Little Bird – Craig Jonhson

Éditeur : Gallmeister
Nombre de pages : 422
Prix : 10,00€

Résumé : Après vingt-quatre années passées au bureau du shérif du comté d’Absaroka, dans le Wyoming, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s’envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune indienne, Melissa Little Bird, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche venger la jeune fille. Alors que se prépare un violent, blizzard Walt devra parcourir les vastes étendues du Wyoming sur la piste d’un assassin déterminé à parvenir à ses fins.
Avec ce premier volet des aventures du shérif mélancolique et désabusé, Walt Longmire, Craig Johnson s’impose d’emblée parmi les plus grands.

Mon avis : J’ai obtenu ce livre dans le cadre d’un partenariat avec le forum Accro et Mordus de lecture et la maison d’édition Gallmeister. Lorsque j’ai vu que des livres incluant des « amérindiens » étaient proposés, j’ai sauté sur l’occasion, j’adore tout ce qui touche aux civilisations de ce « nouveau » continent, que ce soit celles d’Amérique du Nord ou d’Amérique du Sud (Cf mon avis sur Llorona on the Rock).

Ce livre fait partie de la nouvelle collection de cette maison d’édition, la collection Totem qui a pour but de présenter des ouvrages de littérature américaine proposés dans les autres collections (Nature Writing, Noire et Americana) mais dans un format semi-poche plus abordable pour certains. Vous trouverez toutes les infos sur leur site.

J’ai attendu ce livre avec impatience et je n’ai pas été déçue quand je l’ai reçu ! La couverture est sobre, noire mate ornée juste de plumes grises et rouges, douce au touché. Bref, très agréable ! Premier contact plus qu’encourageant ! Une fois ouvert, on tourne des pages de bonnes qualités à la couleur légèrement beige et à la police gris foncé qui facilite grandement la lecture.

Mais venons-en au plus important : l’histoire en elle même. Nous sommes là plongés dans une intrigue policière. Le corps d’un jeune homme impliqué dans une affaire de viol sur une jeune indienne mentalement retardée, est retrouvé refroidi (et c’est peu de le dire dans cet état du Wyoming où l’hiver s’installe doucement). Le shérif du comté d’Absaroka, Walt Longmire (qui est aussi notre personnage principal), est alors chargé de l’enquête. Pas très loin de la retraite, notre shérif est pourtant loin du personnage bourru campé dans ces cas là. Il a beaucoup d’humour et fait preuve de plein de délicatesse (ce qui n’était pas gagné pour un homme de sa corpulence). L’enquête le conduit vers la réserve à laquelle appartient la jeune fille violée, pensant logiquement à une vengeance de sa communauté. Pris entre ses soupçons vers ces indiens qu’il apprécie et certaines incohérences qui apparaissent lors de ses investigations, Walt fait preuve de beaucoup d’humanité.

J’ai beaucoup aimé le suivre dans ses recherches, sur le meurtre, sur lui même, sur ses amis et sur les différents personnages de ce livre. Il a un humour que j’adore et une façon d’être qui me ressemble, il est logique mais aussi conscient de ses faiblesses et des liens d’amitié qu’il entretien avec les personnes qu’il soupçonne.

Ce livre est une galerie de portraits tous plus vrais que nature. Aucun n’est édulcoré et tous transpirent l’odeur des montagnes de là-bas : la rudesse et la pureté. Il est difficile de vous les énoncer tous, mais Craig Johnson, l’auteur, est très doué pour ce qui est de décrire ses personnages qui sont tous très bien pensés et travaillés.

Quant à l’intrigue elle-même elle est rondement menée ! L’auteur nous balade d’un suspect à l’autre tout en réussissant à nous faire douter de tout et de tous. De la même manière que Walt, contraint de soupçonner son meilleur ami. Jusqu’à la découverte du meurtrier…

La force de ce roman, c’est l’écriture fluide de l’auteur, l’amour qu’il a pour ses personnages, l’humanité de ces derniers (j’avais l’impression, à la fermeture du livre, que les personnages allaient en sortir pour boire un verre avec moi tant ils me paraissaient réels, j’ai vraiment eu du mal à les quitter), sa façon de décrire ces paysages qui dégagent tant de force !

Pour terminer vous aurez compris que ce livre est un vrai coup de cœur et que je pense suivre sérieusement les autres écrits de cet auteur, surtout que Walt revient régulièrement.

Merci au forum Accros et Mordus et aux éditions Gallmeister pour ce partenariat.



Cliquez si vous voulez l’acheter.

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.