Room Hate – Penelope Ward

Éditeur : Hugo Roman
Nombre de pages : 313
Date de parution : 9 février 2017
Prix : 17,00€

Résumé : Justin et Amélia sont amis depuis l’enfance. Ils ont même été amoureux à l’adolescence. Ils ont passé toutes leurs vacances dans la maison de la grand-mère d’Amélia, leurs parents respectifs étant souvent absents.
Quelques années plus tard, ils héritent de la maison. Amélia, qui est institutrice, décide immédiatement d’aller passer ses vacances dans ce lieu qu’elle aime tant Elle est loin d’imaginer que Justin a eu la même idée. Il débarque un matin avec sa guitare et sa petite amie Jade. C’est là que les choses vont se compliquer et que les incompréhensions du passé vont ressurgir. La cohabitation va s’avérer plus que difficile.

Mon avis : Le résumé m’a plu, j’aime bien les histoires où les protagonistes s’affrontent suite à un malentendu et qui ont du caractère, ce qui donne des dialogues souvent haut en couleur. Ce livre avait l’air de remplir ces critères.

Amélia et Justin se sont quittés fâchés il y a 10 ans. Ils vont être obligés de se reparler puisqu’ils ont hérité conjointement de la maison de la grand-mère d’Amélia.

Le livre commençait bien. J’ai fait la connaissance d’Amélia et dans les débuts elle m’a plu. Elle avait l’air d’avoir du caractère et savait ce qu’elle voulait de sa vie. C’est le genre de personnage qui me plait d’entrée. On fait ensuite la découverte de Justin : le jeune homme ténébreux et mystérieux et surtout taciturne, le héros de roman romantique par excellence. Comme je l’ai dit plus haut, ils sont donc fâchés et j’avais hâte de lire leur première rencontre. Et là, j’ai été déçue 😦 parce que Justin est fidèle à son image d’homme ténébreux et grognon mais finalement Amélia est une lavette ! Je n’ai pas d’autre mot. Elle se laisse porter par les événements de la vie sans vraiment lutter. Elle est plutôt fataliste. C’est vrai qu’elle réagit plutôt bien face aux événements qu’elle doit affronter. Elle fait face, mais une fois qu’elle est le « nez dedans » et sans vraiment s’en prendre ensuite aux responsables. Elle est un peu trop mole à mon goût. Pis j’en ai marre aussi du type de fille qui se croit moche, qui a des rondeurs et qui en fait est hyper sexy et que tous les hommes désirent, ça n’existe pas dans la vraie vie ! Même si les romans sont là pour nous faire oublier le quotidien, j’aime avoir un peu de crédibilité.  Oui, je suis tout en contradiction :-P.
Bref, je reviens au livre. Je n’ai pas eu mes dialogues haut en couleur et finalement j’ai trouvé l’histoire fadasse et pas vraiment originale. C’est surtout que la mayonnaise n’a pas pris avec les personnage. J’ai fini le livre parce qu’il se lit vite, mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable et il n’a éveillé aucun sentiment particulier… Une petite lecture qui a occupé mon dimanche.

Je remercie Hugo roman pour cette lecture.

 

Stepbrother – Penelope Ward

Éditeur : Hugo romans / New romance
Nombre de pages : 313
Date de parution :  4 mai 2016
Prix :  17,00€ Notepaillons3

stepbrother-dearest-764871-250-400Résumé : Quand Greta a appris que son demi-frère venait vivre avec eux, elle était à la fois curieuse et heureuse de faire la connaissance du fils de son beau-père. Malheureusement, elle a vite déchanté. Elec est tout simplement odieux avec elle.
Pourtant, elle se sent attirée par ce garçon tatoué qui semble tout faire pour cacher ses blessures.
Lentement, leur relation évolue, il s’ouvre petit à petit jusqu’à une nuit inoubliable. Le lendemain, Elec est parti, il disparaît de sa vie aussi vite qu’il y était apparu.
Sept ans plus tard, un drame familial les réunit à nouveau. Greta comprend alors que l’adolescent qui s’amusait à la faire tourner en bourrique est devenu un homme très séduisant qui va lui faire tourner la tête.
Sauront-ils à nouveau se faire confiance ?

Mon avis : Les livres Hugo romans ont souvent ma préférence. Le résumé de Stepbrother m’a séduite et il ne m’en a pas fallu beaucoup pour me convaincre de le lire.

Quand le demi frère de Greta vient vivre avec eux, elle se dit qu’elle va découvrir la joie d’avoir un frère, elle qui est fille unique. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Au début ils ne s’entendent pas, et la fin n’a rien à voir avec ce qu’elle avait imaginé.

Dès le début je me suis « glissée » dans l’histoire sans effort. Le style d’écriture est simple et frais, les pages défilent rapidement. De plus, il est facile de s’attacher à Greta. Elle est remplie de bons sentiments. Elle veut toujours bien faire et n’est pas le moins du monde rancunière. Elle pourrait en paraître naïve, et elle l’est un peu également, mais elle est surtout pleine de fraîcheur. Elle donne envie de croire en de meilleurs sentiments, en de meilleurs personnes. Finalement heureusement que des personnages comme elle existe. Elle a tout de même de la répartie et c’est ce subtile mélange qui fait qu’on l’apprécie autant.
Elec (oui moi aussi, j’ai trouvé le prénom bizarre) est beaucoup plus sombre et plus difficile à cerner. C’est ce qui fait tout son charme. Ne pas savoir ce qu’il pense nous rend chèvre autant que Greta mais c’est ce qui fait l’intérêt de l’histoire.
L’histoire, justement puisqu’on en parle, n’est pas révolutionnaire. On a déjà lu des histoires de demis frère et sœur qui ne savent pas quoi faire de leur sentiments, comment les vivres, les avouer… Rien de bien nouveau. Mais l’auteure a quand même réussi à retenir mon attention et à vibrer avec Greta et les secrets qu’elle découvre.
Une agréable lecture avec une petite odeur d’été.

Je remercie Hugo romans pour cette lecture.