Phaenix livre 1 – Les cendres de l’oublie – Carina Rozenfeld

 Éditeur : Collection R / Robert Laffont
Nombre de page : 432
Date de parution : 6 septembre 2012
Prix: 17,90€

Résumé : Elle a 18 ans, il en a 20. À eux deux ils forment le Phænix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Mais avant de le devenir, ils devront se retrouver et s’unir dans un amour pur et éternel…
Depuis l’origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes sœurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis…
Aujourd’hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche.
Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s ils la connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même.
S’ouvriront alors les portes d une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

Mon avis : Je continue ma découverte de la collection R, et cette fois-ci avec un livre écrit par une française, découverte fort sympathique même si elle ne révolutionne pas le genre.

Anaïa va avoir 18 ans et elle vient d’emménager dans le Sud de la France, ces parents ont décidé d’aller vivre dans le mas hérité des grands-parents et d’en faire des chambres d’hôtes. Avec ce changement de lieu de vie, intervient aussi celui de la scolarité, elle rentre à la fac de lettres et doit se faire de nouveaux amis. Elle y rencontre une amie d’enfance, avec qui elle jouait pendant les vacances chez ses grands-parents. Elle fait aussi la connaissance d’autres jeunes gens et se constituent ainsi une nouvelle bande, pour sa nouvelle vie… mais c’était sans compter sur quelques événements étranges…

Je suis un peu frileuse à lire des livres d’auteurs français, je vous l’avoue tout de go, j’ai des aprioris, je préfère les auteurs américains pour ce genre, l’urban fantasy, qu’elle soit destinée aux adultes, ou ados, ou jeunes adultes. Mais certains auteurs me font me dédire et aimer certains livres qu’ils écrivent, telle Sophie Jomain. Carina Rozenfeld pourrait elle aussi me faire changer d’avis.

 Dès les premières pages j’ai aimé découvrir l’univers d’Anaïa, découvrir le Sud de la France à travers ses yeux, je pouvais même en sentir les odeurs. J’ai aussi apprécié le personnage d’Anaïa, rien que son prénom m’a charmé, il est très orignal. Ce n’est pas le cas d’Anaïa, elle est plutôt une adolescente comme les autres, qui suit ses études, joue de la musique et fait des soirées entre amis. C’est ce qu’elle va vivre qui l’est moins… J’ai aimé évoluer avec elle, faire des découvertes avec elle, même si au final j’avais souvent un train d’avance.

 J’ai aussi été très touchée par la façon dont l’auteur décrit les sentiments ressentit par Anaïa, ils étaient vraiment réels, j’avais presque la sensation de les vivre, ressentant parfois le même manque qu’Anaïa.

Le rythme est soutenu, je ne me suis pas ennuyée une seule fois, j’ai même lu le livre très rapidement. Il faut dire que les chapitres sont séparés par des pages montrant des échanges sur facebook, ce qui m’a beaucoup plu, donnant un côté très moderne au livre.

Un petit bémol de ce livre, c’est cette impression que l’auteure n’exploite pas à fond le mythe qu’elle revisite. J’ai trouvé certaines choses très prévisibles, peut-être à force de lire toujours la même chose. Peut-être que son mythe du Phoenix, assez original,va-t-il prendre véritablement son envol dans le prochain tome ? En tout cas, malgré certaines choses prévisibles, je me pose encore quelques questions, et j’attends le tome suivant pour en découvrir les réponses.

Vous aurez donc compris que j’ai bien aimé ce livre, même si je ne l’ai pas trouvé vraiment innovant, je suis curieuse de découvrir la suite de l’histoire d’Anaïa.

Merci à la Collection R pour cette lecture.


Cliquez si vous souhaitez l’acheter.

2 réflexions sur “Phaenix livre 1 – Les cendres de l’oublie – Carina Rozenfeld

Une petite bafouille ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.