Awake – Natasha Preston

♦ Éditeur : J’ai lu
♦ Nombre de pages : 160
 Date de parution : 6 juin  2018
♦ Prix : 7,90€
♦ Acheter : Amazon 

Résumé : Noah, c’est le nouveau du lycée. Il est beau, calme, mystérieux. Et il n’a d’yeux que pour Scarlett, chargée de l’aider à prendre ses marques au lycée. Très rapidement, elle tombe sous son charme. Et pourtant, la voix qui sommeille en elle lui crie de se méfier. Noah, si parfait, lui cache quelque chose, elle en est persuadée.
Au même moment, Scarlett, qui ne se souvient de rien du tout concernant son enfance, commence à se remémorer des fragments d’un passé qui la terrorise. Un passé que ses parents lui ont caché… et un secret qui pourrait la tuer.
Entre mensonges et manipulations, à qui peut-elle faire confiance ?

Mon avis : J’avais beaucoup aimé La cave du même auteure et un peu moins Le week-end mais j’avais tout de même envie de découvrir celui-ci.

Scarlett ne se souvient plus de sa vie avant ses 4 ans, lorsque sa maison a brûlé dans un incendie. Mais l’arrivée du mystérieux Noah dans son lycée pourrait bien raviver ce passé enseveli.

J’ai eu beaucoup de mal avec ce roman. Je n’ai vraiment pas adhéré, impossible de m’attacher aux personnages et par ricochet à l’histoire. Pourtant celle-ci était plutôt originale et d’actualité. Mais j’ai trouvé que ça trainait en longueur et comme je ne trouvais aucune sincérité à Scarlett et Noha, impossible de porter de l’intérêt à l’intrigue.
Scarlett est un peu trop indécise à mon goût. C’est le genre d’adolescente typique et sans histoire. Tellement transparente qu’elle en devient insignifiante. Elle ne m’a pas laissé un souvenir impérissable.  Et Noah, un peu trop naïf et propre sur lui, malgré les desseins qu’il projette. Parce qu’il est au centre d’une machination autour de Scarlett, mais ça je vous le laisse découvrir.
Je suis passée totalement à côté du livre, je me suis ennuyée et j’ai vraiment eu du mal à le terminer. J’ai l’impression que plus je lis de roman de Natasha Preston, moins je les apprécie, mais je lui laisserai encore une chance si un autre de ses romans est traduit.

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

50/60

Le week-end – Natasha Preston

Éditeur : Hachette
Nombre de pages : 475
Date de parution : 1er mars 2018
Prix : 18,00€
Acheter : Amazon ou Bookwitty

Résumé : « Ils pensent qu’ils sont invincibles. Ils pensent pouvoir faire et dire ce qu’ils veulent, sans jamais avoir à en assumer les conséquences. Ils ne m’ont pas laissé le choix. Il est temps pour eux de payer pour leurs péchés. »
Une fête à la campagne, dans un chalet loin de tout, c’est exactement ce dont Mackenzie avait besoin. Peut-être aurait-elle attendu avec moins d’impatience ce week-end avec ses amis si elle avait su que, après une nuit aussi amusante qu’inoubliable, deux d’entre eux seraient retrouvés morts, sauvagement assassinés. Il n’y a aucune trace d’effraction, aucun signe de lutte, et les cinq survivants se suspectent les uns les autres. Quelqu’un ne dit pas la vérité. Et la première erreur de Mackenzie est de croire que ce cauchemar est terminé…

Mon avis : J’avais lu La cave du même auteur (mon avis ICI) et j’avais envie de lire ses autres romans. Celui-ci étant aussi un policier, il ne m’a pas fallu longtemps pour céder.

Lors d’un week-end dans un chalet, 2 des 7 jeunes présents sont tués. Les soupçons se portent alors sur les 5 « survivants ». Mais qui a réellement tué le jeune couple ?

Le début du roman était très prometteur : plein de secrets, de non-dits et des personnages plutôt attachants.  On a le temps de découvrir chaque personnage et leur personnalité avant que le double meurtre ne soit commis.
J’ai beaucoup aimé le duo Blake et Mackenzie. Tous les deux fonctionnent très bien : la trop optimiste avec le trop négatif. Ils arrivent à élaborer des théorie et à les démonter tout en même temps. Et dans ces conditions il est très difficile de deviner qui est le ou les coupables(s). D’ailleurs l’auteure fait basculer les soupçons de l’un à l’autre sans qu’on arrive à vraiment devenir le vrai du faux.
C’était d’ailleurs bien parti ! Une bonne partie du roman, je me suis prêtée au jeu de trouver qui était le coupable. Mais la fin ne m’a pas plu du tout ! Pour moi elle n’est pas crédible. Trop de rebondissement tue le rebondissement ! À trop vouloir étonner le lecteur, l’auteure à perdu en crédibilité à mes yeux. Pis la fin est vraiment trop ouverte à mon goût. Laisser le lecteur dans le doute peut avoir du bon, mais ici ça n’a pas pris avec moi…
Toutefois, comme le 1er roman de Natasha Preston m’avait plu, je lui laisserais encore une chance avec le prochain.

Je remercie Hachette pour cette lecture.

28/80

La cave – Natasha Preston

Éditeur : Hachette romans
Nombre de pages : 397
Date de parution : 19 avril 2017
Prix : 18,00€

Résumé : Trèfle, un homme à la folie maniaque et meurtrière, séquestre Rose, Iris et Violette, trois filles, dans sa cave. Un jour, Summer croise la route de cet homme et ne rentre pas chez elle : il l’enferme dans sa cave et la rebaptise Lilas. Mais contrairement aux autres, Lilas ne compte pas accepter son sort jusqu’à faner.

Mon avis : Ce n’est pas nouveau (ça devient même répétitif), j’aime les policiers et en ce moment, j’en lis pas mal. Alors pourquoi pas celui là.

Summer a été enlevée. Elle est séquestrée dans une cave avec 3 autres jeunes filles. Mais elle a un but : elle veut sortir de cet enfer.

Le résumé m’avait fait très envie, c’est totalement le genre de roman policier que j’aime lire. J’ai donc commencé ce livre confiante et je ne l’ai pas regretté par la suite !
On commence doucement en faisant connaissance avec le personnage de Summer. Une ado lambda, qui a très peu confiance en elle et en son physique, mais qui est certaine qu’il ne lui arrivera jamais rien dans une petite ville comme la sienne. Un peu trop confiante quoi… Elle est également attachante, sa façon de ne pas baisser les bras tout en craquant de temps en temps. On sent un subtile mélange de force et de fragilité.
Je n’ai pas réussi à cerner Trèfle, le méchant. Malgré une « présentation-explication » sur quelques chapitres qui lui sont consacrés, je ne suis pas sure d’avoir bien saisi le personnage.
L’intrigue est bien trouvée. Même si je lui ai trouvé quelques failles. J’aurai aimé avoir plus de détails sur certains passages, plus d’explications, et j’ai trouvé que parfois l’auteure utilisait trop facilement certains raccourcis. Un peu frustrant pour la fan de thrillers que je suis.
Dans l’ensemble l’histoire tient bien la route, c’est juste mon côté perfectionniste qui en demande un peu trop. J’ai découvert qu’il y a une suite en VO, je serais heureuse qu’elle soit traduite et de pouvoir la découvrir.

Je remercie Hachette romans pour cette lecture.

52/65