122-7 – Alain Mila

Éditeur : Éditions du Panthéon
Nombre de pages :  123
Date de parution : 11 septembre 2020
Prix : 13,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Écrivain en mal d’inspiration, Pablo Vilanova coule des jours paisibles dans sa résidence des Hautes-Pyrénées, sur la route des cols du Soulor et de l’Aubisque. Alors qu’il pense débuter une journée comme les autres, il se trouve brutalement emporté dans une spirale vertigineuse de violence. 122-7, le titre sonne comme un rappel à cet article du Code pénal qui définit la notion de légitime défense et de responsabilité pénale et qui est bien connu des spécialistes, fussent-ils policiers, gendarmes, magistrats, greffiers ou avocats. Longtemps avocat, Alain Mila connaît justement bien le monde des prétoires. Devenu photographe il est aussi Réserviste Citoyen de la Gendarmerie Nationale. Après « Voyage éloquent au cœur de l’enseignement catholique » et « Une enfance retrouvée », il aborde maintenant le genre du roman policier avec ce récit tout en noirceur.

Mon avis : Ce roman avait deux atouts pour me plaire : c’est un policier et il se déroule dans la région où je vis. Il n’a donc pas fallu me pousser beaucoup pour que je le lise.

Pablo est un auteur en manque d’inspiration qui voit sa vie chamboulée quand un ami d’enfant débarque chez lui, poursuivi par les gendarmes et disparait tout aussi vite en lui laissant une clef USB.

Ce livre est très court, 123 pages pour un policier c’est rare. Et je trouve qu’il en souffre. Il manque de description, autant physique que de décor, même si cela ne gène en rien la compréhension de l’intrigue, cela l’aurait enrichie je pense.
Ensuite tout va trop vite. L’histoire se déroule sur plusieurs semaines et sur 123 pages, cela passe vite. Si vite que je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages. Je n’ai trouvé aucun intérêt à Pablo que j’ai trouvé sans relief. Pour moi, il s’adapte trop vite à la situation, il devient trop vite quelqu’un d’autre.
Tout s’emboite trop bien dans cette histoire, les gens sont retrouvés vite mais on ne sait pas comment, les corps ne sont jamais retrouvés et les voisins n’entendent jamais rien. Cela fait un peu gros. Alors oui, la lectrice que je suis, sait très bien que ce qu’il se passe dans les romans n’est pas ce qu’il se passe dans la réalité, mais là c’est vraiment GROS. Trop facile. C’est dommage parce que l’idée de départ est plutôt bien, mais elle n’a pas été assez exploitée à mes yeux.
J’ai toutefois appréciée découvrir que le libre décrit des lieux que je connais et d’y voir ma région.

Je remercie les éditions du Panthéon pour cette lecture.

 

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.