Stillhouse Lake tome 3 – L’ombre du crépuscule – Rachel Caine

♦Éditeur : L’Archipel
♦Nombre de pages :  399
♦Date de parution : 19 août 2021
♦Prix : 22,00€
♦Acheter : Amazon

Résumé : Après L’Ombre de la menace et L’Ombre de l’assassin, traduits dans 16 pays et no1 des ventes de USA Today et du Wall Street Journal, Gwen Proctor revient dans L’Ombre du crépuscule.
Une nouvelle traque commence !
Gwen est parvenue à se débarrasser de son ex-mari, le serial killer Melvin Royal, et à sauver ses enfants. Mais elle continue de subir le harcèlement de ceux qui refusent de la croire étrangère aux crimes de Melvin.
Gwen espérait désormais vivre sans se cacher, c’est de nouveau impossible. C’est alors qu’une inconnue l’appelle. Marlene Crockett, qui réside à Wolfhunter, a besoin de son aide. Elle sent planer au-dessus d’elle une menace latente.
De fait, quand Vee, 15 ans, la fille de Marlene, contacte à son tour Gwen, elle lui annonce que sa mère est morte – et qu’elle est la prochaine sur la liste…
Gwen se rend alors à Wolfhunter. Mais, dans cette sombre bourgade, chacun peut aisément échapper à la lumière…

Mon avis : J’avais beaucoup aimé les deux précédents livres et j’avais hâte de connaitre la suite et fin des (més)aventures de Gwen.

Gwen pensais en avoir fini avec les « frasques » de son ex-mari, mais c’était sans compter sa la vie qui elle n’en avait pas terminé avec elle.

Comme pour les précédents romans, l’univers est toujours sombre et glauque. Rachel Caine ne nous épargne pas et nous montre la face la plus sombre de notre humanité. Vous ne pensiez pas que nous en étions capables, détrompez-vous !
Gwen Reste fidèle à elle-même. Droite dans ses bottes, elle avance la tête haute et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Son mot d’ordre et survivre et surtout ne touchez pas à ma famille. Je ne vous le conseille d’ailleurs pas ! Nous voyons également ses enfants grandir et se construire malgré la vie qui n’a pas été tendre avec eux.
Par contre, à force, puisque c’est le 3ème livre, ça fait quand même un peu beaucoup ! Cette pauvre Gwen se retrouve dans des situations pires les unes que les autres et joue sa vie à chaque page. D’accord, parfois le destin s’acharne mais là, il n’y va vraiment pas de main morte ! Ça fait un peu tiré par les cheveux, et beaucoup trop pour la même famille.
C’est le seul petit bémol, parce que Rachel Caine est quand même très douée pour nous faire devenir chèvre et nous faire frissonner à chaque page tournée. Et j’ai vraiment beaucoup aimé les personnages que j’ai quitté avec regret.

Il ne me reste plus qu’attaquer sa série fantastique !

Je remercie l’Archipel pour cette lecture.

Si la vie te donne des citrons, fais-en une tarte meringuée – Charlotte Léman

♦ Éditeur : L’archipel
♦ Nombre de pages :  300
♦ Date de parution : 20 mai 2021
♦ Prix : 18,00€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : À 43 ans, Clémence est une femme heureuse. Et pas seulement parce que sa « bible » de développement personnel le dit. Non, elle s’est donné les moyens pour en arriver là, quitte à arrondir parfois les angles, comme avec Éric Grandjean, son boss despotique. Un peu trop, dirait Alice, sa meilleure amie.
Ce que Clémence chérit par dessus-tout, c’est la petite existence tranquille qu’elle s’est construite en dehors du bureau. Une chouette famille avec Antoine et Gabriel, leur fils de 17 ans, un appartement douillet en plein cœur de la capitale, et la pâtisserie, son péché mignon.
Mais, cette vie paisible bascule le jour où son mari lui annonce qu’il la quitte pour une jeune femme presque en âge d’être sa fille ! Et, comme les choses peuvent toujours être pires, son quotidien se transforme en cauchemar lorsque ce dernier lui impose une colocation aussi absurde que pénible.
Cependant, quand la vie nous donne des citrons, aussi acides soient-ils, on peut décider d’en faire de la limonade… ou de la tarte meringuée si on est passionnée de pâtisserie comme Clémence !

Mon avis : Encore un roman feelgood me direz-vous ? Oui, mais cette fois-ci l’héroïne à mon âge, et ce qu’il fallait pour m’intriguer.

Clémence mène une vie rangée qui lui plait, une jolie famille, un joli appartement, un métier qui lui pied. Mais un jour son mari lui annonce qu’il la quitte pour une autre, en plus jeune bien évidement. Comment réagir quand sa vie vole en éclats ?

Pour une fois que le personnage principal à mon âge et que, même si elle vit à Paris, ça vie est plutôt normal, ce roman m’a plu de suite. Bon, OK, ils ont toujours des situations professionnelles plutôt aisées mais cela fait rêver un peu plus qu’une situation « moyenne ».
D’ailleurs, l’histoire est somme toute banale. Un mari qui quitte sa femme pour une autre plus jeune, c’est quelque chose de commun. Ce qui l’est moins c’est la façon dont réagi Clémence. Bien sûr certains événements sont inévitables, mais dans l’ensemble Clémence gère à sa manière et elle est arrivée à vraiment m’étonner. C’est un peu comme un deuxième effet kiss cool (pour ceux qui ont la référence), il y a sa première réaction, celle qui est visible et qui occupe tout le roman et la deuxième qu’on ne soupçonne même pas et qui fait en entrée fracassante sur la fin du roman.
Malgré sa fragilité Clémence trouve les ressources pour rebondir et de se réapproprier sa vie.
C’est un roman léger, qui fait parfois sourire qui sert à se vider la tête.

Tombes oubliées – Preston & Child

♦ Éditeur : L’Archipel
♦ Nombre de pages :  360
♦ Date de parution : 5 novembre 2020
♦ Prix : 22,00€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Nora Kelly, de l’Institut archéologique de Santa Fe, est approchée par l’historien Clive Benton pour localiser le Campement perdu de l’expédition Donner, introuvable depuis 1847, afin d’y effectuer des recherches historiques… et mettre la main sur un trésor.
Benton a en effet trouvé le journal d’une victime de l’expédition, au cours de laquelle des pionniers, coincés par une tempête de neige dans la Sierra Nevada, n’ont eu d’autre choix que de s’entredévorer pour survivre…
Mais, outre de vieux ossements et quelques pièces d’or, ce qu’ils vont découvrir va faire grimper la température de plusieurs degrés. D’autant que la jeune agente du FBI Corrie Swanson, qui a rejoint Nora et son équipe, leur apprend que les fouilles en cours ont un lien avec des exactions commises de nos jours…

Mon avis : Comme tous les amateurs de livres policiers, je connais la notoriété de Preston & Child. Mais je ne les avais jamais lu. Voilà qui est réparé !

Partir à la recherche de dépouilles datant d’un convoi vers la ruée vers l’or qui s’est retrouvé bloqué par la neige, ça n’a rien d’anormal pour Nora Kelly. Ce qui l’est plus, c’est tout l’aura de mystère et les interrogations qui tournent encore autour de cette expédition.

Je sais que ce roman fait suite à d’autres écrits par les auteurs et qu’il peut se lire indépendamment, puisqu’il inaugure une nouvelle série. Mais je pense que j’aurai plus apprécié ma lecture si j’avais commencé par les livres précédents. J’aurai pleinement pu profiter de la joie de retrouver les personnages des tomes précédents et de les voir évoluer. Là les habitués de la série seront servis !
Il n’empêche que j’ai bien aimé ma lecture. C’est très bien écrit et les chapitres plutôt courts se suivent rythmant la lecture. J’ai senti également l’habitude d’écrit des romans policiers et de faire se regrouper les éléments sans aucun lien entre eux, de prime abord, au fil des pages. Et tout ceci est très bien documenté. J’ai beaucoup aimé les personnages. Ici, deux femmes aux caractères bien trempés mais chacune tout en subtilité. Les suivre alternativement m’a fait me poser plein de questions et m’a permis de mieux les découvrir.
J’ai eu plus de mal avec la « résolution de l’intrigue » que j’ai trouvé un peu tiré par les cheveux, même si elle tient bien la route.
Avec cette lecture j’ai encore plus envie de découvrir les premiers romans de ces auteurs et je pense que pour bien faire, je vais commencer par le premier.