Charley Davidson tome 5 – Cinquième tombe au bout du tunnel – Darynda Jones

 Éditeur : Milady
Nombre de pages : 398
Date de parution : 22 novembre 2013
Prix : 7,20€ coupcoeur3Notepaillons5

capture8Résumé : Charley Davidson s’était juré de garder ses distances avec Reyes Farrow, le torride fils de Satan. Mais quand les victimes terrorisées d’un tueur en série commencent à s’entasser dans son appartement, elle est contrainte de lui demander de l’aide. Surtout lorsqu’il devient évident que sa soeur, Gemma, est la prochaine cible. Mais Reyes pose une condition pour lui offrir sa protection : que Charley se donne à lui corps et âme. Un prix que la Faucheuse pourrait bien accepter de payer…

Mon avis : Charley est incontestablement ma série chouchou. Dès qu’un tome sort je l’achète et je le lis dans la foulée. Jusqu’à maintenant aucun des 4 premiers tomes de m’a déçue et je voulais connaître la suite des aventures de notre détective casse-coup rapidement. Et ma copine Acr0 a joué les mères Noël ç l’avance pour me l’offrir. C’est le moyen de me faire un cadeau qui fait plaisir.

Ce tome étant un cinquième opus, pas de résumée de bibi. Pourtant c’est pas l’envie qui me manque de vous le raconter ce livre histoire que vous aussi vous vous jetiez dessus, mais je ne voudrais pas du tout vous spoiler…

Donc aussi dans les mains de bibi aussitôt sous les yeux de bibi ! Et je ne l’ai pas regretté !
J’ai retrouvé Charley avec beaucoup de plaisir. J’aime toujours autant son humour, sa répartie, sa façon de faire face aux ennuis et surtout son trouble de l’attention ! On ne peut qu’aimer cette fille (j’avais tapé folle, ça lui convient aussi me direz-vous comme petit nom). Bien sûr elle a un physique qui fait qu’en temps que femme on pourrait la jalouser, mais ce n’est pas le cas. Elle est trop attachante. Elle est toujours prête à rendre service et il est impossible de la détester. Franchement comment voulez vous ne pas aimer une femme qui donne des prénoms à son mobilier et à ses organes ? J’aime aussi sa détermination, il est difficile de faire plus têtue qu’elle. Je tombe rarement autant sous le charme d’un personnage mais elle y est parvenu à me faire succomber (au même titre que Stéphanie Plum je dirais). Et bizarrement chez moi ce n’est pas Reyes qui rend le livre le plus attrayant mais bien Charley. Je ne vais pas dire que je ne trouve pas de bad boy ténébreux craquant, mais ce n’est pas pour lui que je veux absolument connaître la suite de la série. C’est bien pour Charley, sa façon de résoudre les enquêtes, d’être douce et tendre avec les âmes perdues, sa compréhension et son humanisme. Ainsi que ses deux pieds gauche et sa bouche qui ne sait jamais se taire.
Vous remarquerez que mon avis tourne autour du personnage. Oui, rien sur le livre (bon bien sure l’intrigue est bien elle aussi, et on progresse dans les découvertes sur Charley, ses pouvoirs et son but sur notre terre) mais c’est parce que si vous vous lancez dans la découverte de cette série, vous serez comme moi sous le charme de Charley voire même de Reyes 😉
Bref ! FONCEZ !


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Kaleb tome 3 – Fusion – Myra Eljundi

 Éditeur : Robert Lafont / Collection R
Nombre de pages : 441
Date de parution : 14 novembre 2013
Prix : 18,50€ Notepaillons5

81DFg2S-iFL._SL1500_Résumé : Saison 3. La prophétie du volcan prédit l’avènement d’une nouvelle ère, initiée par l’Elu… Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu’il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout… Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d’une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.

Mon avis : J’étais curieuse de connaître la suite et fin de cette trilogie et je peux vous dire qu’elle a tenue ses promesses jusqu’au bout.

Comme vous en avez maintenant l’habitude (ou vous allez la prendre) pas de résumé personnel de ce dernier tome pour éviter de trop vous en dévoiler.

Avec ce tome, je m’attendais à découvrir la fin des aventures de Kaleb, le dénouement de son combat contre les sentinelles, et j’ai eu l’agréable surprise de prendre connaissance de l’origine des enfants du volcan. Je ne pensais pas qu’on n’en saurait plus que ce qui était abordé dans les tomes précédents, mais l’auteure nous dévoile en fait la totalité de l’histoire de leurs origines.
Ce roman alterne entre les périodes actuelles où Kaleb et son petit groupe continuent leur lutte et les récit de l’origine des enfants du volcan. Et j’ai adoré découvrir l’histoire de la « création » des enfants du volcan. J’aime ces retours vers le passé et connaître les pourquoi des comment de maintenant, j’aime connaître les détails et là j’ai été servie ! J’ai même préféré découvrir la vie des ancêtres de Kaleb que la fin de sa lutte.
Pour moi qui aime savoir les origines des choses c’était impec’ ! Mais du coup j’ai trouvé que le dénouement de l’intrigue était un peu bâclée comme passée au second plan. Oh ! On connait bien la fin de l’histoire, qui est l’Élu et qui gagne sur qui, mais ça se passe super vite. Sur le coup je ne l’ai pas remarqué tant j’étais prise par le récit du passé, mais une fois refermé le livre, je me suis dit que tout se passait très vite et que quelques détails supplémentaires n’auraient pas été superflus. Ce qui n’empêche pas, bizarrement que la fin m’a tout de même surprise. Elle colle totalement au titre du tome par bien des aspects mais jamais je n’aurai pu l’imaginer.
En résumé je dirai que j’ai beaucoup aimé cette trilogie que je trouve originale. L’auteure écrit un livre qui nous montre que tout n’est pas rose, que notre monde est en réalité une véritable palette de gris. Plus encore, elle nous montre que tout le monde est un habile mélange de méchanceté et de gentillesse et qu’il est difficile de nous rentrer dans des cases. C’est un livre jeunesse sans complaisance, qui, s’il est lu au bon âge peut faire réfléchir.

 

21/60

21/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Glitch tome 3 – Insurrection – Heather Anastasiu

 Éditeur : Robert Lafont / Collection R
Nombre de pages : 4463
Date de parution : 14 novembre 2013
Prix : 17,90€ Notepaillons5

1014133_10151701728651473_1246824468_nRésumé : La bataille ultime est proche de son terme, et tout espoir semble s’être envolé : Zoé et ses compagnons de la Résistance battent en retraite après avoir perdu leur base et leur chef. Ils sont écrasés en nombre et en puissance de feu par l’omnipotente corporation qui a asservi le monde. A sa tête, la cruelle Chancelière est à deux doigts d’exécuter un plan à même de détruire la quasi-totalité de l’humanité.
La seule option qu’il reste à Zoé, c’est de réaliser son rêve de toujours : mettre un terme à l’odieux système du Lien, et de ce fait libérer la population du joug informatique qui bride leurs pensées et leurs émotions, en espérant ainsi déclencher une révolution. La mission de Zoé d’infiltrer la redoutable Communauté est presque impossible, mais elle est pourtant la seule à pouvoir la mener à bien.
Pire, les visions prémonitoires d’Adrien se scindent désormais en deux futurs bien distincts : l’un où, ensemble, Zoé et lui réussissent, et l’autre où l’humanité glisse vers l’extinction… Et tout repose entre les mains de Zoé.

Mon avis : Après la fin très « mais c’est quoi ce bordel » j’étais plus qu’impatience de connaître la fin de cette trilogie ! Du coup sitôt reçu, sitôt dévorée.

Vous commencez à avoir l’habitude, pas de résumé perso pour ce dernier tome, ça serait dommage de vous spoiler bêtement.

Je me suis plongée avec délice dans ce livre. J’ai retrouvé Zoé et le nouveau Adrien avec plaisir. Zoé est vraiment une héroïne que j’ai adoré. Elle est droit et franche avec ce qu’il faut de manque d’assurance pour la rendre attachante. Ce qui ne l’empêche pas de faire face à ses responsabilités avec une maturité peu commune pour une jeune fille de 17 ans. Elle est consciente de la situation et sait qu’ils n’obtiendront pas la victoire sans certains sacrifices. A côté de ça, elle a toujours le cœur d’une ado et elle gère comme elle peut la situation compliquée dans laquelle elle se trouve (je sais, c’est obscure, mais c’est voulu, seuls ceux qui auront lu le tome 2 comprendront).
Adrien est aussi un personnage intéressant, j’ai apprécié le voir évoluer et frémi avec chacun de ses progrès. J’ai gardé dans un coin de ma tête pendant toute ma lecture l’incertitude de la fin de son « évolution ».
Il est un peu à l’image de l’intrigue. Jusqu’aux dernières pages, nous ne sommes pas assuré de 100% de la victoire des rebelles. C’est ce qui m’a le plus plu lors de ce tome, cette incertitude, le fait de ne pas deviner à l’avance la fin de l’histoire, comme c’est le cas dans pas mal de romans. C’est vraiment plaisant de dévorer les pages sans savoir ce que l’on va trouver sur la suivante. La plume de l’auteure est vive, son style rapide au diapason avec l’intrigue.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment avec cette saga et je ne peux que fortement vous la conseiller !

 

 

 

Je remercie la collection R pour cette lecture.

 

20/60

20/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.

La fille de braises et de ronces tome 2 – La couronne de flamme – Rae Carson

 Éditeur : Robert Lafont / Collection R
Nombre de pages : 417
Date de parution : 17 octobre 2013
Prix : 16,90€ Notepaillons5

994156_10151701728311473_1357611300_nRésumé : Le deuxième volet de la trilogie de braises et de ronces, une perle de l’heroic fantasy pour les fans de la série Game of Thrones.
Au coeur de son royaume, comme au royaume de son coeur, le chaos menace…

Elisa est devenue une héroïne malgré elle. Secondée par le fidèle Hector et par ses compagnons du Malficio, elle a mené son peuple à la victoire grâce au pouvoir de sa Pierre Sacrée en terrassant une armée menée par des sorciers tout-puissants, les Animagi. Le trône de Brisadulce lui revient de droit, mais les membres de la cour complotent contre cette reine de dix-sept ans. Elisa échappe de justesse à plusieurs tentatives d’assassinat. Elle ne peut accorder sa confiance à personne et se rend vite à l’évidence, la mort dans l’âme : elle doit unir sa vie à celle d’un seigneur de Brisadulce si elle veut asseoir son autorité. Suivra-t-elle la voie de la raison quand ses sentiments à l’égard d’Hector sont de plus en plus forts ? Pour conquérir le pouvoir dont elle a désespérément besoin afin de vaincre ses ennemis et accomplir sa destinée d’Elue, Elisa part à la recherche d’une source de puissance illimitée, le mythique zafira. Une quête périlleuse qui l’entraînera dans un extraordinaire jeu de piste par-delà les océans. Dans cette quête l’accompagnent ses amis les plus chers, le garçon qui l’a trahie, et l’homme qu’elle aime. Si la chance est avec elle, elle en sortira vivante. Et plus puissante que jamais. Mais il y a un prix à payer.

Mon avis : J’avais lu le premier tome début 2012 et il m’avait plus qu’enchanté ! Seulement j’ai été une des rares à passer la couverture et à le lire, du coup il ne s’était pas bien vendu. Robert Laffont a alors tenté une opération de sauvetage en commandant de nouvelle couverture à Larry Rostant et le résultat a enthousiasmé tout le monde. Perso je les trouve super belle ! Bref tout ça pour dire que le tome 2 a été publié et que je l’ai dévoré !

Après avoir vaincu l’ennemi Élisa accède au trône de Brisadulce, mais même en étant reine tout ne coule pas de source. Elle a beau être très intelligente son rôle n’est pas accepté de tous et elle doit faire ses preuves.

Dire que j’attendais ce livre impatiemment serait un euphémisme. J’avais adoré le 1er qui nous présentait une héroïne atypique, pas super jolie mais avec un physique passe-partout et une vie plutôt banale (autant que peut l’être celle d’une princesse de fantasy) qui bascule du jour au lendemain et qui fait face avec ses moyens. J’aime ce genre de personnage qui se cherche tout le long du récit et qui évolue. Je voulais donc vite découvrir ce qu’allait donner l’Élisa reine.
Près de 22 mois s’étant écoulés entre mes deux lectures, j’ai eu du mal à me souvenir de certains événements mais ce la n’a pas gêné ma lecture. Ce livre est l’épisode suivant du premier, même si l’on ne se souvient plus totalement de comment est arrivée Élisa sur le trône, le livre y fait peu référence, il aborde une nouvelle étape de la vie d’Élisa, celle d’appréhender le rôle de reine. Elle découvre que malgré son intelligence, les intrigues et les manigances de la cours sont plus fourbes qu’elle ne pensait. Mais elle fait face, elle apprend, elle est toujours peu sûr d’elle, mais son courage compense.
Comme dans le premier tome, nous voyons Élisa poursuivre son chemin, évoluer, grandir, devenir femme et surtout reine. C’est ce que j’adore dans ce livre, la voir évoluer. Elle n’a vraiment plus rien à voir avec la jeune fille boulote, choyée et épargnée des débuts. Son évolution est logique face aux situations qu’elle a dû affronter.
L’histoire par elle-même est également entrainante. Le début est un peu plus long, présentant la cours et son mode de fonctionnement fourbe mais une fois l’action lancée, on ne peut plus lâcher le livre.
On est au cœur d’un vrai récit de fantasy avec une quête et une étape différente à chaque tome, et c’est peu dire que j’ai vivement envie de connaître la suite et fin qui paraitra normalement début 2014.

Le petit plus : découvrez le travail de l’illistrateur et photographe Larry Rostant ICI.

 

19/60

19/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Tsawayak – Iris Ferreira

 Éditeur : Aelhonnia éditions
Nombre de pages : 403
Date de parution : 15 octobre 2013
Prix : 5,99€ (livre numérique) Notepaillons2

1383832_536675373082318_949392013_nRésumé : Près de quatre millénaires après la Grande Catastrophe qui a failli détruire l`humanité, le peuple Vanar subit l`oppression de leurs voisins du Nord, les Belzak. Un adolescent Vanar, Erol Solavar, se constitue esclave pour sauver sa mère. Il est transféré dans le camp de travail d`Edsvek, dans le Grand Nord. L`un des médecins de l`unité de recherche scientifique du camp, Eysul Salveth, le prend sous sa protection. A Deyak, la petite ville de montagne où vit Eysul, Erol découvre le Culte de l`Ours, et rencontre Esriel, une adolescente rebelle qui devient son premier amour. Pendant ce temps, le roi Ijdur Seyezin et son plus grand général, Valayeth, mènent une terrible répression contre des insurgés Vanar de la Grande Forêt Orientale ; une autre guerre est déclarée peu après contre une région Belzak dissidente.

Mon avis : J’ai découvert ce livre sur livraddict et le synopsis m’a donné envie d’en savoir plus. Passé les soucis de conversion pour lire ce livre en format PDF sur ma kindle, je me suis lancée dans l’aventure.

Ce livre narre principalement les aventures de Erol et son évolution à travers les ans sur notre terre quelques milliers d’années après un catastrophe qui l’a complètement transformée. Ce monde me fait un peu penser à un monde de fantasy entre modernité et moyen-âge.

Je ressors mitigée de ma lecture…
L’histoire par elle même est bien imaginée, le monde créé est complet, avec même son propre langage, mais je l’ai trouvé très superficiel. J’ai eu du mal à m’immerger dans le livre et à me laisser porter par l’histoire. Ce livre couvre une large période et je pense qu’il aurait mérité d’être découpé en plusieurs tomes afin d’être plus étoffé. J’ai parfois manqué de description et j’ai eu du mal à m’imaginer les lieux. Le style est plutôt déclaratif rendant la lecture monotone.
Le langage créé est accompagné d’un lexique afin qu’on ne soit pas perdu, mais le format numérique ne permet pas de le consulter facilement. Cela n’empêche en rien la compréhension des dialogues, mais ça alourdit un peu le rythme.
Les prénoms et les noms des lieux étant aussi inventés, j’ai été parfois un peu perdue, surtout lorsque les prénoms se ressemblaient. Je pense aussi qu’une petite carte m’aurait aidé à me repérer dans les conflits qui ponctuent le récit. Le fait de devoir réfléchir un peu à ralenti ma lecture un chouilla.
Mais ce livre a aussi pas mal de points positifs dont l’imagination de l’auteure qui est fertile et plutôt carrée. Elle a réussi à prévoir toute son histoire sur la longueur, elle a pensé un monde très complet et a même réussi à créer une langue propre à ce monde. On sent le potentiel et j’ai eu l’impression d’assister à la naissance d’un futur talent.

Malheureusement l’histoire et les personnages n’ont pas réussi à me séduire, je suis restée à côté de l’histoire sans rentrer réellement dedans, il m’a manqué un petit quelque chose sur lequel je n’ai pas réussi à mettre le doigt.


Cliquez si vous souhaitez acheter.