Le manoir du mystère – Heather Graham

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  378
Date de parution : 1 septembre 2019
Prix : 4,99€
Acheter : Amazon

Résumé : Quand l’agent Angela Hawkins accepte de devenir la coéquipière du brillant enquêteur Jackson Crow, elle est loin d’imaginer ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que la femme d’un sénateur est morte en tombant du balcon de l’une des plus belles demeures du quartier français de La Nouvelle-Orléans. Et que, pour presque tout le monde, elle s’est jetée dans le vide, désespérée par la mort récente de son fils. Mais à peine Angela commence-t-elle son enquête avec Jackson que l’hypothèse du suicide lui semble exclue. Guidée par son intuition et par des visions inquiétantes où elle voit la jeune femme en danger, Angela est en effet persuadée que dans l’entourage du sénateur, chacun est moins innocent qu’il n’y paraît. Mais de là à tuer ? Décidés à dévoiler la sombre vérité, Angela et Jackson vont non seulement risquer leur vie… mais, aussi, leur âme.

Mon avis : Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai du mal avec la romance. En vieillissant c’est de moins en moins ma tasse de thé. Mais si l’intrigue principale est basée sur une maison hantée, je peux me laisser tenter.

Alors qu’un suicide a lieu dans une maison hantée, une brigade un peu spéciale est créé pour prouver que la maison est bien hantée. Six personnes complémentaires constituent cette brigade un peu spéciale.

Je me suis plongée assez facilement dans l’histoire qui se déroule à la Nouvelle-Orléans. Cette ville m’a toujours fascinée et c’était un plaisir de la découvrir à travers les yeux des personnages.
De plus, l’intrigue m’a plu. J’aime les histoires paranormales et de fantômes. L’idée de créer une brigade spécialisée dans les enquêtes paranormales avait également tout pour me plaire. Bon bien sûr, on n’échappe pas à la petite dose de romance, nous sommes quand même dans un livre édité par Harlequin, mais ici elle passe vraiment au second plan et je ne l’ai pas trouvée trop guimauve non plus.
Mais revenons à l’enquête. Je l’ai trouvé bien menée. Distillant habillement le doute entre fantastique et arnaque. A-t-on réellement affaire à des esprits ou est-ce une machination qui a poussé la pauvre malheureuse au suicide ? Bien souvent on oscille entre les deux. C’est exactement tout ce que j’apprécie. Le tout est un savant dosage entre les deux qui nous fait douter à chaque page.
Les 6 personnages composant le groupe d’enquêteurs sont aussi atypiques que complémentaires. Mais tous ont le point commun d’avoir un lien avec le paranormal et de n’être fermé à rien tout en gardant les pieds sur terre. De quoi étudier toutes les possibilités lorsqu’un phénomène un peu hors-norme se produit.
Bref, j’ai passé un bon moment avec ce roman. J’ai découvert qu’il fait partie d’une série de 11 tomes que je me ferai un plaisir de découvrir.

Je remercie Harlequin pour cette lecture.

Ton monde vaut mieux que le mien – FM Santucci

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  345
Date de parution : 10 juillet 2019
Prix : 7,60€
Acheter : Amazon

Résumé : Amy Saint, jeune et brillante ingénieure, a quitté Paris pour s’installer à Los Angeles, où elle développe une application de réalité virtuelle. Une application qui pourrait révolutionner notre quotidien, et rapporter des fortunes. Mais au fil de ses rencontres, Amy découvre qu’à Hollywood, c est l’immobilier qui tient la ville. L’immobilier et ses scandales, qui la rapprochent peu à peu de son but secret. Car Amy n’est pas là par hasard. Elle a rejoint la Californie pour se venger d’un terrible drame qui remonte à son enfance. Tiraillée entre son défi professionnel, ce passé qui revient la hanter et une histoire d’amour naissante, Amy arrivera-t-elle enfin à surmonter ses démons, le temps d’un été au bord du Pacifique ?

Mon avis : En ce moment ma préférence va vers les livres policiers. Le résumé de celui-ci m’a intrigué et il a vite atterri dans ma pile à lire pour combler ma curiosité !

Le roman commence doucement, mais c’est souvent le cas dans les romans policiers. Avec celui-ci on apprend assez vite qu’une sombre histoire de vengeance est au cœur de l’intrigue, même si on en sait pas de quoi il retourne. Ce qui en soit n’est pas gênant c’est souvent le cas dans les livres policiers où l’auteur aime jouer avec les nerfs du lecteur. Ce qui l’est plus, gênant, c’est que tout ça se perd dans une exploration du monde de l’immobilier de Los Angeles.
L’autrice ne nous épargne rien : les trajets en voiture en citant toutes les autoroutes empruntées, la descriptions des rues, des quartiers, des maisons… La moitié du temps il m’a semblait lire un catalogue sur la ville de Los Angeles. Ce qui en soit peut-être intéressant, mais du coup l’intrigue passe en second plan et on en perd presque notre intérêt. Puis il est difficile de s’attacher à des personnages quand on en sait plus sur la ville qu’ils habitent que sur eux-mêmes.
Bon d’accord, j’exagère un peu. On découvre petit à petit la vie d’Amy et pourquoi elle est à Los Angeles aujourd’hui. Mais je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Je n’ai réussi à voir en elle qu’une gamine trop gâtée qui n’en fait qu’à sa tête. Alors que je ne pense pas que ce soit l’image que voulait en donner FM Santucci.
C’est dommage, l’idée de départ était bien, mais je pense que je suis totalement passée à côté.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Blood sisters – Jane Corry

Éditeur : Pygmalion
Nombre de pages : 504
Date de parution : 12 juin 2019
Prix : 21,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Un matin ensoleillé de mai, trois petites filles sont sur le chemin de l’école. Une heure plus tard, l’une d’entre elles est morte.
Quinze ans passent. Kitty vit aujourd’hui recluse dans une maison de repos et en elle-même. Elle n’a en effet aucun souvenir de l’accident qui lui a fait perdre l’usage de la parole.
Alison, quant à elle, enseigne l’art et semble bien aller. Pourtant, les apparences sont trompeuses. Instable et fauchée, elle décide de postuler à un emploi d’enseignante dans une prison pour hommes. C’est l’occasion idéale de se remettre à flot et de réparer les pots cassés.
Mais quelqu’un, dans l’ombre, les observe. Quelqu’un qui cherche à se venger de l’accident survenu ce fameux matin de juillet et qui n’arrêtera devant rien pour faire éclater la vérité.

Mon avis : La couverture et le résumé m’ont intrigué. Comme je suis dans une période où les thrillers m’attirent, il ne m’en a pas fallu plus pour vouloir lire ce roman.

Alors qu’elles se rendaient à l’école, Alison, Kitty et Vanessa sont victimes d’un accident, seulement 2 en ressortent vivantes. 15 ans après, les blessures ouvertes à cette époque ne sont pas refermées et elles continuent à faire souffrir. Surtout que la vérité n’a pas totalement été faite sur ce drame.

La première partie du roman alterne les points de vue de Kitty et d’Alison. Les deux sœurs mènent des vies diamétralement opposées. Dès le départ on sait qu’il y a eu un drame dont on ne connait pas les circonstances. On en apprend un peu plus à chaque page. Mais ce n’est pas pour autant que le mystère se lève rapidement, loin de là. C’est quand un voile se lève qu’on découvre qu’il y en a une ribambelle d’autres derrière.
On tâtonne à chaque page. Mais cela permet de faire connaissance avec les personnages et à s’attacher à eux. Même si je n’ai pas toujours été d’accord avec leur façon de penser et leurs actes, ce sont des personnages profondément humain.
L’intrigue est bien ficelée, mais il aurait fallut qu’à un moment donné l’autrice s’arrête et qu’elle arrête d’en rajouter. À vouloir trop surprendre le lecteur, cela devient trop tiré par les cheveux. Je pense qu’il y en a une de trop. Et certaines choses s’imbriquent parfois un peu trop bien… Mais c’est vraiment sur la fin que j’ai été un peu déçue. Tout le reste de ma lecture a été agréable et c’était intéressant de voir les situations bouger, les gens se dévoiler et les personnages évoluer.
L’autrice a aussi écrit un autre roman publié chez j’ai lu La femme de mon mari, que je serai curieuse de lire également.

Je remercie Pygmalion pour cette lecture.

Crimes de Seine – Danielle Thièry

♦ Éditeur : J’ai lu
♦ Nombre de pages : 504
♦ Date de parution : 1er mai 2019
♦ Prix : 8,20€
Achat: Amazon

Résumé : Alors que Paris est noyé sous des pluies diluviennes, Edwige Marion, commissaire chevronnée et respectée, est abattue d’une balle dans la tête près des voies de la Gare du Nord. S’agissait-il d’une embuscade ? Valentine Cara et Luc Abadie, ses deux fidèles collaborateurs, mènent l’enquête et trouvent bientôt de quoi aiguiser leurs doutes. Et ça ne s’arrange pas quand Marion, dans le coma, disparaît des urgences. Cara et Abadie se débattent dans une ville paralysée pour la retrouver mais le temps leur est compté, d’autant que la crue de la Seine leur réserve quelques surprises…

Mon avis :

J’ai découvert Danielle Thièry il y a un peu plus d’un an et depuis, je ne m’en lasse pas !

Alors que Paris est aux prises avec la crue du siècle qui pourrait dépasser toutes les autres, les cadavres s’accumulent. Edwige Marion faisant partie des victimes, elle ne peut pas aider sa brigade, qui, en plus de vouloir résoudre son agression, est face à des momies qui sortent de nulle part.

Tout comme avec les romans précédents, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette enquête. Même si je dois avouer que j’ai trouvé certains éléments un peu tiré par les cheveux. Heureusement le tout retombe pas mal sur ses pattes.
Il faut avouer aussi que cet état d’urgence dû à la montée des eaux, ajoute à l’angoisse ambiante. On se représente très bien le ciel bas et sombre qui n’arrête pas de pleuvoir et qui crée des situations difficiles voire catastrophiques.
On en apprend de plus en plus sur les personnages récurrents,. Même si je lis les romans dans le désordre, ce n’est pas gênant, au contraire, ça comble certains trous.
Pour une fois, je n’étais pas encore trop à la ramasse sur le coupable, même si l’auteure arrive toujours à faire plus et à m’étonner. Petit à petit elle arrive à nous mener là où elle le veut. On sent que tout est bien réfléchi et que tout s’emboite parfaitement à la fin. Jusqu’à cette fin d’ailleurs qui pose encore plus de questions qu’elle ne donne de réponses. Vivement la suite !

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

La disparition d’Annie Thorne – C.J. Tudor

Éditeur : Pygmalion
Nombre de pages : 403
Date de parution : 17 avril 2019
Prix : 21,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Une nuit, Annie a disparu de son lit. Il y a eu des recherches. Tout le monde imaginait le pire. Finalement, au bout de quarante-huit heures, ma petite sœur est revenue. Mais elle ne pouvait pas – ou ne souhaitait pas – dire ce qui s’était passé.
Quelque chose lui est arrivé. Je ne peux pas expliquer quoi. Je sais juste que, quand elle est
rentrée à la maison, elle n’était plus la même. Elle n’était plus ma Annie.
Je ne voulais pas avouer aux autres et encore moins à moi-même que, parfois, j’avais peur d’elle.
Et puis, il y a deux mois, j’ai reçu un e-mail : Je sais ce qui est arrivé à votre sœur. Ça recommence…

Mon avis : J’ai vu passer pas mal d’avis sur L’homme craie, premier roman de l’auteur, quand il est sorti. Beaucoup de très bons avis. Je n’ai pas eu l’occasion de le lire, alors quand celle de lire La disparition d’Annie Thorne s’est présenter, je n’ai pas hésiter.

Contraint de retourner dans sa ville natale, Joey doit affronter son passé en plus de son présent qui le presse. Sauf que parfois, il vaut mieux ne pas retourner sur les lieux qui ne gardent que des mauvais souvenirs.

Je ne vais pas faire durer le suspens, j’ai vraiment beaucoup aimé ce polar. Tellement que même crevée le soir j’arrivais à en lire une cinquantaine de pages. Et j’ai plutôt du mal en ce moment. Bref, j’ai été prise par l’histoire dès le début. Pourquoi ? Parce qu’on sait que cela va être dense et qu’avec le peu qui est distillé dans les premières pages, on a la certitude que l’histoire sera complexe et qu’on risque d’être étonné. Ce qui a été vraiment le cas.
Quand on y regarde bien, cette histoire n’a rien d’exceptionnel. Un héro un peu anti-héro, pas très reluisant et qu’on a parfois envie de secouer. Mais qui est également très attachant justement à cause de ses failles. Des méchants un peu stéréotypés mais qui cachent quelque chose qui turlupine et surtout, cette petite touche de fantastique qui fait douter de tout ! C’est cela qui m’a le plus déstabilisée et plu. Parce que l’histoire par elle-même est plutôt banale, mais ce fantastique rajouté fait toute la particularité de l’intrigue. Parfois je me disais que ce n’était pas possible, que cette histoire surnaturelle allait redevenir normal… On ne sait jamais réellement dans quel univers on navigue, et on frissonne avec plaisir.
J’ai vraiment passé un très bon moment avec ce livre qui sera un excellent compagnon de vos vacances.

Je remercie Pygmalion pour cette lecture.