Heartstopper tome 3 – Un voyage à Paris – Alice Oseman

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  381
Date de parution : 24 juin 2020
Prix : 12,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Ceci est l’histoire de deux lycéens. Amis, puis petits amis, ils apprennent ensemble à affronter le regard des autres. Depuis que Nick a fait son coming out auprès de sa mère, Charlie et lui tentent de plus en plus de s’affirmer en tant que couple. Mais entre les cours et les examens, ils peinent à trouver le temps de se voir. Heureusement, le voyage scolaire arrive à grands pas ! Et quoi de mieux qu’une excursion à Paris pour se retrouver entre amoureux ?

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé les tomes 1 et 2, qui sont une agréable surprise pour moi (mes avis ICI et ). J’avais donc hâte de lire la suite.

Après des débuts d’histoire un peu tâtonnant, Nick et Charlie partent en voyage scolaire à Paris. Mais gérer les amis et la nouvelle histoire n’est pas toujours simple.

Difficile d’écrire un avis sur un troisième tome, surtout quand c’est une BD. Enfin moi j’ai du mal. Pas parce que l’histoire est moins intéressante, loin de là, mais parce que j’ai toujours du mal avec les avis sur les BD et manga.
Bref, revenons à notre avis. J’ai beaucoup aimé lire ce livre. L’histoire de Charlie et Nick évolue doucement, mais on sent clairement l’amour entre eux et que cet amour est fait pour durer. Il est aussi intéressant également de voir réagir leur entourage. Parfois ils sont compréhensifs, parfois sont obtus et méchants, mais cela représente bien la façon qu’on les gens de réagir face à ce genre de nouvelles.
Les deux personnages principaux sont attachants, un peu niais, mais ils sont jeunes, et qu’est-ce que je pouvais l’être à leur âge ! Leur amis complètent les thèmes abordés, l’autrice ne se cantonne pas aux gays, mais aussi aux transsexuel qui sont souvent mis de côté.
Le tout s’accorde parfaitement bien et c’est toujours un plaisir de passer du temps avec la petite bande de Nick et Charlie.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

33/50

Strawberry moon tome 1 – La fille de la lune – Laia Lopez

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  192
Date de parution : 24 juin 2020
Prix : 13,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Sur un campus universitaire situé au bord d’une lagune, des événements inquiétants se succèdent. Des étudiants disparaissent pendant plusieurs heures, puis réapparaissent, hagards, comme vidés de leur âme. Il n’en faut pas plus pour que la rumeur se propage : le campus est hanté. Diana, elle, a fait sa rentrée universitaire comme tous les autres étudiants, mais elle cache un secret. C’est une sirène. Elle vient de la lagune et a choisi, à ses 18 ans, de venir vivre sur la terre ferme pour échapper à la solitude de sa condition aquatique, d’autant plus qu’étant une espèce rare et puissante de sirène, elle a grandi à l’écart des autres. Grâce à d’autres étudiants sirènes, elle essaie de s’intégrer à la vie étudiante et de passer inaperçue, comme l’exigent les règles du monde aquatique. Mais ce n’est pas si simple. Un garçon nommé Eiden attire son attention et les deux se rapprochent beaucoup, alors que les relations entre humains et sirènes sont très mal vues par le Conseil de la lagune…

Mon avis : J’ai été attiré par ce livre pour deux raison : sa couverture et ses couleurs que j’adore, et pour son titre qui me rappelle une chanson apprise en cours d’espagnol au collège (oui ça date !). Et vous connaissez maintenant ma faiblesse légendaire…

Diana est une sirène qui vient t’intégrer le monde des humains. Elle apprend à vivre dans ce monde qu’elle ne connait pas. Et ce n’est pas facile tous les jours de garder ses secrets.

Je vais d’abord parler de ce qui saute aux yeux : les dessins qui sont tout bonnement magnifiques ! J’adore les couleurs et le trait. Cela permet également de se faire une idée des personnages. Puis, ça égaille la lecture.
L’histoire est plus gentillette au début. Pas vraiment transcendante et un peu classique. Les personnages sont un peu fades et j’ai eu du mal à m’y attacher. Mais plus on tourne les pages plus on s’intéresse à eux et plus on s’y attache. L’intrigue prend aussi en profondeur et elle a réussi peu à peu à capter mon attention. J’ai pris de plus en plus de plaisir à tourner les pages, et j’ai voulu en savoir plus.
Diana est délicieusement naïve lorsqu’elle découvre l’univers des humains, mais c’est agréable de découvrir le monde à travers ses yeux. Eiden n’a rien du héros romantique conventionnel, mais sa douceur et sa timidité ont également de quoi charmer.
Bref, j’ai passé un très bon moment avec ce livre et j’espère vite lire la suite.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

32/50

La vie cachée d’Isis tome 1 – Laurène Reussard

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  400
Date de parution : 10 juin 2020
Prix : 18,00€
Acheter : Amazon

Résumé : Isis, c’est le genre de personnes que tout le monde aime. Le genre de filles dont tous les garçons rêvent. Mais, au début de l’été, elle est partie, ne laissant derrière elle que quelques lignes griffonnées sur un morceau de papier. Cela fait maintenant deux mois. Les cours viennent de reprendre au lycée et elle n’est toujours pas revenue… Elio, Thaïs, Aaron et Gabrielle, ses amis, en viennent à croire que quelque chose cloche dans cette affaire. Et si Isis n’était pas partie ? Et si elle avait… disparu ?

Mon avis : Des ados et une histoire de disparitions. Ce roman a tout pour me plaire en ce moment !

Comment réagiriez-vous si votre amie disparaissait du jour au lendemain sans réelle explication ? Thais, Gabrielle, Elio et Aaron et ont décidé de mener l’enquête pour retrouver leur amie qui pour eux n’avait aucune raison de disparaitre.

L’action se déroule à Lyon, cela change de Paris, même si c’est encore une grande ville. Par contre les ados restent les mêmes : des adultes en devenir complètement paumés. Chacun a ses raisons d’être perdus, mais elles se rencontrent souvent : la recherche d’identité sexuelle, la vie de famille dissolue, les mauvais traitements et le mal être qui découle de tout cela. Et comme si cela ne suffisait pas nous 4 acolytes ont décidé de rechercher leur amie. Ils vont alors apprendre que toutes les vérités ne sont pas bonnes à découvrir.
Sous couvert de la recherche d’Isis l’autrice nous fait découvrir petit à petit ses quatre personnages. On commence par leur caractère, puis leur histoire personnelle et enfin tous leurs sombres petits secrets. Des ados normaux quoi ! Certains ont eu la vie plus facile que d’autre, mais tous ont souffert à leur manière, à cause de leur famille ou d’un mal être. Parfois même la recherche d’Isis passe en second plan. D’ailleurs elle paraît bien mystérieuse cette Isis qu’on ne fait qu’effleurer à chaque fois. Dès qu’on apprend quelque chose sur elle c’est pour mieux se poser des questions ensuite… Elle m’a même parue peu sympathique malgré ce que tout le monde en dit…
La fin du roman m’a laissé sur le c*** et j’ai hâte de connaitre la suite.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

31/50

Heartstopper tome 2 – Un secret – Alice Oseman

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  300
Date de parution : 18 mars 2020
Prix : 12,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Voici l’histoire de deux lycéens.
Deux amis qui ont appris à se connaître, à s’apprécier.
Puis un baiser a tout fait basculer.
Un baiser et Nick a paniqué.
Il aime Charlie.
Il veut être avec lui. Mais est-il prêt à affronter le regard des autres ?
Cette question, il ne peut la résoudre seul.
Heureusement, Charlie est à ses côtés.
Et, ensemble, main dans la main, ils vont avancer.

Mon avis : J’avais découvert le tome 1 en fin d’année dernière et l’histoire m’avait séduite. J’étais curieuse de connaître la suite.

Difficile de vivre pleinement son amour quand on est adolescent et qu’on découvre qu’on est peut-être gay.

Pour être franche, j’ai du mal avec les romance gay et plus particulièrement quand les protagonistes sont des hommes, peut-être parce que je n’arrive pas à m’identifier à eux…
Mais cette romance-ci est tellement mignonne qu’elle ne plaît. Peut-être parce que les personnages sont plus jeunes et qu’ils apportent une touche de fraîcheur et d’innocence qui me séduite.
Certes l’histoire est simple, mais elle est aussi touchante. Parfois il n’y a pas besoin de plus. C’est comme les dessins, ils sont simples, en noir et blanc, mais cela suffit à retranscrire les sentiments essentiels à la romance.
De plus, le sujet de l’identité sexuelle est abordé avec beaucoup de justesse et de pudeur, de quoi aides les adolescents qui sont en pleine période de questionnement sur qui ils sont réellement.
C’est un roman léger qui aborde des sujets de société et qui est à recommander pour les ados en recherche d’eux même.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

 

27/50

Aubrey – Emma Evrard

Éditeur : Hachette
Nombre de pages :  240
Date de parution : 18 mars 2020
Prix : 15,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Aubrey pouvait supporter sa mère alcoolique. C’était dur, mais surmontable. En revanche, la mort de son père, c’est trop. Elle se sent sombrer, sans rien trouver à quoi se raccrocher. Elle ne s’alimente plus. Elle voit son corps maigrir, mais ne peut rien y faire. Ne veut rien y faire.
C’est alors qu’elle trouve un bout de papier, comme ça, sous un banc dans un parc. Un bout de papier qui lui est destiné, de la part de « T ». Elle y répond. Puis, quand elle revient, trouve un autre message. Au fur et à mesure, elle confie ses souffrances mais aussi son envie de guérison, motivée notamment par Adam, son meilleur ami. Ce garçon patient, toujours là pour elle, sans une once de jugement. Il l’aide face au harcèlement, face à la dépression. Malheureusement, ce n’est pas suffisant. Il le sait, elle aussi. Aubrey doit puiser dans sa propre force pour s’en sortir.
Et peut-être que ce fameux « T » est la solution. Qui est-il ? Qui est-elle ? Il faut qu’elle le découvre.

Mon avis : L’anorexie est un sujet qui me touche. Le résumé du livre m’a donc invité à le lire.

Après la mort de son père Aubrey va mal. Sa mère va tout aussi mal et ne peut pas l’aider. Mais peut-être que ce petit mot accroché au pied d’un banc publique pourra l’aider…

Ce livre avait plein de promesse à mes yeux mais il n’a pas su les tenir. Je suis passé complètement à côté. En fait, je pense que les ficelles sont trop grosses et qu’on voit tout arriver de loin. Je n’y ai pas trouvé de subtilités.
Je n’ai pas réussi à m’attacher à Aubrey, qui n’a d’original que son prénom. Je l’ai trouvé plate, même si sa douleur m’a touché, elle n’avait aucun relief. L’autrice ne fait que survoler ce qui aurait pu donner une autre dimension au roman… Je n’ai pas compris la mère et souvent je n’ai pas compris non plus se déversement de violence qui n’a trouvé aucun sens à mes yeux dans l’histoire.
Heureusement que le petit groupe d’amis d’Aubrey a une jolie dynamique et que l’inquiétude de ses amis pour sa santé et son bien-être sont sincères et plus que crédible. D’autres rencontres par contre sont parfaitement farfelues et je ne suis pas pas sûre d’avoir tout saisi…
Je n’ai pas compris non plus la fin… Je me pose toujours des questions auxquelles je ne trouve aucune réponse.
C’est un roman qui se lit très vite mais dont j’aurais pu me passer. Je vous laisserai vous faire votre propre avis. Je vous partage l’avis d’Eden qui est plus positif si vous voulez un autre avis : EDEN.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

26/50