La fille des deux mondes tome 2 – Deux pieds sous terre – C.C. Hunter

Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 268
Date de parution : 25 avril 2019
Prix : 15,95€
Acheter : Amazon

Résumé : Je m’appelle Riley Smith, j’ai dix-sept ans, et je vais mourir.
Un comble pour une adolescente qui communique avec les morts. D’autant plus qu’elle les aide à accomplir leurs dernières volontés pour accéder à l’au-delà.
Mais la jeune fille n’aurait jamais imaginé devoir aider le fantôme d’un criminel… Alors qu’elle plonge dans les bas-fonds de la ville, les morts comme les vivants se font de plus en plus dangereux. Seul Hayden, son confident, le mystérieux esprit coincé entre la vie et la mort, peut venir à son secours… s’il la pardonne d’avoir découvert son secret.

Mon avis : J’ai lu le premier tome il y a quelques mois (mon avis ICI) et j’avais hâte de connaître la suite des aventures de Riley, cette fille qui parle aux fantômes.

Après les premiers événements et les dernières révélations du premier opus (ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus) Riley continue son appréhension des dons qu’elle possède.

J’ai autant apprécié, si ce n’est plus ce  deuxième tome que le premier, parce qu’on y apprend plein de choses sur le don de Riley et surtout parce que le mystère se dévoile tout en s’épaississant. Si c’est possible, je vous explique ! On a des réponses à nos questions, mais on a aussi de nouvelles questions. Et je suis contente de moi parce que j’avais réussi à « prévoir » certaines choses. Maintenant il me faut attendre le tome suivant pour voir si mes hypothèses se vérifient…
Riley m’agace un peu… par moment je la trouve trop naïve et d’autres je trouve qu’elle va trop loin avec son père, à lui parler d’une façon qui me choque. Elle a un sacré courage pour mener certaines missions, elle est têtue parce qu’elle n’abandonne pas malgré le danger, mais parfois j’ai eu envie de lui mettre des claques tellement ses réactions me paraissaient inappropriées.
Dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment lecture, ne voyant pas les pages défiler. Il faut dire que j’aime beaucoup les histoires de fantômes et que celle-ci est bien menée. Je sens d’ailleurs que les tomes suivants ne vont pas arrêter de me surprendre. Mais il va falloir patienter… le 3ème tome est prévu pour le 18 juin en VO… (Vous trouverez des infos )

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

35/65

La fille entre deux mondes tome 1 – Un pied dans la tombe – C.C. Hunter

♦ Éditeur : Michel Lafon
♦ Nombre de pages : 315
♦ Date de parution :  24 janvier 2019
♦ Prix : 15,95€
Achat: Amazon

Résumé : L’appel de l’au-delà.
Une fois de plus, Riley Smith, 17 ans, se retrouve dans le rôle de la nouvelle du lycée dans une petite ville du Texas. La jeune fille vit seule avec son père, qui ramène souvent du travail à la maison… Le problème, c’est qu’il est croque-mort.
S’il ne se rend pas compte que ses défunts clients le suivent jusqu’à chez lui, Riley, elle, les voit, et peut même communiquer avec eux. Elle devient leur confidente, leur dernier contact avec le monde mortel, et les aide à passer dans l’au-delà. Mais Abby, une jeune fille portée disparue, n’est pas prête à partir : son corps n’a pas été retrouvé et Riley est la seule qui puisse dénoncer son meurtrier.
Seulement, cette mission place la fille du croque-mort en haut de la liste des prochaines victimes du redoutable tueur en série… Et si son seul espoir résidait en Hayden, cet esprit fascinant qui ne ressemble à aucun autre, et qu’elle aimerait ne jamais voir repartir ?

Mon avis : Je n’ai jamais lu de livre de C.C. Hunter même si je connais sa série Nés à minuit. Quand j’ai vu que cette nouvelle série allait sortir, et que le résumé me plaisait, je me suis dit que ce serait le moment de la découvrir.

Riley peut voir et discuter avec les fantômes. Et comme son père est croque mort, elle en rencontre des fantômes ! À chaque fois, elle fait son maximum pour les aider à passer de l’autre côté. Mais les cas des deux derniers fantômes qu’elle vient de rencontrer ont l’air plus compliqué que les autres…

J’aime beaucoup les histoires paranormales et plus particulièrement celles de fantômes. Parce que même si je n’ai jamais rencontré de fantômes, j’espère qu’ils existent et ces lectures me confortent dans mes convictions. Bon, OK, je sais que c’est de la fiction hein, mais le temps de ma lecture, je me pose plein de questions, je regarde mon chez moi différemment et j’aime ça.
Riley est une  ado attachante, sincère et naturelle qui fait ce qu’elle peut pour aider autour d’elle, que ce soit ses amis, sa famille ou les fantôme, j’ai vraiment aimer vivre cette histoire à ses côtés.
La « mythologie » créée autour des esprits est cohérente à mes yeux et, même si je n’ai rien « appris » de nouveau à leur sujet, j’ai apprécié l’intrigue. Elle n’est pas toujours très bien rythmée, j’ai trouvé que la fin était un peu rapide, mais elle m’a tout de même passionnée.  Cette histoire a tout pour me plaire : du fantastique, une enquête, une héroïne forte, une famille fragile, de l’amitié et des amours contrariés…
J’avais un peu deviné le page turner à la fin, mais cela n’a pas gâché pour autant ma découverte et n’a fait qu’accentuer mon envie de lire la suite, bien au contraire ! Vivement avril et le tome 2 !

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

17/65

Le dernier royaume acte V – L’ouragan de cristal – Morgan Rhodes

♦ Éditeur : Michel Lafon
 Nombre de pages : 423
 Date de parution : 29 mars 2018
♦ Prix : 15,95€
♦ Acheter : Amazon ou Bookwitty

Résumé : Magnus et Cléo devront tester la force de leur amour face au retour du terrible roi du sang qui se prétend un homme changé, en quête de rédemption.
Lucia : enceinte de l’enfant d’une Sentinelle, elle a échappé aux griffes du terrible dieu du Feu. Alors que la magie qui l’habite s’éteint progressivement, elle est prête à tout pour accomplir la prophétie qui assurera la survie de son enfant, quitte à le payer de sa vie.
Amara : celle qui a pris le trône de Mytica de force se retrouve dans l’incapacité de déchaîner le pouvoir aquatique du cristal qu’elle a volé. Sans cette magie, la gloire et la vengeance restent hors de portée pour elle.
Jonas : de retour à Mytica, le rebelle souhaite renverser Amara, mais le destin le pousse sur le chemin de la belle princesse Lucia et il la rejoint dans une périlleuse aventure.
Et quelles sont les ténèbres relâchées par le Prince Ashur lorsqu’il s’est si impudemment joué de la mort, et qui en paiera le prix ?

Mon avis : J’ai lu les 4 premiers tomes de cette série et j’ai vraiment adoré. Vous pouvez retrouver mes avis précédents en cliquant sur les tomes Acte I, Acte II, Acte III, Acte IV. Le dernier tome lu date d’il y a 4 ans mais j’avais vraiment hâte de lire la suite.

Comme c’est un tome 5, je ne vous fais pas de résumé personnel, à vous de faire votre propre découverte.

Attendre 2 ans pour connaitre la suite d’une saga ce n’est pas humain ! Surtout quand on a l’art et la manière de terminer ses tomes sur de tels informations ! Et ce 5ème tome n’échappe pas à la règle. Mais là je vais un peu trop vite…
J’ai adoré retrouver les personnages : Cléo, Magnus, Jonas, Lucia et même Amara : il y a des méchants qu’on adore détester. Mais ce que j’aime c’est qu’ici aucun personnage n’est vraiment gentil ou méchant. Ils sont tous tout en nuance. Ils alternent les gestes bons et ceux qui sont purement égoistes. Comme dans la vraie vie, ils sont obligés de faire des choix qui ne sont pas toujours facile. La seule différence c’est que le tout est saupoudré de magie.
Quand j’y réfléchis, ce roman n’est pas celui qui regorge le plus d’action, mais c’est celui où on en apprend le plus sur la personnalité et le passé de chaque personnage, sur leur psychologie, et il est alors plus facile de les comprendre. Je pense que c’est le tome charnière qui permet la mise en place du dénouement du tome 6 (oui, parce que le sixième sera le dernier).
Je suis raiment impatiente de connaitre le fin de cette série que je suis maintenant depuis plus de 5 ans ! Et je vais croiser les doigts pour que cet ultime tome soit traduit !

Le petit plus : Si vous ne connaissez pas encore la série, les premiers tomes ont été publié en poche : Les cendres d’Auranos (1), Le Roi du sang (2), Le ralliement des ténèbres (3),Les déferlantes de givres (4).

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

33/60

Archer & Benett tome 3 – Fall – Candice Fox

Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 475
Date de parution : 8 mars 2018
Prix : 19,95€
Acheter : Amazon ou Bookwitty


Résumé : Si Frank Bennett se concentre assez, il peut parfois oublier que sa partenaire au département des homicides de la police de Sydney, Eden Archer, est aussi une serial killer.
Heureusement que leur nouvelle enquête va lui changer les idées. Dans les parcs de Sydney rôde un prédateur et le temps n’est plus au running… Une première victime est retrouvée défigurée. Alors que l’enquête avance, la petite amie de Frank, Imogen, enquête sur un cold case : deux enfants disparus vingt ans plus tôt, Eden et son frère !
Et il est clair qu’à poser trop de questions en lien avec eux, vous pourriez vous retrouver enterré aussi profondément qu’Eden a enterré son passé…

Mon avis : Pas de résumé personnel sur ce 3ème volet que j’avais hâte de découvrir, les spoilers toussa toussa…

Bienvenu dans un roman où tous les personnages ont un côté psychopathe plus ou moins développé !
C’est le sentiment que j’ai eu en refermant le troisième et dernier volet de cette série sur Archer & Benett. Le seul qui a l’ai plus ou moins normal, c’est notre héros (Benett). Et encore, parfois sa naïveté frise le cas « psychiatrique »…
J’ai vraiment adoré ces 3 romans ! Ils sont vraiment originaux, même si on ne peut pas nier un air de parenté avec Dexter, l’auteure a réussi à se démarquer et surtout, elle fait ce que je préfère : elle ne ménage pas son lecteur ! Les morts s’enchainent et on s’inquiète pour les personnages principaux (dont je vous laisse en découvrir certains, nouveaux dans ce dernier opus).
J’ai bien aimé l’intrigue de ce dernier roman, mon côté sadique aime les tueurs en série, et là j’ai été servie ! Dommage que la fin soit un peu trop précipité, l’auteure se ré-axant sur la vie des personnages principaux. Cela aurait mérité d’être un peu plus développé…
La fin de la série reste, pour moi, trop ouverte. J’aurai aimé quelque chose de plus tranché, qu’on ait certaines réponses, que les chemins pris par Benett ou Archer soient plus nets, qu’on sache ce qu’ils adviennent vraiment… On peut imaginer ce que l’on veut, et une des solutions sous-entendues ne me plaisait pas vraiment.
Mais c’est juste un petit bémol parce que j’ai vraiment adoré cette série de trois romans. L’auteure a annoncé il y a peu sur Facebook qu’un autre de ses romans allait être publié, j’ai hâte qu’il soit traduit en français.

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

Un éléphant blanc, ça ne change pas de couleur – Alain Deloche

 Éditeur : Michel Lafon
♦ Nombre de pages : 282
 Date de parution :  14 septembre 2017
♦ Prix : 17,95€
♦ Acheter : Amazon 
♦ Faire un Don 

Résumé : Quand, à l’âge de la retraite, il a quitté ses fonctions de chef du pôle cardio-vasculaire de l’hôpital Georges-Pompidou, Alain Deloche n’a pas été trop affecté. Une autre vie l’attendait ailleurs, à La Chaîne de l’espoir qu’il avait créée des années auparavant, pour venir en aide aux enfants des pays défavorisés qu’une simple opération pouvait sauver d’une mort imminente.
C’est cette fabuleuse aventure qu’il nous raconte dans ce livre. Car l’humanitaire est loin d’être une simple affaire de bons sentiments ! Ça commence ici par des  » bricolages « , au Vietnam, au Cambodge ou ailleurs, dans des structures hospitalières de fortune où l’on s’aperçoit en pleine opération à cœur ouvert qu’on a oublié l’oxygène ou le sang pour les transfusions. Sans doute vaut-il mieux opérer les enfants à Paris. Ils seront des milliers, mais les faire venir n’est pas une sinécure.
Pour progresser, il faut aussi se répandre dans les médias afin de trouver l’argent nécessaire. Ça ne marche pas toujours, mais il arrive qu’un couple vienne vous trouver et vous dise :  » Professeur, on a été émus par vos propos, on veut faire un petit geste…  » Quatre millions d’euros ! De quoi envisager la construction d’un hôpital ! Mais il va en falloir beaucoup plus pour réaliser le rêve d’Alain : construire sur place des centres hospitaliers. Il l’a fait. À Saigon, au Cambodge, à Dakar, à Bamako, au point qu’on l’appelle désormais  » Professeur briques-béton « .
Sauf que construire ne suffit pas, on doit aussi assurer la formation des équipes sur place. Sauf que de nos jours, en certains lieux, le  » bon docteur blanc  » est devenu un ennemi et doit apprendre à  » sauver sans périr « .
Alain Deloche s’en rend compte, mais ne renoncera jamais à sa mission.  » Parce qu’on ne peut pas priver les gens de tout sous prétexte qu’ils n’ont rien. « 

Mon avis : La 4ème de couverture en dit déjà beaucoup sur l’histoire par elle-même, je ne vais donc pas aborder mon avis comme tous les autres, parce que ce livre n’est pas de ceux que je lis habituellement. Mais ça a du bon de changer parfois.

Ce livre a été plutôt comme une claque. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu ce genre de témoignage auto-biographique. J’en ai lu quelques uns avant d’avoir blog et depuis je me suis laisser entrainer par les romans de fictions. Mais parfois lire un de ces livres permet de garder les pieds sur terre, de relativiser et de se dire que sa vie n’est pas si mal…
Je connaissais la chaine de l’espoir de nom, j’en sais un peu plus aujourd’hui grâce au livre et à quelques recherches que j’ai faite (je ferai un petit paragraphe en fin d’avis). Par contre je ne connaissais pas du tout Alain Deloche et cet homme ne peut qu’inspirer le respect. Je suis toujours autant surprise de voir tant de dévotion pour les autres dans notre société si individualiste. Il existe pourtant des gens qui donnent de leur temps pour aider les autres et qui ne verraient pas leur vie autrement. Et qui en plus le font en toute modestie.
Je sais qu’il existe un clivage nord/sud sur cette planète, mais parfois il faut me « remettre le nez dedans » pour que j’en prenne pleinement conscience. C’est ce qu’a fait Alain Deloche avec son histoire. Il nous narre plusieurs anecdotes, comment il a commencé, où en est l’aide humanitaire aujourd’hui, quels sont ses éternelles problématiques et les nouvelles qui viennent s’y ajouter.
Je l’admire en me disant que je ne serais jamais capable d’en faire autant. Alors j’aide comme je peux, je chronique son livre et je fais un don. Même petit, il aidera : « Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières ».
J’ai appris plein de choses sur l’humanitaire, sur toutes ces choses qu’on peut faire, sur toutes les choses que beaucoup font déjà et que cette mission est un éternel recommencement.
Je vous recommande vraiment ce livre, parce qu’il est bon de garder un contact avec la réalité de notre monde et qu’il peut également aider l’association.

La chaine de l’espoir est une association crée en 1994 par le professeur Alain Deloche qui avait pour but premier d’aider les enfants malades du cœur, mais qui au final aide sur tous les problèmes de santé et qui s’occupe aussi de l’éducation. Beaucoup d’enfants sont soignés chaque année à travers le monde, mais pas seulement, des hôpitaux sont créés pour que les populations puissent se soigner elle-même. Ils pensent sur le long terme et c’est ce qui permettra à notre monde de changer petit à petit.