Héros – Livre 1 : le réveil – Benoît Minvile

♦ Éditeur : Sarbacane / Exprim’
♦ Nombre de pages : 306
♦ Date de parution : 3 octobre 2018
♦ Prix : 17,00€
Achat: Amazon

Résumé : Ils grandissent au pied du Morvan entre ville et village. Matéo, diamant à l’oreille, Richard, la tête rentrée dans les épaules, et l’inénarrable, intarissable, insupportable José, duvet au menton et hygiène douteuse.
Leur passion : la légendaire BD Héros, dont ils attendent chaque mois le nouveau numéro. Leur rêve : éditer un jour leur propre série, inspirée de cet univers fascinant et occulte qui domine les records de ventes. Après tout, la série a bien été créée dans leur région, il y a plus de 80 ans : alors, pourquoi pas eux ?
Mais un soir, alors qu’ils planchent dans leur Q.G., un homme apparaît comme par magie, blessé à mort ; juste avant de s’effondrer, il tend à Richard une étrange fiole… une fiole dont le contenu vibre et scintille, comme s’il était vivant.

Mon avis : J’ai découvert Benoît Minville avec Je suis sa fille, et depuis je ne rate aucune de ses parutions (même si je dois bien avouer que je n’ai pas encore lu Rural noir), je n’allait donc pas passer à côté de ce premier tome.

Matéo, Richard et José sont trois potes fan de BD qui se connaissent depuis l’enfance. Leur BD de référence c’est Héros, ils n’en ratent aucun numéro depuis qu’ils ont eu la chance de la découvrir. Mais leur vie bascule quand l’imaginaire de la BD rencontre leur réalité.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce livre : 3 semaines. C’est un recors pour moi ! Je ne lis jamais aussi lentement. Mais n’allez pas penser que cette lenteur est dû au livre. Non, il n’est pas mauvais, c’est moi qui ai eu une vie compliquée à côté (ça devrait d’ailleurs aller mieux). Parce que le livre est vraiment très très bien !
Malgré ma lecture décousue, je me suis replongée à chaque fois avec plaisir dans ma lecture. Les trois personnages principaux sont très différents, autant physiquement que de caractère, mais ils s’entendent bien et sont complémentaires. Certes, ils forment un trio hétéroclite mais leur amitié puissant sa force dans l’enfance, ils sont inséparables. Et même si les événements qu’ils traversent la mette à rude épreuve, leur amitié perdure, ils restent soudés. Bien sûr, en grandissant on fait de mauvais choix, les goûts changent mais ils font face.
Ils font face à quoi me direz-vous ? À des forces qui les dépassent, même s’ils les côtoient tous les jours à travers les images de leurs héros préféré. C’est une chose que de rêver devenir un super héros de BD, s’en est une autre de le devenir et de devoir affronter des forces maléfiques.
J’ai beaucoup aimé l’univers créé par l’auteur, il se réfère beaucoup à Lovecraft (auteur américain de fantastique, que je connais de nom mais que je n’ai pas encore lu -oui, je sais honte à moi / Il m’a d’ailleurs donné envie de le découvrir) et réussi à retranscrire une ambiance noire et angoissante qui m’a séduite.
Bref, j’ai hâte de lire la suite !

Je remercie Sarbacane pour cette lecture.

7/65

In real life tome 1 – Déconnexion – Maïwenn Alix

♦ Éditeur : Milan
♦ Nombre de pages : 399
 Date de parution : 22 aout 2018
♦ Prix : 16,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Dans un futur postapocalyptique, les humains vivent dans de petites implantations agricoles, travaillant à régénérer les écosystèmes endommagés. Chaque individu est connecté au Système. À travers ce vaste réseau numérique, les gens peuvent communiquer par la pensée et visiter pendant leur sommeil des « rêves éveillés », des rêves si réels qu’ils permettent aux membres du Système de vivre une existence virtuelle en parallèle de leur vie dans l’implantation. Chaque nuit, les adolescents s’affrontent dans des épreuves de construction de rêves. Le jour de la Répartition, les plus doués quitteront leur implantation pour consacrer leur vie à l’élaboration des rêves éveillés. Brutalement arrachée au Système alors qu’elle est sur le point de remporter le Tournoi des constructeurs, Lani découvre un monde « hors connexion », dans lequel son pouvoir d’élaborer des rêves lui offre un destin inattendu.

Mon avis : Depuis que le blog existe, je lis beaucoup de dystopie, même si c’est un peu moins ces dernières années. Ce qui est encore plus rare c’est que cette dystopie soit française. Il fallait donc absolument que je lise le roman de Maïwenn Alix.

Lani vit dans une communauté soudée qui reconstruit doucement la planète après que l’homme l’a dévastée. Ils échanges leur ressources avec d’autres groupes répartis sur la planète. Tous sont connectés et vivent à travers Le Système qui leur apprend tout ce qu’il faut savoir. Jusqu’au jour où toutes ses certitudes ont volé en éclats.

J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce roman et à le lire. En fait non, j’ai mis beaucoup de temps. Pas parce qu’il n’était pas bien mais parce que j’avais du mal à y accrocher. Je vous explique.
L’univers créé par l’auteure est bien pensé, il est détaillé et bien décrit. Je veux dire par là qu’il est décrit comme je l’aime : avec des explications simples et des descriptions qui ne sont pas trop longues. Ce qui n’alourdit pas ma lecture. Maïwenne a beaucoup d’imagination et elle sait la retranscrire de manière à ce qu’on la comprenne simplement et rapidement.
C’est avec Lina que j’ai eu plus de mal, je ne m’y suis pas vraiment attachée. Je la trouvais apathique au début (ce qui trouve aussi une explication) et moi qui aime les personnages qui ont du caractère, j’ai été un peu déçue. Mais tout change petit à petit et elle est remontée un peu dans mon estime. J’ai eu le même ressenti avec les autres personnages, pas vraiment de coup de cœur…  Heureusement la fin du roman a tout « remonté » ! Certaines révélations sont assez faciles, voire une carrément prévisible, mais dans l’ensemble j’ai envie d’en apprendre plus. Et même si tous les personnages ne m’ont pas séduite, j’ai envie de découvrir ce qu’ils vont devenir dans le prochain tome !
En résumé c’est une histoire qui commence doucement mais qui demande à être suivi.

Je remercie Milan pour cette lecture.

58/60

Zel, l’ange mercenaire tome 1 – la clef – Kalypso Caldin

♦ Éditeur : Hugo romans / Hugo New Way
 Nombre de pages : 471
 Date de parution : 16 mai 2018
♦ Prix : 17,00€
♦ Acheter : Amazon ou Bookwitty 

Résumé : EN ÉQUILIBRE ENTRE LE BIEN ET LE MAL, QUELLE VOIE CHOISIRA-T-IL ?
Depuis sa naissance, Kendra dispose de pouvoirs surnaturels : elle voit les fantômes et est capable de lire les auras de ceux qui l’entourent. Elle essaye malgré tout de vivre une vie normale de lycéenne… Une ambition simple, mais qui devient un véritable défi quand le mystérieux Zel entre dans sa vie… avec la ferme intention de l’assassiner.
Qui est-il réellement ? Pourquoi veut-il éliminer Kendra ? Et surtout, d’où viennent les phénomènes surnaturels qui perturbent de plus en plus la paix de la petite ville de Raven Hill ?

Mon avis : Le résumé m’a intrigué, et ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman jeunesse avec des pouvoirs surnaturels. Et je suis également de plus en plus curieuse de découvrir des auteurs qui commencent sur les plate-formes d’écriture.

Kendra est médium, elle peut communiquer avec les esprits et voir les auras des vivants. Elle vit avec cette particularité depuis qu’elle est née, elle la maitrise donc plus ou moins. Sauf que l’arrivé de Zel et d’événements surnaturels dans son sillage, vont tout chambouler dans sa vie.

Je dois bien l’avouer, j’ai commencé ce livre avec des aprioris . J’y vais toujours à reculons quand il s’agit d’auteurs découverts sur des plate-formes d’écriture, alors que, bizarrement, je suis de plus en plus curieuse. Il faut dire que le peu que j’ai lu m’a souvent déçu… Mais, étant de nature à pardonner, je réessaye quand même. Et j’ai très bien fait avec ce roman de Kalypso Caldin !
Tout d’abord parce que j’aime beaucoup le genre de l’urban fantasy et ensuite parce que son univers est très bien construit et riche. Tout est cohérent. On sent qu’il y a du travail derrière l’écriture. Et, qu’en plus de raconter une histoire, elle a peaufiné sa mythologie sur les anges. On y retrouve les grandes lignes de ce qu’on connait déjà, mais Kalypso Caldin a réussi à y mettre sa patte. J’ai vraiment adoré son univers.
Il en est de même des personnages, ils sont complets. On découvre petit à petit leur histoire, leur passé… Et même si Zel reste un peu mystérieux, c’est pour le bien de l’intrigue. Et il faut aussi bien avouer que les bruns ténébreux et mystérieux sont toujours plus séduisants…
L’intrigue est bien menée également. J’ai vu venir certaines choses, mais plein d’autres me sont tombées dessus sans que j’y ai même songé. Un vrai plaisir à découvrir. Le seul petit bémol est que ça traine parfois un peu en longueur… Certains passages auraient pu être raccourcis… De même, j’ai relevé quelques incohérences pour une histoire se déroulant aux USA, mais parce que je suis un peu tatillonne, cela ne gène ni la lecture ni l’intrigue. J’ai d’ailleurs hâte d’en découvrir la suite !

Je remercie Hugo New way pour cette lecture.

42/60

Les 5/5 tome 1 – En équilibre – Cendrine Wolf et Anne Plichota

♦ Éditeur : XO éditions
 Nombre de pages :280
 Date de parution : 12 octobre 2017
♦ Prix : 16,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : FAR a 16 ans, c’est une jeune fille surdouée, déchirée entre deux cultures.
MERLIN et TITUS, les jumeaux, sont déscolarisés, ils ont 17 ans et la précarité est leur quotidien.
TOM, 13 ans, acrobate, solitaire et rebelle, ne connait pas le manque, si ce n’est l’estime de son père.
JOHN, enfin, le plus jeune, 12 ans, est un garçon né dans un corps de fille, choyé par ses parents mais incompris du reste du monde.
Tous ont quelque chose a prouver, une blessure à soigner. Tous vont se retrouver autour d’une même passion, les sports de la rue, et d’une même quête: la justice.
Le grand frère de Tom, Lip, va leur donner l’occasion de mener le combat. Révolté par le cynisme de son père, qui n’a de cesse de s’enrichir sur le dos des pauvres, il décide de faire des 5/5 un clan, les transformants en robin des bois des villes.
Bientôt, les cinq ados vont mener la vie dure à tous les profiteurs sans scrupules. Sans se douter des dangers auxquels ils vont être confrontés…

Mon avis : J’aime les publications de XO pour la jeunesse, et ce livre, écrit en plus par des autrices adorées par des amies de lecture, m’a séduite dès la lecture du résumé.

Quand 5 gamins, un peu amochés par la vie, se retrouvent pour essayer de mener de bonnes actions, cela peut leur donner des ailes et les aider à surmonter leurs difficultés.

J’ai commencé ce livre avec enthousiasme et je n’ai pas été déçue tout le long de ma lecture.
La 4ème de couverture m’annonçait que les thèmes allaient me plaire et cela s’est confirmé. Ce livre a une première intrigue où des jeunes, âgés de 12 à 17 ans, sous la houlette d’un jeune adulte talentueux de 2 ans, ont décidé de redresser certains torts. D’aider ces citoyens oubliés de la justice parce que « les puissants de ce monde » connaissent les ficelles pour s’en sortir. Une nouvelle bande de Robin des bois en sorte. Et ils ne chôment pas ! Chacun use de ses talents pour mener chaque mission à bien. Ça c’est pour le thème principal.
Mais le thème secondaire, celui qui m’a le plus charmé, parle de tolérance, d’acceptation de l’autre quelque soit son origine, sa religion, le quartier où il vit, ses préférences sexuelles ou s’il doit vivre avec les erreurs de la nature… C’est très large comme thème et parfois il peut être traité de façon tape à l’œil, mais ici il est abordé tout en retenue et de façon très juste. Je pense que le public qu’il vise a besoin d’apprendre cette tolérance face à la différence et que ce livre peut l’y aider, ou du moins le pousser à s’interroger.
Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce livre et j’attends la suite avec impatience !!

Je remercie XO éditions pour cette lecture.

12/80

Destiny tome 1 – Cecelia Ahern

Éditeur : Hachette roman
Nombre de pages : 394
Date de parution : 18 mai 2017
Prix : 17,00€

sumé : Parfois, il faut choisir l’imperfection pour être Parfait. Dans le monde de Celestine North, chaque citoyen doit être Parfait. Quiconque commet la moindre erreur se voit marqué du sceau de l’Imperfection.
Pour qui a pris une mauvaise décision : c’est sur la tempe.
Pour qui a menti : la langue.
Pour qui a commis un vol : la paume de la main droite.
Pour qui s’est montré déloyal : le cœur.
Pour qui s’est écarté du droit chemin : la plante du pied droit.
Celestine mène une vie parfaite au sein d’une famille parfaite et au bras du petit ami parfait. Elle pense incarner l’idéal de la société.
Et si Celestine s’était trompée ? Si c’était le système lui-même qui était Imparfait ?

Mon avis : Cette fois-ci j’ai plus me plongée dans une dystopie comme je les aime. Ça faisait un petit moment…

Celestine vit dans un monde où les imparfaits sont marqués. Pour qu’ils n’oublient jamais qu’ils ont fauté et surtout pour que les autres n’essayent même pas de fauter. Elle a été élevée avec cette idée et y adhère parfaitement : tout cela est normal pour elle. Jusqu’au jour où sa logique tombe sur une « anomalie » et que tout son univers éclate.

De suite j’ai été emportée par l’univers de Célestine. L’auteure nous plante vite le décors, nous explique très vite comment fonctionne ce monde et c’est très vite que j’ai tourné les pages du roman pour connaître l’histoire en entier.
On fait tout d’abord la connaissance de tous les personnages autour d’un repas de « fête » et ensuite plus précisément de Célestine. C’est le genre de personnage que j’affectionne beaucoup : honnête et sincère qui ne pense pas que pour elle. Elle ne fait pas de bruit et est plutôt une élève sérieuse. C’est justement son esprit de la justice qui va lui portée préjudice, mais qui sera également le grand de sable qui fera dérailler le mécanisme de la société dans laquelle elle vit. Malgré ça elle restera fidèle à elle même et aux siens. J’ai beaucoup aimé la cohésion de sa famille, c’était très touchant.
Par contre ce qui m’a fait froid dans le dos c’est cette société qui ne donne aucun droit à l’erreur. Où tout le monde doit être parfait et rentrer dans le moule sans jamais remettre en cause les autorités les règles appliquées depuis des décennies. Moi qui suis typiquement imparfaite, je n’aurai pas fait long feu 😉 Mais rien ne dit que nous n’allons pas vers ce genre de société avec le règne de l’image et le poids des réseaux sociaux… C’est peut-être justement pour ça qu’il m’a paru si crédible.
J’ai passé un excellent moment lecture et j’ai vraiment hâte de lire la suite !

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

60/65