Tandis que le monde meurt tome 1 – Les premiers jours – Rhiannon Frater

Éditeur : Panini Books / Eclipse
Nombre de pages : 396
Date de parution : 4 février 2015
Prix : 14,00€ Notepaillons3.5

10923748_322476574608508_6261460708850418651_nRésumé : Katie et Jenni sont deux femmes que tout oppose. La première est une avocate hyperactive, la seconde une mère au foyer aimante. Lorsque lapocalypse décime la population américaine, elles unissent leurs forces et abandonnent derrière elles leurs anciennes vies. Liées par de terribles événements, les deux femmes découvrent en elles des ressources insoupçonnées qui les aident à survivre. À la recherche dun refuge, elles trouvent un camp de fortune où elles s’adapteront au nouveau monde Un monde où la mort est partout.

Mon avis : Je ne suis pas une grande fan de zombies, mais de temps en temps j’aime bien lire un livre qui met en avant ces êtres décérébrés qui font très très peur. Et que dans ce livre les personnages principaux soient des femmes m’a donné envie.

Le monde de Katie et Jenni bascule un matin où les gens se transforment en zombies les un après les autres. Elles se retrouvent par hasard dans la même voiture et les voilà qui unissent leurs forces pour survivre.

Le livre commence fort, dès le début on est plongés dans l’horreur. Et l’auteure n’y va pas avec le dos de la cuillère. Elle n’épargne personne et surtout pas ses personnages qui d’entrée de jeu sont confrontés à l’indicible. Les livres de zombies sont gores et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Les premières scènes sont vraiment sanglantes et cela donne d’emblée le ton du roman. Même si j’ai trouvé le nombre de scènes gores plutôt raisonnables dans ce genre de roman, je m’attendait à plus. Ou alors c’est qu’au même titre que les personnages je me suis habituée aux massacres des zombies et même des humains
Ce qui m’a le plus plu dans ce livre c’est de voir comment les épargnés survivants s’organisent face aux zombies. La solidarité qui à l’air toute naturelle envers des inconnus. J’aime quand les gens font front alors que quelques heures auparavant ils ne se connaissaient pas. C’est cet esprit qui m’a séduite. Même si je dois aussi admettre qu’il était parfois un peu trop dégoulinants de bonnes intentions, limite guimauve.
J’ai bien aimé aussi que l’histoire soit abordé d’un point La vue féminin. Cela donne un peu de douceur (mais juste un peu) au milieu de tout cet horrible chaos.
Je ne suis pas une experte dans les histoires de zombies et mon avis vaut ce qu’il vaut, mais j’ai trouvé ce livre pas si mal limite plutôt bien.

Je remercie les éditions Panini Books pour cette lecture.

 

Le songe d’une nuit d’automne tome 1 – La neuvième nuit – Lesley Livingston

♦ Éditeur : Panini Books / Collection Scarlett
Nombre de page : 351
Date de parution : 19 juin 2013
Prix : 16,00€3

nuit10Résumé : Kelley Winslow est une jeune actrice qui vit à New York et ne croit pas aux contes de fées. Lorsque le rôle principal de la pièce pour laquelle elle avait auditionné renonce à jouer, Kelley passe du stade de remplaçante à celui de star. Elle est à Central Park pour répéter son texte, quand elle rencontre Sonny Flannery, un des gardiens du portail entre notre univers et celui des faeries. Kelley plonge alors dans un monde fantastique et découvre ses origines, qui se révèlent bien plus féériques que ce qu’elle imaginait…

Mon avis : Depuis que je sais que Panini a racheté le catalogue d’Eclipse, je les suis de près. J’ai alors découvert leur collection jeune adulte appelée Scarlett et La neuvième nuit est mon premier contact avec elle.

Kelley a 17 ans et vit a New-York. Elle veut devenir actrice et sa tante lui a permis de prendre un appartement dans cette grande ville et elle a décrocher un rôle dans une pièce de Shakespeare jouée par une troupe de second ordre. Mais ce n’est que le début. Sa vie va basculer un soir d’octobre quand elle sauve un cheval de la noyade et qu’elle le retrouve ensuite dans sa baignoire…

Ce livre pas de Fées et ça change un peu de ce que j’ai l’habitude de lire. Et ça fait du bien !
J’ai trouvé que ça cafouillait un peu au début, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire. Je voyais où l’auteure voulait aller, mais je n’arrivais pas à accrocher, ou elle n’arrivait pas à m’accrocher (au choix). Mais passé une cinquantaine de pages difficiles, je suis rentrée dans l’histoire et j’ai voulu en connaître la fin.
L’intrigue est plutôt bien menée, j’ai trouvé que l’auteure avait de l’imagination et qu’elle avait créé un monde très crédible et une mythologie intéressante (mais il faut avouer que je suis assez novice en la matière). J’ai aimé découvrir le monde des fées, ses cours, ses fourberies… c’est beaucoup moins idylliques que le laissait sous entendre nos contes d’enfance. J’aime son côté obscure qui nous prouve qu’il n’y a pas que notre monde qui peut être cruel.
Par contre, j’ai beaucoup moins aimé la romance. Je l’ai trouvé un peu trop facile. Bon, ok, moi aussi à 17 ans je m’amourachais vite, mais là c’est vraiment rapide, surtout que Sonny est sensé être plus vieux que ses 19 ans « physique ». Bon pis faut dire aussi que je suis réfractaire à toute sorte de romance ^^^.

Dans l’ensemble, j’ai passé un bon moment et je pense que je continuerai la trilogie, surtout si les couv’ sont toutes aussi jolie.

Le petit plus : Si vous voulez un peu plus découvrir la trilogie et l’auteure vous pouvez la retrouver sur son site

28/35

52/60


Cliquez si vous souhaitez acheter.