Tsawayak – Iris Ferreira

 Éditeur : Aelhonnia éditions
Nombre de pages : 403
Date de parution : 15 octobre 2013
Prix : 5,99€ (livre numérique) Notepaillons2

1383832_536675373082318_949392013_nRésumé : Près de quatre millénaires après la Grande Catastrophe qui a failli détruire l`humanité, le peuple Vanar subit l`oppression de leurs voisins du Nord, les Belzak. Un adolescent Vanar, Erol Solavar, se constitue esclave pour sauver sa mère. Il est transféré dans le camp de travail d`Edsvek, dans le Grand Nord. L`un des médecins de l`unité de recherche scientifique du camp, Eysul Salveth, le prend sous sa protection. A Deyak, la petite ville de montagne où vit Eysul, Erol découvre le Culte de l`Ours, et rencontre Esriel, une adolescente rebelle qui devient son premier amour. Pendant ce temps, le roi Ijdur Seyezin et son plus grand général, Valayeth, mènent une terrible répression contre des insurgés Vanar de la Grande Forêt Orientale ; une autre guerre est déclarée peu après contre une région Belzak dissidente.

Mon avis : J’ai découvert ce livre sur livraddict et le synopsis m’a donné envie d’en savoir plus. Passé les soucis de conversion pour lire ce livre en format PDF sur ma kindle, je me suis lancée dans l’aventure.

Ce livre narre principalement les aventures de Erol et son évolution à travers les ans sur notre terre quelques milliers d’années après un catastrophe qui l’a complètement transformée. Ce monde me fait un peu penser à un monde de fantasy entre modernité et moyen-âge.

Je ressors mitigée de ma lecture…
L’histoire par elle même est bien imaginée, le monde créé est complet, avec même son propre langage, mais je l’ai trouvé très superficiel. J’ai eu du mal à m’immerger dans le livre et à me laisser porter par l’histoire. Ce livre couvre une large période et je pense qu’il aurait mérité d’être découpé en plusieurs tomes afin d’être plus étoffé. J’ai parfois manqué de description et j’ai eu du mal à m’imaginer les lieux. Le style est plutôt déclaratif rendant la lecture monotone.
Le langage créé est accompagné d’un lexique afin qu’on ne soit pas perdu, mais le format numérique ne permet pas de le consulter facilement. Cela n’empêche en rien la compréhension des dialogues, mais ça alourdit un peu le rythme.
Les prénoms et les noms des lieux étant aussi inventés, j’ai été parfois un peu perdue, surtout lorsque les prénoms se ressemblaient. Je pense aussi qu’une petite carte m’aurait aidé à me repérer dans les conflits qui ponctuent le récit. Le fait de devoir réfléchir un peu à ralenti ma lecture un chouilla.
Mais ce livre a aussi pas mal de points positifs dont l’imagination de l’auteure qui est fertile et plutôt carrée. Elle a réussi à prévoir toute son histoire sur la longueur, elle a pensé un monde très complet et a même réussi à créer une langue propre à ce monde. On sent le potentiel et j’ai eu l’impression d’assister à la naissance d’un futur talent.

Malheureusement l’histoire et les personnages n’ont pas réussi à me séduire, je suis restée à côté de l’histoire sans rentrer réellement dedans, il m’a manqué un petit quelque chose sur lequel je n’ai pas réussi à mettre le doigt.


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Publicités

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s