À qui la faute – Ragnar Jónasson

♦Éditeur : De la Martinière
Nombre de pages : 336
♦Date de parution : 13 janvier 2022
♦Prix : Papier : 21,50€, Numérique : 15,99€
♦Acheter : Amazon

Résumé : Quatre amis d’enfance pensent se retrouver le temps de quelques jours paisibles. Une simple chasse à la perdrix dans les hauts plateaux de l’est de l’Islande…
Mais le voyage tourne vite au cauchemar. Une tempête de neige violente et inattendue s’abat sur eux et les oblige à se réfugier dans un pavillon de chasse abandonné. À l’intérieur, une découverte… macabre qui changera à jamais le cours de leur existence – et de leur amitié.
C’est le début d’une longue nuit dans ce que l’Islande a de plus âpre. Un huis clos dans un froid redoutable, où les quatre amis, coupés de toute civilisation, voient ressurgir ce qu’ils ont de pire en chacun d’eux. Les tempéraments explosent. Les aversions, les soupçons et les haines du passé remontent à la surface.
Seront-ils tous assez forts pour survivre à cette nuit ?

Mon avis : J’ai lu ce livre en deux jours. Tout d’abord parce qu’il est court, certes, mais surtout parce que plus on avance dans le livre, plus on veut savoir la suite.

Le week-end entre vieux amis devaient être la possibilité de se retrouver, de parler du passer et de resserrer peut-être les liens qui se détendent avec le temps, mais rien ne se passa comme prévu.

Je ne suis pas fan des livres policiers où l’action se passe en huis clos. Ces ambiances pesantes et je n’aime pas vraiment ça. Mais ici j’ai réussi vite à me mettre dans l’histoire. La narration alterne entre les quatre personnages, ajoutant à l’incompréhension ambiante. Dès le début on sent bien que quelque chose de malsain plane au dessus de ces quatre personnes, mais il est difficile de mettre le doigts dessus. On sent qu’il a des secrets des non-dits, des ressentiments mais on est loin d’imaginer lesquels. J’étais loin d’imaginer lesquels.
L’auteur est très bon là-dessus. En plus de l’angoisse de savoir s’ils vont survivre à cette tempête qui les éloigne de leur chalet, ces révélations distillées au compte-gouttes s’ajoutent à la peur qu’ils ressentent et qui nous sert la gorge également.
Je n’ai pas vu passer les pages tellement je voulais découvrir tous les secrets de chacun et je n’ai pas été déçue par les révélations. Par contre, la fin s’est passée un peu trop vite à mon goût, une fois le tout dévoilé, on referme trop vite le livre. J’ai peut-être eu ce sentiment parce que j’avais attendu tous le livre de savoir ce qu’il en était et que je m’attendais à plus ensuite.
Moi qui n’affectionne pas spécialement ce type de roman policier, j’ai passé un très bon moment lecture et je vous le conseille vivement.

Je remercie les éditions de la Martinière et Netgalley pour cette lecture.

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.