Je m’appelle requiem et je t’… – Stanislas Petrosky

♦ Éditeur : Édition eaux troubles
♦ Nombre de pages :  232
♦ Date de parution : 26 février 2021
♦ Prix : 7,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Moi, vous ne me connaissez pas encore, mais ça ne va pas tarder. Je m’appelle Estéban Lehydeux, mais je suis plus connu sous le nom de Requiem. Je suis curé, ça vous en bouche un coin ? Oubliez tout ce que vous savez sur les prêtres classiques, je n’ai rien à voir avec eux, d’autant que j’ai un truc en plus : je suis exorciste. Je chasse les démons. Bon pas tous, parce que je dois d’abord gérer les miens, surtout quand ils font du 95 D, qu’ils dandinent du prose et qu’ils ont des yeux de biche. Chasser le diable et ses comparses n’est pas de tout repos, je ne vous raconte pas. Enfin si, dans ce livre. Ah, un dernier détail : Dieu pardonne, moi pas.

Mon avis : Grande fan de Nadine Monfils, je me suis dit que Stanislas Petrosky devrait me plaire également, puisque ce Nadine en fait la préface. Me voilà donc en train de lire « Je m’appelle Réquiem et je t’… »

Réquiem n’est pas un prêtre comme les autres. C’est un prêtre exorciste, mais pas que. De temps en temps, il mène aussi l’enquête à sa façon. Même si ça ne plait pas toujours au « Patron ».

Autant vous le dire tout de suite, j’ai eu beaucoup de mal avec ce livre. Commencé avec beaucoup d’envie, enfin un livres à l’humour décalé comme j’aime. Saut que j’ai vite déchanté. Alors oui, côté décalé on est servi. Mais peut-être beaucoup trop pour moi.
Déjà, et cela ne me gène absolument pas, l’auteur d’adresse directement au lecteur. Le truc, c’est que son lecteur est un homme, uniquement un homme et visiblement un peu beauf et pas trop futé. Bonjour la misogynie. !
Ensuite, j’ai eu beaucoup de mal avec le vocabulaire employé. Mon entourage vous le dira, je suis loin d’être la dernière niveau jurons colorés. Mais ici ce n’est pas ça, on a l’impression que c’est Renaud version prête un peu vulgaire qui nous parle. Si je n’ai aucun soucis avec cela dans les dialogues, c’est autre chose avec la narration. Je ne m’y suis pas du tout fait !
Enfin, notre prêtre n’est pas un Saint, et il ne le prêtent pas, il a dont une « vie sexuelle active » ce qui là non plus ne me dérange pas du tout, je n’ai jamais compris cette close se chasteté dans l’ordre ecclésiastique, mais là aussi ici c’est trop. Notre Réquiem a une vie sexuelle limite hyper-active. C’est trop.
Et malheureusement l’intrigue n’a pas réussi à retenir mon attention. Elle est noire, explorant le côté extra-obscure de notre société, ce qui me plait d’habitude, mais à cause des raisons citées au dessus, elle n’a pas réussi à retenir mon attention.
Vous l’aurez compris, ce livre ne m’a pas plu. Je suis certaine qu’il a son public, mais ce n’est manifestement pas moi.

Je remercie les éditions eaux troubles et Netgalley pour cette lecture.

2 réflexions sur “Je m’appelle requiem et je t’… – Stanislas Petrosky

  1. rambalh dit :

    Rien que la quatrième de couverture m’aurait fait fuir je crois ! N’a pas le talent de Nadine Monfils qui veut !

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.