Arcadia Bell tome 1 – Transperser la pénombre – Jenn Bennett

♦Éditeur : Alter Real
♦Nombre de pages :  512
♦Date de parution : 30 janvier 2022
♦Prix : 24,00€ / 5,99€ numérique
♦Acheter : Amazon

Résumé : Un soir, son passé lui explose en pleine figure. Elle tombe sur un flash info à la télévision : ses parents, des adeptes de la magie noire accusés d’avoir assassiné des membres éminents de plusieurs Ordres magiques, ont refait surface. Les ennemis publics numéro un sont de retour !
Sauf qu’ils ont toujours clamé leur innocence.
Il est peut-être temps pour Arcadia de faire éclater la vérité. De toute façon, elle n’a plus le choix : si elle ne fait rien, elle sera livrée à Luxe, le plus puissant des Ordres magiques, qui réclame la tête de ses parents, et à défaut, la sienne.
Et le pire ? Elle n’a que deux semaines pour sauver sa peau. Une partie de plaisir…
Pour avoir une chance de s’en sortir, elle doit faire appel à l’exaspérant Lon Butler. Elle le sent, ce démonologiste aussi arrogant que mystérieux cache bien des secrets.
Une course contre la montre s’engage, et cette fois, la fuite n’est pas une option.

Mon avis : Depuis quelques temps, je reviens à mes premières amours, les livres policier et l’urban fantasy. Donc ce roman à la couverture coloré et au résumé intéressant ne pouvait que me séduire.

Cady est de prime abord une barmaid tout ce qu’il y a de plus normale. Mais c’est une magicienne qui se cache car elle est recherchée. Sauf qu’elle doit sortir de l’ombre pour sauver ses parents.

J’ai mis du temps à lire ce roman, mais j’ai du mal à lire en ce moment. Je suis énormément fatiguée et je m’endors sur les livres. Mais je l’ai adoré ! J’ai vraiment apprécié ma lecture et j’ai eu le temps de la savourer.
L’univers dans lequel vit Cady n’est pas nouveau mais il a ses particularités : la magie est mélangée aux démons et tout cela tient la route. J’ai vraiment aimé découvrir cet univers et de l’apprivoiser à chaque page. Il est très rechercher et on sent qu’il nous réserve encore des surprises dans les prochains tomes.
Cady est un personnage attachant. Un peut tête brulée, qui ne se laisse pas faire, mais quand même un peu naïve. Elle affronte la menace seule depuis plusieurs années mais est encore bien naïve en ce qui concerne sa famille. C’est ce mélange qui la rend humaine, accessible et attachante. Les personnage secondaires sont également très bien plantés et donne du relief à l’histoire. On a envie de les retrouver dans les tomes suivants.
L’intrigue est bien trouvée également, même si l’autrice utilise des ficelles qui ont déjà fait recette dans d’autres romans du même style. Cela ne gâche pas la lecture, bien au contraire, car ce roman n’a pas les défauts de certains premiers tomes, le rythme est soutenu même s’ils plante le décor et l’univers.
La suite est prévue pour janvier et j’ai hâte de la découvrir.

Je remercie Alter Real pour cette lecture.

Le chat du bibliothécaire tome 1 – Succès mortel – Miranda James

♦Éditeur : J’ai lu
♦Nombre de pages :  318
♦Date de parution : 10 novembre 2021
♦Prix : 14,90€
♦Acheter : Amazon

Résumé : À Athena, dans le Mississippi, Charlie Harris coule des jours paisibles en compagnie de Diesel, son fidèle maine coon, véritable coqueluche de la ville. Pour le bibliothécaire, la présence du félin est une source de bonheur, tout comme celle des étudiants à qui il offre le gîte et le couvert dans sa charmante maison. Cependant, sous ses airs tranquilles, Athena recèle mille et un secrets sur le point d’être dévoilés lorsque Godfrey Priest est retrouvé inerte dans sa chambre d’hôtel. Le célèbre auteur de thrillers, enfant du pays, venait assister à un dîner de gala en son honneur. Pour sûr, le criminel est un habitant du coin… Si l’enquête est officiellement confiée au bureau du shérif, Charlie et son compagnon à quatre pattes se lancent incognito dans leurs propres recherches…

Mon avis : En tant que mordue de chats, j’ai repéré ce livre bien avant sa sortie par son titre et sa couverture. Je n’allais pas le rater d’autant plus que le résumé lui aussi donnait envie.

Charlie est archiviste dans une bibliothèque universitaire. Depuis la mort de sa femme, il mène une vie tranquille avec son chat Diesel, grand spécimen félin, qui le suit partout. Cette vie bien rangée est ébranlé quand l’enfant du pays, un auteur de polars à succès, est retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel.

J’ai adoré l’atmosphère du roman. L’autrice parvient très bien à retranscrire l’ambiance de ces petites villes américaines où tout le monde connait tout le monde depuis les bancs de l’école maternelle. Cela laisse peu de place à l’anonymat et à la possibilité de garder ses secrets, mais cela permet aussi une grande solidarité entre tous les habitants.
Charlie est plutôt tranquille, trop tranquille même, je ne pense pas que je m’entendrais avec lui, il m’ennuierait surement, mais c’est quelqu’un de posé, réfléchit qui n’attend plus grand-chose de la vie. Son chat Diesel m’a carrément vendu du rêve ! Rare sont les chats qui se conduisent comme des chiens, n’ont pas peur des gens et qui en plus adore se balader en ville en laisse. Souvent les chats sont terrorisés dès qu’ils sentent qu’ils ne sont plus libres de leurs mouvements. Cette docilité m’a faite rêver ! Le duo est d’ailleurs plutôt attachant.
Les personnages secondaires le sont tout autant. Ils sont tous plus au moins typiques de cette Amérique semi-rurale, sans pour autant être caricaturaux.
L’intrigue est gentillette. Classique du cosy mystery où les enquêteurs ne sont pas professionnels et le crime n’est pas trop sanglants. Il y avait quand même un peu trop de suspects à mon goût, à un moment je ne savais plus où donner de la tête, hésitant entre l’un, l’autre ou encore celui-ci !
Heureusement la fin a réussi à me surprendre et dans l’ensemble j’ai passé un excellent moment lecture avec ce roman. Le deuxième tome m’attend dans ma PAL et il ne va pas attendre longtemps !

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Bérénice Libretti tome 1 – A la recherche du livre perdu – Magali Lefebvre

♦Éditeur : Alter Real
♦Nombre de pages :  220
♦Date de parution : 17 décembre 2021
♦Prix : 18,00€
♦Acheter : Amazon

Résumé : Bérénice vient de décrocher un nouveau boulot : bibliothécaire.
Mais pas dans une bibliothèque comme les autres. Cachée dans le cagibi d’une entreprise parisienne, Babel-Babylone abrite des ouvrages magiques, et son directeur est une divinité mésopotamienne. Rien que ça !
Bérénice adore ce job, même si elle ne comprend pas pourquoi on l’a choisie. Elle travaille avec un homme-poulpe et un spectre. Normal qu’elle s’interroge !
Et puis un jour, un livre est dérobé.
On charge Bérénice de l’enquête. Oui, oui, elle, malgré son manque d’expérience.
Des indices l’amènent à Nils, un métamorphe sexy, au sourire à tomber. Elle, sous le charme ? Pas du tout… Son truc, c’est les livres. Enfin, presque toujours !
Bérénice va découvrir que derrière ce vol de livre se joue un conflit dont les enjeux la dépassent.
Sauf si elle est plus que ce qu’elle croit …

Mon avis : J’avais envie de revenir un peu vers l’urban fantasy. Avec un personnage féminin qui me donne envie de m’évader. Il m’a suffi de jeter un œil à cette couverture pour me laisser tenter. Bon, le résumé n’était pas mal non plus…

Bérénice est bibliothécaire. Mais pas une bibliothécaire comme les autres. Elle garde des livres magiques avec un fantôme et un homme-poulpe. Sa petite routine installée depuis un an bascule lorsqu’un livre est dérobé…

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Elle est courte et rapide et pas un instant je ne me suis ennuyée. Passé les 20 premières pages qui plantent le décor, on rentre directement dans l’action. Ce que j’apprécie dans les livres, c’est être portée par l’histoire sans être accablée de descriptions ou de tergiversations. Et ici j’ai été servie ! L’autrice va droit à l’essentiel, ne nous expliquant que ce dont nous avons besoin pour pouvoir comprendre l’intrigue et le monde magique dans lequel vit Bérénice. Le tout est simple, rapide et complet. Ou presque. J’ai quand même dû chercher ce qu’était un Éfrit (bein oui, je ne connais pas toutes les créatures magiques et divines).
Le monde est bien pensé et l’intrigue se tient très bien. J’ai dévorée les pages pour connaitre la fin. Les personnages sont attachants. Bérénice est une femme qui sait ce qu’elle veut, même si elle n’a pas toujours confiance en elle. Elle est maline et s’adapte vite. J’ai aimé le trio qu’elle forme avec le fantôme et l’homme-poule, ils sont complémentaires et cela leur permet de vite résoudre les énigmes.
Ce roman comporte tout ce que j’aime : de la magie, un monde qui sort du commun, des personnages forts et attachants, un peu de romance avec une intrigue qui nous porte vite et qui donne surtout envie de découvrir la suite des aventure de Bérénice.

Je remercie Alter Real pour cette lecture.

Atlanteä tome 1 – La Prophétie des étoiles – Julianna Hartcourt

♦Éditeur : Elyxiria
♦Nombre de pages :  577
♦Date de parution : 12 novembre 2021
♦Prix : 21,90€
♦Acheter : Amazon

Mon avis : À la merci d’Asphobia, la déesse des ténèbres qui menace les royaumes d’Atlanteä, le peuple de Zamoryä paie d’un soleil perpétuel la guerre dévastatrice qu’il a menée contre son voisin Astéria.
En tentant d’invoquer la magie pour ramener la nuit sur leur territoire, les zamoryäns ouvrent une brèche libérant Asphobia. Dès lors, Zamoryä est la proie des assauts répétés de cette entité maléfique contre laquelle Zellon de Teä, souverain bienveillant et opiniâtre, lutte avec acharnement pour protéger les siens.
L’arrivée inopinée d’une curieuse inconnue, littéralement tombée du ciel, rappelle à Zellon une prophétie qu’il n’avait jamais prise au sérieux. Zellon ne peut s’empêcher de penser que l’apparition de cette jeune femme n’est pas étrangère au réveil d’Asphobia.
Cerise, qui vient de notre monde, n’est pas au bout de ses surprises et devra museler son impertinence légendaire si elle veut survivre dans cet univers digne des romans qu’elle adore lire.

Mon avis : La couverture et les illustrations de ce roman sont superbes ! Il ne m’en fallait pas plus pour me tenter pour le lire. Bon, ça et le résumé aussi, faut être honnête.

Cerise est une jeune femme « classique ». Elle mène une vie normale jusqu’au jour où elle est propulsée dans un autre monde sur le point de disparaitre.

Je viens de refermer le livre et je ressors de ma lecture assez mitigée… C’est un premier roman et pour tout vous avouer je m’attendais à pire. Je suis toujours un peu septique dans ces cas là.
Ici, je dois admettre que l’histoire tient la route. Elle est très élaborée. On sent la recherche et l’imagination de l’autrice n’a rien à envier aux auteurs de fantasy. J’aurais d’ailleurs aimé en apprendre plus sur l’histoire de Zamoryä et d’Astéria, que j’ai parfois trouvé confuse. L’intrigue est bien imaginée et il y a même des événements que je n’ai pas vu arriver.
Par contre, j’avais deviné assez vite le rôle que jouerait Cerise dans tout cela. Du coup, j’ai trouvé que tout trainait en longueur. Alors oui, contrairement aux personnages, j’ai une vision d’ensemble de tout et connais la vie de chacun, mais quand même, c’était parfois un peu longuet, les pensées de Cerise et Zellon tournant souvent en rond… Évidement tout s’emboite parfaitement, chaque action est faite pour nous mener vers la fin, nous dévoiler des secrets… Chaque détour à son sens.
Le style est plutôt fluide et ce lit très bien. Même si j’ai trouvé parfois le vocabulaire  un peu trop recherché et rencontré quelques incohérences. Concernant le langage de Cerise, par exemple, que j’ai trouvé trop soutenu pour une jeune fille de 20 ans de notre monde. Peut être qu’à force de vivre dans ce monde Cerise a été influencée par leur façon de parler…
Dans l’ensemble, c’est vraiment une histoire qui vaut la peine d’être lue, et malgré les maladresses, toutes pardonnées, d’un premier roman, il donne également envie de connaitre la suite…

Je remercie l’autrice qui a permis cette lecture, et j’ai hâte de savoir comment vont s’en sortir Cerise, Zellon, Solas, Finlenn et les autres.

Eve of man tome 1 – Giovanna et Tom Fletcher

Éditeur : Milan
Nombre de pages :  437
Date de parution : 12 février 2020
Prix : 17,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Imaginez qu’aucune femme ne soit née sur Terre depuis cinquante ans. Imaginez qu’enfin, une fille, une unique fille, naisse. L’avenir de l’humanité repose sur elle. Comment va-t-elle réussir à se rendre maîtresse de son destin ?

Mon avis : Ce livre m’a été présenté lors du salon jeunesse de Montreuil, et il faut admettre que les éditrices ont réussi à me donner envie.

Eve est la seule fille née depuis 50 ans. Tous les espoirs de la race humaine repose sur elle, mais c’est un destin difficile à porter même quand on y est préparé depuis sa naissance.

J’ai eu un peu de mal à me lancer dans cette lecture. En cette période de pandémie, voir le monde être sur le point d’imploser me ramène trop à la situation actuelle. Mais une fois les premières pages passées on s’immerge dans un univers très bien pensé et complet. On sent que les auteurs ont mis du temps à le penser, à réfléchir à chaque détail et il est très facile de se le représenter.
Eve est une jeune fille aussi naïve qu’intelligente, c’est assez déstabilisant parfois. Il faut dire aussi qu’elle a grandi dans une bulle qui l’a pas mal épargnée jusqu’au moment où…
C’est une façon d’envisager le monde qui est assez pessimiste, mais qui malheureusement fait partie de ce qui pourrait nous arriver si nous ne faisons pas attention.

Je remercie Milan pour cette lecture.

16/50