Strange Angels T1 – Lili St. Crow

Éditeur : Castelmore
Nombre de pages : 390
Date de sortie : 18 novembre 2011
Prix : 12,90€

Résumé : Dru vit avec son père. Un matin, celui-ci ne rentre pas de mission… La créature de la nuit qu’il devait tuer aurait-elle eu le dessus ? Dru, qui possède un sixième sens pour détecter vampires, lycans et autres zombies, veut retrouver le responsable de la disparition de son père… et quand Dru veut quelque chose, elle l’obtient. Deux personnes vont l’aider dans son enquête : Graves, qui a croisé la route d’un loup-garou, et Christophe, dont le nom figure dans le carnet d’adresses de son père.

Mon avis : Pour ceux et celles qui n’en auraient pas fait la déduction, ce livre est écrit par Lilith Saintcrow, auteure des séries de Danny Valentine et Jill Kissmet (parues toutes les deux chez Orbit). Comme c’est une auteure que j’ai découverte depuis peu et que j’aime beaucoup, je ne pouvais donc pas passer à côté !

Dru, 16 ans, parcoure les États-Unis avec son père au grès de leur chasse aux monstres nocturnes. Jusqu’au soir où son père ne rentre pas. Elle se retrouve alors seule, poursuivit par les meurtriers de son père. Enfin seule, pas tout à fait, un copain de classe du même âge lui vient en aide et c’est à deux qu’ils doivent affronter se monde hostile.

Je me suis plongée avec envie et délice dans ce livre. D’abord, j’adore la couverture métallique qui brille de mille feux ! Et je trouve que la demoiselle sensée représenter Dru lui correspond tout à fait, ça m’a beaucoup aidé à l’imaginer.

Dès les premières lignes je me suis laissée porter par l’histoire, contrairement à son habitude j’ai trouvé que l’auteure nous délivrait progressivement et logiquement les éléments nous permettant de découvrir l’univers de Dru, et non pas au compte goutte comme elle le fait dans ces autres séries.

C’est la troisième série que je commence de Lilith Saintcrow et c’est encore un monde différent qui y est abordé, elle a visiblement une imagination sans borne ! Elle pousse aussi le détail à créer un vocabulaire différent propre à chaque univers. Tout comme elle nous fait « découvrir » des monstres qu’on croise peu lors de nos lectures. Personnellement, je ne savais pas que les alligators pouvaient devenir des fantômes.

J’ai beaucoup aimé l’histoire, l’intrigue est bien pensée et je me suis laissée porter par les aventures de Dru. J’ai remarqué que les périodes d’actions et les périodes plus calmes se succédaient à un rythme quasi régulier, ne laissant pas au lecteur le temps de reprendre son souffle.

Dru est une ado particulièrement attachante, plutôt nature, elle a des réactions sensées, tant physiques que spontanées et pas celles de super-heroïnes shootées par un courage hors du commun. Il est alors très facile de s’identifier à elle.

Vous l’aurez donc compris, j’ai vraiment beaucoup aimé ce tome et je me jetterais sur le suivant dès sa sortie.

Le petit plus : la série possède un site en anglais http://www.strange-angels.com/ et la sortie du tome 2 est prévu pour le 13 avril 2012.


Cliquez si vous souhaitez acheter.

9/16

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une lecture commune avec Melliane, et voici les questions qu’elle m’a posée.

1/ Comme tu ne connais pas Supernatural, n’as-tu pas trouvé qu’il y avait quelques éléments au sujet de la vie vampirique qui faisaient penser à Vampire Academy ? Par rapport aux protecteurs ?
Alors là, pas du tout ! Pas un instant je n’ai pensé à Vampire Academy, si ce n’est vers la fin mais vraiment pas avant les 30 dernières pages. Je n’y ai vu aucun point commun avant ça.

2/ Etant donné que tu as lu au moins un livre de chaque série de l’auteure, y en a-t-il une que tu préférerais plus qu’une autre ?
J’ai effectivement lu le premier tome de chaque série de l’auteure traduite en VF (Danny Valentine, Jill Kismet et donc Strange Angels) je dirais que jusqu’à maitenant (ça peut changer avec les tomes suivants) je préfère la série de Jill Kismet, parce que c’est le personnage que j’ai préféré. Même si les deux autres sont très bonnes et que je les ai aussi beaucoup aimés.

3/ Quel personnage préfères-tu entre Graves et Christophe ? Penses-tu à un possible triangle amoureux ?
Je dirais que c’est difficile à dire… Christophe n’apparaissant que tardivement dans la série. Graves est vraiment touchant et fidèle, mais peut-être un peu trop mou pour moi, du coup ma préférence irait plutôt vers le mystérieux Christophe (même si le fait que ce soit le prénom de mon beau-frère et d’un de mes bons amis ne l’aide pas au départ). Et bien sûr, ça sent le triangle amoureux à plein nez, c’est à la mode :p

4/ Ne penses-tu pas que le prochain tome peut-être complètement différent de celui-ci, vu qu’il semble que le cadre général de l’histoire soit totalement changé ?
Je pense que oui, tout va changer, après la période de survie, va suivre la période d’apprentissage.

Pour lire les réponses aux questions que je lui ai posé, c’est par

Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de Dragons – Jasper Fforde

Éditeur : Fleuve Noir / Collection Territoire
Nombre de pages : 295
Prix : 15,90€

Résumé : Depuis que Jennifer Strange, 15 ans, a été choisie pour tuer le dernier dragon, elle est la personnalité la plus célèbre de tout le pays.
Armée de son épée Exhorbitus, elle décide d’aller d’abord discuter avec la créature mythique.
Car les raisons de sa mission sont bien moins nobles qu’elle ne le pensait…

Mon avis : J’ai découvert cet auteur avec « L’affaire Jane Eyre » qu’une amie m’avait prêté. À l’époque déjà j’avais aimé ce style particulier propre à Jasper Fforde, et je l’ai retrouvé avec plaisir dans ce livre destiné aux ados.

L’époque est la notre, mais le monde abordé est différent, la magie y a une part importante depuis toujours. La planète est peuplée de magiciens et d’êtres aussi étranges que variés. Dans cet univers évolue Jennifer, jeune fille de 15 ans, vivant avec des magiciens et leur servant plus ou moins d’agent. Elle mène tant bien que mal l’affaire, écopant au  mieux l’eau de ce bateau qui coule doucement, quand la voilà propulsée dernière tueuse de dragons devant accomplir une tâche loin de lui convenir…

À la lecture des premières pages, j’ai été un peu déstabilisée, on est plongé directement dans l’histoire, les personnages sont introduits sans réelles descriptions et j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver. Mais les pages suivantes remédient vite à ce défaut et l’ont est entrainé directement dans le monde de Jennifer. On la suit de près, découvrant ses tâches, son quotidien… et on s’attache de suite à cette ado obligée de gérer une vie d’adulte avant l’âge, la disparition du grand Zambini, directeur de cette maison de magicien, l’obligeant à endosser son poste.

Elle mène la maison d’une main de maître ne s’en laissant pas compter par ces magiciens un peu caractériels, loufoques mais attendrissants. Ces personnages sont une vraie galerie de stéréotypes de tous les magiciens croisés au hasard de nos lectures, de l’érudit, à la taciturne en passant par le tête en l’air et le timide. De quoi créer des situations bien cocasses et régaler le lecteur !

D’ailleurs, puisqu’on en parle, je me suis régalée !! J’ai adoré ce livre qui m’a franchement fait rire plusieurs fois (heureusement que pour une fois, j’ai essentiellement lu dans mon lit et non dans les transports en commun !). Les dialogues sont désopilants et les situations hilarantes, l’auteur jouant de l’absurde avec prouesse. Je me suis laissée entrainer dans ce monde avec délice, me laissant portée dans les situations bizarres le sourire aux lèvres.

Pour vous mettre l’eau à la bouche voici un petit dialogue qui m’a fait rire toute seule dans mon lit :
« Kévin a pris la main de Grizz et l’a regardé dans les yeux.
– Ne monte pas dans une voiture bleue le jeudi.
-Quel jeudi ?
-N’importe quel jeudi ?
-Quelle sorte de voiture ?
-Bleue. Le jeudi.
-D’accord, a dit le garçon. »

Oui, je sais ça n’a pas l’air comme ça, mais il résume toute l’absurdité du livre, celle chère à l’auteur. Sans parler des prénoms et des noms propres abracadabrants !

Bref, vous l’aurez compris, ce livre m’a enchantée ! Un vrai OVNI dans la littérature young adult que je conseille à tout le monde, même et surtout aux adultes !

Merci aux éditions Fleuve noir de m’avoir permis cette découverte.


Cliquez pour acheter