Jours de glace – Maud Tabachnik

Éditeur : Éditions City
Nombre de pages :  319
Date de parution : 18 septembre 2019
Prix : 19,50€
Acheter : Amazon

Résumé : Des trombes d’eau. Un vent infernal. En quelques minutes, la petite ville de Woodfoll dans le grand Nord canadien est balayée par une tempête d’une violence inouïe. Plus d’électricité, plus de téléphone, un paysage de fin du monde.
Comme le reste de la région, la prison de haute sécurité n’a pas résisté à l’ouragan. La panne électrique a ouvert les portes, libérant quatre tueurs, parmi les pires de leur espèce, des violeurs, pédophiles et meurtriers récidivistes qui se retrouvent dans la nature.
Quand des cadavres sont retrouvés, sauvagement mutilés, les soupçons se portent forcément sur les évadés. Mais sont-ils les vrais coupables de ces atrocités ? Lou Grynspan, ancienne profileuse de la police du Québec, mène une enquête aux frontières de la raison. Un voyage au bout de l’enfer qui va hanter ses jours et ses nuits…

Mon avis :  Cela faisait bien 15 ans que je n’avais pas lu un livre de l’autrice. Pourtant sa plume me plaisait beaucoup. Quand j’ai eu l’occasion de lire celui-ci, il n’a pas fallu me pousser beaucoup pour que je le commence.

Lou Grynspan est shérif dans une contrée reculée du Canada. Une de celle où l’hiver n’en finit jamais. Dans une bourgade plutôt tranquille ou l’essentiel du travail consiste à mettre des PV de stationnement. Mais tout change quand une prison haute sécurité y est construite, que les pires psychopathes s’en échappent et qu’on retrouve le corps d’une gamile dans un très sale état.

Les premières pages nous plongent dans cet univers glacial, resté par certains aspects dans cette période avant l’arrivée des blancs. Cette époque où les superstitions avaient encore la part belle et dictaient les règles. Et où les blancs mènent une vie rude où l’essentiel est de survivre. Le décors est planté et on ne fait que frissonner tout le temps de notre lecture.
L’enquête, ou plutôt les enquêtes, se chevauchent un peu et parfois je m’y suis un peu perdue. Heureusement, elles ne trainent pas trop en longueur et l’autrice ne joue pas trop avec nos nerfs, on sait où on va dans les grosses lignes et ce n’est que les détails qui nous manquent. Enfin pas tous les détails, au niveau des scènes de crime rien ne nous est épargné. Il n’y a pas eu beaucoup de nouveauté pour moi, mais le tout est relevé par l’ambiance glaciale et glauque.
Ce que j’ai beaucoup aimé c’est que pas mal de personnages nous sont présentés dans le détail, avec des informations sur leur vie passée, comment ils sont arrivés ici, ce qu’ils aimeraient faire dans le futur.
J’ai eu parfois du mal avec l’écriture, ayant besoin de relire les phrases pour les comprendre. Pas qu’elles étaient mal écrites, mais parce qu’elles étaient écrites d’une manière dont je n’avais pas l’habitude. C’est le seul petit point négatif que je pourrais relever.
J’ai passé un très moment lecture et je pense que je vite rattraper mon retard en lecture en policier de Maud Tabachnik.

Le premier jour du reste de ma vie – Virginie Grimaldi

Éditeur : City éditions
Nombre de pages : 283
Date de parution : 21 janvier 2015
Prix : 16,50€Notepaillons3.5

81ToNXRFG4LRésumé : Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : gâteaux, invités, décoration de l’appartement… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris « un aller simple pour ailleurs ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin. Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière qui fait le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde… Tout quitter pour tout recommencer : une comédie tendre et savoureuse !

Mon avis : Ce livre aux couleurs de vacances m’a fait envie pendant cet hiver qui donne l’impression qu’il ne finira jamais. Un peu de chaleur pendant que la neige tombe.

Marie réalise que la vie qu’elle mène depuis 20 ans ne lui convient plus. Elle décide La tout plaquer et pour se retrouver part en croisière réservée aux personnes seules.

J’ai passé un très bon moment avec ce livre. Il se lit super vite. Les courts chapitres s’enchaînent et trois mois de la vie des personnages défilent sous nos yeux sans qu’on ne voit le temps passer. Le ton est léger. On sourit souvent, d’autres moments sont plus émouvants, et dans l’ensemble ce livre fait du bien par les bons sentiments qu’ils diffusent.
Marie, le personnage principal, est quelqu’un de droit dans ses bottes, simple et attachante. Elle n’y va pas par quatre chemin et ne manque pas de ressource. Elle se fait deux amies lors La la croisière et le trio nous emmènent dans de jolies aventures.
L’histoire est assez simple, rien de bien innovant mais ce n’est pas ce qu’on demande à se genre de lectures, elles sont là pour nous vider la tête, et là le livre rempli son rôle. Malheureusement l’intrigue est assez cousue La fils blancs. Je n’ai pas vraiment été étonnée par les événements. Je connaissait déjà la fin en le commençant, j’aurais aimé avoir plus de surprises lors de ma lecture.
Pour un premier livre, il est très plaisant et rempli tout à fait son rôle, j’en attendais juste un peu trop peut-être. Mais je vous le recommande chaudement pour passer un bon moment au soleil pendant cet hiver trop long.

Je remercie City éditions pour cette lecture.

Le petit plus : l’auteur du livre tient également un blog désopilant ICI