The Hartigans, tome 2 – Tu craqueras pour moi… et mes poignées d’amour – Avery Flynn

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  262
Date de parution : 27 mai 2020
Prix : 16,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Quand on aime, on ne compte pas
Lucy est une femme forte, dans tous les sens du terme. Oui, elle est grosse, et ses rondeurs, ses bourrelets, font peur surtout aux hommes. D’ailleurs, lorsqu’elle commande un burger-frites au bar ce soir-là, elle sait très bien qu’elle va attirer les jugements et les regards désapprobateurs. Mais, quand un inconnu se permet de lui dire qu’elle devrait privilégier les salades si elle ne veut pas finir seule, Lucy perd tous ses moyens. De quoi lui couper l’appétit jusqu’à ce que Frank Finnegan, un pompier au sourire incendiaire, se fasse passer pour son rencard devant le diététicien autoproclamé. Un dîner, quelques fous rires et des regards complices plus tard, Lucy doit admettre qu’elle a passé une magnifique soirée. Est-ce qu’elle viendrait enfin de rencontrer un homme pour qui la taille ne compte pas ?

Mon avis : Je suis devenue fan de l’autrice lorsque j’ai lu le premier tome de la série : »Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?« , je n’allais donc pas passer à côté de cette suite !

Lucy est une femme ronde, que certains appellent méchamment grosse. Mais elle a un sacré caractère, un bon sens de l’humour et est une superbe personne. Sa vie lui plait, elle a de bons un amis un métier qui la passionne et assume pleinement ses rondeurs. Jusqu’au moment où elle doit retourner à une réunion d’anciens élèves du lycée qu’elle n’a pas du tout envie de revoir…

Retrouver l’univers créé par Avery Flynn a été un vrai plaisir. Certes, les personnages principaux changent mais elle a su garder l’atmosphère du premier roman. Retranscrire l’ambiance survoltée des réunions de famille chez les Hartigan et également le sentiment d’amitié profonde qui unit Lucy, Gina, Tess et Fallon. Ce sont tous des personnages hauts en couleurs et très attachants. J’adorerai assister à ce genre de repas de famille où tout le monde parle en même temps, où personne ne s’entend mais où touts le monde s’aime.
La romance est très jolie, pour une fois je n’ai pas levé les yeux au ciel. C’est dire ! Elle est cohérente à mes yeux et il n’y a pas trop de « tournage autour du pot ». C’est ce que je préfère dans les romance : quand elle vont droit au but !
Lucy est un peu vulgaire mais j’adore ça, l’étant moi-même un peu (beaucoup ?). Frankie se laisse un peu vivre et butine de-ci de-là mais ce n’est pas pour autant qu’il ne cache pas un  cœur tendre qui ne demande qu’à craquer pour une femme explosive.
J’ai passé un très bon moment avec cette romance tout en couleur et je vous la recommande chaudement pour cet période post-confinement.

Je remerci H& et Netgalley pour cette lecture.

 

The Kissing Booth tome 2 – Going the distance – Beth Reekles

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  262
Date de parution : 26 février 2020
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Désormais en couple avec le beau Noah Flynn, Ella vit un rêve éveillé. Mais la réalité la rattrape rapidement quand ce dernier doit s’éloigner des plages de Californie.

Mon avis : J’ai eu un énorme coup de cœur pour le film lorsque je l’ai découvert l’été 2018 sur Netflix. J’avais donc lu le roman dont il est tiré, qui m’avait lui un peu déçu. Mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas eu envie de lire la suite.

Ella et Noah sont ensemble après des débuts difficiles. Mais Noah est parti à la fac de Boston et il reste à voir si leur histoire va tenir la distance.

J’ai retrouvé avec plaisir Noah, Ella et Lee. Ce sont des personnages attachants et très réalistes. Mais ils manquent cruellement de descriptions physiques. Excepté Noah qui est régulièrement décrit et peut être Levi, aucun des autres n’est décrit. C’est dommage parce qu’il est difficile de se les représenter… Heureusement que le film aide un peu là dessus. D’ailleurs il y a très peu de description dans le roman, même des lieux et décors. On a l’imagination en roue libre.
Du coup, l’histoire est plutôt rapide. Elle se lit très vite et les actions s’enchainent. Parfois un peu trop vite même. J’aurais aimé passer plus de temps avec Ella, Lee et tous leurs amis. Cette petite bande est dynamique et agréable à suivre.
La romance entre Ella et Noah n’est pas le centre du roman, mais il y aussi l’amitié entre Lee et Ella qui est malmenée parfois.
Bref, c’est une jolie petite romance ado qui se laisse lire et qui aurait mérité d’être un peu plus développée par moment. J’attends de voir ce que donnera le film prévu cette année également.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

22/50

Virgin River tome 4 – Robyn Carr

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  442
Date de parution : 6 novembre 2019
Prix : 14,90€
Acheter : Amazon

Résumé : ATTENTION SPOILER
Quelques mois avant d’accoucher, Vanessa Rutledge a perdu son mari, Matt, qui servait en Irak. Dans ce moment de désespoir, c’est Paul, le meilleur ami de Matt, qui l’a épaulée et consolée. Elle qui pensait ne plus pouvoir aimer est troublée par la loyauté et le charme de Paul. De son côté, ce dernier aime Vanessa en silence depuis des années. Mais une de ses ex vient de lui annoncer qu’elle est enceinte de ses oeuvres. Et un homme d’honneur ne se dérobe pas à ses responsabilités. Au bout du chemin, Vanessa et Paul auront-ils droit à la deuxième chance qu’ils méritent ?

Mon avis : J’ai beaucoup aimé les 3 tomes précédents. Cette série de Robyn Carr a été une vraie belle découverte de 2020. Je continue donc ma lecture.

Je ne vous ferais pas de résumé personnel puisque le résumé de la 4ème de couverture en dévoile suffisamment.

J’ai apprécié de me replonger dans le petit monde de Virgin River. J’adore retrouver des personnages que j’ai aimé. Savoir ce qu’ils deviennent, comment ils évoluent, ce que leur réserve l’avenir. Et avec cette série, je suis comblée.
À chaque tome nous savons ce que deviennent les personnages des tomes précédents mais nous faisons également connaissance avec de nouveaux arrivants. Ce qui apporte toujours un petit coup de fraicheur. C’est un des points forts de cette série.
Il y a toute fois quelques éléments qui m’agacent… Si l’intrigue est bonne, les histoires de couples originales, je trouve que tout se solutionne un peu trop facilement. On est comme dans le monde des bisounours où rien de vraiment mal ne peut vous arriver. Bien sûr, il y a des coups du sort, mais aucun qui ne soient surmontables.
Les personnages sont trop de bons sentiments, ça dégouline un peu trop. Tout le monde s’entend bien et la jalousie  l’envie, la colère, la haine n’existent pas ou ne font que passer très brièvement. Et Surtout cette manie que les bébés arrivent comme ça à chaque fois. Comme si l’aboutissement d’une vie était d’être en couple et d’avoir des enfants.
Les hommes sont tous des anciens militaires ou le deviennent. Comme si c’était une obligation pour tous les personnages du roman s’ils veulent rester dans l’histoire.
Pourquoi je continue à les lire me direz-vous ? Parce que j’aime beaucoup l’ambiance retranscrite par l’autrice. En quelques lignes elle arrive parfaitement à retranscrire l’ambiance d’une réunion familiale ou entre amis, et j’adore vraiment ça ! Je lirais surement rapidement les tomes 5 et 6 qui sont déjà dans ma PAL.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Virgin river tome 1 & 2 – Robyn Carr

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  729
Date de parution : 6 novembre 2019
Prix : 14,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Que diriez-vous d’un changement d’horizon, d’un dépaysement total ? Destination : une petite ville du nord de la Californie, un endroit pittoresque, avec des habitants chaleureux et attachants. Vous croiserez Melinda, qui vient justement de s’y installer comme infirmière, avec quelques projets. Si vous prolongez votre séjour, allez déjeuner dans le restaurant où Vic, un ancien marine, travaille. Il vous racontera pourquoi il a décidé de poser ses valises au pied de ces montagnes. Et bien d’autres personnages hauts en couleur… Bienvenue à Virgin River !

Mon avis : J’ai découvert cette série comme pas mal de monde grâce à la série adaptée par Netflix. J’ai eu envie de la lire avant de regarder les épisodes, ce qu’il ne faut pas faire je sais. Mes copinautes de blog m’ont avertie que c’était de la romance et que j’étais moyennement fan, mais je me suis entêtée. Et j’ai bien fait !

Melinda a décidé de quitter Los Angeles et la tristesse qu’elle traine pour repartir de zéro. Elle ne s’attendait pas à trouver une bourgade si loin de tout et si décrépie. Un incident fait qu’elle y reste et qui sait ce que cela lui réservera…

Dès la première cinquantaines de pages j’ai été sous le charme de Virgin river. De ses habitants, de son calme, de sa sérénité, de son air pur (bon ok, là j’imagine beaucoup), de ses grands espaces… Tout cela est décrit tellement parfaitement qu’on a envie d’y vivre (peut-être pas longtemps pour ma part, citadine convaincue), de pousser la porte du bar de Jack et de se mettre au comptoir pour boire un verre. On a envie de se balader dans on unique rue et de parcourir la nature.
L’autre chose que j’ai beaucoup aimé également, ce sont les personnages. D’accord nous suivons essentiellement Melinda et Jack, mais il a y énormément de personnages secondaires que l’auteur nous fait rencontrer. Cette bourgade est peu peuplée, mais nous en connaissons tous les habitants au fil des pages. Et on s’aperçoit très vite qu’ils seront également présent dans les autres tomes (la série initiale fait 10 tomes ) et c’est justement ce que je préfère dans les longues sagas : retrouver tous les personnages que j’ai aimé. Je pense que dans celle-ci je suis gâtée.
En plus, même s’il y a de la romance, elle n’est pas omniprésente. Elle est plutôt discrète. Bon, cela reste de la romance, mais qui ne m’a pas trop fait lever les yeux au ciel.
Ce début de saga est très prometteur et j’ai hâ te de me mettre aux 4 tomes suivants qui sont déjà dans ma PAL.
Melinda est restée à Virgin river, j’ai quand même voulu lire cette romance, et nous avons bien fait toutes les deux !

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Let it snow – Maureen Johnson, John Green, Lauren Myracle

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  346
Date de parution : 13 novembre 2019
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : 24 décembre. Nuit des miracles ? Ou des catastrophes ? Une terrible tempête, un train bloqué dans la neige. Gracetown : tous les voyageurs descendent ! Gracetown… Bourgade perdue au milieu de nulle part qui vous ferait presque regretter le traditionnel et soporifique repas de Noël. Pourtant Jed, Jubilé, et les autres vont partager le réveillon le plus insolite de leur vie. Dans un café bondé de pom-pom girls ou au détour d’une route enneigée, les rencontres inattendues se multiplient. Les couples se font, se défont et se refondent. Louvoyant entre les flocons, les flèches de Cupidon qui pleuvent sur la ville ne laisseront personne de glace ! John Green, Maureen Johnson, Lauren Myracle : les plumes de trois grands auteurs s’allient pour vous faire rire et rêver d’amour, créant un univers où les anges de Noël ne chôment pas !

Mon avis : Cela fait des années que je vois passer ce roman « Flocon d’amour ». Son adaptation sur Netflix et sa réédition m’ont permis, enfin, de le lire !

Trois auteurs nous livres des romances de Noël légères qui se recoupe, afin de profiter au maximum des personnages.

Je connais John Green, bien évidement en fan de lecture jeunesse/young adut, et Maureen Johnson, dont j’ai déjà lu une série, mais pas du tout Lauren Myracle. Une occasion de la découvrir…
J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Elle est légère et sincère, c’est le mot qui me vient après avoir fermé le livre. On sent la pureté qui entoure la magie de Noël. Attention, ce n’est pas mièvre pour autant. On est loin des histoires trop édulcorée. Des personnages non-sincères, il y en a, limite un peu tordu même, mais on reste sur une note positive. De toute façon, c’est clairement le but du roman : que le lecture passe un bon moment avec une lecture facile qui met du baume au cœur, et ce but est très bien atteint.
Ce qui est également intéressant c’est que les histoires se passent au même endroit et que les personnages principaux de chaque nouvelle se croisent, sans savoir ce que vivent les autres. Chaque personnage m’a touchée à sa manière et je me suis attachée à tous, même aux personnages secondaires, je pense que j’aurais facilement passé plus de temps avec eux… Certes ils sont un peu naïf et tout se passe peut-être un peu trop bien à la fin, mais c’est justement ce qu’on attend de ce genre de lectures à l’arrivée de Noël.
Je n’ai pas encore regarder le film sur Netflix, mais ça ne saurait tarder…

Je remercie Hachette pour cette lecture.

9/50