’avais encore jamais lu un roman tiré de la plateforme wattpad, le résumé de celui-ci me tentait, alors il ne m’en à pas fallu beaucoup pour me convaincre.

Keeley échange par erreur son téléphone avec celui d’un jeune homme. Ils échanges des SMS pendant une semaine et se séduise l’un l’autre. Mais Keeley n’est pas rassurée… Est-il vraiment ce qu’il dit être ? Et elle ? Est-elle vraiment cette fille qui envoie ses SMS ?

J’ai trouvé les premières pages assez banales. Rien d’exceptionnel dans l’histoire, ni dans les personnages. Mais ce n’était que les premières pages. Alors j’ai continué et j’ai bien fait.
Keeley est une jeune fille timide, qui vit dans l’ombre de son frère jumeaux, héro  de l’équipe de foot locale, qui fait d’elle ce qu’il veut. Cet échange de SMS va lui permettre de prendre de l’assurance. Son frère est clairement une tête à claque. Le mec sur de lui qui écrase les autres sans même s’en apercevoir. La dynamique de la fratrie est d’ailleurs un peu malsaine parfois. Du moins, est-ce ce que j’ai ressenti.
Le style d’écriture est certes hésitant mais pas désagréable à lire. Il y a quelques maladresses mais rien de vraiment dérangeant. C’est même plutôt pas mal pour un 1er roman. Avec tout ce que j’avais entendu sur les livres tirés de wattpad, j’avais un peu peur mais finalement ma lecture était plutôt agréable. Bon l’histoire n’a rien de transcendant, mais elle permet de passer un joli petit moment et en ce moment c’est tout ce que je demande à un livre. C’est une histoire romantique écrit par une jeune fille. Une histoire qu’elle aurait surement aimé vivre au lycée et pour une première c’est plutôt réussi.
Un autre livre issu de wattpad m’attend dans ma PAL, ça me permettra de me faire un autre avis sur cette plateforme.

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

57/65

Amies à vie – Pierre Bottero

Éditeur : Flammarion Jeunesse
Nombre de pages : 135
Date de parution : 24 mai 2017
Prix : 7,00€

Résumé : Brune à quatorze ans et partage son temps entre le collège et ses copines. Et pourtant, il lui manque une véritable amie. Enfin Sonia arrive, mais elle cache un lourd secret. Brune va devoir lui donner la plus grande preuve d’amitié : se battre pour la vie !

Mon avis : Je connais Pierre Bottero de nom. Je sais qu’il écrit des livres jeunesse et qu’ils doivent être très bon puisque je connais plein de blogueurs qui sont fans. J’ai donc voulu moi aussi le découvrir.

Brune est au collège et, même si elle a de bonnes copines, elle se cherche une meilleure amie. Et si c’était Sonia, cette nouvelle si mystérieuse.

Pour un premier « contact » avec Pierre Bottero, j’ai été charmée par sa plume simple et direct. Il n’est certes plus enfant ou ado depuis quelques années lorsqu’il écrit ses romans, mais il les comprend toujours très bien et sait retranscrire leurs émotions, leurs pensées, leurs attentes, leurs émois, ces petites choses qui nous paraissent sans importance à nous adultes mais qui peuvent chambouler la vie d’une ado. Je ne crois pas que j’en serais capable. C’est agréable de lire genre de livre.
Brune est une ado sans histoire, qui obéit à ses parents et a de bons résultats au collège. Elle n’est pas particulièrement rebelle et mène une vie tranquille même s’il y manque quelque chose à ses yeux. Sa rencontre avec Sonia va tout changer et redonner du peps à tout ça. Bref la vie est belle ! Sauf qu’il y a toujours un petit grain de sable et qu’il faut faire face. Brune apprend qu’être une amie, une vraie, ce n’est pas que partager des bons moments, des rires et des confidences, mais que c’est aussi faire front ensemble quand la vie s’amuse à vous mettre des battons dans les roues.
C’est une très jolie histoire, sans chichi que j’ai apprécié de lire.

Je remercie Flammarion jeunesse pou cette lecture.

56/65

Gloria -Martine Pouchain

Éditeur : Sarbacane
Nombre de pages : 267
Date de parution : 3 mai 2017
Prix : 15,50€

Résumé : « Une lueur rase les sommets au loin. Quelques phares croisés les éblouissent.
– Ca m’étonnerait beaucoup que t’es ma mère, déclare Jamie.
– Pourquoi ?
– Une mère a pas le temps de se balader. Elle travaille.
– Qu’est-ce que t’en sais ? T’en connais beaucoup, des mères ?
– Tu vois, ça, une mère le dirait pas.
– Moi aussi je travaille. Là, je suis en vacances.
– Et tu fais quoi comme travail ?
– Actrice. »

Mon avis : Les livres des éditions Sarbacane arrivent toujours à me « parler », le résumé de celui-ci, bien que succinct m’a fait le même effet que les autres : j’ai eu envie de le lire.

Gloria a un rêve : devenir actrice depuis qu’elle a commencé les cours de théâtre au lycée, mais elle n’avait pas prévu de tomber enceinte.

L’histoire de Gloria est plutôt banale. Des ados qui tombent enceinte et doivent abandonner leur bébé, ça arrive tous les jours. C’est après que ça devient plus atypique. Beaucoup veulent aussi devenir actrice et débarquent tous les jours à Los Angeles des étoiles plein les yeux, des rêves plein la tête. Très peu y parviennent. Alors là aussi, on est sur du commun. Ce qui l’est beaucoup moins c’est le personnage de Gloria. J’aime beaucoup sa façon de voir la vie. Ça façon déterminer d’avancer coûte que coûté, de toujours garder son objectif premier en ligne de mire. Ça la rend parfois égoïste, mais qui ne l’est pas un minimum ? Elle est tout simplement humaine. Avec peut-être un côté gamine plus prononcé que chez les autres. Je ne pense pas que j’aurais réagit comme elle face à cette nouvelle qui chamboule sa vie à 25 ans, mais je ne peux pas en être certaine puisque ça ne m’est pas arrivé.
Gloria rencontre une galerie de personnages parfois limite caricatural : le producteur de série TV, la baby-sitter, la patronne d’hôtel… mais tous l’ont marqué à leur façon, lui on permis de changer, d’évoluer, d’accepter la vie comme elle est. Certes nous n’est pas toujours rose, mais chacun a droit à sa part de bonheur. C’est ce qui ma plu dans ce livre : sa fin pleine d’espoir qui donne envie de croire en la vie et en la nature humaine.

Je remercie les éditions Sarbacane pour cette très jolie lecture.

55/65

Mosquitoland – David Arnold

Éditeur : Milan
Nombre de pages : 349
Date de parution : 22 mars 2017
Prix : 15,90€

Résumé : Mary Iris Malone, que tout le monde appelle Mim, ne voit pas le monde comme tout le monde. Atteinte de troubles mentaux, elle navigue entre le monde réel et le monde qu’elle s’invente. Le jour où elle apprend que sa mère est très malade, elle part bille en tête la retrouver, même s’il faut pour cela traverser les États-Unis. Commence un surprenant et émouvant road movie. La route, les bonnes et les mauvaises rencontres, l’espoir et la désillusion. Et, au bout de chemin, une ado qui fait face à ses propres démons.

Mon avis : Je lis très peu de livres qui parlent de Road trip pourtant j’aime beaucoup ça. Du coup, dès que j’ai lu le résumé de Mosquitoland, je me suis dis que ce livre devrait me plaire.

Mim a tout quitté sur un coup de tête suite à une mauvaise nouvelle : son école, sa maison, son père et surtout sa belle-mère. La voilà sur les routes bien décidée à aller vivre chez sa mère.

Dès le début Mim (Mary Iris Malone)  m’a entrainée dans sa folle aventure et c’est avec plaisir que je me suis retrouvée avec elle sur les routes. Pas une seule fois je ne me suis ennuyé avec ce roman, bien au contraire ! Min est un peu (beaucoup) loufoque, elle a des idées saugrenues que j’ai adorées, des manies qui m’ont fait rire et une façon de voir la vie totalement rafraîchissante. Je pense qu’avoir une amie telle que Min doit redonner le sourire chaque jour, même si elle doit aussi agacer parfois, les mauvais jours.
Son voyage est rempli de magie. Même si ce n’est pas tout le temps facile, elle arrive à rebondir et surtout à faire de jolies rencontres. Elle touche tous les gens qu’elle croise et eux lui permettent d’évoluer, de grandir, de faire sa propre expérience de la vie. Elle apprend beaucoup de chose lors de son voyage Min, et nous aussi par la même occasion. On l’apprivoise petit à petit, on découvre les secrets qu’on lui a caché, on voit qu’elle est devenue plus mature et que ce voyage la changée, on s’attache… et le livre se termine, nous laissant alors un goût de trop peu.

Je remercie Milan pour cette très jolie lecture.

53/65

 

La cave – Natasha Preston

Éditeur : Hachette romans
Nombre de pages : 397
Date de parution : 19 avril 2017
Prix : 18,00€

Résumé : Trèfle, un homme à la folie maniaque et meurtrière, séquestre Rose, Iris et Violette, trois filles, dans sa cave. Un jour, Summer croise la route de cet homme et ne rentre pas chez elle : il l’enferme dans sa cave et la rebaptise Lilas. Mais contrairement aux autres, Lilas ne compte pas accepter son sort jusqu’à faner.

Mon avis : Ce n’est pas nouveau (ça devient même répétitif), j’aime les policiers et en ce moment, j’en lis pas mal. Alors pourquoi pas celui là.

Summer a été enlevée. Elle est séquestrée dans une cave avec 3 autres jeunes filles. Mais elle a un but : elle veut sortir de cet enfer.

Le résumé m’avait fait très envie, c’est totalement le genre de roman policier que j’aime lire. J’ai donc commencé ce livre confiante et je ne l’ai pas regretté par la suite !
On commence doucement en faisant connaissance avec le personnage de Summer. Une ado lambda, qui a très peu confiance en elle et en son physique, mais qui est certaine qu’il ne lui arrivera jamais rien dans une petite ville comme la sienne. Un peu trop confiante quoi… Elle est également attachante, sa façon de ne pas baisser les bras tout en craquant de temps en temps. On sent un subtile mélange de force et de fragilité.
Je n’ai pas réussi à cerner Trèfle, le méchant. Malgré une « présentation-explication » sur quelques chapitres qui lui sont consacrés, je ne suis pas sure d’avoir bien saisi le personnage.
L’intrigue est bien trouvée. Même si je lui ai trouvé quelques failles. J’aurai aimé avoir plus de détails sur certains passages, plus d’explications, et j’ai trouvé que parfois l’auteure utilisait trop facilement certains raccourcis. Un peu frustrant pour la fan de thrillers que je suis.
Dans l’ensemble l’histoire tient bien la route, c’est juste mon côté perfectionniste qui en demande un peu trop. J’ai découvert qu’il y a une suite en VO, je serais heureuse qu’elle soit traduite et de pouvoir la découvrir.

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

52/65