Bilan perso #108

Voici la liste des livres lus et reçus pour mai. La présentation change, mais la nouvelle version de Wordpess me perturbe un peu…

Les livres reçus

Les livres lus

Soit don 11 livres de reçus et 8 de lus. Avec une PAL qui prend 3 livres et finit à 521 livres.

Promis, on reste amis ! – Juliette Bonte

♦ Éditeur : &H
♦ Nombre de pages :  378
♦ Date de parution : 7 avril 2021
♦ Prix : 16,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Janhvi aimerait vraiment que sa vie sentimentale soit aussi simple et naturelle que le cycle migratoire des baleines. Malheureusement, elle lui donne autant de fil à retordre que la préparation de sa future exposition, et pour cause : elle vient de se faire larguer. Encore.
Peter aimerait vraiment guérir son addiction à Janhvi comme il soigne les animaux éclopés qui échouent dans son cabinet. Car il doit se rendre à l’évidence : à trop attendre, il est en train de passer à côté de sa propre vie.
Graham aimerait vraiment que la procédure d’adoption initiée avec son mari, Leandro, aboutisse enfin. Pour pouvoir être un père attentionné et présent  ; tout ce qu’il n’a pas eu la chance de connaître avec ses parents retranchés dans leur Écosse natale depuis son coming out.  
Leandro, lui, aimerait vraiment que le destin ait un meilleur sens du timing. Car devoir gérer le débarquement de ses beaux-parents, qui ignorent son existence, en plus des problèmes de cœur de ses amis, ça risque de faire beaucoup.

Mon avis : Je ne connaissais Juliette Bonte que de nom, et je n’en avais lu que des bons avis. J’ai eu envie de la découvrir par moi-même.

Quand quatre amis d’enfance décident de vivre ensemble, ce n’est pas simple tous les jours. Surtout quand se s’entremêlent secrets et envies de chacun.

J’ai besoin d’une lecture légère, mais pas trop et surtout qui fasse du bien au moral. Et ce livre en a rempli tous les critères.
Tout m’a plus dans ce livre. L’histoire, les personnages, l’ambiance… Juliette Bonte arrive parfaitement à retranscrire l’atmosphère que l’on retrouve dans une collocation. Même si personnellement, j’aurai bien aimé en apprendre plus sur la disposition de la maison, le nombre de salle de bain et l’organisation de la colloc’. Mais ça c’est mon côté carré et ma vie en collocation qui ont pris le dessus. Pis mon côté curieux aussi.
L’histoire n’est pas vraiment originale mais ce n’est pas ce qu’on lui demande. On lui demande de nous changer les idées et de nous divertir. On veut passer un moment agréable et léger à penser à autre chose que son quotidien, et ce livre y arrive très bien. Les personnages sont attachants autant par leurs défauts que leurs qualités et les voir échanger est un véritable plaisir. Chacun a son caractère et trouve sa place dans la vie de l’autre. Ils sont complémentaires et on ne les voit pas vivre autrement que tous les quatre.
Bon, la fin est un peu téléphoné mais c’est ce qu’il fallait pour finir totalement sur un roman feel good idéal pour l’été.

Je remercie &H et Netgalley pour cette lecture.

Moi, Themba – Sophie Blitman

♦ Éditeur : Hachette
♦ Nombre de pages :  252
♦ Date de parution : 21 avril 2021
♦ Prix : 12,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Themba vit à Soweto, en Afrique du Sud. À douze ans, elle devrait mener la même vie que toutes les jeunes filles de son âge : se concentrer sur l’école, ses amis, sa famille. Mais nous sommes en 1972, le régime de l’Apartheid est de vigueur, et elle est noire.
Elle se sent incomprise et très seule, jusqu’à ce que Waldo, son grand frère, la prenne sous son aile. Contrairement à leurs parents qui font tout pour ne pas se faire remarquer, Waldo pense que les Noirs doivent se révolter.
Themba intègre alors un club de lecture clandestin, qui lui ouvre les yeux et l’introduit à l’activisme. Là-bas, elle peut parler, échanger, débattre librement d’égal à égal. Elle y rencontre des amis, des alliés. Mais surtout, elle se rend compte de l’injustice qu’elle vit au quotidien.
Dès lors, elle va se battre. D’abord discrètement, puis de plus en plus fort, jusqu’à ce que sa voix, mêlée à celle des autres, démolisse l’Apartheid.

Mon avis : Deux fois n’est pas coutume, mais je me suis laissée tenter par des romans jeunesses historiques dernièrement. Il n’est jamais trop tard pour parfaire ses connaissances.

Themba est une ado qui vit pendant l’apartheid en Afrique du Sud. Elle nous fait découvrir son pays et ses conditions de vie à travers ses yeux d’enfant puis d’adolescente.

L’autrice aimant beaucoup l’Afrique du Sud elle a voulu écrire sur cette période du pays, pas si lointaine et si peu reluisante. À travers les yeux d’une enfant elle nous fait découvrir son pays et les lois archaïques qui le régissent. J’ai du mal à me représenter une telle ségrégation aujourd’hui, dans ma vie confortable et Sophie Blitman.
Je n’imaginais pas une telle peur, une telle haine de l’autre qui oblige une partie de la population d’un pays à vivre dans de telles conditions… L’autrice a réussi à rester soft et, sans édulcorer la réalité, à nous raconter la vie de Themba et sa famille. Comment doucement un peuple en est venu à se révolter en douceur pour qu’un pays puisse se reconstruire, en unissant la totalité de sa population.
Le regard de Thema, du haut de ses 12 ans au début du livre, ne comprend pas la totalité des subtilités qui entourent son quotidien. Mais petit à petit elle s’éveille, se révolte et nous fait partager ses sentiments. Elle nous montre à travers ses yeux, comment les jeunes noirs de Soweto ont décidé de bouger pour changer leur vie.
J’ai vraiment apprécié lire ce livre et en apprendre plus sur cette partie de l’Afrique et sur son histoire. C’est un roman qui aborde également des thèmes actuels, tel que la famille et l’éveil des sentiments amoureux. Il plaira alors d’autant plus aux ados.
Je suis juste un peu déçue de la fin. J’aurais aimé en savoir plus sur cette révolte qui ne faisait que naitre et comment Themba l’avait vécu… Mais cela serait sorti du cadre initial du livre…

Je remercie Hachette pour cette lecture.

33/35

 

Rosa Parks, La femme qui osa dire non ! – Sophie de Mullenheim et Johan Papin

♦ Éditeur : Le Livre de poche jeunesse
♦ Nombre de pages :  160
♦ Date de parution : 19 novembre 2020
♦ Prix : 5,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : – Maman, demande Rosa. Est-ce que l’eau des Blancs est meilleure que la nôtre?
– Non, ma chérie, bien sûr que non.
– Mais alors, pourquoi il y a deux fontaines?
Leona ne répond pas et regarde sa fille intensément. Elle sait très bien que Rosa connaît la réponse à sa question, qu’elle n’ignore pas que les Blancs ne veulent pas risquer de se contaminer au contact des Noirs.
Un récit qui retrace la vie de Rosa Parks, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale; une biographie à lire comme un roman pour découvrir cette héroïne militante.

Mon avis : Je connais l’histoire américaine à travers le cinéma et les séries télé. Mais je peux toujours compléter avec des livres. Même s’ils sont pour la jeunesse.

Dans les années 50 les noirs américains n’avaient pas les mêmes droits et devoirs que les blancs américains. Ça je le sais. Je sais aussi qu’une femme noire un jour n’a pas voulu laisser sa place dans le bus. Mais je ne connais pas son histoire en entier. Voilà une occasion de changer cela.

Ce livre destiné à un jeune public, est écrit très simplement. Peu de descriptions et des faits. La vie de Rosa Parks et raconté dans des chapitres cours. On apprend tout depuis sa naissance jusqu’à ce jour où son action a initié le changement pour des millions de noirs américains.
Rosa était une enfant comme les autres. Pas une rebelle, une enfant à qui l’on a appris à courber la tête, à être discrète pour ne pas provoquer la colère de l’homme blanc. Enfin pas tout le monde, son grand-père a souffler en elle un vent de rébellion. Ou plutôt une brise.  Qui a forci avec le temps. Pas de quoi devenir une révolutionnaire qui mène une révolte. Mais une femme posée qui sait ce qu’elle veut et qui un jour décide de ne plus ce laisser faire.
On comprend comment et pourquoi elle en est arrivée là. Pourquoi ce fameux jour, elle a eu ce geste qui a été un symbole pour pas mal d’autres personnes.
Elle nous montre qu’avec de petites actions, on peut quand même changer le monde.
L’histoire est écrite de façon simple et romancée pour séduire le jeune public, mais elle m’a aussi séduite moi. Et je pense qu’elle plaira à pas mal de monde.

Je remercie le Livre de poche jeunesse pour cette lecture.

32/35

Mortel printemps – Claire Gratias

♦ Éditeur : Le Muscadier
♦ Nombre de pages :  350
♦ Date de parution : 25 mars 2021
♦ Prix : 16,50€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : En ce mois d’avril, tout allait bien pour Hugo, Vadim et leurs deux amis. Et voilà que, dans leur village paisible, quelqu’un est assassiné. Une personne qu’ils connaissaient bien. Or, très vite, les soupçons des gendarmes se portent sur l’un d’entre eux… Leur amitié résistera-t-elle à la véritable tornade qui balaie ce printemps placé sous le signe de la mort et des mensonges ?

Mon avis : Mélangez du polar et de la jeunesse et vous êtes certains de me plaire en ce moment !

 4 ados, amis inséparables voient leurs vies chamboulées lorsqu’une catastrophe arrive à un de leur professeur l’été de leur quinze ans.

Ce livre m’a un peu replongé dans les 15 ans. Cette année où tout était encore possible. Sauf que moi, mon année a été normale. Du moins autant se faire se peut.  Léa, Remi, Vadim et Hugo sont 4 amis qui ont hâte d’arriver au lycée. Ils sont plutôt sensés et ont une vie plutôt banale avec ses hauts et ses bas. Ils ont chacun leur caractère et réagissent plutôt posément face aux événements inhabituels.
L’autrice réussi à construire une intrigue qui rempli son office et nous mème par le bout du nez. Je n’ai pas vu arriver tous les rebondissements et je me suis laisser porter au même titre que nos  adolescents.  Je ne sais d’ailleurs pas d’où lui est venue l’idée, mais elle est bien trouvée. Et le mieux c’était cette mise en abîme. On ne sait plus qui écrit l’histoire et c’est encore plus déstabilisant.
La cerise sur le gâteau reste quand même cette fin, qui fait voler en éclats toutes nos certitudes, un véritable coup de maitre qui vaut les plus grands maitres du thriller ! D’ailleurs je pense que je vais me pencher un peu plus sur l’œuvre de Claire Gratias.

Je remercie Le Muscadier pour cette lecture.

31/35