Le poing levé – Simon Stranger

Éditeur : Bayard
Nombre de pages : 241
Date de parution : 6 février 2018
Prix : 13,90€
Acheter : Amazon

Résumé : Emilie, 17 ans, ne pense qu’à la mode et aux garçons. Quand elle rencontre Antonio, membre d’un petit groupe politisé qui mène des actions contre les grands groupes industriels, elle ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure. Émilie est Norvégienne. Et comme beaucoup de filles de son âge, elle aime faire les boutiques et rêver aux garçons sans penser au lendemain. À l’autre bout du monde, Reena, 12 ans, se tue à la tâche dans une usine du Bangladesh, où elle coud des vêtements destinés aux grands magasins. Un univers sépare les deux jeunes filles. Tout change le jour où Émilie rencontre Antonio. Car le garçon appartient aux « Sauveurs du Monde », un petit groupe politisé qui mène des actions clandestines contre les grandes compagnies industrielles, comme celle qui embauche Reena…

Mon avis : Je ne suis pas une femme engagée, mais j’ai mes opinions et je les défends. Quand je le peux également, j’y vais de ma modeste contribution. Ce livre parlait de sujets qui m’intéressent et j’avais envie de le découvrir.

Emilie est une jeune fille actuelle : elle va au lycée, fait du shopping avec sa meilleure amie, passe du temps sur les réseaux sociaux, achète du maquillage… Bref une ado ordinaire. Mais sa vision du monde va changer quand elle va rencontrer Antonio et que celui-ci va lui dévoiler les injustices de notre monde.

J’ai beaucoup apprécié le début du livre. Cette façon de comparer le quotidien d’une lycéenne norvégienne et d’une pré-ado indienne. Comment l’une a la chance de profiter de loisir et peut décider de son avenir alors que l’autre travaille déjà pour aider sa famille. Je suis au courant de ce qu’il se passe en Inde et dans les autres pays, et comme tout le monde je ferme souvent les yeux, mais l’auteur arrive à nous retranscrire cette vie faite de labeurs simplement. Comme il est normal pour une ado européenne de trainer dans les centres commerciaux le week-end, il est normal pour les enfants indiens de travailler pour aider à la subsistance de sa famille. Ni l’un, nu l’autre ne se pose vraiment de questions. C’est comme ça.
Jusqu’à ce que des ados vivants dans la facilité décident qu’ils veulent plus d’égalité sur la planète et font le maximum à leur niveau pour changer les choses flirtant parfois dangereusement avec les limites de la légalité. Ça c’est le début du livre mais aussi sa fin. Ou sa non-fin devrais-je dire. Parce que je l’attends toujours cette fin. Y’a un début, Emilie qui prend conscience de certaines choses et qui s’engage, mais ça ne débouche sur rien… Et j’ai vraiment du mal à mettre des mots sur ma frustration, parce que j’en attendais peut-être trop de ce livre…
C’est dommage, il aurait pu être très bien… Mais ne lui retirons pas le fait qu’il peut tout de même ouvrir les yeux aux ados qui le liront. Il expose des vérités qu’il ne faut pas mettre de côté.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

19/65

S.T.A.G.S. tome 1 – Partie de chasse – M. A. Bennett

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 379
♦ Date de parution :  21 novembre 2018
♦ Prix : 17,90€
Achat: Amazon

Résumé : Meurtrière. Mais sans avoir l’intention de tuer.
J’ai donc des circonstances atténuantes.
Et avant que vous ne perdiez toute compassion, je n’ai pas donné la mort de mes propres mains. Nous étions en groupe. Comme dans une chasse à courre.
D’abord, je dois vous parler de mon lycée. Tout part de là. STAGS est la plus vieille école d’Angleterre. La partie la plus ancienne date de 683…
Et puis, bien sûr, il y a Henry de Warlencourt.
Vous avez peut-être entendu parler de lui sur le Net ? Ou alors vous avez vu sa photo aux infos ? Personne n’aurait pu imaginer quel monstre il était.
Moi non plus.
Jusqu’à ce que je reçoive l’Invitation…

Mon avis : Le résumé m’a intrigué, l’atmosphère avec quelques mots avait déjà l’air très pesante et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Greer est boursière dans une école privée très guindée dans laquelle a du mal à se faire des amis. Mais tout pourrait changer après la réception de cette mystérieuse invitation à une partie de chasse.

Je me suis assez vite laissée porter par l’histoire de Greer (même si je dois avouer que j’ai eu du mal avec son prénom – je ne sais d’ailleurs toujours pas comment cela se prononce). C’est un personnage simple, actuel auquel on s’attache vite. Son (début) d’histoire est plutôt classique, mais c’est ensuite que cela devient assez fou !
L’école est vraiment glauque, je pense que j’aurais eu beaucoup de mal à m’y faire, mais avec un petit effort, je m’y serais habituée. Par contre, j’aurais eu beaucoup plus de mal avec les autres élèves. J’ai beaucoup de mal avec le genre ados hautains et suffisants grâce à l’argent de papa-maman. J’ai admiré la patience de Greer.
Pour ce qui est de l’histoire elle est très oppressante. Rien n’est vraiment étonnant, on s’attend à tout ce qui arrive à Greer et ses futurs amis, mais ce qui est marquant c’est l’ambiance décrite par l’auteure. On navigue toujours avec un degrés de malaise plus ou moins important.
J’ai toutefois été un peu déçue par la fin de l’histoire que j’avais vu venir… Je l’ai donc trouvé un peu facile. Heureusement tout cela a été rattrapé par les toutes dernières pages qui mènent au tome suivant que j’ai hâte de découvrir.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

14/65

Dans la nuit de New-York – Anna Woltz

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 497
♦ Date de parution : 5 septembre 2018
♦ Prix : 14,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Je m’appelle Emilia December De Wit.
J’ai quatorze ans.
Je viens de tout perdre.
Est-ce que l’histoire pourrie qui circule sur Internet parle de la vraie moi ? Mon histoire, ma vraie histoire, où est-elle ?
Je suis la seule au monde à savoir ce que je m’apprête à faire, si j’en ai le cran, ce qui n’est pas gagné.
Six mille kilomètres plus tard. L’air est glacial. New York est en fête. Je marche dans les rues. J’ai repéré le commissariat de police et me suis dirigée dans le sens opposé.
Je suis libre.

Mon avis : La couverture est plutôt épurée, mais elle  a réussi à me séduire. La 4ème de couverture a fait tout le reste pour me décider.

Emilia a décidé de fuir sa famille, sa ville, son pays après le scandale qui touche son père. À 14 ans, c’est difficile d’affronter tout ça. Et comme elle a toujours voulu aller à New-York, c’est l’occasion où jamais de réaliser son rêve.

J’ai beaucoup aimé suivre Emilia dans son périple. Ses premiers pas timides, où elle est même prête à renoncer et sa découverte émerveillée de la ville qui la fait rêver depuis si longtemps. Je l’ai trouvé très courageuse. C’est d’ailleurs paradoxal, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus courageux que de fuir ses problèmes, par contre ça l’est de prendre ses valises pour découvrir seule un pays dans lequel on n’est jamais allé. Ça ne l’a rendu que plus attachante.
J’ai aimé son aventure et les amis qu’elle se fait sur sa route. C’est avec eux qu’elle apprend à grandir, se connaître et à surmonter ses peurs. Elle devient un peu adulte, a comprendre leur problème et à les accepter.
C’est un voyage initiatique écrit avec beaucoup de douceur mais qui n’épargne pour autant pas  les personnages ou les lecteurs. Mais il parle de la vie vrai, ou presque, parce que certaines choses sont quand même édulcorées ou alors Emilia a une bonne étoile qui lui a beaucoup portée chance. Tout cela donne une très jolie histoire, qui m’a fait passé un très bon moment, que j’ai lu rapidement et que je vous recommande chaudement.

Je remercie Bayard pour cette lecture.

2/65

Chroniques d’un autre monde tome 1 – Les marcheurs de la terre – P.C. Cast

 ♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 720
♦ Date de parution : 20 juin 2018
♦ Prix : 18,90€ le livre
♦ Acheter : Amazon

Résumé : En représailles à l’action néfaste des hommes sur la Terre, le soleil a détruit les villes où règne désormais un peuple agonisant. Pour tenter de survivre, deux tribus ennemies se sont réfugiées dans la forêt.
Les Compagnons, guidés par leur chef, le Prêtre du Soleil, ont élu domicile dans les arbres pour échapper aux créatures qui grouillent au sol.
Les Marcheurs de la Terre se sont installés dans des tanières qui les protègent des prédateurs et parfois d’eux-mêmes… Atteints de la Fièvre de la Nuit, les hommes comptent sur leur Femme Lune pour les purifier de ce mal.
Nik, le fils du Prêtre du Soleil, veut prouver à son clan qu’il est digne de confiance.
Mari, la fille de la Femme Lune, n’a qu’une seule idée en tête : fuir.
Tout les oppose mais leur destin est lié.
L’avenir de cet autre monde est désormais entre leurs mains.

Mon avis : Je n’ai jamais lu de livre de P.C. Cast, après avoir lu le résumé, je me suis dit que ça serait l’occasion de la découvrir…

Dans un monde où la technologie et la folie des hommes ont tout ravagé, les hommes se sont « reconstruits » en castes qui s’affrontent et ses détestent, mais parfois, il faut s’unir pour continuer à survivre.

J’ai eu beaucoup de mal à lire ce livre. Pas parce qu’il n’est pas intéressant, loin de là, mais parce qu’il prend son temps. Minutie c’est le mot qui me vient quand je pense aux descriptions. L’auteure prend son temps pour nous faire découvrir l’univers qu’elle a imaginé. Rien n’est laissé au hasard, tout est soigneusement pensé et restitué : c’est comme si on y était.
C’est ce qui m’a un peu freinée, tout est long à se mettre en place. On comprend l’importance de bien comprendre l’univers, les personnages, les croyances avant de pouvoir rentrer dans l’action, mais c’est parfois aussi ce qui m’a poussé à poser le livre pour le reprendre quelques jours plus tard.
J’ai tout de même beaucoup aimé ce monde riche et ces personnages auxquels on s’attache très très vite. C’est un très gros roman mais il le vaut largement !

Je remercie Bayard pour cette lecture.

2/65

Les âmes perdues tome 1 – Les terres du bas – Jeff Giles

♦ Éditeur : Bayard
♦ Nombre de pages : 473
♦ Date de parution : 29 août 2018
♦ Prix : 15,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : Zoé, 17 ans, vient de vivre la pire année de sa vie : son père est mort dans un accident de spéléologie et ses voisins, qu’elle aimait énormément, ont été enlevés. Un soir, alors qu’une terrible tempête de neige fait rage, Zoé et son petit frère sont attaqués par un homme dans les bois à côté de chez eux. Ils sont sauvés de justesse par un mystérieux chasseur de primes.

Mon avis : Le résumé et la couverture du roman m’ont totalement séduite. Et quand je l’ai reçu je l’ai encore trouvé plus beau ! Il ne me restait plus qu’à le lire.

La vie de Zoé bascule lors d’une tempête où elle fait la connaissance de X. X est mystérieux, il vient d’un monde qu’elle ne connait pas et il pourrait totalement changer le sien.

J’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman, pas parce qu’il ne me plaisait pas, mais parce que j’avais tellement de choses à faire à côté, tant personnellement que professionnellement, que j’ai parfois eu du mal à me plonger dedans. C’est hier que je me suis décidée et je ne l’ai pas regretté.
Je me suis vite attachée à Zoé et à sa famille. Son petit frère a beau être agaçant, il est surtout très attendrissant. Sa mère est peu présente dans l’histoire mais elle s’intègre parfaitement à l’intrigue. J’ai aussi beaucoup aimé l’humour de Zoé et sa répartie. J’aurais aimé avoir la même à son âge. X quant à lui est plutôt insignifiant. Loin du héros sûr de lui, il est surtout craintif et j’ai souvent eu envie de secouer ! Heureusement qu’il y a aussi pas mal de personnages secondaires, avec des caractères bien trempés qui ont réussi à remonter tout ça !
L’univers est lui aussi très bien planté. Je m’y voyais très clairement. Mais l’histoire qui se répète déjà pour un premier tome m’a aussi un peu agacé. J’ai un peu peur de ce que donnera le tome suivant…
Dans l’ensemble j’ai passé un très bon moment avec Zoé et X et je suis vraiment très curieuse de voir ce que va donner la suite.

Je remercie Bayard et Pages turners pour cette lecture.

1/65