Nora ou le paradis perdu – Cecilia Samartin

Éditeur : L’Archipel
Nombre de pages : 450
Date de parution :  1er juillet 2015
Prix : 22,00€ Notepaillons4

71r2siOCW+LRésumé : Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines très proches et complices, vivent une enfance heureuse et insouciante. Mais la révolution éclate, et Fidel Castro accède au pouvoir. Un climat de peur, nourri par la répression, s’installe peu à peu. Nora émigre alors aux États-Unis, laissant Alicia derrière elle, qui s’apprête à vivre des heures sombres à La Havane. Tandis que Nora, bien nostalgique de son pays natal, s’accommode peu à peu de cet environnement nouveau, Alicia subit les coups durs, dans un Cuba où la situation se détériore. Grâce aux lettres qu’elles continuent d’échanger, Nora comprend que la vie d’Alicia est devenu un enfer. Elle décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide. Mais ce qu’elle va découvrir à Cuba est bien loin de tout ce qu’elle pouvait imaginer.

Mon avis : Ayant fait des études sur les civilisations hispano-américaines et la langue espagnole en générale, je suis fascinée par les pays d’Amérique Latine. Et si Cuba n’en fait pas partie à proprement parler, puisque c’est une île des Caraïbes, elle ne m’en fascine pas moins, d’autant plus que c’est de ce pays dont la salsa tire ses origines. Il ne m’en fallait donc pas plus pour avoir envie de lire ce livre.

Ce livre nous raconte l’histoire de deux cousines cubaines, Nora et Alicia, qui ont eu deux vies totalement différentes suite à la révolution populaire de Fidel Castro.

Le roman commence doucement, la narratrice, Nora, nous présentant son île natale et la douceur d’y vivre. J’ai adoré découvrir Cuba à travers ses yeux. Certes elle fait partie de la haute société de l’île et a donc une vie privilégiée et l’auteure ne nous décrit pas non plus la vie des population plus pauvre, mais il n’empêche que la douce atmosphère des Antilles est propice à la rêverie. Le lecteur n’a qu’à fermer les yeux pour s’y croire.
La deuxième partie du livre est plus dure. Une fois la révolution en marche la vie de la famille La Nora ne sera plus jamais la même. Confronter à la douleur et aux restrictions chacun réagit à sa manière. L’auteure à voulu nous montrer deux voies : celle La ceux qui n’ont pas voulu (ou pas pu) quitter l’île et ceux qui se sont exilés. Aucune des deux n’a été facile. Chacune a laissé des marques et c’est le chemin parcouru par chacune des deux cousines, Nora au États-Unis et Alicia restée à Cuba, avec ses choix et ses sacrifices que l’auteure nous raconte.

Ce récit est poignant, par sa beauté et par les souffrances ressenti par un peuple obligé La se séparé. On ressent vraiment ce déchirement de ceux qui ont dû quitter leur pays et ceux qui sont restés, qui en souffre et envie ceux qui sont partis. On découvre que rien n’est tout noir ou tout blanc.
Je pourrais vous parler de ce livre pendant des heures, mais je pense que je vous en dévoilerais trop. À partager mon ressenti j’en viendrai à vous raconter le roman en entier. Alors que le mieux c’est que vous le lisiez, pour que vous aussi vous puissiez ressentir ce qu’est la division d’un peuple, la décadence d’un pays et au milieu de tout ça, les histoires individuelles qui tentent vaille que vaille de tenir le cap.
J’avais envie d’agrémenter mon avis de photo de la Havane dans les années 50, mais je n’en ai pas trouvé. Tout ce que j’ai trouvé c’est des photos des voitures américaines des années 50 si bien entretenus par les Cubains. Si jamais vous en trouvez, je suis preneuse !

Je remercie les éditions L’Archipel pour cette lecture.

Publicités

3 réflexions sur “Nora ou le paradis perdu – Cecilia Samartin

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s