Souvenirs effacés – Arno Strobel

♦ Éditeur : L’Archipel
♦ Nombre de pages : 319
 Date de parution : 6 juin 2018
♦ Prix : 18,00€
♦ Acheter : Amazon

Résumé : L’enlèvement de son fils… Sa fuite nocturne à travers le parc… Le coup sur la tête… À son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine.
Étrangement, le médecin à son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle.
Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’à son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.
À qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ?

Mon avis : J’ai lu le premier roman traduit d’Arno Strobel, Enterrées vivantes, il y a peu, et comme j’avais beaucoup aimé, j’avais hâte de lire le suivant.

Sibylle se réveille dans une chambre d’hôpital suspecte sans se souvenir comment elle pu arriver là. N’obtenant pas de réponses à ses questions, elle s’inquiète et s’enfuit. Ce qu’elle découvre alors à de quoi la rendre folle.

Dès le début je me suis laissée embarquer par l’histoire de Sibylle. Cette femme vulnérable de par sa situation, se révèle avoir un caractère fort et ne se laisse pas abattre. Elle est poussée par la force de retrouver son fils. Même si on lui dit qu’elle n’en a pas, son instinct est persuadé du contraire. Plus elle avance dans ses recherches, plus les informations qu’elle reçoit sont contradictoires. Il y a vraiment de quoi devenir fou. Mais, malgré quelques effondrement, elle garde la tête froide et ne perd pas de vu son objectif.
L’auteur est vraiment machiavélique, il ne ménage pas son personnage principal, qui va de déceptions en découragement. Le lecteur en prend aussi pour son grade ne sachant sur quel pied danser. Arno Strobel aime nous envoyer sur des mauvaises pistes, pour mieux nous mettre le doute une fois que la bonne pointe son nez. C’est ce que j’aime dans un roman policier, douter jusqu’à la fin de qui est le coupable. Et ici on ne le découvre qu’à la toute fin, même si c’est un chouilla trop rapide pour moi. J’aurais aimé que cela soit moins subit. Ou un peu plus développé…
Cela n’a pour autant pas gâché mon plaisir de lecture. J’ai passé un très bon moment avec ce roman, et, c’est certains, je relirais des livres d’Arno Strobel.

Je remercie l’Archipel pour cette lecture.

Enterrées vivantes -Arno Strobel

♦ Éditeur : L’archipel poche
 Nombre de pages : 309
 Date de parution : 2 mai 2018
♦ Prix : 7,80€
♦ Acheter : Amazon ou Bookwitty 

Résumé : Quand elle ouvre les yeux, rien. Le noir total. Si elle essaie de bouger, elle se cogne de tous côtés. Elle se sait prise au piège. Enfermée vivante dans une caisse en bois, d’où personne ne peut l’entendre crier. Elle se débat…
Quand elle se réveille, Eva comprend qu’elle vient de faire un cauchemar. Mais le soulagement est de courte durée : son corps porte des traces récentes de blessures, comme si elle avait réellement essayé de s’extraire d’un cercueil…

Mon avis : Je suis dans une période où j’ai envie de lire des policiers et j’avais vu il y a quelques temps passer ce livre d’Arno Strobel qui me faisait très envie. Voilà que l’envie est assouvie.

Rêver d’être enfermé vivant dans un cercueil, cela peut arriver à tout le monde, mais avoir les traces de la séquestration au réveil, c’est moins commun…

J’ai beaucoup aimé ce policier. Je l’ai lu très vite et pour une fois, je n’ai pas trouvé le coupable avant qu’Arno Strobel ne me le dévoile ! J’ai bien émis quelques hypothèses, mais elles étaient à chaque fois refroidies par les éléments que distille petit à petit l’autre. Il faut dire que j’ai rarement vu au auteur avec l’esprit aussi retors. Bon, il faut aussi avouer que je lis moins de policiers qu’à un certain moment et que j’ai peut-être raté des auteurs encore pire !
Mais revenons à Enterrées vivantes… les gens qui aiment se retourner les méninges et ceux qui aiment les histoires qui font froid dans le dos vont être conquis ! Il y a de quoi séduire tout le monde.
L’enquêteur doit être récurent, du moins c’est ce que j’ai compris en lisant des choses qui s’étaient déroulées avant, j’ai fait quelques recherches mais comme je ne lis pas l’allemand, elles ont un peu tournées court… Si parmi ceux qui passent par ici, l’un d’entre vous a l’information, je prends ! Donc l’enquêteur, l’inspecteur Bernd Menkohff (je vous confie que j’ai autant de mal avec les noms et prénoms allemands qu’avec les scandinaves) est taciturne à souhait et aussi très obstiné. Il est entouré d’une équipe qui a l’air d’avoir l’habitude de travailler ensemble, le tout saupoudré d’une certaine rivalité, et la recette prend plutôt bien.
Je suis heureuse d’avoir découvert cet auteur et je pense que je vais continuer à le lire. D’ailleurs Souvenirs effacés est déjà dans ma PAL !

Je remercie l’Archipel pour cette lecture.