Le cercle des derniers libraires – Sylvie Baron

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  349
Date de parution : 16 septembre 2020
Prix : 7,60€
Acheter : Amazon

Résumé : Adrien Darcy, journaliste sportif , est en convalescence. Il vient de survivre à un grave accident de la route. Le jeune homme, la trentaine, n’a jamais su tenir en place et veut reprendre du service. Charles Batifol, son rédacteur en chef à la Montagne, quotidien régional basé à Clermont-Ferrand, lui confie un dossier non sportif : le meurtre de trois libraires de la région en trois mois. Darcy rechigne, ce n’est pas son domaine. Il finit cependant par accepter la mission : enquêter discrètement pour découvrir ce que la police n’a pas découvert, et en faire une avant-première dans La Montagne.

Mon avis : Fan de livres et admiratrice des libraires, j’avais envie de découvrir ce roman parlant de leur métier.

Après un accident de vélo, Adrien, journaliste, se voit confier l’enquête sur une histoire différente pour l’aider à se remettre doucement. Il atterri dans un univers qu’il ne connait pas, même pas de loin, celui du métier de libraire où d’étranges meurtres ont eu lieu.

Ce roman policier, n’en est pas vraiment un à mes yeux. Je m’explique. Oui, on suit l’enquête mené par Adrien sur la mort de trois libraires, mais ce n’est pas une enquête comme j’ai l’habitude d’en lire. Ici les meurtres sont « softs » (si tant est qu’ils peuvent l’être), et les meurtrier ne sont pas sanguinaires mais plutôt raffinés. Malgré tout, l’intrigue se tient, et je me suis creusé la tête à trouver le coupable en me cassant les dents à chaque fois. Vraiment, l’autrice arrive à nous faire douter à chaque page.
Adrien est le personnage typiquement septique qui se laisse changer petit à petit. Emma est la libraire passionnée que chaque lecture adore découvrir derrière son comptoir pour qu’elle quitte pour mener le lecteur à travers les étagères et lui faire découvrir ses pépites. On perçoit son dynamisme à travers les pages et elle nous est d’emblée sympathique. Les autres libraires du cercle sont tout autant attachants. Chacun a sa particularité et chacun donne envie d’être rencontré. J’ai vraiment aimé découvrir le fonctionnement d’une librairie, même s’il n’est que survolé et que je devine que tout doit être un peu plus compliqué en vrai.
Ce livre est une jolie découverte, le genre de roman à lire au coin du feu, avec un chat sur les genoux.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Cursed, La rebelle – Frank Miller et Thomas Wheeler

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  576
Date de parution : 9 septembre 2020
Prix : 8,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Nimue a échappé au massacre de son village. Sa mère, avant de mourir, l’a chargée d’une mission : remettre l’épée du pouvoir à Merlin, le sorcier redoutable.
Accompagnée d’Arthur, faux chevalier menteur et séducteur, et de la dévouée Morgane, Nimue sent grandir en elle la magie noire et ancestrale de l’épée.
L’arme fait d’elle une combattant féroce, rebelle, et le seul espoir de son peuple : la Sorcière Sand-de-Loup. Mais Nimue n’est qu’à l’aube de son destin.

Mon avis : Pour une fois, j’ai d’abord eu vent de la série avant le livre, mais cela ne m’a pas empêché d’y succomber !

Nimue fuit pour survivre après que son village a été massacré. Elle découvre ensuite qu’il n’est pas le seul et que les faës sont en danger et elle va tout faire pour les sauver.

J’ai vraiment été emportée par ce livre. C’est de la fantasy comme je l’aime mais qui mêle également des faits réels et d’autres légendaires. Et le tout donne une histoire qui emporte loin de la réalité et permet de pénétrer dans un univers riche.
Les auteurs ont réussi à créer un royaume fantastique plein de magie. Nous sommes plutôt dans un univers sombre, où la magie n’est pas toujours bien vue et où les « bas de plafond » estiment toujours qu’ils ont la seule et unique vérité. Donc même si nous sommes dans un pays imaginaire, ils nous rappellent pas mal de choses qui se déroulent actuellement.
J’ai beaucoup aimé Nimue et son caractère bien trempé. Dès le début on sent planer autour d’elle un mystère épais qui donne envie de tourner les pages et de découvrir de quoi il en retourne.
Les personnages Faëriques sont aussi très bien imaginés et décrits donnant vraiment corps à cet univers.
Je n’ai pas vu la série diffusée sur Netflix, mais je suis curieuse de voir ce que cela donne.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

5/35

Scènes de crime – Val McDermid

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  380
Date de parution : 1er juillet 2020
Prix : 8,50€
Acheter : Amazon

Résumé : Dans les coulisses de la police scientifique. Médecine légale, identité judiciaire, entomologie, toxicologie, anthropologie judiciaire, profilage, forensique numérique… Depuis deux cents ans, les sciences criminelles n’ont cessé de se développer et de se perfectionner. Pour la première fois, la célèbre romancière Val McDermid nous raconte avec brio les grandes affaires criminelles qui ont été résolues grâce aux  » experts  » d’hier et d’aujourd’hui, et comment, grâce à la science, les enquêteurs arrivent à retrouver sur une scène de crime des traces qui peuvent devenir des indices, et parfois des preuves.

Mon avis : Mes parents m’ont transmis leur amour des romans policiers. Depuis Mouche détective et les livres de Jean-Pierre Bellemare que je lisais jusqu’à pas d’heure la nuit pendant mes vacances, jusqu’aux documentaires que je dévore sur planète crime investigation en passant par les podcast, je n’arrête jamais de suivre des enquêtes policières. Ce roman de me permettait de satisfaire encore plus curiosité.

Val Mc Dermid écrit des romans policiers et elle a voulu connaitre l’autre face des crimes, celle que vivent chaque jours les forces de l’ordre, comment elles mènent l’enquête et surtout comment à évoluer la façon d’enquêter ces dernières années avec l’arrivée des nouvelles technologies.
Elle a rencontré des experts de chaque service pour parfaire ses connaissances et découvrir la face cachée de chaque enquête emblématique. Elle démontre que tout évolue et les criminels également. C’est une sorte de défit perpétuel entre forces de l’ordre et criminels.
J’ai vraiment un livre très intéressant, il m’a appris plein de choses sur les enquêtes et m’a même donné l’envie d’en savoir plus.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.

Fa(m)ille – Audrey Dana

Éditeur : J’ai lu
Nombre de pages :  215
Date de parution : 20 août 2020
Prix : 7,10€
Acheter : Amazon

Résumé : Adorée par son père qu’elle rêve d’épouser mais ne voit jamais, élevée par Mary, sa mère excentrique et ultra-laxiste, la narratrice mène une vie fantasque à « Maryland » ― une grande maison délabrée en plein coeur de la Beauce que le père a laissée à sa famille pour mieux se consacrer au jeu et aux femmes. Mais ce « coin de paradis » se transforme rapidement en gigantesque capharnaüm : Mary y accueille des marginaux et des enfants de la DDASS pour arrondir ses fins de mois, tandis que ses quatre enfants, livrés à eux-mêmes, déploient des efforts de courage, de malice et d’amour pour trouver leur place dans cet extravagant tableau…

Mon avis : Le jeu de mot du titre a fait plus que d’attirer mon attention et le résumé m’a poussé à ouvrir le roman.

Il est difficile de se faire une place dans une famille atypique où les parents ont de fortes personnalité et où tout s’effrite petit à petit.

J’ai eu du mal à me faire au style de l’autrice. Je trouvais ça très décousu au début et j’avais du mal à suivre. Mais finalement, c’était un peu à l’image d’une fillette de 5 ans qui vous raconte l’histoire. Et plus elle grandit, plus le récit s’affirme et plus je me suis attachée à cette gamine qui pousse un peu sans repère.
Ce roman fait prendre conscience de pas mal de chose : que l’argent ne fait pas tout, que des parents présents c’est important, qu’une fratrie peut être un soutien et que l’imagination d’une fillette peut devenir son pilier, et sa détermination sa raison d’avancer.
La famille de la narratrice ne l’a pas aidé à grandir, loin de là, elle a du le faire toute seule et c’est loin d’avoir été facile. J’ai été effaré de voir que des parents pouvaient si mal remplir leur rôle. Qu’ils pouvaient être si égoïstes, portés sur l’argent et leur bien être personnel.
J’ai été épaté par la force de caractère de la narratrice qui réussi malgré tout à garder son objectif en tête et le lâche rien pour y parvenir. D’ailleurs, heureusement qu’elle l’avait, où elle ne s’en serait peut-être mieux sortie.
On traine tous des bagages, plus ou moins lourd, à cause de notre famille. En lisant ce livre, on s’aperçoit qu’on est plutôt gâté.
C’est un roman très juste, écrit comme on se confit, comme on se décharge d’un fardeau sur le bord de la route pour pouvoir avancer.

Je remercie J’ai lu pour cette lecture.