La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

 Éditeur : Babel
Nombre de page : 609
Date de parution : 7 novembre 2012
Prix : 9,70€ 5+

9782330013073Résumé : Jackson, Mississippi, 1962. Dans quelques mois, Martin Luther King marchera sur Washington pour défendre les droits civiques. Mais dans le Sud, toutes les familles blanches ont encore une bonne noire, qui a le droit de s’occuper des enfants mais pas d’utiliser les toilettes de la maison. Quand deux domestiques, aidées par une journaliste, décident de raconter leur vie au service des Blancs dans un livre, elles ne se doutent pas que la petite histoire s’apprête à rejoindre la grande, et que leur vie ne sera plus jamais la même.

Mon avis : Je suis ressortie chamboulée de ce livre. Tout d’abord parce qu’il est bien écrit, et que se succèdent les scènes drôles, poignantes et horrifiantes. Mais surtout parce que je me suis posée des tas de questions tout le long de ma lecture et que je m’en pose encore.
Ça fait longtemps que je suis étonnée de cette façon de traiter les noirs dans les années 50/60 aux États Unis, qui se revendique pays de la liberté où tout est possible, alors qu’en France on ne le faisait pas. Sauf qu’on a fait d’autres choses dont on est pas fier et que c’est l’Europe qui a colonisé l’Amérique et qui a initié la traite des noirs et l’esclavage. J’ai donc essayé de lire ce livre avec un regard neutre et en essayant de ne pas trop juger mais de comprendre pourquoi la société était comme ça à l’époque. Mais ça n’a pas été facile de comprendre une société américaine des années 60 avec mon regard de femme française adulte au début du 21ème siècle. J’ai parfois été franchement atterrée limite horrifiée de voir certaines réactions, certaines habitudes, l’emploi de certain vocabulaire, mais c’était la réalité de cette époque là et des gens se sont battus pour que cela change. Bon, on ne vit pas encore dans un monde parfait où tout le monde est vraiment égaux (et j’ai pleinement conscience d’être du bon côté), mais on avance tous les jours un peu. Du moins c’est ce que j’aime penser.
J’ai beaucoup aimé ce livre, malgré le pavé de 600 pages, j’ai réussi à le lire assez vite, je me suis attachée aux personnages, aux bonnes principalement, à leur franchise, leur tendresse et leur vie pas toujours facile. Les patronnes c’est autre chose… J’avais envie d’en baffer certaines et d’en secouer d’autres face à leur bêtise ! Le Mississippi des années 60 est en décalage total avec les états du Nord, un peu vieillot et attaché à de très anciennes valeurs, limites archaïques, même pour cette époque là, et à côté de ça il utilise toute la modernité des années 60 du congélateur en passant par l’air conditionné… Un vrai « contraste » à lui seul !
L’histoire est bien construite, l’auteur change de ton et de façon d’écrire suivant les personnages, s’adaptant à leur éducation, ce qui facilite encore plus l’immersion dans le récit. C’est un superbe témoignage, sans chichi ni fioriture sur une période que j’ai apprécié découvrir. Je pense que l’auteur a essayé de rester neutre, même si elle est blanche et qu’elle a dû être fatalement influencée par son vécu, et qu’elle y est plutôt arrivée.
Avec ses personnages j’ai frémis, ris et pleuré, et je pense que je penserais encore à ce livre pendant quelques jours. D’ailleurs, je pense regarder rapidement le film qui en a été tiré.

Le petit plus : il existe une adaptation de ce livre en film, « La couleurs des sentiments » que vous pouvez trouver en DVD.

Cliquez si vous souhaitez acheter.

Publicités

8 réflexions sur “La couleur des sentiments de Kathryn Stockett

  1. secriture dit :

    Un roman que j’ai envie de lire depuis un moment… ma soeur m’a recommandé le film… Je sens qu’il va bientôt débarquer dans ma PAL !

    • mutinelle dit :

      J’ai regardé le film après avoir écrit mon avis. Le rendu est bien, même si transformer un livre de 600 pages en film de 2h fait qu’on y perd un peu. Les deux sont très bien.

    • mutinelle dit :

      C’est vrai qu’il est assez lent, mais ça ne m’a pas dérangé. J’aime bien les scènes de vie quotidienne.
      Bon dimanche à toi aussi.

  2. Fany dit :

    J’arrive un peu tard mais on va dire qu’il n’est jamais trop tard pour lire un très très bon livre. J’aime beaucoup ta chronique et je me retrouve dedans, j’ai moi aussi souri et j’ai souvent été horrifié. Ce livre est magnifique et j’ai hâte de regarder l’adaptation.

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s