Heartstopper tome 3 – Un voyage à Paris – Alice Oseman

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  381
Date de parution : 24 juin 2020
Prix : 12,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Ceci est l’histoire de deux lycéens. Amis, puis petits amis, ils apprennent ensemble à affronter le regard des autres. Depuis que Nick a fait son coming out auprès de sa mère, Charlie et lui tentent de plus en plus de s’affirmer en tant que couple. Mais entre les cours et les examens, ils peinent à trouver le temps de se voir. Heureusement, le voyage scolaire arrive à grands pas ! Et quoi de mieux qu’une excursion à Paris pour se retrouver entre amoureux ?

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé les tomes 1 et 2, qui sont une agréable surprise pour moi (mes avis ICI et ). J’avais donc hâte de lire la suite.

Après des débuts d’histoire un peu tâtonnant, Nick et Charlie partent en voyage scolaire à Paris. Mais gérer les amis et la nouvelle histoire n’est pas toujours simple.

Difficile d’écrire un avis sur un troisième tome, surtout quand c’est une BD. Enfin moi j’ai du mal. Pas parce que l’histoire est moins intéressante, loin de là, mais parce que j’ai toujours du mal avec les avis sur les BD et manga.
Bref, revenons à notre avis. J’ai beaucoup aimé lire ce livre. L’histoire de Charlie et Nick évolue doucement, mais on sent clairement l’amour entre eux et que cet amour est fait pour durer. Il est aussi intéressant également de voir réagir leur entourage. Parfois ils sont compréhensifs, parfois sont obtus et méchants, mais cela représente bien la façon qu’on les gens de réagir face à ce genre de nouvelles.
Les deux personnages principaux sont attachants, un peu niais, mais ils sont jeunes, et qu’est-ce que je pouvais l’être à leur âge ! Leur amis complètent les thèmes abordés, l’autrice ne se cantonne pas aux gays, mais aussi aux transsexuel qui sont souvent mis de côté.
Le tout s’accorde parfaitement bien et c’est toujours un plaisir de passer du temps avec la petite bande de Nick et Charlie.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

33/50

Strawberry moon tome 1 – La fille de la lune – Laia Lopez

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  192
Date de parution : 24 juin 2020
Prix : 13,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Sur un campus universitaire situé au bord d’une lagune, des événements inquiétants se succèdent. Des étudiants disparaissent pendant plusieurs heures, puis réapparaissent, hagards, comme vidés de leur âme. Il n’en faut pas plus pour que la rumeur se propage : le campus est hanté. Diana, elle, a fait sa rentrée universitaire comme tous les autres étudiants, mais elle cache un secret. C’est une sirène. Elle vient de la lagune et a choisi, à ses 18 ans, de venir vivre sur la terre ferme pour échapper à la solitude de sa condition aquatique, d’autant plus qu’étant une espèce rare et puissante de sirène, elle a grandi à l’écart des autres. Grâce à d’autres étudiants sirènes, elle essaie de s’intégrer à la vie étudiante et de passer inaperçue, comme l’exigent les règles du monde aquatique. Mais ce n’est pas si simple. Un garçon nommé Eiden attire son attention et les deux se rapprochent beaucoup, alors que les relations entre humains et sirènes sont très mal vues par le Conseil de la lagune…

Mon avis : J’ai été attiré par ce livre pour deux raison : sa couverture et ses couleurs que j’adore, et pour son titre qui me rappelle une chanson apprise en cours d’espagnol au collège (oui ça date !). Et vous connaissez maintenant ma faiblesse légendaire…

Diana est une sirène qui vient t’intégrer le monde des humains. Elle apprend à vivre dans ce monde qu’elle ne connait pas. Et ce n’est pas facile tous les jours de garder ses secrets.

Je vais d’abord parler de ce qui saute aux yeux : les dessins qui sont tout bonnement magnifiques ! J’adore les couleurs et le trait. Cela permet également de se faire une idée des personnages. Puis, ça égaille la lecture.
L’histoire est plus gentillette au début. Pas vraiment transcendante et un peu classique. Les personnages sont un peu fades et j’ai eu du mal à m’y attacher. Mais plus on tourne les pages plus on s’intéresse à eux et plus on s’y attache. L’intrigue prend aussi en profondeur et elle a réussi peu à peu à capter mon attention. J’ai pris de plus en plus de plaisir à tourner les pages, et j’ai voulu en savoir plus.
Diana est délicieusement naïve lorsqu’elle découvre l’univers des humains, mais c’est agréable de découvrir le monde à travers ses yeux. Eiden n’a rien du héros romantique conventionnel, mais sa douceur et sa timidité ont également de quoi charmer.
Bref, j’ai passé un très bon moment avec ce livre et j’espère vite lire la suite.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

32/50

La vie cachée d’Isis tome 1 – Laurène Reussard

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  400
Date de parution : 10 juin 2020
Prix : 18,00€
Acheter : Amazon

Résumé : Isis, c’est le genre de personnes que tout le monde aime. Le genre de filles dont tous les garçons rêvent. Mais, au début de l’été, elle est partie, ne laissant derrière elle que quelques lignes griffonnées sur un morceau de papier. Cela fait maintenant deux mois. Les cours viennent de reprendre au lycée et elle n’est toujours pas revenue… Elio, Thaïs, Aaron et Gabrielle, ses amis, en viennent à croire que quelque chose cloche dans cette affaire. Et si Isis n’était pas partie ? Et si elle avait… disparu ?

Mon avis : Des ados et une histoire de disparitions. Ce roman a tout pour me plaire en ce moment !

Comment réagiriez-vous si votre amie disparaissait du jour au lendemain sans réelle explication ? Thais, Gabrielle, Elio et Aaron et ont décidé de mener l’enquête pour retrouver leur amie qui pour eux n’avait aucune raison de disparaitre.

L’action se déroule à Lyon, cela change de Paris, même si c’est encore une grande ville. Par contre les ados restent les mêmes : des adultes en devenir complètement paumés. Chacun a ses raisons d’être perdus, mais elles se rencontrent souvent : la recherche d’identité sexuelle, la vie de famille dissolue, les mauvais traitements et le mal être qui découle de tout cela. Et comme si cela ne suffisait pas nous 4 acolytes ont décidé de rechercher leur amie. Ils vont alors apprendre que toutes les vérités ne sont pas bonnes à découvrir.
Sous couvert de la recherche d’Isis l’autrice nous fait découvrir petit à petit ses quatre personnages. On commence par leur caractère, puis leur histoire personnelle et enfin tous leurs sombres petits secrets. Des ados normaux quoi ! Certains ont eu la vie plus facile que d’autre, mais tous ont souffert à leur manière, à cause de leur famille ou d’un mal être. Parfois même la recherche d’Isis passe en second plan. D’ailleurs elle paraît bien mystérieuse cette Isis qu’on ne fait qu’effleurer à chaque fois. Dès qu’on apprend quelque chose sur elle c’est pour mieux se poser des questions ensuite… Elle m’a même parue peu sympathique malgré ce que tout le monde en dit…
La fin du roman m’a laissé sur le c*** et j’ai hâte de connaitre la suite.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

31/50

Par une nuit écarlate – Hubert Ben Kemoun

Éditeur : Auzou
Nombre de pages :  184
Date de parution : 27 août 2020
Prix : 12,95€
Acheter : Amazon

Résumé : Solal fait le mur pour rejoindre Adèle dans une soirée. Lionel, SDF, vole un couple pour avoir de quoi survivre. Alessandro, petit dealer de quartier, se rend à une fête et jette son dévolu sur une jeune fille. Arno part à la recherche d’un de ses anciens associés qui arnaque son patron. Les destins de ces personnages vont se croiser, révélant peu à peu les liens improbables qui les unissent et les motivations qui les animent. Et au coeur de cette nuit écarlate, chaque acte pourrait avoir de terribles conséquences…

Mon avis : J’ai reçu ce lire dans le cadre de la masse critique Babelio. Le résumé m’avait intrigué et comme je suis faible, j’ai cédé et je l’ai demandé 🙂 Je me suis également dit que ce serait le moyen de découvrir l’auteur qui écrit pas mal de romans jeunesses.

 Quand une nuit fait se croiser le destin d’inconnus qui n’auraient jamais dû ce croiser, plus pour le pire que le meilleur.

J’ai commencé ce livre sans apriori mais j’ai eu beaucoup de mal au final pour le lire. Il y a beaucoup de personnages et aucun n’a réussi à déclencher chez moi de l’empathie. Je n’ai réussi à m’attacher à aucun d’eux. Peut-être parce que se sont tous des hommes, même si d’habitude ça ne me dérange pas. Difficile dans ces cas là de s’intéresser à l’histoire.
L’intrigue est plutôt bien trouvée pourtant. Comment avec un enchainement d’événements la vie de quatre personnes peu changer en une nuit. Même si ce n’est pas nouveau. Mais cela n’a pas matché avec moi. Pourtant la différence entre bien et mal est nuancée, rien n’est évident, c’est bien connu, la nuit tous les chats sont gris, et l’on doute beaucoup mais ces atouts n’ont pas été suffisants pour moi.
C’est un court roman efficace mais qui n’aura pas réussi à me séduire, peut-être est-il à réserver à un public plus jeune.

Je remercie Babelio et les éditions Auzou pour cette lecture.

30/50

Nos horizons infinis – Tahereh Mafi

Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages :  307
Date de parution : 18 juin 2020
Prix : 16,95€
Acheter : Amazon

Résumé : 2002. Un an après les attentats du 11 septembre qui ont ébranlé le monde entier, la vie de Shirin est un enfer. Pointée du doigt, insultée, menacée, cette lycéenne d’origine iranienne n’a pour seules échappatoires que la musique et la breakdance.
Jusqu’au jour où elle rencontre Océan James. L’intérêt que lui porte le jeune homme la déstabilise… D’autant que les deux adolescents viennent de deux mondes que tout oppose.

Mon avis : Je connais, comme tout le monde je pense, Tahereh Mafi depuis la sortie d’insaisissable. J’ai un peu moins accroché avec Au pays d’ailleurs, mais ce roman avec son histoire contemporaine et en lien avec l’histoire américaine, m’a convaincue de le lire.

Shirin est iranienne et sa vie est devenue très compliquée aux États-Unis depuis les attentas du 11 septembre 2001. Pourtant elle y est née mais tous les jours elle doit affronter la méchanceté et l’ignorance des gens. Sa tactique ? Éviter tous les regards et faire profil bas. Mais un élève plus insistant que les autres pourrait réussir à percer sa carapace.

J’ai été marquée par ces attentas du 11 septembre comme la planète entière. Je suis devenue adulte avec eux et je m’en serais bien passée. Mais j’ai eu la chance d’être dans « le bon camps », si tant est qu’il y en ait un… Sihrin elle est d’origine iranienne et a décidé par choix de porter le voile. Tous les jours elle doit faire face à l’agressivité des autres, engendrée par leur peur et alimentée par leur ignorance. Cela fait d’ailleurs bien longtemps qu’elle a abandonné l’idée de leur faire comprendre qu’elle n’a rien à voir avec tout ça. Océan est différent, sans préjugé il veut la connaitre, découvrir sa culture, devenir son ami voire plus… Mais les autres ne sont pas prêt pour leur histoire.
Tahereh Mafi décrit très justement les sentiments de Shirin, on ne peut s’empêcher de penser que cette histoire est surement inspirée par son vécu. Même si l’autrice était un peu plus jeune au moment des événements. J’ai eu beaucoup de peine à lire ce que subissait tous les jours Shirin, me disant que jamais je n’aurais agi de cette façon. Mais qui sait réellement ce qu’il ferait sous l’emprise de la peur ? Leur jeter la première pierre est alors un peu facile.
Toutefois, malgré tous ces moments difficiles, l’autrice nous donne un soupçon d’espoir. L’espoir que tout le monde n’est pas aveuglé par la peur, que certains ose braver leur crainte pour apprendre à connaitre l’autre et que, peut-être, nous pouvons vivre en bonne intelligence.
J’ai aussi beaucoup aimé revivre cette période, où les mobiles et Internet étaient beaucoup moins répandu et où les échanges n’étaient pas que virtuels.

Je remercie Michel Lafon pour cette lecture.

28/50