Les amours de Lara Jean tome 1 & 2 – PS : je t’aime toujours – Pour toujours et à jamais – Jenny Han

♦ Éditeur : Panini
♦ Nombre de pages : 316
 Date de parution :  23  septembre 2015 (GF) 17 mai 2017 (Poche)
♦ Prix : 8,90€ (Poche)
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Quand Peter et Lara Jean, ont commencé à faire semblant d’être ensemble, la jeune fille ne s’attendait pas à vraiment tomber amoureuse. Et elle se retrouve encore plus confuse quand le garçon de son passé refait surface. Qui choisir quand on est amoureuse de deux garçons à la fois ?

 

♦ Éditeur : Panini
♦ Nombre de pages : 391
 Date de parution : 20 septembre 2017
♦ Prix : 16,00€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : La dernière année d’études de Lara Jean se passe à merveille. Elle file le parfait amour avec Peter, son père se remarie, et Margot rentre juste à temps pour assister au mariage. Mais des nuages se profilent à l’horizon, et Lara Jean ne pourra ignorer longtemps les choix décisifs qui s’imposeront bientôt à elle. Suivra-t-elle son cœur, ou la raison ?

Mon avis : J’avais beaucoup aimé le tome 1, dont vous trouverez l’avis ICI, et comme l’adaptation filmographique doit sortir le 17 août sur Netflix, j’ai eu envie d’en connaitre la fin avant de le voir.

Comme d’habitude vu qu’il s’agit de suite, je ne vous fais pas de résumé personnel. Je pense que les 4ème de couverture suffisent et, si vous avez l’intention de regarder le film, j’espère que ça vous donnera envie de lire les suites.

Par contre, une fois n’est pas coutume, je vais vous écrire un avis pour les deux tomes.
Autant j’avais un très bon souvenir du premier tome, autant j’ai été un peu déçu du deuxième… Peut-être que je n’étais pas dans le bon état d’esprit… J’avais envie de lire une romance ado, mais j’ai trouvé Lara Jean un peu agaçante (surtout dans le 2ème, ça allait mieux dans le 3ème). Elle a une façon de vouloir tout contrôler qui est parfois un peu absurde. Mais j’ai été ravie de « revoir » sa famille. Sa petite sœur et toujours attachante et l’arrivée de nouveaux personnages apportent aussi un peu de fraîcheur.
Ce sont vraiment des romans qu’on peut qualifier d’adorables. Ils sont même parfois un peu utopiques, mais ça fait du bien de lire des histoires plutôt simples. Avec des ados qui ne sont pas torturés, qui sont normaux et ne tombent pas dans un extrême ou un autre. C’est beaucoup moins prenant émotionnellement parlant, mais cela repose.
Cette lecture était vraiment idéale pendant mes vacances. Et je suis fin prête pour voir les amours de Lara Jean sur Netflix le 17 août. D’ailleurs qui veut le regarder aussi ?

52 & 53 /60

Les amours de Lara Jean – À tous les garçons que j’ai aimés… – Jenny Han

Éditeur : Panini / Scarlett
Nombre de pages : 480
Date de parution : 11 décembre 2015
Prix : 16,00€ coupcoeur3Notepaillons5

10847446_323668224489343_197570572258641065_oRésumé : Et si les garçons pour lesquels vous aviez eu le béguin découvraient vos sentiments tous en même temps ? Lara Jean Song conserve ses lettres d’amour dans une boîte à chapeau que sa mère lui a donnée. Ce ne sont pas des lettres qu’elle a reçues, ce sont celles qu’elle a écrites. Une pour chaque garçon qu’elle a aimé. Lorsqu’elle écrit, elle ose ouvrir son cur et dire toutes les choses que jamais elle n’exprimerait dans la vraie vie, car ses lettres ne sont que pour elle. Jusqu’au jour où Lara découvre que ses lettres secrètes ont toutes été postées Elle doit soudain faire face à son passé amoureux, la situation devient vite hors de contrôle mais qui sait ? Quelque chose de positif pourrait ressortir de ces lettres, après tout.

Mon avis : La collection Scarlett de Panini fait partie de mes collections jeunesse/Young adult préférée. Je ne les ai pas encore tous, mais c’est un projet sur le moyen terme. J’ai également beaucoup aimé la série Le pact écrite avec Sobbian Vivian donc je n’allais sûrement pas passer à côté des amours de Lara Jean !

Lara Jean a écrit une lettre qu’elle n’a jamais posté à chaque garçon qu’elle a aimé. Une façon pour elle d’y mettre un point final. Malheureusement ces lettres se retrouvent un jour postées. Et la réaction des destinataires n’est pas forcément celle qu’on aurait pu penser…

J’ai lu ce livre très rapidement. J’aime l’objet livre que publie Panini, il sent bon et est de très bonne qualité. La police est grosse d’accord, mais cela me facilite grandement la lecture, surtout en ce moment de fatigue. J’ai tourné les pages sans m’en apercevoir jusqu’à arriver à la fin du livre sans en avoir envie.
J’ai d’emblée aimé Lara Jean, sa famille, ses amis… J’aime la façon que l’auteure a de nous parler d’un personnage en n’oubliant aucun détails de sa vie quotidienne. Certains trouveront peut-être ça lourd mais j’aime savoir ce que mange Lara Jean au petit déjeuner. Ce n’est certes pas indispensable à l’histoire mais c’est ce qui me permet de vraiment m’immerger dans le livre. Cela me donne presque l’impression d’être avec elle dans cette cuisine juste avant d’aller au lycée.
L’histoire par elle-même peut paraître légère, superficielle, mais pas du tout. Étudier ce microcosme qu’est la vie lycéenne américaine me fascinera toujours. Leur cruauté, leur amitié loyale qui souvent défit le temps, cette façon de vivre en groupes, cette peur de ne jamais faire partie du bon… Je pense que si les adolescents américains n’étaient pas comme ça, l’histoire n’aurait pas le même relief.
La vie amoureuse de Lara Jean est aussi captivante. Elle a l’art et la manière de se mettre dans La drôles de situations mais ça c’est pour notre plus grand plaisir. Pis ça a vraiment parlé à mon côté fleur bleue, celui qui est si bien enfouit, et j’ai vraiment passé un très bon moment avec Lara Jean. J’ai hâte de la retrouver, même s’il va falloir attendre puisque la sortie en VO du tome deux n’est prévue que pour mai 2015 😦

Je remercie les éditions Panini pour cette lecture.

40/100

40/100

Welcome to Harmony – Juan de dios Garduno

Éditeur : Panini / Eclipse
Nombre de pages : 304
Date de parution : 8 octobre 2014
Prix : 14,00€  Notepaillons4

51JAJc8bt-LRésumé : Touchez pas à ma fille ! Durant le mandat du président Obama, les États-Unis apprennent que l’Iran est sur le point d’attaquer leurs bases en territoire allié. À la grande stupéfaction du monde entier, la guerre est déclarée. La Russie et la Chine se rallient à l’Iran tandis que la Grande-Bretagne et Israël rejoignent le camp américain. Un par un, tous les pays entrent dans la troisième guerre mondiale. Plutôt que d’avoir recours à la bombe atomique, les états belligérants choisissent d’utiliser les armes chimiques, moins coûteuses et plus faciles à fabriquer. Un choix malheureux qui entraîne l’extinction de la quasi-totalité de la population humaine, en transformant les hommes en créatures sans intellect, cruelles et sauvages. Dans une petite ville du Maine, seules trois personnes ont survécu. Jack, sa fille et Patrick, son voisin qu’il déteste tant. Avec des températures proches des -10° C, les deux hommes devront mettre leur haine de côté pour survivre et affronter des invités qu’ils n’attendaient pas.

Mon avis : De temps en temps, j’aime bien me faire des frayeurs et je lis des livres qui font peur. Cette fois-ci j’ai jeté mon dévolu sur un livre de zombies.

Patrick, Jack et sa fille sont les seuls survivants dans la ville de Bangor. Ils se demande même s’ils ne sont les les derniers habitants des USA. Après cette 3ème guerre mondiale qui a tout dévasté, ils tentent de survivre dans cette région très froide. Et comme si cela ne suffisait pas, Jack et Patrick ne se parlent pas, fâchés depuis des années.
J’ai beaucoup aimé ce livre. Dès le départ on est plongé dans l’ambiance post-apocalyptique créée par l’auteur. On sent d’entrée que les personnages ne sont en sécurité nulle part et comme eux on a envie de regarder tout le temps par dessus notre épaule. Sans nous les montrer dès le début, on présent ce danger qui rode, sans réussir à l’identifier (même si le thème nous le suggère bien quand même), cela en rajoute à notre sentiment de malaise mais pour notre plus grand plaisir.
On découvre les personnages un par un, et on est mis au courant progressivement des griefs qui les opposent. Les deux sont attachants à leur manière et on a envie de les secouer parce que leurs querelles paraissent bien futiles dans le monde dans lequel ils évoluent. La touche de douceur est apporté par Lu de fille La 5 ans de Jack. Sa naïveté et sa fraîcheur permettent de dédramatiser parfois la situation. Les trois personnages donnent une dynamique très intéressante au livre, passant de la peur, à la tension aux moments où l’on sourit.
Les zombies inventés par l’auteur sont aussi orignaux. Leur création par l’homme fait passer un message, celui que nous créeront notre propre perte à vouloir tout maîtriser et dominer les autres. Quant à leurs facultés, elles ont de quoi nous faire frémir et nous faire faire des cauchemars pendant quelques nuits.

Le pacte tome 2 – Mensonges – Jenny Han & Siobhan Vivian

Éditeur : Panini / Scarlett
Nombre de pages : 514
Date de parution : 26 mars 2014
Prix : 16,00€ Notepaillons5

1901962_222556614600505_1881073837_nRésumé : Lillia, Kat et Mary avaient un plan parfait : agir ensemble en secret pour se venger des personnes qui leur avaient fait du mal. Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévues… loin de là.
Pour l’instant, il semble qu elles s’en sortent à bon compte, elles n’ont qu à agir normalement et ne pas oublier leur pacte. Mais ce n’est pas facile quand Reeve continue à agir comme un idiot et que Rennie est plus odieuse que jamais. Et la pauvre Mary comprend que Reeve n’a pas fait que la maltraiter, il l’a fait tomber amoureuse de lui. OEil pour oeil, dit-on souvent, donc coeur brisé pour coeur brisé. Les filles vont faire tomber Reeve amoureux de Lillia, pour ensuite le briser… c’est ainsi qu’il comprendra. La vengeance reste toujours la plus forte.

Mon avis : J’ai lu le premier tome lors de sa sortie et j’avais adoré, enfin moins la fin que j’avais plutôt détestée puisque je voulais la suite de suite ! J’ai dû attendre un peu, entre sa date de sortie et trouver le temps pour le lire, mais j’ai enfin pu le dévorer.

Lilia, Kat et Mary se sont associées pour assouvir leur vengeance, malheureusement les plans ne se déroulent pas toujours sans accroc…

J’ai retrouvé les personnages avec grand plaisir. J’adore ces trois filles qui cachent leurs faiblesses derrière un air bravache, de la timidité ou les codes des filles populaires. Toutes les trois ont leurs raisons pour se venger mais au fil des pages, elles découvrent que tout n’est pas tout blanc ou tout noir et que parfois avoir les deux « sons de cloches » d’une histoire permet de mieux la comprendre.
Ce livre est d’ailleurs tout en subtilité nous présentant la société lycéenne américaine sans l’édulcorer. On connaît tous les lycéens américains par de nombreuses séries télévisées mais cette approche montre à quel point la vie sociale des lycées est structurée et qu’il ne vaut pas mieux faire un pas de côté.
Je pensais qu’on avait fait le tour de la vengeance, mais visiblement non, les auteures réussissent à rebondir et à créer de nouvelles intrigues.
Au fur et à mesure que l’on avance dans le livre, monte un léger malaise, une certaine incompréhension. Certains points restent flous, jusqu’à la découverte d’une révélation assez énorme à la fin du livre. Je pensais que les auteures n’en seraient plus capable mais elles nous finissent encore le livre sur des événements qui font dire « Non !! C’est pas possible ! ». Éh bien si ! Là encore on n’a qu’une envie : connaître la suite du livre (qui malheureusement va juste sortir aux USA, snif !).

Bref ! Je n’ai qu’une envie connaître la suite !

Le petit plus : le 3ème tome sort en septembre 2014 en VO, il faudra donc attendre un peu pour avoir le tome 3 en VF. Snif !

90/100

90/100

La fille qui se noie – Caitlin R. Kiernan

Éditeur : Panini / Eclipse
Nombre de pages : 463
Date de parution : 18 juin 2014
♦ Prix : 20,00€ Notepaillons2

51N+I-tTZ5LRésumé : India Morgan Phelps est schizophrène. Elle a de qui tenir, puisque sa mère et sa grand-mère souffraient toutes les deux de troubles mentaux et ont mis fin à leurs jours. Les médicaments l’aident à garder un semblant de contrôle et pour tenter de comprendre les événements qui ont bouleversés sa vie, elle entreprend de rédiger un récit autobiographique, qui va curieusement prendre la forme d’une histoire de fantômes. C’est le meilleur moyen qu’elle a trouvé pour faire partager ce qui la hante… Car India semble obsédée par sa rencontre avec Eva Manning, une femme qui ressemble trait pour trait au tableau qui l’obnubile depuis son enfance, La fille qui se noie. Elle a déjà vu Eva par le passé, sous la forme d’un fantôme d’un loup-garou… A moins qu’elle ne l’ait jamais vu. Qui sait ce que sa schizophrénie lui fait voir ? Tour à tour, journal intime, autobiographie et histoire de fantôme, La Fille qui se noie est un ouvrage unique, entre réalité, imaginaire et folie.

Mon avis : J’aime les livres fantastiques où la réalité flirt avec l’improbable. Quand on ferme le livre en se demandant si on a rêvé ou si cela pourrait bien arriver. Où les frontières se floutent à nous perdre. C’est donc avec beaucoup d’envie que j’ai commencé la fille qui se noie.

India Morgan Phelps, dite Imp, décide d’écrire son histoire. Elle est schizophrène, elles le sont même de mère en fille dans sa famille, et elle n’est plus sure de ce qu’elle a vécu ou non. Elle se dit que de le coucher sur le papier pourrait l’aider à y voir plus clair.

Alors je ne sais pas si elle a réussi à y voir plus clair, mais en tout cas elle m’a totalement perdue et plus d’une fois ! Je pense avoir saisi les grandes lignes de l’histoire, mais je n’en suis même pas sure ! Dans les ¾ du temps j’ai été complétement à la ramasse, me demandant si ce que je lissais avait réellement un sens, relisant parfois plusieurs fois un même paragraphe. Je comprends que cela vient de la personnalité de la narratrice, qui a une lourde maladie mentale, mais c’était assez déstabilisant, comme si l’auteure écrivait sous LSD et que les phrases s’enchainaient sans logique. Alors oui, après recul et réflexion, ça colle totalement au personnage-narrateur, mais ça laisse vraiment perplexe…
J’ai pourtant beaucoup aimé Imp. Elle est touchante dans son pragmatisme et sa façon de voir la vie telle qu’elle est, sans se mentir : oui, sa grand-mère était folle, sa mère aussi et elle même ne doit son semblant de normalité aux médicaments qu’elle prend. Elle a une routine bien rodée qui lui permet de tenir la tête hors de l’eau, du moins en apparence. Car si on creuse un peu, c’est le chaos dans sa tête. C’est en voulant y mettre de l’ordre qu’elle nous livre se récit.
L’histoire fourmillent de références littéraires ou artistiques, j’ai dû souvent aller pianoter sur mon ami google pour savoir à quoi/qui elle faisait référence. Je ne l’ai pourtant pas fait à chaque fois, je ne voulais pas ralentir encore plus ma lecture, mais je regrette de ne pas avoir des post-it pour pourvoir un refourrer mon nez plus tard. Mais c’est dommage, parce qu’on est parfois noyer dans les détails, les références, les descriptions en plus des divagations de Imp. Je me suis même demandé parfois si la folie ne me gagnait pas à mon tour. C’est peut être ce que voulait l’auteure, et dans ce cas c’est réussi, mais ce qu’il me reste deux heures après ma lecture c’est surtout un sentiment de confusion.
J’ai les grandes lignes de l’histoire, un peu comme des lignes très noires et très marquées, mais elles sont enfouies sous de tonnes d’autres lignes plus ou moins fines, plus ou moins courtes qui vont dans tous les sens.
Ce livre est définitivement intriguant, obscure et laisse une impression de fouillis, alors qu’on perçoit pourtant tout le travail fourni par l’auteure pour arriver à ce résultat. Mais il n’a pas pour autant réussi à me séduire vraiment, il me laisse comme un petit goût de déception, j’ai l’impression de ne pas avoir réponse à toutes mes questions. Peut-être parce que je n’ai pas tout saisi… Peut-être parce qu’il n’y a pas de réponse. Peut-être parce que l’auteure veut laisser la libre interprétation à chacun. Toujours est-il que j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose et je n’ai pas ça.

Si vous en avez compris plus que moi, je serais heureuse d’en parler avec vous. Si vous êtes dans le même brouillard, on pourrait peut-être trouver la solution ensemble…
Bref, une lecture que je n’arriverai pas vraiment à définir, ni même vraiment à conseiller tant je ne sais dans quelle case la ranger. Si vous avez envie de lecture intrigante et définitivement en décalage, ce livre est pour vous.

Si vous voulez d’autres avis vous en trouverez chez Elbakin et chez Songe d’une nuit d’été.

Je remercie les éditions Panini pour cette lecture.