La planète des Sept dormants – Gael Aymon

♦ Éditeur : Nathan
♦ Nombre de pages : 270
 Date de parution : 14 juin 2018
♦ Prix : 16,95€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux se retrouvent coincés sur une planète inconnue. Lorsqu’ils découvrent les ruines d’une civilisation disparue, cela ravive l’espoir de la capitaine : cette nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? L’équipage, lui, est profondément divisé. Vaut-il mieux prendre le risque de rester dans cet environnement désertique, ou bien repartir malgré l’état du vaisseau ?
La rencontre soudaine d’un peuple d’humanoïdes primitifs qui les prend pour leurs divinités, les Sept Dormants, les place devant un choix crucial : jouer les usurpateurs ou détromper les indigènes…

Mon avis : Le résumé avait l’air tentant, alors pourquoi pas ?

Obligé d’atterrir car le vaisseau est endommagé, l’équipage débarque sur une planète plutôt hostile. Ils sont alors étonnés de découvrir des traces d’une civilisation…

Un grand bof pour ce livre… Il a une bonne idée de départ qui malheureusement n’a pas pris avec moi. Je pense qu’elle aurait mérité d’être plus développée parce qu’il y a beaucoup de choses qui sont restées dans l’ombre, pour lesquelles je me pose des questions et j’aurais beaucoup aimé avoir des réponses. De plus, je ne suis même pas sures d’avoir tout compris… l’auteur nous parle de choses, en l’occurrence d’une technologie, comme si cela allait de soit, que tout le monde connaissait alors que j’étais totalement perdue…
J’ai aussi eu du mal à m’attacher aux personnages, on en sait peu sur eux et c’est alors difficile de les cerner.
C’est vraiment dommage, parce que l’idée de départ est bien, l’intrigue, la mythologie, cette idée que ce qui est arrivée à cette planète est ce qui arrivera à la notre… mais j’ai eu l’impression de lire un plan, une ébauche rapide. Le tout aurait mérité d’être développé et peut-être d’être écrit en plusieurs tomes…
Bref, je suis passée totalement à côté !

Je remercie Nathan pour cette lecture.

52/60

L’étoile rebelle – Cathy Cassidy

♦ Éditeur : Nathan
♦ Nombre de pages : 161
 Date de parution : 7 juin 2018
♦ Prix : 15,95€
♦ Acheter : Amazon 

Résumé : A 14 ans, Mouse vit dans un quartier pauvre où il aime taguer les murs la nuit. Alors qu’il se rend à un rendez-vous avec Dave, son assistant social, il rencontre la jolie Cat, rebelle et mystique, dont il ne peut s’empêcher de tomber amoureux. Ensemble, il recueillent un chien abandonné qu’ils prénomment Lucky. Mais lorsqu’ils comprennent que Lucky appartient à l’un des dealers du quartier, les ennuis arrivent, et avec eux, Mouse découvre que Cat dissimule un secret…

Mon avis : Depuis que j’ai découvert la série des « Filles au chocolat », j’aime lire les livres de Cathy Cassidy qui sont de vraies bouffées de fraîcheur !

Mousse est un ado qui aime taguer les murs afin de rajouter des couleurs dans sa cité un peu triste. Mais ce n’est pas du goût de tout le monde. Et si à cela on ajoute qu’il a pris le chien du dealer local, on a la somme de tous les problèmes qu’il cumule…

Cette fois encore Cathy Cassidy a rempli sa mission avec moi : j’ai dévoré son roman et j’ai passé un très bon moment comme d’habitude !
J’ai  adoré retrouvé Mousse, quelques années après, que j’avais découvert dans La belle étoile. C’était un gamin un peu paumé auquel je m’étais attachée, j’étais curieuse de voir comment il avait grandi. Mousse ne se débrouille d’ailleurs pas trop mal. Il arrive à s’en sortir avec ce que la vie lui a donné, et c’est un plaisir de voir qu’il est quelqu’un de bien qui a su conserver une petite partie rêveuse.
Les thèmes abordés dans le roman sont, comme toujours, actuels même si malgré quelque peu édulcorés. Ici Cathy nous parle de la vie des cités un peu abandonnées par les forces de polices mais pas par les dealers qui y font la loi. De la vie de ses habitants qui n’ont pas d’autres choix que les côtoyer et qui chaque jour doivent faire attention à leurs enfants tout en courbant l’échine. L’auteure est un peu simpliste dans ses explications, mais cela convient très bien au public visé à partir de 11 ans. Je dirais même qu’il peut être lu quelques années avant.
Comme je le disais, j’ai encore une fois passé un très bon moment lecture avec les aventures de Mousse.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

48/60

Le trône des étoiles tome 1 – Fugitifs – Rhoda Belleza

♦ Éditeur : Nathan
 Nombre de pages : 418
 Date de parution : 16 mai 2018
♦ Prix : 17,95€
♦ Acheter : Amazon ou Bookwitty 

Résumé : L’histoire trépidante de deux fugitifs en quête d’une seule chose : la vengeance.
Seule survivante de sa dynastie, Rhiannon a passé son enfance à s’entraîner dans le but de venger sa famille assassinée. Mais la veille de son couronnement, elle échappe de justesse à une tentative de régicide et doit se cacher. Cependant aux yeux du monde, la princesse est morte.
Le jeune Alyosha, star d’un programme de DroneVision, est accusé de son meurtre et recherché dans tout l’empire.
Bien qu’ils ne se connaissent pas, leurs destins sont désormais liés. Tous deux sont décidés à faire éclater la vérité, malgré les complots et les menaces de guerre qui pèsent sur la galaxie.

Mon avis : La couverture m’a intriguée plus que le résumé. Mais comme je suis faible, je me suis laissée tenter.

Quand l’héritière du trône, dernière de sa dynastie, est obligée de fuir après une tentative d’assassinat, l’équilibre de la galaxie est menacée. Elle est déclarée morte et met tout en oeuvre pour récupérer son trône et rétablir la paix.

J’ai eu du beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. On fait vite connaissance avec Rhiannon, mais je n’ai pas réussi à m’attacher à elle. Je l’ai trouvée creuse et très présomptueuse. Cela faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé… Heureusement elle n’est pas allée jusqu’à m’agacé, c’est juste que je n’avais aucune empathie pour elle. J’ai plus accroché avec Alyosha, qui a plus conscience de ses faiblesses.
C’est dommage, parce que l’univers et les technologies inventés par l’auteure sont vraiment très original. J’ai d’ailleurs trouvé qu’elle ne les exploitaient pas assez, j’aurais bien aimé en apprendre plus… peut-être dans les tomes suivants…
L’intrigue est bien elle aussi, mais en refermant le livre j’ai surtout eu l’impression d’être baladée d’un bout à l’autre de la galaxie sans que l’histoire avance vraiment… Heureusement que la révélation de la fin relève un peu le niveau. L’auteure a donc réussi à me donner envie de lire la suite, même si je me suis ennuyée sur certains passages.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

41/60

Geek girl tome 6 – Holly Smale

♦ Éditeur : Nathan
 Nombre de pages : 464
 Date de parution : 22 mars 2018
♦ Prix : 16,95€
♦ Acheter : Amazon ou Bookwitty

Résumé : Direction l’Australie pour la fin des aventures d’Harriet !
Harriet en est sûre : la probabilité de rencontrer par hasard son ex-petit ami dans un pays aussi grand que l’Australie est si minuscule que cela ne vaut même pas la peine de s’en inquiéter.
Alors autant se concentrer sur son objectif : faire décoller la carrière de styliste de sa meilleure amie, Nat ! Et pourtant, lorsqu’Harriet décroche un nouveau shooting avec pour cadre la Grande Barrière de corail, elle découvre que même la plus faible probabilité peut se réaliser…

Mon avis : Je suis fan de cette série depuis que je suis tombée dessus par hasard. J’étais contente de voir ce dernier tome enfin publié.

Pour cette ultime aventure, Harriet s’en va conquérir le marché du mannequinat Australien. Et elle ne pense pas du tout à y croiser son ancien petit ami.

Comme pour les autres tomes, j’ai adoré lire ce roman. J’ai retrouvé la fraîcheur d’Harriet, sa façon d’étaler ses connaissances en chaque début de chapitre, de nous abreuver d’informations certes vraies, mais complément inutiles. D’ailleurs, je pense n’en avoir retenue aucune… 🙂
L’intrigue est elle aussi pleine de rebondissements, comme toujours quand il s’agit de la vie d’Harriet, que ce soit la partie amicale, professionnelle ou amoureuse, mais c’est toujours pour le plus grand plaisir du lecteur (et de moi en l’occurrence).
Il est difficile de faire un avis plus complet sans trop vous en dévoiler, ce qui serait dommage vu que ce tome est le dernier de la série et que j’en ai beaucoup aimé la fin. Bon, le début et le milieu aussi d’ailleurs !
J’aime tous les personnages de cette série, leurs lubies, leurs tics, leurs obsessions… tout ! Et la façon dont chacun trouve sa place dans la vie d’Harriet.
Bref, je ne regrette pas d’avoir découvert cette série et je la conseille vivement aux petits et aux grands !

Je remercie Nathan pour cette lecture.

31/60

The hate U give – Angie Thomas

Éditeur : Nathan
Nombre de pages : 488
Date de parution : 5 avril 2018
Prix : 17,95€
Acheter : Amazon ou

Résumé : Un roman coup de poing sur la question universelle du racisme et des violences policières !
Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

Mon avis : Ce livre a beaucoup fait parlé de lui aux États-Unis, même si je dois avouer que j’en ai entendu parler il y a très peu de temps. Tout le monde ne tari pas d’éloge pour ce livre et cela titillé ma curiosité.

Starr se rend à une soirée qui se termine mal, elle fuit alors avec son ami Khalil en voiture. Ils sont arrêtés par un flic pour un contrôle de routine mais Khalil se fait tuer par le policier sous les yeux de Starr. Le choc passé, il faut surmonter le traumatisme, savoir quels décisions prendre et surtout continuer à vivre.

J’ai terminé ce livre hier soir (soit vendredi soir à la publication du billet) et il me trotte toujours dans la tête, même si j’en ai commencé un autre. Je suis française et je connais peu les difficultés que rencontrent les minorités aux États-Unis. D’accord, il existe également des problèmes de racisme en France, mais nos cultures étant différentes, ces problèmes sont différents. Il n’empêche que nous en sommes pas loin du même résultats parfois… Sans aller aussi loin, « nos minorités » sont également victimes de préjugés.
Parce que c’est de ça dont il est aussi question. Parce qu’on est noir et qu’on vit dans le ghetto on est obligatoirement un dealer qui finira assassin. Ce livre parle également de cercle vicieux, quand on vit dans un quartier pauvre et qu’on a du mal à joindre les deux bouts, il est parfois difficile de ne pas céder à l’argent facile. Quand on vit dans un quartier qui a mauvaise réputation, il est également difficile de trouver un travail. Quand on est mis dans le paquet qu’une minorité qui sème la peur, il y a de quoi avoir la haine. Et puis… pourquoi pas ne pas devenir ce qu’on pense déjà qu’on est (vous me suivez ?) ?
L’auteure n’a pas la prétention de donner des solutions miracles, mais elle donne pas mal d’explication sur la situation actuelle. Elle montre une image différente de ces quartier en se focalisant sur la grande majorité de ses habitants : ceux qui travaillent honnêtement et qui font tout ce qu’ils peuvent pour s’en sortir. Même si beaucoup vivent dans la peur, ils sont tout autant à vouloir que les choses changent pacifiquement.
Je pense que tout le monde doit lire ce roman, pour se faire sa propre idée et surtout pour connaitre ce qu’il se passe ailleurs et qui pourrait très bien arriver également chez nous. C’est un très bon moyen de bousculer nos œillères et nos idées reçues.

Je remercie Nathan pour cette lecture.

27/80