Dangerous Perfection – Abbi Glines

Éditeur : JC Lattès / &moi
Nombre de pages : 261
Date de parution : 15 janvier 2015
Prix : 12,50€ Notepaillons3.5

41DxUc90CoLRésumé : Décidée à se libérer de son douloureux passé et de vivre enfin sa vie, Della entreprend un road-trip en solitaire. De passage en Floride, elle croise sur sa route le beau Woods. S’ensuit une nuit passionnée, une nuit qu’ils avaient prévue sans lendemain.
Mais un coup du destin les réunit de nouveau quelques mois plus tard. Sauf que Woods doit se marier avec une riche héritière et que Della est encore trop fragile pour s’engager dans une relation. Pourtant, face à l’ampleur de leurs sentiments, il leur est difficile de garder leurs distances…

Mon avis : Ce livre est publié dans une nouvelle collection de JC Lattés et les couvertures ainsi que les résumés m’ont donné envie de la découvrir.

Della, 19 ans, a eu une enfance difficile qui l’a marqué. Afin de se reconstruire et d’apprendre à se connaître elle prend la route et voyage à travers les États Unis. Elle rencontre Woods et ce qui devait être une unique nuit de plaisir va chambouler leurs vies.

Le livre commence fort. Une succincte présentation de Della et elle rencontre de suite Woods. Malgré cette entrée en matière rapide, on arrive un peu à cerner le caractère des personnages et ils m’ont plu d’emblée. Parfois ça arrive vite avec des personnages. Bon, je vous accorde que Della est parfois naïve à la limite de la niaiserie, mais cela se justifie par son passé. Woods est un stéréotype sur pieds que l’on croise trop souvent dans ce genre de roman. Mais il a un petit côté attachant tout de même, dans sa détermination il est aussi naïf. Ce qui est assez rigolo parce qu’on a envie de les secouer alternativement.
L’histoire dans ses grandes lignes est plutôt banales, ce qui en fait son originalité c’est le passé de Della qui reste mystérieux une bonne partie du livre et qui nous donne envie de continuer notre lecture pour le connaître.
Bon, vous le savez, les scènes de sexe ne sont pas ma tasse de thé, ici il n’y en a pas trop. Ce qui m’a fait sourire et lever les yeux au ciel ce sont les dialogues pendant le sexe. Un peu too much à mon goût mais ils plairont aux amateurs du genre.
Ce livre n’est certes pas très original par son histoire, mais le personnage La Della me donne envie de continuer et La connaître la suite de son histoire avec Woods.

Le petit plus : La sortie de la suite est prévu pour le 4 février.

Je remercie les éditions JC Lattès et la collection &moi pour cette lecture.

Publicités

Sans prévenir – Matthew Crow

Éditeur : Gallimard jeunesse / Scripto
Nombre de pages : 307
Date de parution : 15 janvier 2015
Prix : 12,90€ Notepaillons4

ob69Résumé : A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère.
Lorsqu’on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l’horreur d’être retardé d’une année au lycée, la menace d’une calvitie imminente, la nécessite de retrouver sa plus belle chemise au cas ou une pop star lui rendrait visite pour une photo…
Mais il n’imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible.

Mon avis : Ce livre s’inscrit dans la lignée de nos étoiles contraires (comme c’est indiqué en 4ème de couverture) et comme j’avais beaucoup aimé le livre La John Green j’étais curieuse La découvrir celui-ci.

Francis découvre à 15 ans qu’il a une leucémie. Il est alors hospitalisé dans un service spécialisé pour les ados et rencontre Ambre qui va encore plus chambouler sa vie que la maladie.

Dans ce livre on suit Francis, 15 ans, un peu geek sur les bords, mais pas geek de nouvelles technologies, mais geek de lecture et de musique. Pas vraiment replié sur lui même mais il ne cherche pas vraiment le contact des autres. Son univers c’est sa mère, sa grand-mère, son frère et son meilleur ami. Il est heureux comme ça mais la vie en décide autrement en mettant un grand coup dans la fourmilière.
Quand un enfant tombe malade c’est toujours injuste. Ils ont toute la vie devant eux et savoir qu’ils vont l’avoir d’écourtée à quelque chose de rageant. Mais ce n’est pas là dessus que l’auteur a centré son livre. Il l’a plutôt centré sur la façon dont on peut transformer ce malheur en chance. La chance de resserrer les liens familiaux, de faire de nouvelles rencontres, de voir la vie autrement et de profiter de chaque instant intensément et de ne surtout pas oublier de se dire les choses essentielles.
De ce roman il se dégage beaucoup d’optimiste. L’auteur ne joue pas dans le mélo ni le fatalisme. Il montre que l’on peut toujours faire quelque chose de ce que la vie nous donne. Même si parfois les cartes sont très mal distribuées.
Bien évidement quelques moments nous serrent un peu la gorge mais c’est souvent le cas lors de ce genre de sujet. Et ici l’auteur l’aborde avec beaucoup de pudeur.
Je suis tombée amoureuse du personnage de Francis, avec son côté décalé, son franc parlé et sa naïveté.
J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, mais il m’a manqué un petit truc, peut être plus de larmoyant sur la fin, on s’y attend lors de ce genre de lecture et j’étais un peu frustrée de ne pas en avoir trop. Ce qui ne m’empêche pas de vous recommander ce livre tout de même.

Je remercie les éditions Gallimard jeunesse pour cette lecture.

29/100

29/100

Les Royaumes invisibles tome 1 – La Princesse maudite – Julie Kagawa

Éditeur : Harlequin / Darkiss poche
Nombre de pages : 412
Date de parution : 22 octobre 2014
Prix : 7,50€ Notepaillons2

519OC6CTuYLRésumé : Ethan a disparu… A la veille de son seizième anniversaire, Meghan découvre qu’on a enlevé son petit frère. Dans le même temps, elle apprend qu’elle est une fille fée, la princesse maudite d’un royaume invisible dont il lui faut franchir la porte si elle veut retrouver Ethan. Prête à tout, Meghan accepte de passer de l’autre côté du miroir au risque de sa vie. Et, sitôt transportée dans la forêt magique, elle voit se dresser en travers de sa route le prince Ash, le plus dangereux des êtres dangereux qui peuplent les royaumes invisibles…

Mon avis : J’avais très envie La livre ce livre et de commencer cette série pour deux raisons. La 1ère parce que j’en avais beaucoup entendu parler et la 2ème parce que j’ai beaucoup aimé l’autre série de l’auteure publiée dans la même collection : Blood of eden.

Meghan est une jeune fille solitaire La 16 ans. Elle vit dans une ferme avec sa mère, son beau père et son demi-frère. Elle n’est pas trop populaire au lycée, mais ce n’est pas vraiment ce qui la préoccupe. Elle a son équilibre et il lui convient. Mais tout voile en éclat quand son petit frère disparaît.

J’ai commencé ce livre pleine d’entrain, et j’ai plutôt bien accroché dans les premières pages. J’ai aimé découvrir Meghan, sa famille, sa vie… Cela ressemblait un peu à un roman contemporain jeunesse. Mais j’attendais avec impatience l’arrivée du fantastique dans l’histoire. Et c’est là que j’ai été perdue. À partir du moment où Meghan entre dans « les royaumes invisibles » je me suis ennuyée. J’ai trouvé que c’était long et que ça traînait en longueur. Je n’ai pas du tout adhérer à ce monde. Il est pourtant bien décrit, très détaillé et bien imaginé, mais je suis passée totalement à côté. L’auteure a réussi à personnaliser ce monde de la fearie et d’en faire quelque chose d’original, mais il n’a pas réussi à me séduire.
L’intrigue par elle même est bien, même si le départ n’est pas très original, l’arrivée est plutôt bien trouvée, je ne m’attendais pas à ça, c’est ce qui a d’ailleurs ranimé mon intérêt sur la lecture. Ça et le personnage de Meghan qui est vraiment attachant, j’aime son caractère trempée et son humour. C’est d’ailleurs assez frustrant d’aimer un personnage et pas son histoire.
J’ai fini ce livre, mais j’ai eu un peu de mal, si je ne l’avais pas terminé, ne pas savoir ce qui arrivait à Meghan et son frère ne m’aurait pas chagriné. L’histoire n’est d’ailleurs pas terminée, d’autres aventures attendent Meghan dans les prochains tomes, mais je ne pense pas que je les lirai…

Le petit plus : toute la série a déjà été éditée chez Darkiss, donc pour les impatients pourront vite assouvir leur curiosité.

Je remercie les éditions Harlequin et la collection Darkiss pour cette lecture.

27/100

27/100

6/60

7/60

Fille des cauchemars tome 1 – Anna – Kendare Blake

Éditeur : Hachette Romans
Nombre de pages : 332
Date de parution : 13 novembre 2014
Prix : 16,90€  Notepaillons5

819nlpBR0NLRésumé : Cas Lowood a hérité de son père une charge bien étrange : il tue les morts. Armé d’un poignard que lui seul peut maîtriser, Cas parcourt le monde accompagné de sa sorcière de mère et de son chat, véritable radar à fantômes. Sa prochaine mission : anéantir Anna Korlov, dite « Anna vêtue de sang ». Encore vêtue de la robe qu’elle portait le soir de sa mort, l’esprit de la jeune fille hante la maison où elle a été assassinée. Malheur à quiconque ose s’aventurer dans sa demeure : on n’en sort pas vivant. Ce qui devait être un travail de routine se solde par un désastre. De chasseur, il devient la proie. Anna, la fascinante Anna, est bien plus puissante qu’il ne le pensait. Pourtant, elle a choisi de l’épargner… Pourquoi ? Qu’est-ce qui la rend si différente des autres fantômes ? Et qu’est-ce qui le pousse à remettre sa vie en jeu pour tenter de la tuer – ou de lui parler à nouveau ?

Mon avis : C’est la couverture du livre qui m’a donné envie de lire la 4ème de couv’ qui m’a elle donnée envie de découvrir le livre, vous me suivez ? Ça arrive parfois. D’être attiré par le contenant plutôt que le contenu. Et pour une fois les deux ont tenu leurs promesses.

Cas est chasseur de fantômes. Il les traque, et les tue une deuxième fois pour les empêcher de nuire. Jusqu’à la mission qui le mène à Anna et au fantôme plus puissant qu’il lui ait été amener à affronter.

Chose assez rare pour le souligner dans mes lectures, ici le narrateur est un garçon. Dans la plupart des livres que je lis, le personnage principal est une femme, pas que j’ai quelque chose contre les hommes, mais les genre que j’affectionne ont souvent des narratrices. C’était assez plaisant d’avoir ce « je » au masculin et le point de vue d’un homme, enfin d’un jeune homme. D’autant plus quand ce personnage a autant d’humour. J’ai beaucoup aimé suivre son cheminement de pensée et ses apartés et ses réflexions sur les différentes situations.
Le thème des fantômes, qui, il faut bien le dire, n’est pas forcement orignal, est ici bien abordé. J’ai aimé la mythologie créée par l’auteure qui tient la route et à réussi à me passionner. J’ai relevé quelques incohérences, ou plutôt des choses qui sont admises sans vraiment d’explications et qui ont plutôt frustré mon côté curieuse, mais n’ont en rien gêné mon plaisir de lecture.
Les personnages sont un peu caricaturaux : la fille populaire, l’intello mal dans ses baskets, mais ils sont attachant et trouve parfaitement place dans l’intrigue. Je devrais d’ailleurs dire dans les intrigues, parce que l’auteure a réussi à m’étonner avec un rebondissement que je n’avais pas vu arriver, même si je dois admettre que je posais quelque questions sur une pièce de la maison.
J’ai vraiment aimé la lecture La ce livre, livre qui est un premier tome mais qui pourrait se suffire à lui même. Même si je dois avouer que dans ce cas là la fin m’aurait un peu chagrinée, tout en étant logique, et que je suis contente de retrouver les personnages dans d’autres aventures.

Le petit plus : retrouvez le cite de l’auteure ICI

Je remercie Hachette Romans pour cette lecture.

26/100

26/100

5/60

6/60

La symphonie des abysses livre 2 – Carina Rozenfeld

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 415
Date de parution : 20 novembre 2014
Prix : 17,90€ Notepaillons2

9782221140390Résumé : Une nouvelle ville, de nouvelles lois, les mêmes interdits. Abrielle et ses compagnons croyaient s’être enfin affranchis du tyrannique Règlement Intérieur. Hélas, ils vont découvrir que les rêves qu’ils portent en eux ne pourront jamais s’exprimer dans l’enceinte du Mur. Mais leur rencontre avec Eyal, jeune homme assoiffé de vérité, va faire renaître l’espoir. Aucun mur, aussi haut soit-il, ne peut étouffer les cœurs épris de liberté. Car un passage vers l’extérieur existe bel et bien. Pour y accéder, Abrielle et ses amis vont devoir vaincre les terribles gardiens qui le défendent farouchement… C’est en n’étant personne que l’on peut devenir quelqu’un.

Mon avis : J’avais été agréablement surprise par le première livre malgré mon scepticisme initial et j’étais donc curieuse de retrouver le second livre.

Après leur périples nos trois héros arrivent dans une ville où ils pensent pouvoir souffler. Malheureusement il semblerait que les choses ne font que se répéter sur cet anneau, et ce n’est pas la liberté espérée qu’ils rencontrent.

J’ai un peu été désarçonnée par le début du roman car on le commence avec un personnage totalement différent des trois dont je me souvenais du tome 1. Eyal est un jeune homme de 19 ans dont on découvre la vie dans la ville de « Portes ». Avec lui on découvre les règles de la citée et son histoire. Il m’a fallu quand même quelques temps pour trouver le lien entre Eyal et les trois personnages du livre précédent.
J’ai trouvé le rythme lent et vraiment simple ce qui ne m’a pas permis d’adhérer totalement au récit. Les répétions m’ont gênée, notamment la description de l’air marin qui est toujours la même et qui revient souvent. J’ai aussi trouvé les réactions des personnages assez enfantines pour leur âge. Même si je leur accorde le fait de vivre dans un monde totalement différent du mien qui ne leur a peut-être pas permis de grandir vraiment, de faire leurs expériences. Malgré une histoire originale, je me suis ennuyée. Parce que oui, j’ai trouvé quelques défauts au roman, mais l’idée elle est vraiment bien trouvée, c’est peut-être pour ça que je suis d’autant plus déçue, je m’attendais à quelque chose de plus rythmé, des découvertes avec plus d’effet…
De plus, la fin m’a laissée sur ma faim (c’est le cas de le dire). J’aime les fins ouvertes, qui permettent au lecteur d’imaginer ce qu’il veut, d’arranger l’histoire à ce qui lui convient le mieux, mais là elle est vraiment ouverte. J’ai plus eu l’impression qu’on me privait d’un 3ème tome. Parce que pour moi pleins de questions n’ont pas trouvé réponse, alors que celles qui en ont trouvées m’ont paru bâclée, j’aurai aimé avoir plus de détail.
C’est un sentiment étrange de se dire que vraiment cette histoire est originale mais qu’elle n’a pas réussi à m’emporter. C’est limite frustrant. Peut-être est-ce moi qui suis passée à côté, attendant trop, je n’ai pas su savourer ce que j’avais sous les yeux… Bref, un bilan en demi teinte pour cette lecture que je regrette pas mais qui n’a pas su me conquérir.

 

25/100

25/100

4/60

5/60