Jukebox motel tome 1 – La mauvaise fortune de Thomas Shaper – Tom Graffin et Marie Duvoisin

♦ Éditeur : Grand angle
♦ Nombre de pages :  56
♦ Date de parution : 28 avril 2021
♦ Prix : 14,90€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : 1967. Thomas Shaper est sur le point d’abandonner la peinture quand une de ses toiles, remarquée par Andy Warhol, se vend une fortune. Devant ce succès démesuré, le peintre perd pied. Sur un coup de tête, il part pour la Californie où il rencontre Johnny Cash, lui aussi en plein doute. Écrasé par la gloire, le légendaire artiste country confie au peintre qu’il n’aspire qu’à une chose : trouver un « diable d’endroit », comme il l’appelle, où il pourrit enfin trouver la paix intérieure. Dès lors, Thomas fait de la recherche de ce lieu sa propre quête…

Mon avis : Je lis très peu de BD, pas parce que je n’aime pas ça. Mais parce que ça se lit vite, trop vite et que c’est bien souvent le prix d’un livre grand format. Je trouve que ça coute trop cher. Même si j’avoue que beaucoup me font envie avec leurs dessins superbes. C’est ce qu’il s’est passé avec cet BD. Le graphisme m’a plu et j’ai cédé.

Devenir un peintre renommé n’est pas facile. Quand cela « menace » d’arriver à Thomas Shaper, il perd pied. Sa rencontre avec Jhonny Cash pourrait bien changer sa vie.

Difficile pour moi de faire un avis sur une BD ou un roman graphique, c’est un exercice que je pratique peu.
Pour une fois, je ne lis ni de la jeunesse, ni de la fantasy, ni du policier… On est sur un thème contemporain, entre fiction et biographie.
J’aime les histoires vraies et simple. Celle de gens de tous les jours. Celle qui pourrait arriver à n’importe qui, qu’elle soit d’une banalité déprimante ou rocambolesque. Ici il y a un peu des deux. Thomas Shaper est un homme simple, qui a des envies simples, mais dont la vie se complique quand son travail d’artiste est apprécié. Et sa réaction face à tout ça est plutôt cohérente, du moins à mes yeux.  J’ai aimé découvrir sa vie et voir ses réactions.
Les dessins sont superbes ! Avec de belles couleurs. J’ai vraiment aimé le trait de la dessinatrice. Le soin du détail apporté à chaque vignette. On a une véritable plongée dans l’Amérique de la fin des années 60.
La fin du premier tome m’a laissé sur ma faim (c’est le cas de le dire) et je suis vraiment impatiente de découvrir la suite. Tellement que je me demande si je ne vais pas lire le roman dont est tiré la BD pour la connaitre plus vite.
D’ailleurs, vous l’avez lu ce livre, vous l’avez aimé ?

Je remercie Grand angle pour cette lecture.

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.