Addiction – Blake Nelson

Éditeur : Albin Michel / Wizz
Nombre de pages : 348
Date de parution : 30 avril 2014
Prix : 15,00€  Notepaillons3

41af42mezolRésumé : Maddie, 17 ans, est en cure de désintoxication pour un problème d’alcool, de drogue et de comportement violent. D’abord rétive et solitaire, elle reprend vie quand elle rencontre Stewart, croisé dans le bus qui emmène les patients à la seule sortie autorisée : une séance de cinéma un soir par semaine. Très amoureux l’un de l ‘autre, les deux jeunes gens se retrouvent vite sur la sellette – toute relation est interdite pendant la cure. Bravant le règlement, ils se mettent en danger.
Une fois dehors, les rechutes et séparations s’enchainent entre eux. Tandis que Stewart perd de plus en plus pied, Maddie comprend qu’elle est plus forte, plus solide, plus confiante en l’avenir que lui. Un jour, le dilemme se pose de façon irrémédiable : soit elle sauve sa peau et quitte à jamais Stewart, soit elle prend le risque insensé de se perdre à nouveau en voulant le sauver …

Mon avis : Le résumé de ce livre à séduit la partie guimauve de mon cœur d’artichaut et comme en ce moment j’ai besoin de douceur, j’ai cédé. Plus besoin de mentionner que je suis faible.

Maddie est en cure de désintox’, après les premiers jours La rébellion elle fait contre mauvaise fortune bon cœur et essaye La s’adapter et La guérir. Ce qu’elle n’avait pas prévue c’est qu’elle tomberait amoureuse…

Ce livre ce lit très vite, les chapitres sont courts et s’enchaînent vite. Ce livre fait 348 pages et retrace 3 ans de la vie de Maddie, même si c’est plus détaillé sur le début, c’est dire si le rythme est rapide. Mais ça m’a plu, j’aime quand ça va vite. Le truc, c’est que du coup, c’est superficiel et qu’on ne voit pas les choses en profondeur. D’ailleurs je suis un peu passée à côté des personnages. Je n’ai pas réussi à les aimer vraiment. Maddie manquait d’un petit truc pour me séduire totalement.
L’histoire est jolie, sans simagrée, ni même sans trop de guimauve, l’auteur ne nous présente pas une vision édulcorée des ados toxicos, ni des cures de désintoxications qu’il est si difficile de tenir, des ces jeunes désenchantés qui ne savent plus où trouver le bonheur dans cette société où ils n’ont pas non plus leur place. Ce mal être que certains ressentent et qui est difficilement appréhender par les adultes ou par les ados qui vivent bien.
Le livre aborde également d’autres problématiques, La savoir si l’ont peut sauver les autres tout en se sauvant soi-même.
J’ai plus apprécié la fin qui devient plus profonde, qui m’a plus parlé. Ce livre n’est pas une histoire d’amour jeunesse qui fini bien, il nous montre que parfois malgré toute la bonne volonté du monde on ne réussi pas toujours à bien faire.

 

3/100

5/100

 

Rien que nous – Kristin Halbrook

 Éditeur : Albin Michel / Collection Wizz
Nombre de pages : 325
Date de parution : 2 septembre 2013
Prix : 13,90€  Notepaillons3.5

51uLrDBlukL._Résumé : Zoé, quinze ans, vit seule avec son père depuis la mort de sa mère. Alcoolique et violent, ce dernier est incapable de s’occuper de sa fille.
Will, dix-huit ans, rêve d’arracher celle qu’il aime à ce quotidien triste et sans avenir. Une nuit, après s’être battu avec le père de Zoé, Will emmène la jeune fille, et ensemble, ils décident de tout laisser derrière eux. Ils prennent la route, direction Las Vegas, avec un rêve un peu fou : s’y marier et être heureux, simplement.
Mais la police est à leurs trousses et Will ne tardera pas à avoir des ennuis. Entre les deux amoureux, la tension monte et ils vont réaliser que les rêves, même les plus doux, doivent avoir une fin…

Mon avis : J’ai acheté ce livre il y a un ou deux mois parce que je suis dans une période où j’ai parfois envie de lire des livres avec de vrais sentiments, pas de la guimauve hein, mais quelque chose qui prend aux tripes et laisse ensuite à réfléchir.

Zoé est orpheline de mère et son père alcoolique la bat pour un oui ou pour un non.
Will est un ado trimbalé de foyers en famille d’accueil qui veut sauver Zoé des griffes de son père.
Ils prennent la route, avec le rêve de vivre ensemble heureux loin de leur passé. Mais il est parfois difficile d’accéder à ses rêves.

J’avais lu de très bon avis sur ce livre et j’avais hâte de le commencer. Mais j’ai un peu été déçue.
Il commence fort, Zoé et Will s’enfuient sur les chapeaux de roues mais ensuite le road movie s’étend en longueur. J’ai trouvé que l’histoire trainée pas mal, mais j’ai surtout été contrariée. Parce que ça démarrait bien, que Will et Zoé avaient de bonnes cartes en mains pour accéder à leurs rêves, mais que rien ne se passe comme prévu… En même temps la vie c’est souvent ça. Elle vous met des bâtons dans les roues et vous regarde avec un sourire en coin l’air de dire « Alors, tu vas faire quoi maintenant ? Tu vas te débrouiller comment ? ». Et du haut de leur 15 et 18 ans Zoé et Will ont fait de leur mieux. Avec leur savoir et surtout leurs blessures profondes et toutes les casseroles qu’ils trainent derrière eux. Ils sont très jeunes, mais ont déjà souffert pour tout une vie.
Alors oui, ce livre est un peu longuet, il est parfois même un peu agaçant et frustrant, mais la fin est d’une intensité rare. On s’attend à une fin plutôt mauvaise, l’auteure distillant des indices ici et là, mais on ne s’attend pas à ça ! Et les émotions sont tellement bien retranscrites que les larmes ne peuvent que vous monter aux yeux.

J’ai lu ce livre le soir du réveillon et je peux dire que finalement, j’ai plutôt bien fini l’année ^^

 

30/60

30/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.