[Concours] – Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille

Grâce à la générosité des éditions Charleston et à Marie Vareille, je vous permets de gagner un exemplaire du roman Je peux très bien me passer de toi. Vous pouvez retrouver mon avis sur l’édition en grand format que j’ai lu en 2015  ICI

51qe7z1csglRésumé : Chloé, 28 ans et Parisienne jusqu’au bout des ongles, enchaîne les histoires d’amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme, et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu.
De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu…
Réussiront-elles à tenir leur engagement ?
Un pacte entre copines, un exil, un nouveau départ… Jusqu’où iront-elles ?

Conditions de participations

  • Remplir le formulaire ci-dessous
  • Vous pouvez partager le concours pour avoir une chance supplémentaire
  • L’envoi se fait en France métropolitaine
  • Je ne suis pas tenue responsable en cas de perte du lot par la poste
  • Vous pouvez participer jusqu’au lundi 23 janvier 23h59
  • Le gagnant sera annoncé sur le blog dans les jours qui suivent

Elia, passeuse d’âme tome 1 – Marie Vareille

Éditeur : PKJ
Nombre de pages : 317
Date de parution :  4 mai 2016
Prix :  16,90€ Notepaillons4.5

elia,-la-passeuse-d-ames-739634-250-400Résumé : “Les prophéties ne s’accomplissent que si quelqu’un a suffisamment de courage pour les réaliser”
Elia vit dans une dictature divisée en deux catégories : l’élite, les Kornésiens, et la classe exploitée, réduite en esclavage : les Nosoba. Elia est une Kornésienne. À quinze ans à peine, elle exerce en tant que passeuse d’âmes à l’hôpital de la capitale du pays : elle euthanasie tous ceux qui seraient considérés comme inutiles ou dangereux pour la communauté. Un jour, un jeune Nosoba, de la caste des intouchables parvient à la convaincre de l’aider à s’échapper, alors même qu’elle avait ordre de l’exécuter. Accusée de trahison, Elia s’enfuit…

Mon avis : Je connais Marie Vareille dans un autre registre. Celui des livres romances un peu légère qui donnent le sourire. Quand j’ai vu qu’elle sortait un livre jeunesse, j’ai été intrigué et j’ai voulu le découvrir.

Elia est une passeuse d’âme. Dans la société dans laquelle elle vit, dès qu’une personne est trop âgée et qu’elle n’est plus utile à la communauté, elle meurt. Elia aide ces gens à « partir ». Elle n’est pas forcément heureuse de son rôle, mais elle ne connaît pas d’autre façon de vivre. Jusqu’à ce moment où son monde bascule…

Dès les premières pages j’ai été emportée par les aventures d’Elia. Je me suis de suite attachée à elle. C’est un personnage plutôt discret au début, mais on perçoit chez elle quelque chose de plus fort. Quelque chose qu’elle ne soupçonne même pas elle-même. C’était un plaisir de la voir évoluer au court de ce premier tome.
Comme tous les premiers tomes il met en place l’intrigue et l’univers. Un univers très bien pensé et très bien créé. On sent que cela a pris du temps. Il y a plein de détails, intercalés entre deux chapitres, qui permettent de mieux saisir les subtilités de ce monde, ces règles et comment il est devenu ce qu’il est. Ce monde m’a d’ailleurs autant effrayé que fasciné, parce que cela pourrait bien devenir notre futur (même si je ne serais peut-être pas là pour le voir). Bref ce monde est bien imaginé et plutôt original.
L’intrigue par elle-même est assez classique. Une fuite, un apprentissage, une évolution, la découverte de la vérité… mais elle prend de la valeur grâce aux personnages qui sont terriblement attachant.
C’est une histoire qui m’a tenue en haleine les deux jours de ma lecture. J’ai suivi Elia les yeux fermés et j’ai aimé découvrir son histoire, faire connaissance avec les personnages qu’elle croise et qui vont façonner son avenir. Vite ! La suite !

Je remercie Marie Vareille et les éditions PKJ pour cette lecture.

52/80

52/80

 

Je peux très bien me passer de toi – Marie Vareille

Éditeur : Éditions Charleston
Nombre de pages : 315
Date de parution : 8 juin 2015
Prix : 19,90€ Notepaillons5

51qk+AaOOzLRésumé : Chloé et Constance sont bonnes copines, bien qu’elles n’aient en commun que leurs vies sentimentales catastrophiques. Un soir, les deux jeunes femmes décident de prendre leur vie en main en concluant un pacte. Chloé, séductrice dans l’âme et Parisienne jusqu’au bout des ongles, devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme pendant six mois. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. Des vignobles du Sauternais à Londres en passant par Paris, cet étrange pacte entraînera les deux amies bien plus loin que prévu…

Mon avis : Une fois que j’ai lu le titre de ce livre, j’ai eu la chanson des Mano negra pendant plusieurs heures. Cela a suffit à m’intriguer et me donner envie de lire le nouveau livre de Marie Vareille. Le premier m’ayant particulièrement plu.

Constance et Chloé sont deux femmes que tout oppose mais qui sont devenues amies via leur club de lecture. Elles partagent leur peine de cœur et s’entraident à surmonter leur mauvais coups.

J’ai commencé ce livre en me disant que je le lirais en 3 ou 4 jours, puisque c’est mon rythme actuellement, mais finalement en 24h il était lu ! Je me suis même couchée un peu tard le dimanche soir pour le terminer alors que je bossais le lendemain. Et ceux qui me connaissent bien savent que pour moi le sommeil est sacré ! Mais là, je m’étais trop attachée à Chloé et Constance. Ces deux femmes si différentes, avec des défauts qu’on ne peut qu’aimer !
Constante est un peu rêveuse et tête en l’air, elle rêve d’un prince charmant qui viendra la sortir de la grisaille de son quotidien. Malgré tout elle a un sens de l’humour à tout épreuve et beaucoup d’auto-dérision, le tout pour mon plus grand plaisir ! Chloé est plutôt la femme active dynamique qui enchaîne les conquêtes mais qui cache une plus grande blessure.
Ce duo improbable ne peut que séduire. On alterne les chapitres de Chloé écrit à la 1ère personne, et ceux de Constance où elle écrit son journal intime. Rien qu’au style d’écriture on perçoit que les personnages sont différents.
Les histoires d’amours sont assez classiques, mais l’humour, le ton et les personnages principaux ou secondaires donnent beaucoup plus de profondeur aux sentiments, ils sont l’âme du récit.
J’ai passé vraiment un très bon moment avec ce roman, et je pense qu’il aurait vraiment trouvé sa place sur une serviette allongé sur une plage ou près d’une piscine. Mais même sans ça, c’est un livre idéal pour les vacances !
Je lis de moins en moins de romance mais parfois je fais exception, et avec la lecture de son second livre je pense que je vais faire systématiquement exception pour les livres de Marie Vareille.

Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture et surtout l’adorable Marie.

Ma vie, mon ex et autres calamités – Marie Vareille

Éditeur : City éditions
Nombre de pages : 267
Date de parution : 4 juin 2014
Prix : 15,90€ Notepaillons5

41QlnZ97XjLRésumé : Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente-et-une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin : du jour au lendemain elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement ! Elle déprime pendant des jours devant Gossip Girl en engloutissant des kilos de Chococookies. Jusqu’à ce qu’une série de quiproquos rocambolesques la contraigne à affronter sa plus grande terreur, l’avion, et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine. Évidemment, là non plus, les choses ne tournent pas comme elle l’avait imaginé. Elle rencontre notamment un jeune homme, certes très beau, mais aussi très désagréable… Une comédie romantique pétillante et drôle avec une délicieuse french touch !

Mon avis : Il fut un temps où je lisais énormément de chick lit. Y’a une petite quinzaine d’années (oui, je sais ça date) et je suis passée à d’autres genres. Mais de temps en temps, j’aime en lire un par-ci par-là, histoire d’avoir le sourire le temps de ma lecture. Le livre de Marie Vareille avait une quatrième de couverture qui laissait à penser que je n’allais pas m’ennuyer, il n’en fallait pas plus pour me convaincre.

Juliette est une bonne pâte. Elle est le genre de fille qui ne sait pas dire non et qui trouve toujours des excuses à tout le monde. Jusqu’au jour où son monde s’écroule et où cherchant à moitié à affronter la réalité, à moitié à la fuir, elle va se rendre compte qu’elle a peut être besoin de changer…
J’ai commencé ce livre doucement, trouvant Juliette un peu cruche et agaçante, c’est dur de voir un personnage se faire marcher sur les pieds quand on ne le tolère pas pour soit. Mais très vite je me suis laissée prendre au jeu tellement l’auteure nous amène ça avec beaucoup d’humour, et on se surprend à sourire et à avoir de l’indulgence pour se personnage sur lequel le sort s’acharne.
C’est le principe de la chick lit, l’héroïne voit son mode s’effondrer et fait pire que mieux en essayant de s’en sortir. C’est exactement ce qui arrive à Juliette dans les ¾ du livre. La pauvrette enchaine les mésaventures et s’empêtre dans des situations loufoques en voulant s’en sortir. Et là je dois bien avouer que j’ai savouré ! C’est un peu le genre de situations pour lesquelles on prend plaisir à se dire qu’heureusement ça ne nous arrive jamais (ou presque;-) ) et où l’on a envie que l’héroïne continue à s’empêtrer.
Marie Vareille a une plume qui ne se lit pas mais se dévore ! On avale les pages sans s’en rendre compte, on s’attache à Juliette et on devient accro aux situations rocambolesques. Quand un chapitre se termine on attaque le suivant, impatient de découvrir les nouvelles (mes)aventures de Juliette.
Bien entendu, ce genre de livre se termine sur une note positive, et rapidement j’ai réussi à interpréter les indices que dissimulait habillement Marie, jusqu’à la fin que j’ai trouvé tout bonnement géniale.
Dans la lignée des livres de l’été à lire au bord de l’eau, je vous invite fortement à mettre celui-ci dans votre valise pour les vacances, ou à le lire pour décompresser du travail.

Je remercie l’auteure pour cette lecture plus qu’agréable.