The Hartigans, tome 2 – Tu craqueras pour moi… et mes poignées d’amour – Avery Flynn

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  262
Date de parution : 27 mai 2020
Prix : 16,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Quand on aime, on ne compte pas
Lucy est une femme forte, dans tous les sens du terme. Oui, elle est grosse, et ses rondeurs, ses bourrelets, font peur surtout aux hommes. D’ailleurs, lorsqu’elle commande un burger-frites au bar ce soir-là, elle sait très bien qu’elle va attirer les jugements et les regards désapprobateurs. Mais, quand un inconnu se permet de lui dire qu’elle devrait privilégier les salades si elle ne veut pas finir seule, Lucy perd tous ses moyens. De quoi lui couper l’appétit jusqu’à ce que Frank Finnegan, un pompier au sourire incendiaire, se fasse passer pour son rencard devant le diététicien autoproclamé. Un dîner, quelques fous rires et des regards complices plus tard, Lucy doit admettre qu’elle a passé une magnifique soirée. Est-ce qu’elle viendrait enfin de rencontrer un homme pour qui la taille ne compte pas ?

Mon avis : Je suis devenue fan de l’autrice lorsque j’ai lu le premier tome de la série : »Qu’est-ce qu’elle a ma gueule ?« , je n’allais donc pas passer à côté de cette suite !

Lucy est une femme ronde, que certains appellent méchamment grosse. Mais elle a un sacré caractère, un bon sens de l’humour et est une superbe personne. Sa vie lui plait, elle a de bons un amis un métier qui la passionne et assume pleinement ses rondeurs. Jusqu’au moment où elle doit retourner à une réunion d’anciens élèves du lycée qu’elle n’a pas du tout envie de revoir…

Retrouver l’univers créé par Avery Flynn a été un vrai plaisir. Certes, les personnages principaux changent mais elle a su garder l’atmosphère du premier roman. Retranscrire l’ambiance survoltée des réunions de famille chez les Hartigan et également le sentiment d’amitié profonde qui unit Lucy, Gina, Tess et Fallon. Ce sont tous des personnages hauts en couleurs et très attachants. J’adorerai assister à ce genre de repas de famille où tout le monde parle en même temps, où personne ne s’entend mais où touts le monde s’aime.
La romance est très jolie, pour une fois je n’ai pas levé les yeux au ciel. C’est dire ! Elle est cohérente à mes yeux et il n’y a pas trop de « tournage autour du pot ». C’est ce que je préfère dans les romance : quand elle vont droit au but !
Lucy est un peu vulgaire mais j’adore ça, l’étant moi-même un peu (beaucoup ?). Frankie se laisse un peu vivre et butine de-ci de-là mais ce n’est pas pour autant qu’il ne cache pas un  cœur tendre qui ne demande qu’à craquer pour une femme explosive.
J’ai passé un très bon moment avec cette romance tout en couleur et je vous la recommande chaudement pour cet période post-confinement.

Je remerci H& et Netgalley pour cette lecture.

 

Le visage de la sorcière – Lisa Childs

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  312
Date de parution : 1er octobre 2019
Prix : 6,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Descendante d’une lignée de sorcières persécutées à travers les siècles, Ariel n’a jamais révélé à quiconque l’existence de ses pouvoirs. Pas même à David Koster, l’homme riche et puissant dont elle partage la vie et qui vient de lui demander de l’épouser. Depuis l’enfance, en effet, elle a appris à taire son dangereux secret. Sauf qu’aujourd’hui, il semblerait que la chasse aux sorcières recommence… Terrifiée, Ariel décide de dire la vérité à David. Mais à peine s’est-elle confiée à lui qu’il change d’attitude à son égard ; secret, distant, il semble s’éloigner d’elle un peu plus chaque jour. Comme s’il était son ennemi…

Mon avis : J’aime les histoires fantastiques où les femmes sont fortes et avec des pouvoirs. Si en plus vous ajoutez une couverture mauve, vous avez le combo gagnant !

Ariel a été séparée de ses sœurs très jeunes. Elle a vécu de foyer en famille d’accueil et a appris à cacher son secret. Elle est une sorcière et les gens ne le comprennent pas. Jusqu’au moment où sa vie et en danger et où elle doit avouer son secret à l’homme qui partage sa vie.

J’attendais beaucoup de se livre et au final j’en ressors un peu déçue…
J’ai apprécié le personnage d’Ariel, elle est lucide et logique. Un peu naïve mais elle sait affronter les épreuves que la vie met sur son chemin la tête haute.
L’idée de départ sur les 3 sœurs sorcières n’est pas vraiment nouvelle, mais elle tient souvent ses promesses. Sauf qu’ici j’ai trouvé qu’elle n’était pas assez exploitée. On nous parle d’histoire familiale mais on n’apprend peu de choses la concernant. Peut-être que cela sera fait dans les tomes suivants… Parce que je suis réellement restée sur ma faim.
L’intrigue est bien, mais sans plus. On reste encore dans le vague, puisque la fin arrive réellement au dernier tome. Le plus intriguant étant que nous savons qu’il y a un ennemi mais nous ne savons pas qui il est… Rien que pour cela je pourrais avoir envie de continuer cette série.
En revanche, je suis passée totalement à côté de l’histoire d’amour d’Ariel. Je n’ai rien ressentie, elle ne m’a pas fait vibrer. Pour moi David était complètement insipide je ne lui ai trouvé aucun relief… Dommage, j’aurais bien aimé ressentir un petit quelque chose…
Bref, j’en ressors un peu mitigé, je verrais si je lis la suite.

Je remercie Harlequin pour cette lecture.

La caresse de l’hiver – Susan Wiggs

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  448
Date de parution : 2 novembre  2019
Prix : 8,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Désemparée après l’incendie de sa maison, Jenny retourne s’installer au pavillon d’hiver du lac des Saules, la propriété familiale où elle vivait adolescente. Là, dans ce décor empreint de nostalgie, la neige fait resurgir un flot de souvenirs : le baiser de Rourke, le garçon qu’elle aimait alors, et qui ne lui a jamais déclaré sa flamme… Depuis, les années ont passé. Rourke multiplie les conquêtes éphémères et semble tout faire pour l’éviter. Aussi, quelle n’est pas sa surprise de le voir se présenter à sa porte peu avant Noël. Que vient-il faire ici ? Serait-il encore temps de tout recommencer avec cet homme qu’elle a attendu toute sa vie ?

Mon avis : Le titre de ce roman était totalement approprié pour cette période de fin d’année. En plus, j’avais envie de douceur, donc une romance était la lecture idéale.

Alors que la maison de Jenny a brûlé, elle prend le temps de faire le point et de voir ce qu’elle veut faire de sa vie. Mais les mises au point sont parfois douloureuses même si elles sont nécessaires.

Ce livre a été une totale surprise pour moi. Et une agréable surprise. Je m’attendais à une classique romance de Noël, mais au fil des pages, je me suis aperçue que c’était plus que ça. Les personnages étaient nombreux et avaient l’air d’avoir déjà vécu des choses ensembles. J’ai d’alors creusé un peu et j’ai découvert que ce livre est le 2ème d’une série de plusieurs tomes. Cela n’a pas empêché la compréhension de l’histoire puisque l’autrice fait de très nombreux rappels sur les événements passés.
J’ai beaucoup aimé l’atmosphère de la ville d’Avalone. Celle que l’on trouve dans les petites villes typiques américaines où tout le monde connait tout le monde et où l’entraide est encore très présente. On sent que les gens ont une histoire ensemble, même s’ils ne sont pas fiers de tous ses épisodes.
J’ai eu du mal à cerner Jenny, la trouvant parfois trop naïve, parfois trop buttée, parfois blasée et à d’autres moments complétement émerveillée. J’ai eu l’impression qu’elle avait plusieurs personnalités… Quant à Connor, je l’ai trouvé inintéressant. Impossible de m’attacher à lui. Heureusement que d’autres personnages secondaires ont réussi à retenir mon attention et à créer l’attachement.
L’histoire de Jenny et Connor est loin d’être typique par contre. J’ai aimé progresser pas à pas jusqu’au moment fatidique où tout est découvert. De plus, on découvre petit à petit la vie des personnages secondaires et on devine déjà les histoires qui vont émerger dans les tomes suivants. Je sens d’ailleurs que je ne vais pas trop tarder à me les procurer.

Je remercie Harlequin pour cette lecture.

 

Le manoir du mystère – Heather Graham

Éditeur : Harlequin
Nombre de pages :  378
Date de parution : 1 septembre 2019
Prix : 4,99€
Acheter : Amazon

Résumé : Quand l’agent Angela Hawkins accepte de devenir la coéquipière du brillant enquêteur Jackson Crow, elle est loin d’imaginer ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que la femme d’un sénateur est morte en tombant du balcon de l’une des plus belles demeures du quartier français de La Nouvelle-Orléans. Et que, pour presque tout le monde, elle s’est jetée dans le vide, désespérée par la mort récente de son fils. Mais à peine Angela commence-t-elle son enquête avec Jackson que l’hypothèse du suicide lui semble exclue. Guidée par son intuition et par des visions inquiétantes où elle voit la jeune femme en danger, Angela est en effet persuadée que dans l’entourage du sénateur, chacun est moins innocent qu’il n’y paraît. Mais de là à tuer ? Décidés à dévoiler la sombre vérité, Angela et Jackson vont non seulement risquer leur vie… mais, aussi, leur âme.

Mon avis : Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai du mal avec la romance. En vieillissant c’est de moins en moins ma tasse de thé. Mais si l’intrigue principale est basée sur une maison hantée, je peux me laisser tenter.

Alors qu’un suicide a lieu dans une maison hantée, une brigade un peu spéciale est créé pour prouver que la maison est bien hantée. Six personnes complémentaires constituent cette brigade un peu spéciale.

Je me suis plongée assez facilement dans l’histoire qui se déroule à la Nouvelle-Orléans. Cette ville m’a toujours fascinée et c’était un plaisir de la découvrir à travers les yeux des personnages.
De plus, l’intrigue m’a plu. J’aime les histoires paranormales et de fantômes. L’idée de créer une brigade spécialisée dans les enquêtes paranormales avait également tout pour me plaire. Bon bien sûr, on n’échappe pas à la petite dose de romance, nous sommes quand même dans un livre édité par Harlequin, mais ici elle passe vraiment au second plan et je ne l’ai pas trouvée trop guimauve non plus.
Mais revenons à l’enquête. Je l’ai trouvé bien menée. Distillant habillement le doute entre fantastique et arnaque. A-t-on réellement affaire à des esprits ou est-ce une machination qui a poussé la pauvre malheureuse au suicide ? Bien souvent on oscille entre les deux. C’est exactement tout ce que j’apprécie. Le tout est un savant dosage entre les deux qui nous fait douter à chaque page.
Les 6 personnages composant le groupe d’enquêteurs sont aussi atypiques que complémentaires. Mais tous ont le point commun d’avoir un lien avec le paranormal et de n’être fermé à rien tout en gardant les pieds sur terre. De quoi étudier toutes les possibilités lorsqu’un phénomène un peu hors-norme se produit.
Bref, j’ai passé un bon moment avec ce roman. J’ai découvert qu’il fait partie d’une série de 11 tomes que je me ferai un plaisir de découvrir.

Je remercie Harlequin pour cette lecture.

Lola. Petite, grosse et Exhibitionniste – Louisa Méonis

Éditeur : Harlequin / &H
Nombre de pages : 486
Date de parution :  3 juin 2015
Prix : 12,90€ Notepaillons4

51cqktPsLTLRésumé : Moi, c’est Lola. Petite (pas tant que ça). Grosse (no comment). Et exhibitionniste (mais jamais exprès !).

Auteur de romans érotiques la nuit et, le jour, assistante d’une chef aussi tyrannique que botoxée pour une grosse boîte new-yorkaise : jusque-là, je ne m’en sortais pas trop mal – enfin, si on oublie le désert de ma vie sentimentale qui se résumait à de ponctuels tête-à-tête romantiques avec Jeannot-le-vibro.
Mais il a fallu que mon P-DG décède (l’égoïste !) et que son fils débarque dans nos bureaux pour le remplacer. Joseph Hamlish n’est plus, vive Jérémy Hamlish ! Alias M. l’héritier-et-fier-de-l’être, alias M. JE SUIS UN DIEU VIVANT – ou « gare à vos culottes » pour les intimes.
Et c’est là que tout s’est compliqué. Parce que moi, j’ai beau être une fille bien sous tous rapports, le jour où je me suis retrouvée dans un ascenseur avec l’incarnation de mes fantasmes, forcément, j’ai dépassé les bornes. Et le pire c’est qu’aujourd’hui, je n’ai qu’une envie : recommencer.

Mon avis : Harlequin a sorti une nouvelle collection rafraîchissante. Des romans actuels avec des héroïnes qui ne s’en laisse pas compter. Comme je suis faible, j’ai succombé et j’ai voulu les découvrir.

Lola est une jeune femme qui vit et travaille à New-York. Sa vie lui plaît et même si elle a quelques kilos en trop elle les assume voire même les revendique ! Elle suit sa petite routine jusqu’à ce que son entreprise change de patron…

J’ai dévoré Lola ! Le livre hein, pas la demoiselle ! Non, elle et moi n’avons pas ces mœurs (enfin pour moi je suis sûre avec elle tout est possible !). Et j’ai passé un excellent moment en sa compagnie (je sais, je rajoute à votre trouble mais c’est fait exprès !).
Lola est complètement loufoque et l’assume complètement puisque c’est sa marque de fabrique. Dans notre société où l’image fait la loi, elle tire son épingle du jeu en affichant ses rondeurs. Elle n’est pas non plus obèse hein, mais elle a des formes là où il faut. Elle adore manger, gras et sucré, et n’a pas l’intention de s’arrêter. Elle a aussi un humour et une répartie qui m’ont largement fait sourire. C’est le genre La fille avec laquelle on doit passer une excellente soirée autour d’une carafe de Mojito bien fraîche.
Ce qui fait la force de ce livre c’est Lola et l’intrigue. Parce que ce qui commence comme une romance chick-lit classique se révèle au fil des pages un peu plus compliqué, je dirais même subtile. Je comparerai bien Lola à Stéphanie Plum. Lola est la Stéphanie Plum française et j’adore ça !
Par contre j’ai un peu été déçue par la romance. Le « héros » Jérémy est un peu trop beau pour être vrai. Alors oui, ça fait fantasmer à mort, mais j’aurais aimé qu’il soit un peu plus « normal », pour moi il aurait encore été plus accessible et limite ça m’aurait rendu l’histoire plus réelle. C’est le seul petit reproche que j’aurai à faire, parce que le reste est déjanté à souhait comme je l’aime et c’est ce qui permet vraiment de se vider la tête et de passer un bon moment détente.

Je remercie les édition Harlequin et le collection &H pour cette lecture.