Anita Blake tome 18 – Flirt – Laurell K. Hamilton

 Éditeur : Bragelone
Nombre de pages : 188
Date de parution : 27 septembre 2013
Prix : 15,00 Notepaillons2

711xKqPss0L._SL1500_Résumé : Relever les morts, c’est ce que je sais faire le mieux. D’ailleurs, je suis la meilleure du pays. Raison pour laquelle j’ai reçu peu, celui-ci m’a un certain Tony Bennington. Veuf depuis me exorbitante, un service demandé, en échange d’une peu courant : ramener feu son épouse à la vie. Mais ça, même si je suis pleine de compassion, c’est hors de question : ce qui sortirait de la tombe ne serait pas vraiment le miracle auquel s’attend cet homme. On dirait bien pourtant qu’un refus poli ne lui suffira pas et il a laissé entendre qu’il savait beaucoup de choses sur ma vie et mes amants.

Mon avis : Je continue cette série parce qu’elle a été la première du genre que j’ai lu et qu’elle a un place particulière dans ma bibliothèque, mais comme je l’ai déjà dit dans plusieurs de mes avis précédents, depuis le tome 10 le plaisir de lecture est plutôt variable…

Mon avis ne sera pas construit comme d’habitude, quand on arrive au 18ème tome d’une série, il est difficile d’en écrire un avis. Déjà, pas de résumé personnel, si vous ne connaissez pas la série, vous seriez plutôt perdu qu’autre chose. Alors je vais passer directement à mes impressions.
Pour aller à l’essentiel, je dirais que dans l’ensemble j’ai été déçu par le livre. Ça commençait plutôt bien, pour une fois le tome mettait l’accent sur l’intrigue policière et juste sur l’intrigue, avec de nouveaux personnages que j’étais contente de découvrir et là je dois bien avouer que l’auteur sait écrire ses enquêtes, qu’elles sont bien menées et qu’à chaque fois je me laisse emporter (même si pour le coup, j’avais un peu deviner le « truc »). Là où le bas blesse pour moi, c’est la vie amoureuse de l’héroïne, je n’en peux plus de cette accumulation !! C’est pas crédible pour deux sous ! Oui, je sais les vampires, les loups-garous et les zombies non plus. Mais là ça passe plus… A chaque fois je pense que l’auteure va se calmer mais non, elle en rajoute. STOP ! Parfois faut savoir d’arrêter ! Laurell, si tu m’entends…

Dans l’ensemble ma lecture a été rapide et plutôt plaisante, mais c’était parce que c’est un court roman, pas dit que le prochain me séduise. Je sais, je dis tout le temps ça, et finalement je continue, jusqu’au jour où je n’en aurai vraiment plus envie… On ouvre les paris ? 😉


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Anita Blake tome 17 – Jeux de fauves – Laurell K Hamilton

 Éditeur : Bragelonne
Nombre de page : 575
Date de parution : 29 mars 2013
Prix : 25,00€ 5

anita-blake,-tome-17---jeux-de-fauves-3522093-250-400Résumé : C’est le cadeau répugnant d’un vampire tueur en série qui m’a incitée à m’intéresser à Las Vegas. Mais la situation est pire que je ne le pensais : plusieurs officiers de police et un exécuteur ont été assassinés. Épaulée par trois marshals, dont l’impitoyable Edward, je dois mener l’enquête. Heureusement qu’il est là pour couvrir mes arrières, car tout porte à croire que c’est un tigregarou qui a fait le coup. Or, ces derniers sont très puissants dans la Cité du péché, ce qui signifie que je risque bien de prendre quelqu’un de haut placé à rebrousse-poil…

Mon avis : Anita est la série qui m’a fait découvrir la blogo. J’ai découvert la série en 2004 et quand le dernier tome paru chez Pocket (le 9ème) est sorti en 2006, j’ai voulu trouver des infos sur la série et surtout sur la parution en VF de la suite. A force de me balader sur la toile, j’ai découvert les forums de lecture et ensuite les blogs. Me donnant envie en 2010 de créer le mien… Bref tout ça pour dire qu’Anita a augmenter mon envie de lire et de partager sur mes lectures.

Ce 17éme tome envoie Anita à Las Vegas sur la piste d’un tueur en série vampire. Loin des hommes de sa vie, comme elle les appelle, et au côté d’Edward, Bernado et Olaf, elle mène enfin une vraie enquête loin de ses questions existentielles et des scènes de sexe à excès qui pour moi polluent les intrigues.

J’ai donc retrouvé avec un grand plaisir l’Anita des débuts. Enfin non, pas tout à fait. La demoiselle a évolué, grandi… Les événements qu’elle a traversé l’ont profondément changés et c’est appréciable de voir un personnage tant évoluer dans le temps. Oh ! Elle garde toujours le même caractère décidée et n’a toujours pas sa langue dans sa poche. Mais sa position sur certains sujets changent, elle est marquée parce qu’elle a vécu. Et dans ce livre, cela la rend attachante parce que pour une fois elle ne fait pas que ce regarder le nombril limite en pleurant en se demandant ce qu’elle a fait pour mériter ça. Bref ! Comme a son habitude l’action se déroule sur environs 24h mais pour une fois nous avançons rapidement et on ne se perd pas dans les méandres de la conscience du personnage principal.
L’autre force de l’auteur, enfin à mes yeux, c’est qu’elle arrive à nous créer des personnages qui utilisent toute la palette des gris. Aucun d’eux n’est foncièrement méchant ou gentil. Tous cachent une partie obscure au milieu de leurs bonnes intentions, alors que les méchants nous surprennent parfois avec des réactions d’altruisme qu’on attendait pas d’eux.
Mais ce que j’ai préféré dans ce livre, c’est l’intrique ! J’ai retrouvé les enquêtes du début, bien sanguinolentes où l’on doute chaque fois de qui est le coupable et où l’ont a très envie que le tueur soit arrêté.

Bref j’ai renoué avec l’Anita des débuts et j’espère que ça va continuer avec les tomes suivants.

Le petit plus : Ce tome parait en poche chez Milady le 27 septembre et le prochain tome, le 18ème, dont le titre est Flirt  parait chez Bragelonne le 27 septembre également.


Cliquez si vous souhaitez acheter.

Anita Blake tome 16 – Sang Noir – Laurell K. Hamilton

 Éditeur : Bragelonne
Nombre de page : 404
Date de parution : 28 septembre 012
Prix : 23,00€

Résumé : Le loup-garou Jason a besoin de moi, non pas comme chasseuse de vampires, marshal fédéral ou nécromancienne, mais en tant qu’amie. Pendant quelques jours, il voudrait avoir l’air d’un type normal, dans une relation de couple normale, afin de pouvoir faire ses adieux à son père mourant. Dans sa petite ville natale de Caroline du Nord, on ne devrait pas avoir trop de mal à garder notre identité secrète. Depuis le temps, je devrais pourtant savoir que rien ne se passe jamais comme prévu.

Mon avis : Anita m’a fait découvrir l’urban fantasy et, même si elle me déçoit depuis le tome 10, je continue de lire cette série, qui est celle qui m’a fait ouvrir les yeux sur tout un monde littéraire que je ne connaissais pas.

Anita doit partir avec Jason rencontrer les parents de ce dernier. Le père de Jason étant mourant et persuadé que son fils est homosexuel. Afin qu’il meurt « en paix » Jason lui ramène une petite amie qui lèvera le doute sur son identité sexuelle. Sauf que lorsqu’Anita passe quelque part, rien ne passe jamais normalement…

Depuis le tome 10 (donc) je suis déçue des histoires vécues par mon héroïne préférée. Trop de sexe tue le sexe à mes yeux et l’auteur nous fait part de ses fantasme par procuration. C’est peut-être une excellente thérapie pour elle, mais pour moi c’est trèèèèèès lourd à lire. Mais je me suis accrochée et j’ai continué à lire les aventures d’Anita. J’ai trouvé qu’à partir du tome 15, le sexe allait en diminuant, contente Muti. Encore plus contente de retrouver Anita et compagnie dans le tome 16 ! Sauf que la lecture m’a globalement déçue.

Oh ! Y’a beaucoup moins de sexe qu’avant ! Je dirais qu’il y a eu deux scènes véritables (que j’avouerais ne pas avoir lu) et d’autres allusions, mais somme toute beaucoup moins que dans les tomes précédents. Par contre, je n’ai pas vraiment accroché. Anita a changé depuis le début, ce qui est bien finalement pour un personnage de ne pas stagner, mais j’ai du mal avec la personne qu’elle est devenue. L’héroïne avec plein de préjugés et qui fonçait dans le tas qu’elle était, a laissé place à une femme qui ne fait que tergiverser ! Elle se pose mille et une questions sur des faits qu’elle ne peut de toute façon pas changer et contre lesquels elle ne peut aller. Il lui faut des plombes pour arriver à cette évidence et même si ça va bien un tome (bein oui, le changement n’est évident pour personne) sur 6 tomes ça devient long… Sans parler de son nombre d’amants qui est exponentiel et pas du tout crédible à mes yeux (pour ceux qui me connaissent c’est dire!). Je le redis, mais j’ai vraiment l’impression qu’Anita est devenu un exutoire à fantasme pour l’auteure (alors qu’elle avait déjà Merry) et qu’elle en oublie les intrigues vampiriques, de meutes et autres enquêtes policières, bref tout ce qui m’avait charmé au début…
D’ailleurs, la fin du roman m’a paru bâclée. En 40 pages tout est emballé/pesée et vu l’épaisseur du roman, elle aurait pu en ajouter le double.
Bref Mme Hamilton m’avait habituée à mieux et je joue les gosses capricieux pour le coup. Cependant, je crois que je ferais comme beaucoup, et que je continuerais la série pour voir si un mieux est possible. Ou pas…

Anita Blake tome 15 – Arlequin – Laurell K. Hamilton

Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 523
Date de sortie : 17 février 2012
Prix : 25,00€

Résumé : Anita Blake doit se tenir à carreau : les Arlequins la surveillent. Elle a beau être l’exécutrice des vampires, eux ont le pouvoir de la juger et de l’exécuter. Elle aura grand besoin du soutien de ses amants pour faire face à ce qui l’attend. Elle pourra compter sur Jean-Claude et Richard qui s’avèreront être de solides et puissants alliés. Et pour espérer sauver sa peau et celle de ses amies, Anita devra faire appel à Edward, le tueur impitoyable.

Mon avis : Après quelques temps d’hésitation, dus aux déceptions suite à la lecture des 4 tomes précédents, je me suis quand même décidée à lire ce tome 15. J’ai découvert l’urban fantasy avec cette série, et même si certains tomes me déçoivent, je pense qu’elle restera quand même ma préférée et que je continuerais malgré tout à la lire.

Attention, pour ceux qui commencent à peine la série, ou n’en sont pas encore arrivé au tome 15, ce résumé et cet avis, pourraient vous dévoiler certaines choses.

Anita se retrouve dans ce tome face à une demande d’aide d’un personnage pour le moins surprenant : Malcom, le dirigeant de l’église de la vie éternelle. Deux de ses membres sont, selon lui, accusées à tort de meurtre, Anita a même reçu les ordres d’exécution. Connaissant Malcom, Anita sait qu’il ne serait pas venu demander son aide s’il ne pouvait faire autrement, elle a alors tendance à croire sa thèse du complot… Sauf qu’en creusant, il s’avère qu’il n’y a pas que Malcom qui est visé par ce complot et que la politique vampirique n’est pas loin de tout ça…

Sans y aller par 4 chemins, je peux vous dire que j’ai bien fait de lire ce tome, il m’a aidé à renouer avec la série qui était en déperdition à mes yeux. L’arrivée de l’ardeur et des scènes de sexe de 50 pages m’avaient vraiment refroidie, je n’ai rien contre, mais bâtir les ¾ d’un livre dessus au détriment de l’intrigue n’est vraiment pas ma tasse thé.
Dans ce tome, on renoue avec les problématiques propres au triumvira formé par Anita, Jean-Claude et Richard. L’incompatibilité des 3 caractères est remis sur le devant de la scène et malgré ses efforts, Richard reste Richard et freine des 4 fers au bon fonctionnement de ce trio qui devrait être le plus puissant jamais créé. Avec ça, on reparle aussi de la politique vampirique, on en découvre un peu plus sur son fonctionnement et sur celle à l’origine de la création de tous les vampires : marmée noire. Et surtout on voit revenir Edouard, bon on ne le voit pas beaucoup, mais j’ai aimé retrouvé cette complicité qui le lie dans l’action à Anita.

Pour moi, ce livre m’a permis de renouer avec la « presque » Anita des débuts. Presque, parce que le personnage a évolué, depuis les débuts, elle a vieilli, a vécu des choses qui l’ont changée et est ressortie de certains événements profondément chamboulée, une partie de ses convictions a volée en éclat, et l’Anita du tome 15 est bien éloignée de l’Anita du premier livre. Je ne suis pas toujours d’accord avec elle, je regrette parfois son humour mordant, et si l’auteure ne me « pourri » pas les pages de scènes de sexe, je pense que j’apprécie aussi l’Anita qu’elle est devenue. D’ailleurs je pense que je vais rempiler avec plaisir avec le tome 16.

Je remercie beaucoup la librairie dialogue qui m’a permis de faire cette lecture.

Auteur nord américain vivant