Oméga – Alixia Egnam

♦Éditeur : Alter Real
Nombre de pages : 255
♦Date de parution : 30 mai 2022
♦Prix : 20,00€
♦Acheter : Amazon

Résumé : Bearcreek, Montana. Dernier recensement : soixante-dix-neuf habitants. Ou plutôt, soixante-dix-huit loups. Des loups de la meute de Split Jenkins… Et Lexi, qui reste désespérément humaine malgré les lunes qui défilent. Pourquoi est-ce que Lexi ne se transforme pas ? Pourquoi a-t-elle les yeux bleus alors que ceux des autres sont noirs ? Qui est-elle vraiment ? Par choix, Hunter refuse de vivre avec la meute. Assister aux réunions, accepter les jobs qu’on lui propose ? OK. Mais rien de plus. C’est un paria, comme Lexi. Et quand il prend la jeune femme comme coloc, il découvre qu’ils sont semblables : tous les deux sont des brebis galeuses au milieu de la meute parfaite de Bearcreak. Lexi est rejetée et révoltée. Hunter est indépendant et rebelle. Tous les deux cachent de lourds secrets. Entrez dans la meute de Bearcreak, ses luttes de pouvoir, ses faux-semblants et ses zones d’ombre.

Mon avis : Et si pour changer un peu de ma période policier, je me faisais un petit roman d’urban fantasy ? Ni une , ni deux, me voilà avec dans les mains un livre qui parle de loups-garous avec une superbe couverture comme je les aime.

Lexi est partie de la meute où elle n’a jamais trouvé sa place. Quand elle revient à la mort de l’Alpha pour lui dire un dernier adieu, elle tombe dans un piège qu’elle n’aurait pas pus soupçonner.

Dans l’ensemble, ce livre m’a plu. J’étais contente de retrouver Lexi et Hunter tous les soir avant de m’endormir. Lexi est un personnage attachant, qui prend peu à peu conscience de son entourage, de tout ce qui se trame autour d’elle depuis son enfance. Elle a parfois été un peu naïve, mais elle est encore jeune et il n’est jamais trop tard pour bien faire. Et il faut dire qu’elle a eu enfin le recul nécessaire pour voir la meute dans son ensemble, même les aspects les plus sombres. J’ai apprécié la voir grandir, changer, prendre de l’assurance et réussir à protéger les siens.
Hunter est un peu plus sombre et mystérieux. On sent dès le début qu’il cache quelque chose et qu’il ne peut pas tout dire. Pas encore. Mais il est aussi un peu caricatural, dans le genre grand, beau, musclé, tatoué (d’ailleurs pourquoi des tatouages polynésiens pour un loup d’Amérique du Nord ?) et mystérieux. Je l’ai trouvé un peu trop prévisible.
L’univers paranormal est original, la façon de vivre de la meute, la connexion entre les membres est bien imaginée et change de ce que j’ai pu lire. Mais j’ai trouvé que cela n’était pas assez exploité. Je suis sure que ça gagnerait à être développé. Tout cela sert l’intrigue qui est elle aussi bien pensée, elle s’étale sur plusieurs années et est complexe. Mais pareil, tout s’enchaine parfois trop vite et trop bien, je n’aurais rien eu contre quelques dizaines de pages supplémentaire pour développer tout cela.
Cela reste un roman qui se lit bien et qui diverti, idéal pour se vider la tête.

Je remercie Alter Real pour cette lecture.

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.