13 raisons / 13 reasons why – Jay Asher

♦ Éditeur : Le livre de poche  jeunesse
♦ Nombre de pages : 316
 Date de parution : 6 septembre 2018
♦ Prix : 6,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Mon avis : J’ai repéré ce roman il y a quelques années déjà, quand il est sorti en grand format chez Albin Michel. Mais c’est d’avoir regarder son adaptation en série TV sur netflix qui m’a donné envie de le lire.

Clay reçoit une boite avec 7 mystérieuses cassettes audio. Il y découvre la voix d’Hannah qui s’est suicidée il y a environs une semaine. Chaque face expose une raison qui l’a poussé à cet acte.

J’ai autant aimé lire le roman que lire la série, celle-ci étant très fidèle au roman. Il y a certes quelques différentes mais elles sont minimes, et pour une fois je ne me suis pas sentie frustrée en lisant le roman et me disant « mais ça ce n’est pas dans la série ». Il faut dire que cela arrive surtout quand on regarde le film adapté du roman, puisqu’il y a moins de temps dans un film qu’une série. Bref, je m’égare ! Revenons au livre !
Je l’ai lu très vite et je me suis laissée porter par l’histoire, même si je la connaissais déjà. J’ai adoré retrouvé Clay et Hannah. Et autant que dans la série j’ai eu envie de les prendre dans les bras et de leur dire que tout allait s’arranger, même si c’est difficile dans ses circonstances.
Ce roman est très émouvant, traitant des sujets d’actualité tel le suicide chez les ados, les rumeurs qui courent et peuvent pourrir la vie de ces ados encore fragiles. C’est également abordé avec justesse et sans voyeurisme. Il fait autant réfléchir les ados que les adultes.
C’est un roman poignant que je suis contente d’avoir lu et que je recommande à tout le monde !

51/60

Keleana tome 1 – La prisonnière – Sarah J. Maas

Éditeur : Le livre de poche Jeunesse
Nombre de pages : 503
Date de parution :  24 février 2016
Prix :  7,90€ Notepaillons3

71cb-ZAtWKLRésumé : Le royaume d’Adarlan, d’où toute magie a été bannie, est gouverné d’une main ferme par un roi tyrannique. Keleana, membre de la secte des Assassins et opposée au pouvoir du roi, est emprisonnée dans les mines de sel d’Endovier depuis plus d’un an. Pour gagner sa liberté, Keleana doit représenter le prince Dorian dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant 4 ans. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir.
Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans l’ombre de la cité et la jeune Assassineuse va devoir leur faire face… Heureusement, elle pourra compter sur l’aide de deux hommes : son entraîneur, le beau capitaine Chaol, et le prince Dorian en personne, qui sont tous deux tombés amoureux d’elle. Et dont les charmes ne la laissent pas indifférente…

Mon avis : Dès que cette série est parue chez La Martinière J. Fiction j’ai eu envie de la découvrir. Mais je manquais de temps et d’argent, donc il était dans ma liste d’attente. Quand il est passé en poche, j’ai tenté.

Keleana est une assassineuse professionnelle emprisonnée dans une mine de sel. Quand le Prince Dorian l’en fait sortir en lui proposant un marché, elle ne peut pas refuser.

J’ai été un peu déçue par ce livre. Peut-être parce que j’en attendais trop.
C’est un premier tome qui introduit l’univers et ses problématiques mais je l’ai trouvé vraiment long. Et j’ai eu du mal à tout comprendre. Heureusement qu’il y avait une carte au début à laquelle je me suis pas mal référée pour me repérer. Mais même avec ça, je trouve que ça manquait un peu d’explications.
J’ai eu du mal à m’attacher à Keleana, je l’ai trouvé assez « plate », l’auteure n’exploite pas assez sa psychologie à mon goût. Ses interactions avec les autres personnages sont trop faciles, comme stéréotypées. On sent également se dessiné un « trio amoureux » et je dois bien avouer que je m’en suis lassée à force.
J’ai eu l’impression de passer à côté de l’histoire, que j’ai d’ailleurs mis pas mal de temps à lire. J’avais du mal à m’y mettre.
L’intrigue par elle-même est pourtant originale et correctement développée, malgré quelques petites maladresses. On ne peut pas nier que l’auteure à de l’imagination. C’est jusque que la sauce n’a pas prise avec moi. Et je ne continuerai pas la série.

Je remercie le livre de poche jeunesse pour cette lecture.

39/80

39/80

L’équation de l’amour et du hasard – Jennifer E. Smith

Éditeur : Le livre de poche jeunesse
Nombre de pages : 427
Date de parution :  15 août 2015
Prix : 6,90€ Notepaillons3.5
81unE+mJHYLRésumé : Quelles étaient les probabilités statistiques pour que Graham et Ellie se rencontrent un jour ? Minimes, négligeables, voire nulles : Graham Larkin habite à Los Angeles, Ouest des États-Unis, tandis qu’Ellie O’Neill réside dans une petite ville du Maine sur la côte Est. Pourtant, un jour, Graham envoie par erreur un email à Ellie. Il n’en faut pas plus pour que les deux internautes commencent à échanger une série de messages drôles et touchants et, petit à petit, discutent de leur vie, leurs espoirs et leurs peurs. Mais le filtre virtuel permet aussi de cacher ses secrets… Ellie ignore que Graham est un acteur connu dans le monde entier et Graham ignore tout du sombre passé familial d’Ellie. Décidé à rencontrer la jeune fille pour tenter une relation dans le monde réel, Graham parvient à organiser son prochain tournage dans la petite ville d’Ellie. Mais est-ce qu’une star aussi connue que Graham peut réellement sortir avec une fille ordinaire comme Ellie ? Et pourquoi la mère d’Ellie veut-elle à tout prix éviter d’attirer l’attention médiatique ? Si le destin vous envoyait un email, y répondriez-vous ?
Mon avis :  Je connais l’auteure par un autre de ces livres que j’ai lu à la rentrée dernière « La distance astronomique entre toi et moi », et j’avais apprécié sa plume. J’avais donc envie de découvrir un autre de ses livres.

Ellie et Graham se mettent à échanger des mails par erreur. Une faute de frappe est le message envoyé par Graham arrive chez Ellie. Après l’échange écrit et les petites confidences, vient la curiosité de faire connaissance, mais rien n’est jamais simple…

J’étais très enthousiaste à l’idée de commencer l’histoire d’Ellie et Graham, j’aime beaucoup les histoires qui commencent par de échanges de mails (oui les lettres c’est moins courant de nos jours) et celle-ci ne m’a pas déçue dès les premières pages. Leurs échanges sont légers, on en apprend sur eux même si ce ne sont que des détails et ça donne envie d’en savoir encore plus, de les connaître encore plus.
L’histoire prend vite un tour que je n’avais pas prévu et ça fait du bien d’être surprise. Par contre, ce début qui avait l’air prometteur m’a ensuite paru long. J’ai eu l’impression que l’auteure brodait avant d’arriver sur la fin, que je sentais prévisible. C’est ce milieu de roman qui m’a un peu déçue. Même si j’appréciais les personnages, l’histoire m’a semblait faible, parfois un peu facile. De la même façon du côté des sentiments ressentis par les personnages, je suis un peu passée à côté, peut-être que ce n’était pas une bonne période.
Heureusement j’ai apprécié la fin ouverte qui a fait travailler mon imagination. Et cela ne m’a pas enlevé l’envie de lire d’autres livres de l’auteure.


82/100

82/100

Hate list – Jennifer Brown

Éditeur : Le livre de poche jeunesse
Nombre de pages : 389
Date de parution : 22 octobre 2014
Prix : 6,90€coupcoeur3Notepaillons5

81OhMegshoLRésumé : C’est elle qui a eu l’idée de la liste, mais elle n’a jamais voulu que quelqu’un meure. Valérie est effondrée après le drame survenu à son lycée. Son petit ami Nick a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu’ils avaient écrite pour s’amuser, et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants. Puis, Nick s’est suicidé. Mais Valérie, elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu’au matin où elle se lève, et quitte sa chambre pour retourner au lycée.

Mon avis : J’aime les livres qui parlent des ados d’aujourd’hui sans édulcorer leur réalité. Ça me permet de garder un lien avec ma jeunesse, mais surtout de comprendre les jeunes de maintenant, et qui sait de mieux communiquer avec mon neveu et ma nièce (oui, je sais on peut rêver).

Le petit ami de Valérie a commis une fusillade dans leur lycée, elle a été touchée pendant le massacre, mais a quand même été considérée comme complice. Le retour au lycée quelques mois après la tuerie ne se fait pas facilement…

Le sujet des tueries dans les lycées américains est plutôt délicat, l’aborder dans un livre destiné aux ados l’est tout autant. J’étais curieuse de voir le point de vue de l’auteure. Elle a choisi de l’aborder du point de vue d’une personne proche du tueur, pas vraiment impliquée mais pas non plus innocente : sa petite amie. Valérie est une ado révoltée, en colère comme il y en a temps. Tous les ados (ou presque) ont l’impression que le monde est contre eux et les empêche d’être heureux, c’est à dire de faire ce qu’ils veulent. Dans leur processus de construction, ils ont une période où tout doit tourner autour d’eux, où tout leur paraît injuste. Valérie et Nick sont en plein dans cette période et ont l’impression que tout le monde leur en veut. Mais il y a une différence entre les deux, elle s’en sert comme défouloir, lui y croit dur comme fer.
Les tueries sont un sujet qui m’intéresse et qui me touche, l’auteur a réussi à l’aborder sobrement, avec beaucoup de pudeur, tout en essayant de rester objective. J’ai vraiment aimer sa façon de présenter le thème. Sans vouloir l’excuser, elle a voulu nous montrer que le tueur était un être humain normal, jusqu’au moment où il perd les pédales nous exposant pourquoi il est arrivé à cette extrémité, tout ça à travers les yeux et la perception de Valérie. Elle nous dresse aussi un portrait au vitriole de cette jeunesse choyée mais tellement mal dans sa peau. Ce malaise qui a trouvé résonance en moi, mon adolescence n’ayant pas été toute rose non plus.
Ce roman est un bilan de ce qu’il se passe dans les lycées américains, et sûrement un peu dans les nôtres aussi. Il est à mettre dans toutes les mains, les ados pour qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas les seuls à ressentir ces émotions, et aux adultes pour qu’ils comprennent un peu mieux leurs enfants.

J’ai adoré ce livre qui m’a fait frémir, mais qui a tout de même gardé intacte ma confiance en la jeunesse.

 

19/100

19/100