The rain tome 2 – Après l’apocalypse – Virginia Bergin

♦ Éditeur : Bayard
 Nombre de pages : 411
 Date de parution : 14 mars 2018
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon ou Bookwitty

Résumé : Je m’appelle Ruby Morris. Je déteste la pluie.
Je vais vous dire un truc étrange au sujet des apocalypses, un truc que je ne savais pas avant d’en vivre une.
Ça a l’air assez horrible, hein ?
Faites-moi confiance…
Ça peut toujours être pire.
C’est ce qui arrive quand vous êtes seul, qu’il y a eu une apocalypse mondiale et que vous espérez l’arrivée de votre père comme il l’avait promis, mais qu’il ne se pointe pas. Alors qu’est-ce que vous allez devenir ? Et chaque jour, vous essayez de ne pas vous poser la question…
Tout va bien se passer. Ou pas…

Mon avis : J’avais adoré le tome 1 de ce diptyque (dont vous trouverez l’avis ICI) et j’avais hâte de découvrir la suite des aventures de Ruby.

Encore plus pour ce roman que pour les autres suites que je chronique, il va m’être difficile de vous faire un résumé personnel d' »Après l’apocalypse ». D’une parce que je ne voudrais pas vous spoiler si vous n’avez pas lu le premier tome et de deux parce que ce tome est tellement plein de rebondissements que je risquerais de m’embrouiller et de vous embrouiller par la même occasion.

Je n’ai qu’un seul mot pour résumer ce livre : confus. C’était mon sentiment quand je l’ai refermé et surtout tout le temps de ma lecture. Le livre part dans tous les sens ! Pas une seule fois Ruby ne peut se poser et réfléchir à la situation. Pas une seule fois l’action ne s’arrête. Alors oui, nous sommes dans un Royaume-Unis où règne l’anarchie, mais là, ça fait un peu beaucoup quand même ! Autant le premier roman était structuré, autan ici on a l’impression que les idées germent dans l’esprit de l’auteure sans qu’elle arrive à les canaliser ou les mettre en ordre.
J’ai vraiment été déçu parce que j’avais adoré le premier opus des aventures de Ruby et que je voulais savoir s’il était possible que tout s’arrange pour elle. J’avais envie de découvrir ce qu’allait devenir notre monde. Pour cette partie là, j’ai eu ma réponse et cela m’a plu, ça tient la route. Mais c’est la façon d’y arriver qui ressemblait à un joyeux foutoir !
Et Ruby n’a pas arranger les choses ! Bien souvent j’ai eu envie de lui mettre des claques soit pour la remuer soit pour lui remettre les idées en place.
Vous l’aurez compris, ce livre est une vraie déception pour moi, après un début de diptyque plutôt prometteur. C’est dommage, car les éléments étaient présents pour que la fin soit aussi topissime que le début !

Je remercie Bayard pour cette lecture.

32/60

The rain tome 1- Virginia Bergin

 Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 384
 Date de parution : 20 septembre 2017
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Ruby passe la soirée avec ses amis quand le monde bascule. La radio diffuse en boucle un message d’alerte : « Protégez-vous de la pluie, c’est une question de vie ou de mort ». La petite bande court se mettre à l’abri, mais l’un d’entre eux décide d’affronter les gouttes. Aussitôt, les parties de son corps exposées à l’eau sont en sang. Ruby réussit à rentrer chez elle et retrouve Rebecca, sa mère, Simon, son beau-père et Henri, son petit frère. Malgré toutes leurs précautions, Rebecca et Henri meurent. Simon décrète une interdiction totale d’utiliser l’eau.La pluie ne cesse de tomber. Il n’y a plus de téléphone ni d’internet. Selon les informations, un nuage de poussière porteur d’un virus se serait abattu sur la terre. Une pluie acide brule la peau et fait exploser les cellules. Un matin, le ciel est bleu. Ruby et Simon s’aventurent dans la ville et découvrent des scènes de pillages, cadavres, voitures entassées. Le temps de revenir à la maison, Simon crache le sang… Désormais, Ruby est seule et décide de rejoindre son père à Londres. Un long périple commence. Quand elle arrive enfin, la maison est vide mais Ruby découvre un mot de son père daté du 23 juin disant qu’il reviendra le 26. Sept semaines plus tard, Ruby a organisé sa survie et elle attend toujours…

Mon avis : J’aime beaucoup les dystopies. Bien souvent leurs histoires se passent après « la catastrophe » très peu racontent « la catastrophe » en elle-même. C’est le cas de The rain et j’avais hâte de le découvrir.

Un soir la pluie se met à tomber, mais elle n’est plus anodine : elle tue ! Comment survivre dans ces cas-là quand on a 15 ans et qu’on ne peut plus conter sur personne.

Ça commence par une soirée comme les autres : musique, alcool (même si c’est défendu),des couples qui se forment… et ça finit comme un film catastrophe qui fait froid dans le dos. Passé les 20 premières pages, on plonge dans l’horreur. Oui, l’horreur parce que c’est l’effet que ça m’a fait. Cette pluie que Ruby connait depuis qu’elle est née est devenue son ennemie jurée. Au départ la menace vient du ciel mais au final elle se retrouve dans toute l’eau qui entoure Ruby et elle, comme les autres survivants, doivent faire preuve d’ingéniosité pour survivre. Ça c’est pour vous donner une idée de l’intrigue sans trop vous en dévoiler.
Pour ce qui est des personnages, je me suis vite attachée à Ruby, elle est très franche et elle a beaucoup d’humour : tout ce que j’aime. Elle est très vite obligée de grandir et j’ai trouvé qu’elle faisait face avec beaucoup de dignité et de courage. Elle rencontre toute une série de personnages allant du plus loufoque au plus sensé. On découvre alors tout ce que le monde fait de meilleur et de pire. Mais, somme toute, elle s’en sort plutôt pas trop mal.
Ce livre est très bien écrit et je l’ai lu très vite, ne pouvant plus m’arrêter, emporté que je l’étais par les aventures de Ruby.
La fin pourrait suffire même si j’aurais bien passé plus de temps avec Ruby, mais j’ai découvert qu’il y avait un second tome que j’ai hâte de découvrir.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

10/80