Another story of bad boys épisode 1 – Mathilde Aloha

Éditeur : Hachette
Nombre de pages : 600
Date de parution : 25 janvier 2017
Prix : 18,00€ Notepaillons2

81tgh8cq0alRésumé : « Une simple rencontre et plus rien ne sera jamais pareil. »
Liliana Wilson ne pensait pas qu’en intégrant la célèbre université de Los Angeles : UCLA, sa vie allait autant changer.
Elle voyait son avenir déjà tout tracé : obtenir d’ici quelques années un diplôme en journalisme d’une des meilleures universités du monde puis parcourir le monde.
Tel était le futur auquel elle se destinait. Mais une rencontre dans la cité des anges, appelée Cameron va venir tout bouleverser, ses plans comme sa vie.
Comment cette histoire se finira-t-elle ?

Mon avis : Je ne voulais pas écrire mon avis si vite après l’avoir lu, car j’aurai été un peu trop sarcastique, mais tant pis, pour une fois que je me sens inspirée pour écrire un avis, je vais battre le fer tant qu’il est chaud.

Lili, a quitté son Miami natal pour aller faire ses études à Los Angeles. Arrivée sur place elle se rend compte qu’une erreur administrative lui fait partager son appartement avec deux garçons au lieu de deux filles. Commence alors l’histoire de Lili et Cameron.

Alors je vais quand même tenter de modérer mon propos parce que clairement je n’ai pas aimé ce livre, mais il n’y a pas que du négatif à en dire. Je vais tout de même commencer par le négatif, faut que ça sorte !
Je n’ai pas du tout adhéré au style d’écriture, il est vraiment trop naïf. Peut-être est-ce dû au jeune âge de l’auteure, mais le style est trop simple et les dialogues souvent peu crédibles. Quels jeunes de 18 ans répond systématiquement « Oui, bien sûr ! » à chaque proposition qu’on lui fait. Et quelle est cette manie de mettre des points d’exclamation après chaque oui ?? Et puis c’est long…. La moitié des « actions » (si on peut les appeler comme telles) sont inutiles. Les réactions sont puériles voire totalement inadaptées. Et cette Lili est cruche, mais cruche… Cameron quant à lui est totalement improbable ou alors il est carrément bipolaire et c’est super flippant  ! Je pense que cela ce sent que je n’ai pas du tout adhéré aux personnages, donc je suis restée loin. Peut-être est-ce dû à mon âge…
Là où c’est dommage, c’est qu’on sent quand même le travail de l’auteure derrière tout ça, que l’histoire est quand même cohérente et qu’elle a dû souvent repenser à son histoire. Qu’elle a également dû faire beaucoup de recherches sur Los Angeles et son campus. Elle ne rechigne d’ailleurs pas à faire des descriptions complètes. Je dois bien avouer qu’à son âge je n’aurais été aucunement capable d’écrire un tel roman. J’en suis d’ailleurs toujours autant incapable. Mais on sent clairement que c’est un premier roman… Il respire la naïveté dans l’enchainement des événements et dans les dialogues, il y a beaucoup de répétitions et on sent clairement le manque d’expérience personnelle.

Je pense que l’auteure a beaucoup de potentiel, mais que le roman a besoin d’être retravailler. Je pense aussi que je ne fais pas partie du public ciblé.

Le tome suivant sort en juin, mais ce sera malheureusement sans moi.
Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

Never forget tome 1 – Monica Murphy

Éditeur : &H
Nombre de pages : 419
Date de parution : 8 mars 2017
Prix : 14,90€

810ug7kxd3lRésumé : Quand Ethan s’est lancé à la recherche de Katie, la fille qu’il a sauvée des griffes de son kidnappeur, huit ans plus tôt, il voulait simplement s’assurer qu’elle allait bien, qu’elle avait repris le contrôle de sa vie, qu’elle était heureuse, peut-être. Enfin, ça, c’est l’excuse qu’il s’est donnée, car, à la seconde où il a posé les yeux sur elle, il a su qu’il voulait plus. Beaucoup plus. Alors, il a fait tout ce qu’il s’était toujours interdit : il est entré dans sa vie, sous son nouveau nom, sa nouvelle identité. Et, chaque jour qui passe, il s’enfonce un peu plus dans le mensonge.
Mais comment faire autrement, alors qu’il est le fils du monstre qui a changé sa vie à jamais ?

Mon avis : Vous le savez, je ne suis pas très portée sur la romance, ou alors à très petite dose et de façon très sélective. Celui-ci avait l’air d’avoir la petite dose de suspens qui me tentait bien, alors j’ai cédé (oui, vous savez aussi que je suis faible).

Katie a été enlevée à 12 ans. Elle a été libéré par Ethan, le fils de son kidnappeur et a vécu le pire. 8 ans ont passé. La situation délicate qu’ont vécu Ethan et Katie les a séparé. Jusqu’au jour ou le destin les fait se recroiser…

J’ai commencé ce livre pleine d’enthousiasme. Et je dois avouer qu’il a duré jusqu’à une bonne moitié du livre. J’ai découvert Katie et Ethan avec plaisir : leur caractère, leur vécu, ensemble et séparé. C’était des personnages très attachants et très atypiques. Ce que je recherche souvent dans mes lectures. Si ce n’est pas l’histoire qui est originale, ce sont les personnages qui doivent l’être. Ici je trouvais que j’avais les deux.
J’étais curieuse de découvrir comment l’auteure allait nous présenter le calvaire de Katie, comment elle allait construire son personnage, ou plutôt reconstruire après une telle épreuve. Pour cette partie, j’ai été « satisfaire » même si ce n’est pas le terme exact. Elle est restée très soft, tout en nous expliquant tout ce qu’avait vécu Katie. Tout en subtilité et surtout pas dans le voyeurisme.
C’est ensuite que ça s’est corsé pour moi. Trop d’introspection de la part des deux personnages. Trop a se demander ce qu’il leur arrivait, ce qu’ils allaient faire (ou pas), s’ils étaient normaux (ou pas)… Bref trop de tortillage du cul (si vous me permettez l’expression) à mon goût. Cela s’explique par le vécu des personnages mais j’ai trouvé ça vraiment trop long. J’ai trouvé que Katie était vraiment cruche et même Ethan l’était parfois. J’aime les personnages fort, surtout les féminins, et, même si Katie a de bonnes excuses, elle n’a pas réussi à me plaire.
J’en ai parlé avec mon amie Mycoton, qui est fan de romance et avec qui j’échange beaucoup sur nos lectures, et elle m’a dit qu’elle ne comprenait par pourquoi je m’acharnais à lire de la romance alors que j’en ressors chaque fois déçue. Je ne sais pas ! Peut-être que j’attends d’être autant charmée que les autres… Qui sait ? Un jour je tomberai sur la romance qui me convient (ou pas) en tout cas c’est sur que ce n’est pas dans la Dark romance que je la trouverai. J’ai essayé, mais ce n’est pas pour moi.

Je remercie &H pour cette lecture.

Never, Never saison 1 – Colleen Hoover & Tarryn Fisher

Éditeur : Hugo romans
Nombre de pages : 197
Date de parution : 3 novembre 2016
Prix : 13,50€ Notepaillons4.5

51aqvvyhemlRésumé : Charlie et Silas ont commencé à comprendre ce qui leur est arrivé : tous deux ont perdu la mémoire et ne se souviennent de rien. Il leur faut tout redécouvrir, mais un événement imprévu a encore compliqué les choses. Leur mémoire s’est à nouveau évanouie au bout de quelques heures, les obligeant à tout recommencer.

Mon avis : La couleur de la couverture m’a attiré (tout le monde vous dira que j’adore le mauve/violet et tous ses dérivés). Le résumé à continué de me convaincre. Le nombre de pages m’a définitivement convaincu.

Charlie « reprend conscience » en cours. Elle ne sait plus comment elle s’appelle ni comment elle est arrivée là. C’est visiblement la même chose pour Silas, son petit ami. Que leur arrive-t-il ?

Le roman commence directement sur plusieurs interrogations : qui est la narratrice, où est-elle, que fait-elle ? De suite nous somme plongés dans l’intrigue. L’empathie avec Charlie, une deux narrateurs, se fait donc immédiatement. On veut savoir autant qu’elle se qu’il en est.
Plus on tourne les pages et plus le mystère s’épaissit . On découvre avec Charlie et Silas une réponse et finalement c’est pour mieux se poser d’autres questions. Un peu comme avec des poupées russes. Du coup il est très difficile de lâcher le roman, d’autant plus qu’il ne fait même pas 200 pages et qu’on le dévore très très vite.
La fin nous dévoile une grande partie de l’intrigue. Tout plein de pièces ce mettent enfin en place. Pour ensuite découvrir qu’il reste tout un autre tas qu’on ne sait pas comment emboiter sans parler d’une nouvelle problématique qui se rajoute à tout ça !
Vous l’aurez donc compris ce livre m’a totalement plus. La saison deux est déjà publiée et déjà dans ma PAL et elle ne va pas y rester longtemps. La saison 3 sort en janvier et je lui réserve le même sort.

Je remercie Hugo Romans pour cette lecture.

20/65

20/65

Hard boy tome 2 – Helena Hunting

Éditeur : City éditions
Nombre de pages : 410
Date de parution : 6 janvier 2016
Prix :  17,95€ Notepaillons2.5

pucked-tome-1-hard-boy-708871-250-400Résumé : Avec un célèbre joueur de hockey pour demi-frère, Violet connaît bien la réputation sulfureuse de ses camarades de jeu. Notamment du capitaine de l’équipe, le légendaire Alex Waters qui fait rêver toutes les filles.
Mais un jour, la jeune femme découvre qu’Alex n’a rien du simple sportif écervelé, qu’il sait aussi se montrer intelligent et subtil. Complètement sous le charme, elle passe une nuit avec Alex qui se révèle très doué dans le maniement de tous les styles de bâtons…
Violet pense que cette nuit magique n’était justement que cela : une nuit. Elle se trompe. Il est impossible de ne pas s’attacher à quelqu’un comme Alex. Le problème c’est que les médias décortiquent la vie du joueur vedette et Violet n’a pas du tout envie de se retrouver sous le feu des projecteurs…

Mon avis : De temps en temps, un peu de romance saupoudré de scènes de sexe me permet e déconnecter. La couverture de ce livre était plutôt éloquente, pour ne pas dire alléchante, et je me suis laissée tenter.

Violet baigne dans le monde du hockey depuis plusieurs année grâce à son beau-père et à son demi-frère. La leçon qu’elle en a retenu c’est qu’il ne faut jamais sortir avec un hockeyeur. Sauf qu’Alex n’est pas du même avis…

Alors, alors… J’ai lu ce livre très vite et j’ai somme toute passé un bon moment. Pour un livre de romance, new adult ou pas, on n’en attend pas plus. Je pourrais m’arrêter là, parce que franchement, le résumé de la 4ème de couverture en dis assez, mais ça ne serait pas bien.
Donc, plus en détails… l’histoire est mignonne, la fille qui tombe amoureuse du tombeur à la réputation sulfureuse et qui ne lui fait pas confiance (on la comprend) mais quand même hein, elle a du mal à lui résister et à lui dire non. Bon, heureusement d’ailleurs, parce que sinon le roman serait vite terminé (aussi vite que mon avis, nan, j’rigole). Je ne vous parle pas de la fin, on s’en doute tous un peu quand on commence ce genre de livre. Et comme dit mon amie Mylène :  » ce qui nous intéresse ce n’est pas de connaitre la fin, mais de savoir comment on y arrive. » Et finalement heureusement que l’entre début et fin d’ici c’est bien rempli.
J’ai beaucoup aimé Violet et son humour c’est elle qui remonte mon avis sur le livre. J’ai franchement ri à sa répartie et à sa façon de voir les chose, malgré tout.
Je pense que je vais vite oublier ce livre après l’avoir lu. Enfin ce n’est pas tout à fait vrai. Je vais me rappeler de la couverture quand même 😉

Je remercie City éditions pour cette lecture.

Leo – Mia Sheridan

Éditeur : Hugo Romans
Nombre de pages : 286
Date de parution : 1er septembre 2016
Prix :  17,00€ Notepaillons2

51Lmim5KziLRésumé : Evie et Leo se sont rencontrés à l’orphelinat où ils se sont liés d’une amitié indéfectible. En grandissant, leur amitié s’est transformée en un amour profond. Ils se sont promis que dès qu’ils auraient dix-huit ans et qu’ils sortiraient de leur foyer d’accueil, ils vivraient ensemble et construiraient une vie.
Mais, contre toute attente, Leo est adopté alors qu’il est adolescent et quitte le foyer pour une autre ville. En partant, il promet à Evie de l’appeler dès qu’il est installé et, surtout, de revenir la chercher dès sa majorité. Mais elle n’aura plus jamais de ses nouvelles…
Huit ans plus tard, Evie s’est reconstruite. Elle a un travail, des amis, elle est heureuse. Jusqu’à ce qu’un homme étrange fasse irruption dans sa vie, lui expliquant qu’il est là de la part de Leo qui souhaite savoir si elle va bien. Evie est attirée par cet homme au charme dévastateur, mais elle ne sait pas si elle peut lui faire confiance ou s’il cache un secret au sujet de la disparition de Leo.
Saura-t-elle faire la part des choses ?
Mon avis : Le résumé m’a plus que tenté, alors j’ai cédé. Sachant que pour une fois, la couverture n’a pas du tout pesé du côté de l’envie de lire pour une fois.

Evie a une vie simple. Élevée dans des des familles d’accueil, elle trouve le bonheur dans le simple fait de s’en sortir seule. Mais Evie a également une grande blessure, celle que Leo a créé quand il est parti dans donner de nouvelles.

Ce livre avait tout pour me plaire : des personnages torturés, qui ont bien souffert dans leur vie, mais malgré tout ils ont réussi à s’en sortir. Pis ils vont vivre une grande histoire d’amour, alors forcément ça va être bien. Peut-être même que Muti versera sa petite larme. Parce que des fois j’aime bien ça. Sauf que non, je n’ai rien eu de tout ça !
Le début était pourtant prometteur. On suit Evie et on découvre sa vie d’adulte, parfois un peu de sa vie d’enfant, et le personnage me plaît bien. Elle est simple et honnête, sa vie est simple également et c’est reposant. Sauf que son histoire avec Jake (je vous laisse le soin de découvrir qui il est) m’est sortie par les yeux dès le début ! Je n’ai pas pu. Mon côté « forte tête » (voire caractère de cochon) s’est révolté plein de fois. Elle est cruche Evie ! Et pas qu’un peu si vous voulez mon avis ! Il faut l’être pour attendre un mec pendant 8 ans et dire oui amène au premier playboy qui passe ! Ouais, j’ai pas adhéré du tout parce que je n’ai pas compris. Ça ne m’a pas parlé du tout. Une histoire d’amour difficile oui, une histoire de carpette non merci !
Le titre sous-titre nous promet un choix tortueux, bein je l’attends toujours !
Bref, j’ai également le tome 2 à lire, du point de vue de Leo, du coup j’y vais à reculons. Mais promis je vais tenter quand même et je reviendrais vous en toucher un mot.

Je remercie Hugo Romans pour cette lecture.