La lectrice tome 1 – Traci Chee

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 517
Date de parution : 18 mai 2017
Prix : 18,90€

Résumé : Il était une fois, et une fois il sera…
Ainsi commence l’histoire de Sefia, qui a perdu sa mère, son père, puis sa tante Nin à cause d’un étrange objet rectangulaire.
Ceci est un livre.
Dans un monde où personne ne sait lire, Sefia va devoir poursuivre une triple quête de sens, de vérité et de vengeance. Épaulée par un mystérieux allié qui possède ses propres sombres secrets, elle va sillonner jungles et mers, au gré de ces histoires qui font l’Histoire avec un grand H…
Le premier tome d’une trilogie best-seller aux États-Unis.
Une expérience de lecture inédite.
Un roman magistral regorgeant de contenus cachés.

Mon avis : Je lis à peu près tous les livres de la Collection R, la couverture de celui-là à elle seule a réussi à me tenter.

Sefia n’a pas eu une vie facile, elle est nomade avec sa tante depuis plusieurs années. Quand sa tante est enlevée sous ses yeux, elle veut tout mettre en œuvre pour la retrouver.

J’ai été surprise au début de ma lecture. Je m’attendais à une sorte de dystopie où dans le futur on avait arrêté d’apprendre à lire, mais non, c’est  de la fantasy : un monde où l’écriture et la lecture son bannis. C’était un peu déstabilisant au début mais après une petite centaine de pages, je me suis plongée dans cet univers très bien décrit et très abouti.
Ce livre relate plusieurs histoires en parallèles qui finissent par se croiser. On ne comprend pas de suite le rapport entre toutes mais finalement ça se tient. Et une fois qu’on a découvert tout ça, on n’a qu’une envie c’est que tous les personnages qu’on découvre au court des pages se retrouvent ensemble  pour qu’on puisse tous les suivre en même temps sans en perdre une miette. Ce qui était parfois un peu fastidieux au début parce que j’avais du mal à trouver un lien, m’a passionné par la suite.
J’ai aussi eu beaucoup d’affection pour Sefia le personnage principal et surtout pour son compagnon de route. Ces deux-là sont des écorchés vifs et ce sont mes personnages préférés. J’ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures !

Je remercie la Collection R pour cette lecture.

59/65

Opération pantalon – Cat Clarke

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 260
Date de parution : 23 mars 2017
Prix : 14,90€

Résumé : Liv Spark, 11 ans, est un garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit. Avoir deux mamans, c’est vraiment le pied, et Liv est impatient de commencer le collège et de s’y faire de nouveaux amis. Garçon ou fille, la question ne s’est jamais posée pour le moment, ses parents le laissant s’habiller et s’exprimer comme il le souhaitait. Mais tout va basculer lorsqu’il découvre qu’il lui faudra porter une jupe. Liv n’a aucune envie de se plier à la politique stricte de son école concernant l’uniforme, mais il n’est pas encore prêt non plus à partager son secret, il lance alors l’Opération Pantalon, une campagne qui vise à permettre aux filles de porter un pantalon. Si tout le monde pense qu’il est une fille, eh bien, il fera semblant…pour le moment. Pendant cette campagne, Liv va être victime de harcèlement scolaire, d’un deuil familial et des remarques désagréables du proviseur. Après s’être fait jeter par son meilleur ami, Liv va devoir réapprendre à faire confiance. Trouvera-t-il le courage de partager son secret, et de dire à sa famille et à ses amis qui il est vraiment ? Opération Pantalon est un livre plein d’humour et de tendresse qui parle d’amitié et de comment rester fidèle à soi-même.

Mon avis :

47/65

À la place du cœur saison 2 – Arnaud Cathrine

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 291
Date de parution : 23 mars 2017
Prix : 16,50€

Résumé :  » La fin de l’année 2015 arrive à grands pas. Je me suis souvent demandé ces derniers mois : j’ai quoi à la place du cœur ? À la place du cœur, j’ai toi.  »
Cette saison est celle de l’éprouvant retour de Caumes à la vie. Il est raconté par son cousin, Niels, depuis la côte Atlantique : tout un été à tenter de sortir Caumes de sa torpeur muette et rageuse. Puis c’est Esther qui prend la parole : elle dont Caumes s’est peu à peu éloigné ; elle dont l’amour ne lâche pas ; elle qui, faute de pouvoir tourner la page, s’est persuadée qu’un après était possible dans ses bras. Mais ces jeunes adultes sont aussi les enfants de novembre, les enfants du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge. La vie n’a pas fini d’être mise à l’épreuve. La vie n’a pas fini d’être à réinventer.

Mon avis : Le premier tome m’avait beaucoup touché (vous pouvez retrouver mon avis ICI ) et j’avais hâte de retrouver les personnages d’Arnaud Cathrine.

Il est difficile de faire un résumé de ce roman. Parce qu’il est tout en émotions et que j’aimerai que vous puissiez les découvrir par vous même. Et surtout, puisque c’est un second tome, je n’aimerai pas trop vous en dévoiler sur le premier par mégarde.

Comme vous l’avez compris dans les lignes précédentes, ce livre m’a beaucoup touché. Au même titre que le premier. L’auteur réussi l’exploit de faire plus fort dans le 2ème tome que dans le 1er.
Il y a les grands événements qui touchent la France et les plus petits, qui touchent beaucoup moins de personnes mais qui font tout aussi mal, si ce n’est pas plus. Le point commun avec ces événements ? L’incompréhension de l’autre, la peur de l’autre, le manque de tolérance… Ces maux qui existent depuis la nuit des temps et que l’homme, malgré sa soi-disant grande intelligence, n’arrive pas à vaincre. C’est dommage, si on se souciait plus de l’autre quelque soit ses convictions on ne s’en porterait que mieux.
Arnaud Cathrine ne donne pas de solution à ce « problème », il montre comment une bande d’ami à réussi à surmonter la douleur. Ce que l’on fait tous à longueur d’année, sans même s’en apercevoir parfois. Malgré les souffrances, on avance, on est programmé pour. On ne le fait seulement pas tous à la même vitesse. C’est un très joli roman, au même titre que le premier, à mettre entre toutes les mains.

Je remercie la Collection R pour cette lecture.

46/65

Immaculée tome 2 – Transcendante – Katelyn Detweiler

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 407
Date de parution : 16 février 2017
Prix : 17,90€

Résumé : Iris a dix-sept ans. Elle est née d’une vierge. Et elle ne le sait pas.
Lorsque des terroristes font sauter une bombe à Disney World, Iris Spero a la même réaction d’horreur que tout un chacun. Peu après, un inconnu sonne chez elle, à Brooklyn, pour lui révéler les mystérieuses circonstances qui ont entouré sa naissance. Tout ce qu’elle croyait savoir sur ses parents et sur elle-même se révèle être un mensonge…
Les médias ne tardent pas à s’en mêler, puis les familles des victimes de Disney World, transformant du tout au tout la vie tranquille d’Iris. Mais comment cette jeune fille seule peut-elle panser les plaies d’un monde brisé ?
Le second volet d’un diptyque miraculeux.

Mon avis : Après la vie de la mère qui tombe enceinte à 17 ans tout en étant vierge, l’auteure nous présente ici la vie du bébé qu’elle a eu. J’étais tout aussi curieuse de découvrir la façon dont Katelyn Detweiler allait présenter ça.

Iris a 17 ans lorsqu’elle apprend le secret de sa naissance et surtout de sa conception. Est-ce que cela fait vraiment d’elle une personne spéciale, ce messie annoncé que tout le monde attend ?

Alors autant j’avais apprécié le premier tome car il nous présentait différente facette de la nature humaine face aux événements sans explication, autant pour celui-ci je trouve que l’auteure ne c’est pas mouillée. Le thème qu’elle aborde permet beaucoup de liberté mais je trouve qu’il n’est pas assez exploité. Il est dégoulinant de bonnes intentions qui ne mènent à rien !
La réaction d’Iris en apprenant la nouvelle est certes très réaliste : la colère, la révolte puis l’acceptation. Mais ce qu’elle en fait… c’est trop peu. Devant l’infinité des possibles que crée une telle situation : naître d’une mère vierge, l’auteure exploite celle qui la « mouille » le moins. Comme si elle n’était pas capable de prendre une décision. Ou alors la décision qu’elle prend ne me convient pas et je ne l’accepte pas…
Si j’ai adhéré à la colère d’Iris, ce n’est pas le cas pour tout ce qui suit : l’acceptation et ce qu’elle en fait. Je ressors vraiment déçue de cette lecture. La fin est comme pour le 1er tome, très ouverte et on en fait ce qu’on en veut. Je n’ai vraiment pas aimé du tout. Je m’attendais a beaucoup, à plus de surnaturel, mais l’auteure ne l’effleure que du bout du doigt, du coup je suis restée frustrée, sur ma faim et je n’ai pas apprécié ma lecture…

Je remercie La Collection R pour cette lecture.

40/65

La faucheuse tome 1 – Neal Shusterman

Éditeur : Robert Laffont / Collection R
Nombre de pages : 493
Date de parution : 16 février 2017
Prix : 18,90€

Résumé : Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Mon avis : Le résumé est certes court mais il a réussi à me donner envie et cette envie s’est confirmer avec la lecture des premières pages.

Dans un monde où l’homme est devenu immortel, des faucheurs sont désignés pour tuer certaines personnes pour réguler la population. Quand Citra et Rowan, 17 ans, sont désignés pour devenir apprentis, toute leur vie va changer.

Dès les premières pages j’ai été happée par ce roman. L’auteur plante le décor et le style de vie des hommes devenus immortels afin que l’on comprenne vraiment le rôle et l’importance des faucheurs. C’est vrai que pour moi tout ça c’est vraiment de la science fiction, je ne me vois pas du tout vivre pour toujours, je crois que je n’arriverai pas à vivre si longtemps. Mais l’auteur a réussi vraiment à m’immerger dans ce monde. J’en aurai presque changé d’avis sur l’immortalité.
Les deux personnages principaux sont diamétralement opposés et bizarrement on n’est pas étonné de les voir bien s’entendre et se compléter. Ce qui les unis ce  sont tout de même quelques points communs : leur empathie et leur humanité. Parce que c’est la grande question de ce roman : garderions-nous notre humanité si nous ne risquions plus de mourir ? Dans ce nouveau monde, on est plutôt devenu individualiste et les faucheurs sont le seul véritable danger devant lequel on doit frémir.
Ce livre est double. Il raconte l’histoire de Citra et Rowen, leur expérience différente d’apprentis faucheurs. Les problèmes qu’ils doivent affronter. Leur évolution qu’ils doivent apprivoiser et leur avenir qui est loin d’être doré. Ils doivent affronter ces faucheurs si différents savoir quelle sera leur façon de faucher. Il raconte aussi l’histoire d’une humanité qui ne prend pas forcément le bon chemin. Notre salut n’est pas forcément dans l’immortalité…

J’ai vraiment adoré ce premier roman et j’ai hâte de connaître la suite des aventures de Citra et Rowan.
Je remercie la Collection R pour cette lecture.

38/65