Hard boy tome 1 – Helena Hunting

Éditeur : City éditions
Nombre de pages : 410
Date de parution : 6 janvier 2016
Prix :  17,95€ Notepaillons2.5

pucked-tome-1-hard-boy-708871-250-400Résumé : Avec un célèbre joueur de hockey pour demi-frère, Violet connaît bien la réputation sulfureuse de ses camarades de jeu. Notamment du capitaine de l’équipe, le légendaire Alex Waters qui fait rêver toutes les filles.
Mais un jour, la jeune femme découvre qu’Alex n’a rien du simple sportif écervelé, qu’il sait aussi se montrer intelligent et subtil. Complètement sous le charme, elle passe une nuit avec Alex qui se révèle très doué dans le maniement de tous les styles de bâtons…
Violet pense que cette nuit magique n’était justement que cela : une nuit. Elle se trompe. Il est impossible de ne pas s’attacher à quelqu’un comme Alex. Le problème c’est que les médias décortiquent la vie du joueur vedette et Violet n’a pas du tout envie de se retrouver sous le feu des projecteurs…

Mon avis : De temps en temps, un peu de romance saupoudré de scènes de sexe me permet e déconnecter. La couverture de ce livre était plutôt éloquente, pour ne pas dire alléchante, et je me suis laissée tenter.

Violet baigne dans le monde du hockey depuis plusieurs année grâce à son beau-père et à son demi-frère. La leçon qu’elle en a retenu c’est qu’il ne faut jamais sortir avec un hockeyeur. Sauf qu’Alex n’est pas du même avis…

Alors, alors… J’ai lu ce livre très vite et j’ai somme toute passé un bon moment. Pour un livre de romance, new adult ou pas, on n’en attend pas plus. Je pourrais m’arrêter là, parce que franchement, le résumé de la 4ème de couverture en dis assez, mais ça ne serait pas bien.
Donc, plus en détails… l’histoire est mignonne, la fille qui tombe amoureuse du tombeur à la réputation sulfureuse et qui ne lui fait pas confiance (on la comprend) mais quand même hein, elle a du mal à lui résister et à lui dire non. Bon, heureusement d’ailleurs, parce que sinon le roman serait vite terminé (aussi vite que mon avis, nan, j’rigole). Je ne vous parle pas de la fin, on s’en doute tous un peu quand on commence ce genre de livre. Et comme dit mon amie Mylène :  » ce qui nous intéresse ce n’est pas de connaitre la fin, mais de savoir comment on y arrive. » Et finalement heureusement que l’entre début et fin d’ici c’est bien rempli.
J’ai beaucoup aimé Violet et son humour c’est elle qui remonte mon avis sur le livre. J’ai franchement ri à sa répartie et à sa façon de voir les chose, malgré tout.
Je pense que je vais vite oublier ce livre après l’avoir lu. Enfin ce n’est pas tout à fait vrai. Je vais me rappeler de la couverture quand même 😉

Je remercie City éditions pour cette lecture.

Drôle de karma – Sophie Henrionnet

Éditeur : City édition
Nombre de pages : 288
Date de parution : 22 octobre 2014
Prix : 17,50€  Notepaillons3.5

5198uGwWMVLRésumé : Joséphine est une trentenaire ordinaire. Jusqu’au moment où, en quelques jours, sa vie bascule : elle découvre la double vie de son petit ami et se fait licencier. Pour couronner le tout, sa voisine meurt sous ses yeux, victime d’une chute de pot de fleurs sur la tête !
Certains diraient que Joséphine a un mauvais karma, qu’elle enchaîne les catastrophes. Qu’à cela ne tienne : elle décide de quitter Paris pour conjurer le mauvais sort. Cap sur l’Angleterre.
Mais là-bas non plus, la vie de Joséphine n’est pas un long fleuve tranquille. Au beau milieu d’une excentrique famille d’aristocrates, les choses prennent même une tournure franchement délirante. Drôle de karma, décidément…

Mon avis : Pour finir l’année tranquillement, sans prise La tête j’ai lu un petit chik-lit, histoire La me vider la tête (bein oui parce que je publie mon avis aujourd’hui, mais le livre je l’ai lu en décembre).

Joséphine bientôt 30 ans pense avoir plutôt bien réussi sa vie : un petit charmant, un boulot qui a au moins le mérite de payer le loyer, de bonnes amies, bref une vie normale. Jusqu’au jour où son karma s’en mêle et que tout bascule.

Ce livre commence sur les chapeaux de roue. À peine le temps La faire connaissance avec Joséphine que les ennuis s’accumulent. Typique de la chick-lit notre héroïne n’a pas de chance et cumule les situations cocasses et les ennuis. C’est bien sûr pour le plus grand plaisir des lectrices qui enchaîne les sourire. Donc sans surprise dans ce genre de lecture Joséphine est une jeune femme trentenaire qui manque cruellement de chance, elle est attachante et on la plaint une bonne partie de la lecture. Rien de bien neuf dans la chick-lit.
Là où l’histoire est un peu plus originale c’est que l’auteure y a ajouté une touche de suspense et d’enquête. Plutôt que de se centrer sur les déboires amoureux et les bévues de travail que l’on lit généralement, l’auteure a eu l’idée de nous mener sur les traces d’une enquête en Angleterre et en Écosse. Et c’est une très bonne idée ! Je me suis laissée emporter par les aventures originales de Joséphine. Bon bien sûr la fin est plutôt sans surprise, on se doute de la happy end, même si pour le coup c’est le chemin empruntée par l’héroïne qui est original et qui ajoute aux mauvaises surprises rencontre Joséphine, le tout restant quand même assez crédibles.

J’ai passé un très bon moment avec Joséphine et ses mésaventures. Idéal pour un après-midi pluvieux où l’on veut se vider la tête.

Ma vie, mon ex et autres calamités – Marie Vareille

Éditeur : City éditions
Nombre de pages : 267
Date de parution : 4 juin 2014
Prix : 15,90€ Notepaillons5

41QlnZ97XjLRésumé : Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente-et-une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin : du jour au lendemain elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement ! Elle déprime pendant des jours devant Gossip Girl en engloutissant des kilos de Chococookies. Jusqu’à ce qu’une série de quiproquos rocambolesques la contraigne à affronter sa plus grande terreur, l’avion, et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine. Évidemment, là non plus, les choses ne tournent pas comme elle l’avait imaginé. Elle rencontre notamment un jeune homme, certes très beau, mais aussi très désagréable… Une comédie romantique pétillante et drôle avec une délicieuse french touch !

Mon avis : Il fut un temps où je lisais énormément de chick lit. Y’a une petite quinzaine d’années (oui, je sais ça date) et je suis passée à d’autres genres. Mais de temps en temps, j’aime en lire un par-ci par-là, histoire d’avoir le sourire le temps de ma lecture. Le livre de Marie Vareille avait une quatrième de couverture qui laissait à penser que je n’allais pas m’ennuyer, il n’en fallait pas plus pour me convaincre.

Juliette est une bonne pâte. Elle est le genre de fille qui ne sait pas dire non et qui trouve toujours des excuses à tout le monde. Jusqu’au jour où son monde s’écroule et où cherchant à moitié à affronter la réalité, à moitié à la fuir, elle va se rendre compte qu’elle a peut être besoin de changer…
J’ai commencé ce livre doucement, trouvant Juliette un peu cruche et agaçante, c’est dur de voir un personnage se faire marcher sur les pieds quand on ne le tolère pas pour soit. Mais très vite je me suis laissée prendre au jeu tellement l’auteure nous amène ça avec beaucoup d’humour, et on se surprend à sourire et à avoir de l’indulgence pour se personnage sur lequel le sort s’acharne.
C’est le principe de la chick lit, l’héroïne voit son mode s’effondrer et fait pire que mieux en essayant de s’en sortir. C’est exactement ce qui arrive à Juliette dans les ¾ du livre. La pauvrette enchaine les mésaventures et s’empêtre dans des situations loufoques en voulant s’en sortir. Et là je dois bien avouer que j’ai savouré ! C’est un peu le genre de situations pour lesquelles on prend plaisir à se dire qu’heureusement ça ne nous arrive jamais (ou presque;-) ) et où l’on a envie que l’héroïne continue à s’empêtrer.
Marie Vareille a une plume qui ne se lit pas mais se dévore ! On avale les pages sans s’en rendre compte, on s’attache à Juliette et on devient accro aux situations rocambolesques. Quand un chapitre se termine on attaque le suivant, impatient de découvrir les nouvelles (mes)aventures de Juliette.
Bien entendu, ce genre de livre se termine sur une note positive, et rapidement j’ai réussi à interpréter les indices que dissimulait habillement Marie, jusqu’à la fin que j’ai trouvé tout bonnement géniale.
Dans la lignée des livres de l’été à lire au bord de l’eau, je vous invite fortement à mettre celui-ci dans votre valise pour les vacances, ou à le lire pour décompresser du travail.

Je remercie l’auteure pour cette lecture plus qu’agréable.